Que nous faut-il pour être heureux ?



Sans prétendre vous donner la recette du bonheur, en voici tout de même quelques ingrédients. Pour être heureux, il nous faut non pas avoir ou faire beaucoup de choses, mais réaliser en leur temps sept grandes aspirations humaines.




Que nous faut-il pour être heureux ?

1/ Etre respecté

N'est-ce pas le préalable à toute vie heureuse ? Etre respecté dans mon corps, mon être d'homme, de  femme, ma sensibilité, mon histoire, ma culture, ma religion et mes opinions : c'est ce que le droit des pays démocratiques tente d'assurer à chaque personne humaine. "Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne", affirme l'article 3 de la Déclaration universelle des droits de l'Homme.

Ce respect dépend aussi du regard  et de l'attitude des autres à mon égard.  Car si je suis menacé, agressé, harcelé, méprisé, je suis vite envahi par la peur et ne peux réaliser les autres aspirations au bonheur.

Pourtant ce respect n'est pas seulement un droit, il est aussi devoir ! "Etre libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes; c'est vivre d'une  façon qui respecte et renforce la liberté des autres", disait Nelson Mandela. Respecter l'autre pour être respecté, un chemin qui peut commencer en famille, en couple, à l'école, au  travail, dans le quartier...

2/ Etre aimé et aimer

Chacun de nous est un assoiffé d'amour. On  sait désormais combien le bébé puis le petit enfant se construit grâce à la sécurité, la chaleur, la  tendresse et l'énergie reçues auprès de ses parents. Ainsi chacun de nous commence-t-il par être aimé avant, peu à peu, d'apprendre à donner lui-même de l'amour.

La vie de couple est sans doute l'une des plus belles façons de vivre cet échange, mais notre vie affective ne se limite pas à la sphère amoureuse : en amitié, en famille, dans une vie d'engagement, de don de soi, nous pouvons faire circuler de l'amour, non uniquement en étant "gentil(le)", mais en étant acteur de beau, de bon, de vrai. Une voie que l'on peut emprunter à tout âge et dans toute situation !

3/ Vivre de son travail, déployer ses talents

Que nous faut-il pour être heureux ?
La tristesse de ceux qui ne trouvent pas de travail suffit à dire combien celui-ci contribue à notre équilibre. Vivre du  fruit de son travail est une nécessité et même une source de dignité. Quel bonheur pour celui ou celle qui ne peut assurer le minimum vital  pour sa famille ?

Mais ce n'est pas tout. "On peut vivre son travail comme un boulot purement alimentaire, ou comme une carrière où l'on cherche à monter le plus haut possible en oubliant une troisième dimension", explique Marguerite Chevreul, coach et ancienne DRH.
Cette troisième pièce de puzzle est  celle de nos talents. Clara a le sens des relations humaines et a toujours réussi à créer un  bon esprit d'équipe dans son travail. Djamel est doué pour la programmation informatique et il se plaît dans les missions d'expert. Chacun a ses talents et aspire à pouvoir les déployer dans son travail : non seulement pour exercer une activité qu'il aime, mais aussi pour apporter à la société sa propre pierre. "Je  me sens utile et cela me rend heureux d'aller travailler chaque matin", témoigne Gaspard, expert en mécanique auto.

Parfois on peut déployer ses talents dans une activité non professionnelle qui sera tout aussi utile et épanouissante : bénévolat, vie de famille, activités associatives, etc.

4/ Créer des liens, être entouré

L'Homme est un être de relation et la qualité des liens qui le relient aux autres est essentielle à  son bonheur. Délaissée de tous, la personne âgée finit par dépérir. Mais une enquête a récemment révélé que nombre d'étudiants souffrent aussi de solitude lorsqu'ils débarquent du jour au lendemain dans une ville inconnue ! 

"Créer des liens, c'est une chose trop oubliée, dit le renard au Petit Prince de Saint-Exupéry. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n'ai pas besoin de toi. Et tu n'as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre."

Joli programme pour mieux vivre ces relations quotidiennes trop souvent bâclées, pour donner un visage et un nom aux anonymes que je salue à peine, à ceux que je fréquente uniquement pour me divertir et rompre ma solitude. Créer et entretenir des liens de qualité nous revigore un peu comme la plante fortifie ses racines. Ainsi nous sommes plus humains et plus vivants.

5/ Transmettre la vie, en prendre soin

Que nous faut-il pour être heureux ?
Cette vie, justement, n'est-elle pas un don qui nous dépasse ? Pouvoir donner la  vie est une grande aspiration du couple qui s'épanouit lorsque nous devenons parents à notre tour...

Mais elle s'exprime aussi plus largement dans la façon dont nous  prenons soin de ceux qui nous entourent lorsque leur vie est affaiblie, menacée, fragilisée. Si certains choisissent un métier centré sur le service de l'autre (professions médicales, sociales), nous pouvons tous épanouir cette fibre dans la vie familiale et cela sans attendre d'avoir des enfants.

Prendre des nouvelles de ma grand-mère malade, faire signe à mon cousin qui déprime, proposer un service gratuit. Des petits gestes qui nous ouvrent insensiblement le coeur et donnent à la vie, celles des autres et la mienne, une douceur nouvelle. Prendre soin de la vie pour mieux goûter la sienne en quelque sorte.

6/ Jouir de la beauté du monde, contempler

Dans son livre bouleversant  où il raconte comment le régime khmer rouge a décimé sa famille (L'enfant de la rizière rouge), le Cambodgien Sor Sisavang fait une confidence étonnante : alors qu'il est affamé, terrorisé et pourchassé par ses semblables, la contemplation de la nature est son unique réconfort. La beauté des paysages est pour lui comme un oasis en enfer, une source qui lui redonne l'envie de vivre !

Don gratuit par excellence, cette nature nous est ainsi offerte comme un lieu d'apaisement, de régénération et d'émerveillement. Le navigateur, l'alpiniste ou l'aventurier s'y lancent jusqu'à s'y perdre, d'autres y trouvent une leçon de sagesse, un parfum d'absolu.

Contempler un lever de soleil, jouir de la douceur d'une brise, n'est-ce pas là de petits bonheurs à savoir savourer ?

7/ Rendre les autres heureux

Les six autres chemins de bonheur évoqués plus haut convergent déjà vers celui-là. Il n'est pas inutile cependant de redonner ce cap,  tant les épreuves et les difficultés de toute vie peuvent nous replier sur nous-même.

Déçus par certaines relations humaines, atteints par des échecs, nous pouvons être tentés de rechercher d'abord notre bonheur : en accumulant les petits plaisirs personnels pour compenser les déceptions, en se réfugiant dans la consommation ou l'activisme.

Des réflexes bien humains qui risquent cependant de nous faire passer à côté de cette vérité paradoxale :  le fait de rendre les autres heureux, ou de chercher à le faire, est justement ce qui peut nous faire sortir de nous-même et nous donner le plus de joie. A ne pas oublier quand l'horizon s'assombrit.

Un chemin à parcourir pas à pas

Finalement, ne croyons pas que ces sept "voies" vont nous conduire tout droit au bonheur en "deux temps trois mouvements" !
D'abord parce que chacune se parcourt pas à pas : il faut du temps (et  des efforts) pour découvrir ses talents et se former pour acquérir des compétences utiles. Il faut du temps pour apprendre à aimer, à se faire de vrais amis, à  penser aux autres, à bâtir des projets épanouissants et pleins de sens.

Enfin si ces septs grandes aspirations au bonheur coexistent en tout être, nous ne sommes pas  appelés à tout vivre en même temps : à certains moments de la vie, nous pourrons connaître un grand bonheur à travers un voyage et la rencontre de nouveaux amis, à d'autres, ce sera le bonheur d'être amoureux et plus tard encore celui de devenir parents.

Ce qui fait que pour être heureux, il nous faut finalement cultiver la patience et l'espérance. Ne pas vouloir tout et tout de suite, n'est-ce pas là un autre secret du bonheur ?





Lundi 9 Septembre 2013

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Psycho | Corps et sexualité | Amour | Couple | Un bébé ? | Addictions






S'abonner à la newsletter gratuite