La violence peut-elle faire triompher des idées ?



Que faire si certaines idées ou revendications qui nous semblent justes ne sont pas entendues ? La violence n'est-elle pas parfois légitime ? Faut-il préférer d'autres types d'action ? Violence ou non-violence, Bernard de Castéra, écrivain et professeur de philosophie, nous fait partager sa réflexion.




Emeutes en Grèce contre l'austérité en octobre 2011. Photo : Visilis Germanis / Dreamstime
Emeutes en Grèce contre l'austérité en octobre 2011. Photo : Visilis Germanis / Dreamstime

La violence est-elle un moyen comme un autre pour arriver à ses fins ?

"La force est éclairée, la violence est aveugle"
"La force est éclairée, la violence est aveugle"
Bernard de Castéra : "la violence n'est jamais à utiliser pour arriver à ses fins, et je suis catégorique ! La violence est toujours condamnable parce qu'elle est une négation de notre humanité.

Si le but recherché est légitime, on ne peut pas utiliser des moyens injustes pour obtenir un résultat plus juste : il doit toujours y avoir une moralisation de l'acte par rapport au but recherché. D'ailleurs, la violence permettra tout au plus de monopoliser à court terme le devant de la scène mais risque fort à long terme de discréditer nos revendications plutôt que de les faire accepter… Il faut toujours éviter les actes violents ; c'est une mauvaise tactique et c'est même une maladresse de les utiliser car les actes violents déconsidèrent leur auteur et donc ce qu’il représente et veut défendre.

Cela dit ce n'est pas facile lorsqu'on est soi-même agressé, en particulier si l'on est victime d'une violence cachée comme par exemple un déni, un refus de dialogue, une attitude humiliante ou au contraire légère dans des situations sérieuses... Quand l'adversaire est malin, il "provoque" pour placer l'autre dans une "situation de violence". Cela peut inciter l'agressé à commettre des actes de violence, sans que le provocateur ne soit officiellement impliqué ni inquiété : ce sera l'agressé qui sera en fait condamné et ce qu'il défend dévalorisé.

Pourtant, face à l’opposition, au manque d’écoute… la violence apparaît vite en nous !

La violence est une pulsion inhérente à tous et elle se révèle encore davantage si la sensibilité de la personne est très riche. Par l'éducation reçue dès la prime enfance puis poursuivie jusqu'à l'adolescence, une personne qui devient adulte a normalement appris à gérer au mieux ces pulsions. Mais il arrive qu'elles réapparaissent face à des situations qui la scandalisent : par exemple, lorsqu'elle se sent ignorée, méprisée, que son univers lui semble absurde et perd son sens (c'est ce que Camus affirme : si tout est absurde, il est tentant de tout détruire)... Une frustration vécue est très souvent génératrice de pulsions intérieures de violence qui sont à gérer.

Cette gestion de la pulsion violente est encore plus difficile si l'éducation de la personne a été négligée ou mal encadrée pendant l'enfance. Elle est également plus délicate chez les jeunes qui sont plus impulsifs que leurs aînés. De même, les désordres de la vie, surtout affective, génèrent des frustrations profondes qui ouvrent grand la porte à la violence...
 
Quand on ressent, au fond de soi, une colère sourde et profonde, il est très difficile de garder son calme : mais c'est cela l’apprentissage de la gestion de ses émotions ; cela s'apprend, s'éduque aussi bien au niveau de l'écoute, que dans le dialogue ou dans toutes sortes d'échanges... C'est ce qui s'appelle de la communication non-violente et c’est le meilleur plan pour faire triompher ses idées !

Dans certaines situations, la violence n'est-elle pas légitime malgré tout ?

La violence peut-elle faire triompher des idées ?
La violence n'est jamais légitime, comme je l'ai expliqué précédemment, parce qu'elle est impulsive, souvent disproportionnée et toujours aveugle. Mais, attention, il ne faut surtout pas confondre violence et utilisation de la force. Les actions de force à mener sont choisies, organisées et prévues après mûre réflexion : elles ne répondent jamais à une impulsion.

Par exemple, pour libérer des otages on a parfois recours à la force armée mais c'est toujours une action qui est pesée, tactique, stratégique avec maîtrise des moyens pour arriver à la fin désirée.
Dans certaines situations graves, comme pendant l’occupation nazie, des résistants ont utilisé la force pour faire triompher des idées légitimes en choisissant des moyens adéquats qui font mal à celui qui est visé. Mais toujours l'acte de force reste "bienveillant" si j'ose dire, il reste dans le respect de l’opposant. En revanche, tuer un soldat allemand isolé et seul dans un coin, c'était un acte inutile, qui ne servait pas la cause défendue : c'était un acte violent.

 Il ne s'agit pas de s’opposer à l'autre dans le seul but de le détruire pour le détruire, mais de le contraindre à céder en le frappant avec force par une action réfléchie et bien pensée qui puisse le mettre en échec. L'acte de "force" peut ainsi contraindre l’autre tout en le respectant, alors que la violence est toujours mépris total de l'adversaire.
Une violence intérieure bien canalisée et maîtrisée peut se transformer en acte de force et de courage, deux vertus exemplaires!

Peut-on cependant arriver à transmettre ses idées par la non-violence ?

Regardez ce qu’ont fait Gandhi en Inde et Martin Luther King aux Etats-Unis. Martin Luther King a organisé le boycott complet des autobus pour lutter contre la ségrégation raciale et obtenir le droit civique des Noirs. Au cours d’une marche non violente pour l’emploi et la liberté, il a prononcé le fameux discours "I have a dream" et a fait basculer l’opinion à son avantage. Ses revendications sont désormais inscrites dans la constitution américaine.

Gandhi, photo : wikipedia
Gandhi, photo : wikipedia
De même Gandhi a su maîtriser toute la colère qu'il ressentait devant les injustices subies par ses compatriotes, son action a toujours été réfléchie. Jamais d'impulsivité et c'est ainsi qu'il a atteint son but. Face à la domination du textile britannique, il a convaincu les Indiens de rester pacifiques mais d'agir avec  fermeté. Il leur a demandé de tisser eux-mêmes leurs vêtements sur leurs propres rouets, ce qui a mis 3 millions d'ouvriers britanniques du textile au chômage.  Le Mahatma est alors parti s'excuser auprès des travailleurs anglais en leur expliquant que cela avait permis à 300 millions d'Indiens ne plus mourir de faim…Face à cette force-là, les anglais furent bien "obligés" de réfléchir et de céder.

Ces deux personnages célèbres sont tous les deux arrivés à leurs fins avec, pour seule et unique arme, la non-violence qui est un acte de dénonciation. Elle est réveil de la conscience de l'autre et met l'adversaire en face de ses responsabilités. L'acte non-violent n'est pas forcément doux et il peut faire mal mais toujours dans le respect de l'autre.

Mais comment trouver des actions efficaces ?

Demandons-nous quel but nous poursuivons. Si nous sommes clairs sur nos finalités profondes, nous trouverons les actions qui correspondent à ce que nous voulons. La "bonne" action utilise des moyens en accord avec la fin désirée. On ne peut pas avoir une vie en désaccord avec le but prôné au départ : "je serai juste demain, quand on aura fait la révolution, en attendant je suis injuste..."

Si on se bat c'est pour gagner, certes ! Mais il ne faut pas vouloir un résultat instantané mais au contraire s'engager avec réflexion sur du long terme. Pour bâtir quelque chose de solide et de juste, l'action non-violente peut être longue mais elle est toujours constructive. Et il ne faut jamais oublier que "perdre une bataille, n’est pas perdre la guerre", comme disait le général de Gaulle. Cette certitude aide à relativiser et à persévérer avec confiance sans démissionner pour autant".

La vidéo de l'entretien



Vendredi 7 Juin 2013
Propos recueillis par Nicole Payan

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Témoignages | Initiatives | Coin philo | Portrait | Citations | Spiritualité






Vos articles préférés !


S'abonner à la newsletter gratuite