Comité interministériel de la jeunesse : 47 mesures et quelques nouveautés



Un comité interministériel de la jeunesse a présenté le 21 février son plan "Priorité jeunesse". Au menu 47 mesures pour l'emploi, la formation, le logement, l'orientation... Beaucoup étaient déjà connues ou doivent être mises en musique mais de nouveaux projets émergent cependant.





Jean-Marc Ayrault et Valérie Fourneyron, ministre de la Jeunesse, le 21 février 2013.
Jean-Marc Ayrault et Valérie Fourneyron, ministre de la Jeunesse, le 21 février 2013.
Les 47 mesures du plan "Priorité Jeunesse" comportent en effet plusieurs actions déjà annoncées, lancées voire votées par le Parlement : un plan pour aider les décrocheurs, la création des emplois d'avenir et des emplois avenir professeurs, une "garantie jeunes", sorte de RSA pour les jeunes les plus en difficulté, une garantie qui devrait permettre aux jeunes de louer un logement sans caution...

Il rappelle aussi la nécessité de créer un "service public de l'orientation" (SPO), sujet auquel les gouvernements ne cessent de s'attaquer, et dont on cerne encore mal les contours car la balle est dans le camp des régions : ce sont elles qui auront la charge de mieux coordonner l'information et les organismes existants. Pas bête, mais concrètement ? Un "travail de préfiguration du nouveau SPO a débuté en janvier 2013, pour une mise en place dans 4 à 6 régions volontaires dès septembre 2013" indique le rapport.

Préfiguration ? On comprend la déception de ceux qui attendaient du nouveau dès maintenant : "Il y a beaucoup de chantiers ouverts, mais peu de mesures concrètes", regrette un des jeunes reçus par Valérie Fourneyron à l'issue du comité interministériel. En effet, sur les 47 mesures, beaucoup consistent à annoncer le lancement de chantiers ou d'expérimentations et aucun budget supplémentaire n'a été accordé à ces projets !

Cap sur l'autonomie

Pourtant le rapport "Priorité Jeunessse" (voir ci-dessous en pdf) qui présente les mesures a aussi l'avantage de fixer un cap : permettre aux jeunes d'accéder à l'autonomie. Il va même jusqu'à définir cette fameuse autonomie. C'est "la réunion de quatre attributs : un emploi stable, un logement indépendant, des revenus essentiellement tirés de l'activité et un partenaire stable". Au passage, la mention d'un "partenaire stable" prend bien acte qu'un jeune n'est pas uniquement un "étudiant" ou un "jeune diplômé" ou un "décrocheur" mais aussi une personne qui a une vie affective, concept sur lequel nous avons bâti le site reussirmavie. Or le rapport précise que "ces attributs sont de moins en moins acquis en même temps."

Bonne idée donc de prendre de la hauteur et de sortir du catalogue de mesures pour rappeler les objectifs de ce que peut être une véritable "politique de la jeunesse". Saluons au passage la qualité de l'analyse de la situation des jeunes en France dans la première partie du rapport. On comprend mieux, dès lors, le lien qui peut unir certaines mesures particulières, et l'intérêt de reparler d'actions déjà prises : n'avait-on pas reproché au précédent gouvernement d'agir au coup par coup, en alignant des lois et mesures sans cohérence d'ensemble ?

cij_rapport_21_fevrier_2013.pdf CIJ_Rapport_21_fevrier_2013.pdf  (1.38 Mo)


Des nouveautés quand même et quelques bombes en puissance

Si donc le rapport "Priorité Jeunesse" n'échappe pas à la redite ni à l'inflation des bonnes intentions, nous y avons tout de même pioché quelques nouveautés intéressantes:

- Pour l'orientation en fin de troisième, il envisage de donner aux parents la possibilité d'imposer leur choix au final en cas de désaccord avec le conseil de classe. Les familles (et donc les élèves) pourraient donc refuser en particulier une "orientation" en lycée professionnel vécue comme une décision sanction. Le gouvernement met là le pied sur un terrain explosif, les enseignants ayant toujours gardé jalousement les clés des décisions prises en conseils de classe. Le rapport y va donc prudemment..."Cette possibilité sera expérimentée dès la rentrée 2013 dans différents territoires", indique le rapport.

- "Nous voulons aussi encourager la création d'entreprises par les jeunes eux-mêmes", a expliqué le Premier ministre. L'objectif, qui n'a rien de neuf, pourrait toutefois recevoir un coup de pouce de la nouvelle Banque publique d'investissement (BPI), la nouvelle banque des PME qui devra notamment "aider les jeunes à mettre en oeuvre leurs projets". Dont acte.

- Dans les universités, le nombre de centres de santé devrait passer de 14 en 2013 à 30 en 2015 et surtout... les services de médecine préventive universitaire seront accompagnés pour pouvoir aussi prescrire des traitements et ne plus se cantonner à de la prévention. Voilà qui pourraient vraiment aider les étudiants à se soigner.

- 4000 places de logements vont être créées pour des jeunes en alternance qui se partagent entre l'entreprise, leur lieu de formation et l'entreprise : dans des lycées professionnels, des centres de formation.

- Les lois encadrant les stages devraient à nouveau évoluer pour mieux protéger les stagiaires des abus : ainsi le plafonnement de la part des stagiaires dans les effectifs des entreprises, la limitation effective de la durée des stages longs à 6 mois, ou la requalification en contrat de travail des stages se substituant à un emploi permanent sont mises à l'étude.

- En matière de citoyenneté, l'âge d'éligibilité à des fonctions politiques devrait être ramené à l'âge où l'on devient électeur (18 ans), excepté pour les Sénat où il resterait à 24 ans. Sénateur à 24 ans, c'est déjà jeune !

La réaction de jeunes : que pensent-ils de tout ça

Au lendemain du Comité Interministériel de la Jeunesse, la ministre en charge de la Jeunesse, Valérie Fourneyron, a rencontré plusieurs jeunes impliqués dans le projet Zone d'expression prioritaire : Sala, 23 ans, étudiante en journalisme, issue d'un bac professionnel, Hervé, 25 ans, apprenti en DUT Carrières juridiques, Ayelya, 23 ans, en préparation du concours de professeur des écoles, Grégory, 22 ans, étudiant en licence Arts du spectacle, Juliette, 22 ans, en recherche d’emploi, diplômée d’un master administration sociale, Marin, 22 ans, étudiant en master affaires culturelles à Sciences Po.

Retour sur la rencontre en vidéo  :



Lundi 25 Février 2013

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie



S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger



Vos articles préférés !