Hommes-Femmes, une sexualité différente


Tags : sexualité

Les différences sexuelles entre l'homme et la femme, nous les connaissons depuis la cour de récré, enfin nous le croyons. Nos corps, nos organes génitaux, notre fertilité, notre physiologie sont différents, c'est évident ! Ce qui l'est beaucoup moins, ce sont les conséquences de toutes ces différences sur nos comportements et la façon d'envisager la sexualité. Mieux les connaître peut permettre d'éviter maladresses et malentendus. Dans une relation amoureuse, ou simplement la vie de tous les jours.





Les organes génitaux

chez la femme : des organes cachés à l'intérieur du corps
chez la femme : des organes cachés à l'intérieur du corps
Chez l'homme, les organes sexuels sont externes : le pénis et les bourses (qui contiennent les testicules) sont situés à l'extérieur du corps. C'est cette situation qui permet aux testicules de bénéficier d'une température plus basse que les 37° du corps, ce qui est nécessaire à la fabrication des spermatozoïdes.

Chez la femme au contraire, une grande partie de l'appareil génital est interne, caché dans le bas ventre : le vagin où ont lieu les rapports sexuels, le col de l'utérus et l'utérus lui-même, ce muscle creux qui peut abriter l'enfant durant la grossesse ne sont pas visibles.
Que cela signifie-t-il ? D'abord, il y a une complémentarité évidente des corps : sans cette différence, les rapports sexuels seraient impossibles ! Ensuite, pour l'homme, la sexualité est quelque chose d'extérieur à son corps. Il va vers la femme lors de l'acte sexuel. Alors que pour la femme, la sexualité a un retentissement plus intime : elle reçoit la semence masculine dans l'intériorité de son corps. Le premier rapport sexuel provoque d'ailleurs la rupture de l'hymen, la membrane qui obture le vagin. L'émotion qui accompagne tout rapport sexuel est donc encore plus forte chez elle que chez l'homme. Et si un ovule est fécondé, c'est en elle que se développe l'embryon, c'est elle qui porte l'enfant. Elle a tendance à percevoir les relations sexuelles spontanément comme quelque chose d'important, et à être plus responsable. Même s'il ne faut pas caricaturer et en déduire que les hommes eux, sont systématiquement irresponsables...

La capacité à donner la vie

Spermatozoïdes vus au microscope
Spermatozoïdes vus au microscope
La fertilité est différente aussi d'un sexe à l'autre. L'homme est fertile à partir de la puberté et jusqu'à un âge avancé. Et sa fertilité est continue, stable d'un jour à l'autre : en effet, ses testicules fabriquent en permanence une grande quantité de spermatozoïdes. Au moment d'un rapport sexuel, le processus est toujours le même : les spermatozoïdes parvenus à maturation se mêlent au liquide séminal et au liquide prostatique pour constituer le sperme. Le sperme contient donc toujours une grande quantité de spermatozoïdes. L'homme est donc potentiellement fertile à chaque union sexuelle.

Chez la femme, la fertilité au contraire est cyclique : la femme n'est fertile que quelques jours par cycle aux alentours de l'ovulation. L'ovulation est le moment où l'un des deux ovaires laisse échapper un ovule dans les voies génitales féminines. Hors cette période de fertilité, qui dure environ 8 jours, la femme est infertile. Sa fertilité est donc plus limitée, et plus fragile.

Les hormones sexuelles

Chez la femme, le cycle menstruel, les règles, l'ovulation, sont provoqués par des hormones sexuelles féminines, substances sécrétés par les ovaires (sur ordre du cerveau). Ces sécrétions connaissent des variations cycliques (d'où le cycle féminin). Il y a deux hormones sexuelles féminines, qui influencent différemment la femme : les oestrogènes, et la progestérone.
Au début du cycle, le taux d'oestrogène augmente régulièrement, jusqu'à provoquer l'ovulation. Les oestrogènes (appelées parfois "hormone de la féminité") ont tendance à favoriser le désir sexuel, une certaine stabilité psychologique, des émotions positives (esprit d'entreprise, optimisme, etc.). Mais les oestrogènes chutent au moment de l'ovulation. Puis la progestérone (ou hormone de la maternité) prend le relais durant 14 jours. Avant les règles, la chute du taux de progestérone et aussi d'oestrogènes a tendance à altérer l'humeur et peut provoquer nervosité, fatigue, perte de confiance en soi, etc.
Une femme est donc soumise à des influences hormonales qui peuvent influer sur son humeur, provoquer des variations de climat intérieur d'un jour à l'autre. Inversement, des émotions provoqués par des événements extérieurs peuvent influencer les sécrétions hormonales et le cycle, par exemple en retardant l'ovulation.

Chez l'homme, il n'y a pas ces variations : l'hormone sexuelle masculine, la testostérone (qui provoque la sécrétion des spermatozoides) est sécrétée de façon constante de jour en jour. Le désir sexuel et l'humeur ne sont pas soumis à de brusques changements de nature hormonale.
Voilà donc une différence importante entre hommes et femmes, mais attention : si la femme est sans doute d'humeur plus variable, il ne faut y voir en aucune façon une tare ou une infériorité. Certains ont en effet vite faits de s'appuyer là-dessus pour affirmer qu'un femme serait moins solide nerveusement ou inapte aux responsabilités. Or ceci est pure interprétation !

Le plaisir sexuel

Hommes-Femmes, une sexualité différente
Eh oui, là encore, il y a des différences, même si le plaisir naît de la rencontre des sexes. Chez l'homme, le plaisir maximum est lié à l'éjaculation : au moment où il y a jaillissement du sperme, il ressent une série de spasmes musculuaires, un orgasme, suivi d'un relâchement de tension très marqué. Dans des relations sexuelles complètes (avec éjaculation dans le vagin de la femme), l'homme a donc nécessairement un orgasme.

Chez la femme, le plaisir ne correspond pas au même type de phénomène physiologique. Elle peut aussi ressentir un orgasme au niveau du col de l'utérus, au fond du vagin, mais pas forcément au moment où l'homme déverse le sperme. (Cela peut être aussi au moment de caresses du clitoris ou autre). Elle peut aussi ne pas en avoir. La période des "préliminaires " (caresses, baisers) qui précède l'union peut durer plus longtemps pour elle, alors que pour l'homme, si l'excitation se prolonge, la pulsion vers l'acte est de plus en plus intense.

Bien des malentendus et des déceptions seraient évités, si chacun tenait davantage compte du fonctionnement intime de l'autre sexe. Pourtant, la "réussite" d'une union ne dépend pas uniquement de considérations physiques : la tendresse, le dialogue, l'attention à l'autre, l'entente entre les partenaires est toute aussi importante. Une relation sexuelle est d'abord une relation, ne l'oublions pas. Et pour s'abandonner totalement, une femme, en particulier, a besoin de se sentir en totale confiance, de ne pas craindre d'être utilisée ou abandonnée, mais respectée et aimée. En dehors des aspects physiques, l'homme et la femme présentent en effet bien d'autres différences dans leur façon d'envisager l'amour.

A lire également :
Sexualité masculine : comment ça marche ?

Mercredi 30 Janvier 2013

Qu'en pensez-vous ?

1.Posté par monique le 17/08/2007 19:11
je voudrai savoir si une femme a aussi du sperme merci

2.Posté par Sèna le 15/11/2007 17:33
je voudrais savoir comment corriger les douleurs lors des rapports sexuels.
j'ai déjà été chez le médecin ; psychologiquement je suis prête aussi.
alors ou se trouve le problème.

j'ai besoin de vos réponses pour évoluer

3.Posté par Blache Marie-Pierre le 23/12/2007 21:33
Chère Séna,
Vous éprouvez des douleurs lors des rapports sexuels.En effet lors de la défloration ou premier rapport sexuel,, l'hymen d'une jeune fille vierge(membrane obturant en partie le vagin) est plus ou moins "forcé" à s'élargir et se déchire, et cela peut-être douloureux.Le médecin a du vérifier qu'il n'existait pas de "bride vaginale" sorte d'excroissance qui peut "barrer la route " et donner des douleurs. Cette première expèrience si elle a occasionné de la souffrance est quelque peu traumatisante, en tout cas déroutante. En conséquence elle engendre de l'appréhension pour les rapports suivants:Il en résulte, dès les préliminaires , même s'ils sont agréables et entourés d'amour et de délicatesse, une contracture involontaire des muscles du vagin tendant à le reserrer et à empêcher la pénétration.On appelle ça le vaginisme.A fortiori, une femme qui souffre de vaginisme reproduit cette contracture involontaire lorsqu'elle doit être examinée par le gynécologue.Etait-ce le cas? Les sexologues proposent un traitement du vaginisme par des séances de rééducation périnéale accompagnée d'une prise de conscience des muscles vaginaux aidée d'exercices de relaxation.Dans votre cas, vous dîtes être prête psychologiquement. mais est-ce dans le cadre d'une relation amoureuse bien stable? le véritable amour s'accompagne d'un don de soi total à l'autre dans un engagement concrétisé par le mariage qui constitue la plus grande sécurité affective dont vous avez peut-être besoin pour vous épanouir vraiment,corps et âme. Réfléchissez-y;

4.Posté par Blache Marie-Pierre le 23/12/2007 21:45
Chère Monique,
votre question est un peu surprenante et part sans doute d'une confusion ayant son origine dans la "légende" de la "femme fontaine"....;Le désir et l'excitation sexuelle chez la femme se traduisent entre autres par une augmentation nette de l'humidité vaginale et vulvaire.C'est ce qu'on nomme en langage populaire "mouiller".Quelquefois chez certaines femmes c'est assez abondant, mais pas au point de gicler à 1 mètre du sexe féminin,comme l'ont décrit avec complaisance certaines informations pseudo-pornographiques....créant ce mythe de la femme fontaine! Peut-être est-ce cela que vous assimilez à du sperme? Non, en aucun cas la femme n'a de sperme.Cela est exclusivement réservé à l'homme.

5.Posté par chahrazad le 16/01/2008 00:47
j'ai fais l'amour plusieurs fois, mais j'ai jamais avoir mon orgasme, je veux vraiment savoir pourquoi?

6.Posté par Blache Marie-Pierre le 20/01/2008 19:26
Chère Chahrazad,
Ce qu'on nous explique généralement sur la sexualité féminine inciterait à penser, et votre question le prouve, que la jouissance est le résultat d'une stimulation et qu'un frottement mécanique doit à coup sûr aboutir à l'orgasme chez la femme comme chez l'homme.....C'est complètement faux! Ces messieurs,trompés par la pornographie, aiment à le penser et se trompent assez lourdement....L'orgasme ne se produit pas souvent dans les débuts de la vie sexuelle d'une jeune femme. Le plaisir féminin est lié à de multiples facteurs, dont le contexte sentimental n'est pas le moindre. La patience et la capacité à se "retenir" d'un homme amoureux est essentielle pour amener sa femme à cet abandon total de contrôle après une lente montée du plaisir.Nous ne sommes absolument pas des femmes standardisées "presse-bouton" à l'exemple de ce fameux point G dont on nous rebat les oreilles...;Dix mille caresses possibles, l'amant cherche laquelle va satisfaire sa femme....C'est un merveilleux chemin à deux qui ne prend tout son sens que dans le véritable amour. Rien à voir avec un exercice corporel se soldant par une performance....Ne jamais se mettre la pression en attendant un orgasme qui ne vient pas, oubliez le, et livrez-vous "corps et âme" dans un don total et aimant, fidèle et confiant, si vous avez trouvé celui que vous aimez vraiment.

7.Posté par shiraz le 27/01/2008 19:32
je ss mariée depuis 2 ans g une fill de 10mois et j'ai decouvert que javais une bride vaginale et comme j'ai toujours eu des rapports douloureux et pas de plaisir avec la penetration je me demandais si c'est pas la cause ?

8.Posté par Pierre le 06/03/2008 12:28
bjr. j'aimerai savoir comment doit faire un homme pour retenir son sperme lors d'un rapport sexuel? merçi.

9.Posté par Annie le 23/07/2008 16:03
Sans cette différence, les rapports sexuels seraient impossibles
------------------
Il faudrait que vous preniez conscience que le monde n'est pas qu'hétérosexuel et que la sexualité - je vous le confirme comme pratiquante !! - existe entre personnes de sexe semblable...

Vous confondez sexualité et procréation...

Un peu de vigilance SVP pour ne pas faire de prosélytisme hétérosexuel... et, surtout, ne pas culpabiliser les individu-es, adolescent-es et jeunes adultes, en construction d'identité sexuelle

Psycho | Corps et sexualité | Amour | Couple | Un bébé ? | Addictions



S'abonner à la newsletter gratuite




Découvrir le cycle féminin : un guide "spécial débutantes" à télécharger pour apprendre à mieux vous connaître et observer vos signes de fertilité. Un bon complément à nos articles. (cliquez sur l'image pour accéder au fichier)