Pourquoi est-on jaloux ?



La jalousie est un vraie piège dans les relations amoureuse, beaucoup s'y sont brûlé les doigts. D'où vient ce sentiment, comment le comprendre ? Peut-on en sortir ? Les réponses d'Elisabeth Content, conseillère conjugale.




On peut se sentir parfois jaloux ou jalouse : qu'est-ce que la jalousie ?

Pourquoi est-on jaloux ?
Elisabeth Content : La jalousie est un sentiment qui peut envahir tout notre être, et qui se manifeste particulièrement quand on est amoureux.
Mais en réalité, il peut être là depuis longtemps et avoir des racines profondes. Ce sentiment est très lié à la possession, plus qu'à l'amour. J'ai peur de perdre celui que j'aime, j'ai peur qu'on vienne me prendre celui ou celle qui, aujourd'hui, m'apparaît comme un bien très précieux et je deviens possessif.

Cela peut nous rappeler l'expérience très ancienne du petit enfant de trois ans qui ne peut pas prêter ses jeux à un petit copain, à son frère ou à sa sœur. Prêter un jouet est pour lui une perte insupportable, comme si on voulait lui prendre une part de lui-même. La jalousie est la manifestation de la possessivité. Or, on ne possède que des biens matériels. La jalousie est donc en quelque sorte réduire l’autre à un bien qui m'appartient, que je possède. Cela s'accompagne de la peur de perdre et d'un sentiment d'envie. J'envie celui ou celle qui veut me prendre l’être aimé. Ce potentiel "prédateur" me paraît être "bien mieux que moi".
Peur, envie, manque ce confiance en soi, créent le sentiment d'être en danger. On croit que notre amour est menacé, et toute personne qui s'approche d'un peu trop près de l'être aimé devient un rival en puissance.

Y a-t-il des causes à la jalousie, d'où vient-elle ?

Pourquoi est-on jaloux ?
C'est un sentiment qui vient souvent de notre enfance. Il peut apparaître par exemple à la naissance d'un frère ou d'une sœur et il prend racine dans l'amour et l'attention qu'on me porte comme petit enfant. Le bébé qui arrive vient comme me voler, me prendre l'amour de mes parents ou de l'un de mes parents (souvent la maman). Si j'étais enfant unique, je peux ressentir de façon cruelle l’arrivée de celui qui m'apparaît alors comme un intrus. Il vient me prendre ma place, ou on lui donne une place privilégiée que je n'ai pas.

De là à penser que j'ai moins de valeur que cet autre, il n’y a qu'un pas. Je peux aussi ressentir de la jalousie à l'occasion du remariage d'un de mes parents. Quel intérêt je vais avoir, alors même que ma mère vit un grand amour avec quelqu'un d'autre ? Cela s'accompagne d'un grand manque de confiance en soi : si on m'aime moins, c'est que je ne suis pas aimable.

Dans un couple, la jalousie vient souvent tout gâcher, pourquoi ?

Pourquoi est-on jaloux ?
La jalousie est très destructrice. Celui qui est jaloux rend la vie impossible à l’autre. Il le ou la soupçonne sans arrêt de tout, il le surveille, il peut même aller jusqu’à fouiller dans ses affaires. Il faut bien comprendre que le jaloux est très malheureux. Il est en proie à une véritable torture.

Mais même si on admet qu'il est malheureux, cela ne justifie en rien les actes que commet le jaloux et les crises de jalousie. En effet celui qui subit la jalousie vit aussi un enfer. Il peut avoir le sentiment d'être totalement privé de sa liberté. Ses gestes sont épiés, tout est mal interprété, et peut donner lieu à une scène. Quelquefois celui qui est jaloux peut même devenir violent. On connaît tous des exemples de crimes passionnels dus à une jalousie maladive.

Alors, comment en sortir ?

- Le premier pas pour celui qui est jaloux est de reconnaître cette difficulté et de l'admettre : "oui, je suis jaloux ou jalouse". L'accepter est déjà un pas important car cela permet à l'autre de mieux comprendre le pourquoi de ces comportements destructeurs.
 - Le deuxième pas serait de rechercher depuis quand on est jaloux, envers qui on a ressenti de la jalousie, dans sa famille, parmi ses amis, et de comprendre que ce sentiment n'est pas lié à la relation que je vis mais habite en moi depuis longtemps.
- Le troisième pas pourrait être d'essayer de grandir dans la confiance en soi. Sur une échelle de 0 à 10 qui mesurerait cette confiance en soi, je peux essayer de me situer. Si je ne suis qu'à 0, ou 1 ou 2, cela signigie que je me considère comme ayant peu de valeur, comme n'étant jamais à la hauteur. Qu'est-ce qui va m'aider à grandir dans une meilleure connaissance de mes qualités et de mes compétences ? Celui ou celle que j’aime peut-il m'aider ? Encore faut-il alors que je sois prêt à entendre et à accepter des compliments.
 - Encore un pas important : arrêter de se comparer. La comparaison est un poison violent. On trouve toujours que les autres sont bien mieux que ce que je suis… on les envie pour leurs qualités, pour ce qu’ils ont. Mais vous connaissez ce dicton qui dit que "l’herbe est toujours plus verte dans le pré d’en face". C'est cela la tentation de la comparaison : ailleurs, c'est toujours mieux. Alors même que l'autre est autre et que chacun est unique avec ses talents et ses qualités. Efin, si la jalousie m'envahit au point de provoquer des tensions insupportables pour moi et mon entourage, peut-être serait-il bon d'accepter de voir un psychologue, psychothérapeute avec qui je pourrai démêler mon histoire passée.

Mon ami est terriblement jaloux et me fait des scènes sans arrêt, comment dois je réagir ?

Je peux chercher à ne pas provoquer la jalousie chez l’autre si je sais ce qui va déclencher chez lui ce sentiment. C'est une attitude positive qui peut aider à vivre une relation plus sereine. Je peux aussi chercher à le valoriser, à le rassurer sur ses qualités, sur la valeur de ce qu’il fait, à lui renvoyer une image positive de lui-même.

Mais je n'ai pas à accepter les comportements humiliants, violents, ou ceux qui me privent de ma liberté. Face à des scènes de jalousie, il ne faut jamais chercher à se justifier, mais essayer de rassurer l'autre au maximum de l'écouter sur ce qu'il vit : on peut le laisser évoquer sa jalousie. Cela l'aidera. Mais s'il ne veut rien entendre, s’il multiplie les crises de colère et les scènes, il y aura un moment où il faudra le mettre devant ses responsabilités. Soit il accepte de changer de comportement, soit la relation n’est plus possible.

N’est-il pas normal, d'être jaloux quand on aime ? Peut-on aimer sans vouloir capter l'autre ?

Pourquoi est-on jaloux ?
Il y a une croyance étrange qui dit que quand on aime, on est jaloux. C'est faux. L'amour n’est pas jaloux, l'amour fait confiance à l'autre, c'est la base de l'amour. S'il manque la confiance, il y a un pilier fondamental qui manque à l’édifice qu'est l’amour.
En même temps, ce n'est pas facile d'aimer sans vouloir capter l’autre. Sans tomber dans la jalousie excessive, il faut reconnaître qu'on aura toujours tendance à vouloir aimer pour soi. On devient exigeant, l'autre est là à notre service, il doit nous apporter ce qu'on désire. On prend chez lui ce qui nous plaît.

L'amour désintéressé, qui laisse l'autre totalement libre, ne s'apprend pas du jour au lendemain. C'est un long chemin, un travail. Pouvoir dire à l’autre : "je t'aime pour ce que tu es et non pas pour ce que tu m'apportes" n'est pas facile. Vous avez bien raison de vous poser cette question, c'est une vraie question, sûrement une des plus importantes que l'on puisse se poser quand on s'interroge sur l'amour. C'est celle du respect de l’autre.

A lire également : Avoir confiance en soi, pourquoi, comment ?

7 Juin 2013
par Elisabeth Content, conseillère conjugale

Psycho | Corps et sexualité | Amour | Couple | Un bébé ? | Addictions








Vos articles préférés !

S'abonner à la newsletter gratuite