Emplois d'avenir pour les jeunes : ce que prévoit la loi



Le projet de loi créant les "emplois d'avenir" a été voté définitivement par le Parlement et l'on sait exactement maintenant quels jeunes pourront en bénéficier. Qui, quoi, comment ? Explications.





Emplois d'avenir pour les jeunes : ce que prévoit la loi
Selon la loi votée en octobre 2012, "l'emploi d'avenir a pour objet de faciliter l'insertion professionnelle et l'accès à la qualification" de jeunes sans qualification ou peu qualifiés et "rencontrant des difficultés particulières d'accès à l'emploi", par "leur recrutement dans des activités présentant un caractère d'utilité sociale ou environnementale" et "ayant un fort potentiel de création d'emplois".

Tous les jeunes n'auront donc pas accès aux emplois d'avenir, mais seulement ceux qui ont le plus de difficulté d'insertion.

Les emplois d'avenir pour qui ?

– D'abord les jeunes de 16 à 25 ans, sans diplôme à la signature du contrat, en particulier dans les zones urbaines ou rurales les plus marquées par le chômage ainsi qu'en outre-mer.

– Egalement des jeunes en difficulté d'insertion, ayant poursuivi leurs études jusqu'au CAP ou BEP ou jusqu'au baccalauréat dans certaines zones difficiles;

– Des travailleurs handicapés de moins de 30 ans en difficulté et peu qualifiés.

– Le dispositif pourra être ouvert exceptionnellement aux jeunes ayant engagé des études universitaires post-bac, à condition d'une autorisation expresse du représentant départemental du ministère du Travail. On sait que de nombreux jeunes tentent de faire des études postbac mais échouent avant d'avoir obtenu un diplôme. Comme ils sont très nombreux, le gouvernement n'a pas voulu leur ouvrir trop systématiquement les emplois d'avenir, pour les réserver à ceux qui n'ont même pas le bac.

Au total, les emplois d'avenir devraient concerner 100 000 jeunes en 2013, 150 000 tous les ans à partir de 2014.

Et les emplois avenir professeurs ?

Ce sont des emplois d'avenir particuliers qui permettront de travailler dans l'enseignement à temps partiel (mi-temps maximum) : dans les établissements scolaires publics, mais aussi dans le privé sous contrat et dans l'enseignement agricole.

Là encore, ils sont réservés aux jeunes plus défavorisés :

– des étudiants boursiers d'un niveau compris entre la deuxième année de licence et la première année de master.

– les étudiants ayant vécu dans des zones défavorisées (zone urbaine sensible, de revitalisation rurale, outremer) ou ayant effectué tout ou partie de leurs études secondaires dans un établissement situé en ZUS ou relevant de l'éducation prioritaire seront prioritaires.

6.000 emplois d'avenir professeur sont prévus en 2013. Environ 18.000 étudiants devraient en bénéficier d'ici à 2015.

Quels types de contrat ?

– Ce seront des contrats à temps plein (excepté pour les emploi professeurs), en CDI ou CDD. 

– Dans le cas d'un contrat à durée déteminée (CDD), il sera d'une durée d'un an (renouvelable) à trois ans. Un employeur voulant recourir à un emploi d'avenir devra dire dans quelle mesure il a des chances de devenir pérenne au-delà des trois ans.

– Une fois le CDD achevé, le jeune qui a occupé un emploi d'avenir aura une priorité d'embauche chez l'employeur et ce dernier ne pourra enchaîner des emplois d'avenir sans engagement d'insertion.

– Il n'y aura pas d'offre de formation (c'est d'ailleurs une des critiques qui ont été faites), mais les employeurs seront sélectionnés en fonction de l'encadrement et des actions de formation qu'ils prévoiront éventuellement.

Pour quel salaire ?

La rémunération d'un emploi d'avenir sera vraisemblablement du niveau du Smic car ce sont des emplois qui n'exigent pas ou peu de qualification.

L'État prend en charge 75% de la rémunération brute au niveau du Smic pendant une durée maximale de trois ans dans le secteur associatif ou public. Exemple: pour un temps plein au Smic dans le secteur non marchand, la rémunération brute sera de 1425 euros, dont 1070 euros d'aide de l'Etat et la différence à la charge de l'employeur. L'aide sera de 35% pour les employeurs du secteur marchand.

Cela coûtera 1,5 milliard d'euros par an à l'État c'est pourquoi toutes les entreprises ne pourront offrir des emplois d'avenir. Seules les structures qui seront agréés pourront le faire.

Des emplois dans quels secteurs ?

Les secteurs concernés sont principalement les secteurs non marchands d'activités en développement ou à forte utilité sociale ou environnementale : par exemple les filières vertes et numériques, le secteur social et médico-social, l'animation, le tourisme, les métiers de l'aide à la personne.

L'ouverture au secteur marchand (commerce) sera sous conditions, sans doute en fonction du nombre d'emplois fournis par les autres secteurs.

Où et quand trouver un emploi d'avenir ?

Le plus simple est de s'adresser à Pôle Emploi ou à la mission locale de votre région ou à Cap emploi pour les jeunes travailleurs handicapés pour savoir si vous pouvez avoir droit à un emploi d'avenir et quels sont les offres dans votre région.

Le dispositif doit être mis en place dès le 2 novembre 2012, mais il faudra sûrement attendre un peu plus longtemps pour que les structures aient eu le temps de proposer leurs emplois et d'être agréés par l'Etat.

Lire aussi :
Notre rubrique Jeunes sans formation
Recrutement d'enseignants : un concours exceptionnel ouvert aux masters 1 en 2013


Jeudi 11 Octobre 2012
la rédaction

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie



S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger



Vos articles préférés !