Portable, smartphone : êtes-vous accro ?



Les téléphones portables sont devenus indispensables pour rester connecté à sa tribu... Bruit du vibreur, notification, sonnerie, à la moindre alerte, vous dégainez. Et les vacances loin du wifi vous angoissent déjà. Et s'il était temps de lever le pouce ?




Portable, smartphone : êtes-vous accro ?
Garder un œil sur son portable, rien de plus évident. Au quotidien, il vous connecte avec votre famille, vos amis, vos relations professionnelles et plus largement, le monde entier. 

42% des Français se disent accros à leur mobile d'après un sondage Ifop de janvier 2013. Un chiffre qui monte à 78% chez les moins de 25 ans !

Les fabricants l'ont bien compris et rivalisent d'ailleurs d'idées pour nous charmer. Forfait toujours plus avantageux, design, nouvelles fonctionnalités... Ces dernière années, la déferlante des smartphones a achevé de nous rendre "accros". Une nouvelle addiction ?

C'est grave, docteur ?

Portable, smartphone : êtes-vous accro ?
"Il ne faut pas dramatiser trop vite", répond Nicolas Neveux, psychiatre à Paris. C'est lorsque la privation est difficile qu'il faut s'alerter.
 
A vous de faire le test. Pendant quelques heures, voire une journée, éteignez votre portable. Quel impact cette coupure a-t-elle sur votre quotidien ? Si c'est trop difficile ou si vous n'envisagez même pas de pouvoir vous déconnecter quelques heures, il faut se poser les bonnes questions. 
 
"La dépendance commence si la personne ressent un malaise lorsqu'elle est coupée de son portable" explique Nicolas Neveux. Stress. Impatience, colère, les symptômes sont divers. "Finalement, il faut s'inquiéter lorsque le portable prend trop d’importance dans la vie de tous les jours". Au détriment d'autres activités importantes. Par exemple, un élève qui passe ses soirées au téléphone au détriment de son travail risque de le payer assez vite en voyant ses notes chuter.

Gare aussi aux soirées entre amis (ou entre amoureux) où chacun reste connecté dans son coin ! Au final, le portable qui doit aider à communiquer finit par empêcher de se parler "in real life"...

Un moyen de lutter contre la solitude

La dépendance au mobile n'est pas anodine. "chez ces accros, il faut en chercher les origines", souligne Nicolas Neveux. Celui qui ne se sentira pas intégré se réfugiera sur son portable et s'enfermera dans cet univers plus virtuel.

"Le portable peut aussi être un signe d'appartenance à un groupe, une façon d'être accepté parmi ses membres". Un moyen de lutter contre la solitude en somme. "Comme le fait de fumer, ou d'avoir des tee-shirts d'Heavy Metal, le téléphone permet alors d'appartenir à une communauté", confirme Nicolas Neveux.
 
Deux heures ou six heures par jour, toute la nuit. Il est difficile néanmoins de définir un seuil à partir duquel on est addict.

Un refuge... qui peut cacher un malaise

Portable, smartphone : êtes-vous accro ?
"Les causes de l'addiction peuvent être diverses", soutient Nicolas Neveux. Derrière cette addiction, se cache en général un malaise plus profond.  "L'addiction au portable est souvent synonyme d'évitement de la réalité", explique le Dr Neveux.

Pour le spécialiste, se réfugier derrière ce petit écran permet de résoudre des problèmes mais seulement temporairement. Par exemple, un ado qui se sent isolé chez lui en aura besoin pour se sentir connecté à ses amis pour une soirée.  Une étudiante souffrant de solitude dans une nouvelle ville passera son temps à envoyer des SMS à ses anciennes amies.

Le portable offre alors un refuge... mais à très court terme. Il ne peut en effet répondre à tous les besoins humains et affectifs : le besoin d'avoir de vrais amis, de compter pour quelqu'un, de se détendre, de faire du sport, etc.

Autre piège : Un jeune pro peu sûr de lui aura la pression de répondre en permanence à ses mails pour reprendre confiance le temps d'un message. Sans se rendre compte que ce comportement l'empêche de décrocher et entretient le stress.

Levez le pied, oubliez le cordon de batterie

Si le comportement d'une amie, un frère vous inquiète, surtout, évitez les jugements. "C'est mal, c'est pas bien, c'est nul… ces réflexions ne servent à rien", insiste le Dr Neveux. Certaines bonnes remarques sont bien plus efficaces. "Quoi, tu as passé deux heures sur ton portable, je ne sais pas comment tu fais …" ou encore "Ah tu n'as pas pu bosser ton examen, c'est dommage...".

Evidemment, ces idées "détox" sont aussi valables pour tous, amis, famille mais aussi vous-même. A vous d'essayer de couper le cordon... de recharge.

Vivez et proposez des activités sans portable !

Autre méthode douce qui peut être des plus efficaces, proposer des activités "sans portable". Une seule obligation, elles doivent intéresser au minimum votre accro. "On ne propose pas la pêche à la truite à une personne qui n'a jamais tenu de canne à pêche",  ironise Nicolas Neveux. Sport, loisirs créatifs, cinéma. Planifiez de temps en temps des activités où tout clavier est proscrit ! 
 
Pour la vie quotidienne aussi, revenez de temps en temps aux basiques. "A l'heure actuelle, toutes les applications amènent de la facilité, de la simplicité et on perd l'esprit de planification" souligne le Nicolas Neveux. Par exemple, pour un week-end touristique à paris, il y a dix ans, on aurait acheté une carte, repéré l'arrondissement... Aujourd'hui, le portable amène tout instantanément. "C'est très bien, sauf lorsque l'on a plus de batterie ou de réseau". Et si, de temps en temps, vous ressortiez la bonne vieille carte ?

Savoir se faire aider

Vous souhaitez venir en aide à un ami, parler en calmement avec lui ou trouvez quelqu'un de confiance comme intermédiaire. Si malgré ces conseils la dépendance au téléphone portable persiste, il ne faut pas hésiter à se faire aider par un spécialiste.  Il aidera la personne concernée à chercher les origine de cette addiction pour mieux la combattre.

Pour aller plus loin
 

Mercredi 3 Juillet 2013

Psycho | Corps et sexualité | Amour | Couple | Un bébé ? | Addictions





S'abonner à la newsletter gratuite

Vos articles préférés !