Brunor : le dessinateur philosophe



Avec son tube de gouache et son crayon, le dessinateur de BD Brunor sait faire passer des idées précieuses aux personnes de toute génération. Sa mission? Nous aider à nous poser les bonnes questions sur Dieu, la science, l'univers... Comment tout cela se goupille-t-il ? Lisez-le, et vous vous sentirez bien mieux ! Portrait d'un dessinateur pas comme les autres.




Brunor avec son dernier album : "L'Etre et le Néant (sont dans un bateau). Photo: P. Piccarreta
Brunor avec son dernier album : "L'Etre et le Néant (sont dans un bateau). Photo: P. Piccarreta
Au départ, un jeune homme avec des idées révolutionnaires plein la tête. Qui fait de l'architecture, du dessin, de l'illustration. Qui lance un journal étudiant devenu un fanzine de bande dessinée renommé. PLG que ça s'appelait, pour "Plein la gueule".

Dès les premiers numéros, on y trouve les interviews des meilleurs dessinateurs de bande dessinée : Bilal, Moebius, Goossens, Mézières.

Nom: Brunor. Profession, dessinateur

40 ans plus tard, il s'appelle Brunor (son nom d'artiste) et me reçoit dans son salon pour causer de bande dessinée et de son parcours.

Ses dessins, vous les avez sans doute aperçus au détour d'une page de journal, en couverture d'un livre, vus chez vos parents ou vos voisins. Brunor a un univers bien à lui, servi par un coup de crayon intelligent, une réflexion peu commune pour un dessinateur de BD, et puis surtout, Brunor, c'est une foi.

Il s'interroge sur la science et la philosophie

Brunor : le dessinateur philosophe
Avec le Mystère du Soleil froid, paru en 2009, il a démarré une série intitulée Les indices pensables. Série véritablement indispensable pour qui s'interroge sur la science et la philosophie.
Exemple : le soleil est-il éternel ? Facile de répondre aujourd'hui, mais que disaient nos ancêtres il y a trois mille ans ?  Leurs réponses étaient-elles si à côté de la plaque qu'on le croit de nos jours ?

Allez, accrochez-vous, le cinquième tome des Indices pensables  vient de sortir...

Les bases de son questionnement, il les a posées en 2006, dans les 200 pages illustrées de son livre l'Univers imprévisible : comment comprendre Dieu à notre époque, alors que la science semble avoir le dernier mot ? C'est ce qui anime le dessinateur depuis plusieurs années. Dans Les indices pensables, il décline ce thème dans une série limpide et drôle.

Aux Apprentis d'Auteuil, il découvre les questions que les jeunes peuvent avoir

Le dessinateur est aussi musicien.
Le dessinateur est aussi musicien.
Question : d'où lui vient son inspiration ? "Je suis parti des questions des jeunes de la fondation des Apprentis d’Auteuil ", explique-t-il. Le dessinateur a en effet travaillé pendant quelques années dans cette fondation dédiée à l'insertion des jeunes en difficulté. Et a été impressionné par le nombre de leurs questions.

Devant les préjugés que certains s'étaient forgés, l'artiste a donc décidé de mettre son coup de crayon au service de la sagesse. D'ailleurs, ce rôle lui va comme un gant : aux Apprentis d'Auteuil, il a travaillé pour le journal A l’écoute, celui de l'association, distribué à plus de 400 000 exemplaires.

Chez Tintin Reporter : Brunor et Tintin sont dans un bateau...

Après la réussite de son fanzine PLG et son passage aux Apprenti d’Auteuil, Brunor a aussi travaillé dans la prestigieuse rédaction de Tintin Reporter. Là-bas, il invente de nouvelles rubriques. Partant de l'idée que Tintin est plus ou moins le saint patron des journalistes, il veut traiter l'actu en BD : "Les journalistes recevaient les dépêches AFP, et je leur disais 'faites-moi le scénario en 5h, j’ai des types qui dessinent très vite de mon côté."

C'est ainsi qu’à Tintin reporter, Brunor traite le premier trou dans le mur de Berlin, en Hongrie, en 1989. "A l’époque, on ne savait pas que le mur allait s’effondrer. On avait lancé ça un peu au flair". Puis le rédacteur en chef des pages BD sent qu'il faut traiter la révolte des étudiants chinois. Lesquels avaient fabriqué une statue de la liberté en polystyrène, en signe de protestation. "Le lendemain, explique Brunor, la révolte a  été réprimée dans le sang. Ils disaient 'notre statue ne ressemble pas à la vrai ; mais nous, la liberté, on ne la connait qu’en photo."

Quelques temps plus tard, sous le poids des commandes diverses et variées, le dessinateur décide de commencer une carrière indépendante. Ce qui, dans le milieu, est particulièrement rare…

"Et puis Dieu s'est fait connaître"

Quant à cette foi en Dieu, d'où lui vient-elle ? Brunor n'a pas toujours été croyant. "Je m’étais éloigné du Christ vers 17 ans, raconte-t-il. Quand j'ai eu 23 ans, un ami me raconte qu'il était à la communion de sa sœur, s'ennuyant au fond de l’église, et puis, plouf. Il a su que c’était vrai. Je lui demande alors s'il connaît d’autre gens touchés comme ça subitement, et il me dit, "oui. plein."

Plein. Pour Brunor, c'est le début d'une enquête. Il se met en recherche tout en se disant que ce n'est pas pour lui : "Tous les célèbres convertis avaient un point commun. Ils étaient très loin de Dieu, avaient une réputation de persécuteurs. Or moi, au contraire, j’étais déjà dans le coup, pour ainsi dire.  J’étais un tiède."

Celui qui s'appelait encore Bruno se rend donc à Taizé, une communauté œcuménique où se rassemblent protestants, bouddhistes, catholiques, orthodoxes, et qui accueille toute personne se posant des questions sur la spiritualité. Dans la chapelle principale, assis sur un tapis, le jeune homme de 23 ans lance intérieurement une question toute simple :"Est-ce que tu m’entends ? ". "Et puis Dieu s'est fait connaître", explique le croyant qu'il est devenu

Il veut réconcilier science et croyance

Cliquez sur la couverture pour accéder à la librairie
Cliquez sur la couverture pour accéder à la librairie
Nous sommes juste après mai 68. Les gens quittent le christianisme peu à peu. Est-ce un malentendu? Serait-ce que la jeune génération est mal informée ? L'artiste a sa réponse :  "On pourrait croire que les personnes quittant la religion le font à cause de son exigence. C’est ce que je pensais au début. Mais la réponse est trop simpliste, cela signifierait d’une part que la foi est quelque chose de rebutant et difficile, et d’autre part que la plupart des gens sont des fainéants. J’en doute fort ."

Lui pense qu'il faut plutôt concilier foi et raison, science et surnaturel. Alors avec ses tubes de gouache et ses crayons, Brunor répond aux questions de son temps.

Dans ce tome 5, L'Etre et le néant (sont dans un bateau), il s'attaque à une question dynamite, allusion au célèbre essai du philosophe athée Jean-Paul Sartre (l'Etre et le Néant). Brunor pilonne son tome 5 de bulles qui font souvent mouche,  pour nous apporter des réponses exigeantes , et accessoirement, nous offrir une bonne tranche de rire. 

Cette nouvelle BD nous incite à confronter nos petites croyances à la réalité. En somme, elle nous pousse à adopter un esprit critique : loin de nier le surnaturel, les affirmations avancées par la Bible et les religions sont toujours encore plus vérifiables grâce aux progrès scientifiques. C'est ça le progrès, le vrai ! 

Vous désirez aller plus loin? Allez sur le site du dessinateur Brunor, offrez-vous sa dernière BD, et plongez-vous dans un univers visuel pas comme les autres...

Quelques planches de Brunor


Mercredi 26 Novembre 2014
Paul Piccarreta


Qu'en pensez-vous ?

1.Posté par Claire de Buttet le 27/11/2014 11:03
Merci à vous pour ce bel article qui nous présente Brunor et ses magnifiques BD, tout un concept pour se poser les bonnes questions sur les grands "pourquoi"? sur le sens de la vie... tout cela avec humour et gratitude !

2.Posté par Croizé-Pourecelet Jean le 15/04/2016 15:15
Je suis mal-voyant et j'ai laissé le 31 janvier sur un DAB l'un de vos livres sans m'en apercevoir. Impossible de le trouver ni de retrouver son nom. Or il comportait des informations essentielles sur l'entropie, avec au début les 3 philosophies essentielles, leurs promoteurs, leurs dates, et une 4°, celle du petit peuple juif. Il y avait un truc avec deux bouteilles, l'une remplie d'eau bouillante, l'autre d'eau froide: une fois les eaux mélangée, cela faisait de l'eau tiède, mais l'opération était irréver- sible : l'entropie avait augmenté. Il y avait aussi une affaire de cartes à jouer jetées par terre dont l'ordre avait changé, elles étaient pour nous en désordre.
Puis le héro partait avec une fille en avion et avait des échanges d'idées spéciale- ment profondes. Il me semble que l'avion capotait, je ne me rappelle plus la fin. Un visage apparaissait en bas dans beaucoup de pages, je me demande qui c'était, il faisait des réflexions brèves.
Voudriez-vous me donner le nom de cette BD que je la rachète?
Je voudrais en donner un ou deux à chaque famille de nos 5 enfants.
Merci. Je suis latiniste, helléniste et X (63), jamais je n'ai trouvé qqch d'aussi limpide sur ces sujets difficiles, spécialement l'entropie, et je n'y ai vu aucune erreur. Bravo!
Combien de fois ai-je entendu des sottises sur ces sujets : chez vous, jamais.

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Témoignages | Initiatives | Coin philo | Portrait | Citations | Spiritualité





Vos articles préférés !


S'abonner à la newsletter gratuite