Orientation des filles : pourquoi pas ingénieure ou conductrice de grue ?


A l'occasion de la Journée de la femme, le 8 mars 2012, plusieurs initiatives cherchent à convaincre les filles de ne pas s'interdire les "métiers d'homme". En particulier les carrières d'ingénieures qui offrent les meilleurs débouchés.





Photo : Dreamstime / Christophe Baudot
Photo : Dreamstime / Christophe Baudot
Saviez-vous que même si elles représentent 46% des élèves en terminale scientifique, les filles ne sont plus que 10% à se diriger vers des études d'ingénieur ? Malgré l'évolution des esprits et des moeurs, la mixité s'arrête donc aux portes de certaines carrières, en particulier des métiers scientifiques et techniques. Dommage quand on sait que ce sont celles qui assurent, même en temps de crise, les meilleurs débouchés !

Si les filles réussissent en moyenne mieux que les garçons dans leur scolarité, elles sont nombreuses à se diriger vers les mêmes types de formation. Ainsi, en apprentissage professionnel, 80% des filles se regroupent dans 4 filières : le secrétariat, le secteur sanitaire et social, la comptabilité et la vente.

Pour la journée de la femme 2012, école d'ingé, associations, lycées y vont donc de leur initiative pour expliquer aux filles qu'elles ont peut-être tort de s'interdire certaines voies et qu'il faudrait élargir leurs horizons. Ainsi l'ESIEE Paris organise-t-elle le 8 mars à 17h30 une table ronde sur le thème "Et si ingénieur s'écrivait avec un E?".

Les entreprises déroulent le tapis rouge pour les ingénieures

Orientation des filles : pourquoi pas ingénieure ou conductrice de grue ?
Certes, il n'est pas toujours évident de mettre le pied dans un univers où les hommes sont effectivement majoritaires. Séverine en sait quelque chose. Après son bac S et son diplômé de l'Estaca, école d'ingénieur spécialisée dans les transports, elle est entrée comme ingénieure en aérodynamique chez Airbus. Job passionnant de responsable de tous les essais faits en soufflerie sur les maquettes d'avions pour étudier leur comportement face au vent. Mais dans son service, elle est la seule femme sur 13 ingénieurs et reconnaît qu'au début, oui, elle a dû "faire ses preuves" face au regard de ses collègues.

Pourtant les entreprises françaises, qui manquent d'ingénieurs, se rendent aussi compte que la mixité des équipes est vraiment un plus pour la qualité du travail et la diversité des profils. Moralité : elles déroulent le tapis rouge pour les candidates qui sont clairement favorisées dans certains processus de recrutement. Ainsi les respnsables RH de Thalès et Orange vont-ils participer aussi au débat du 8 mars à l'ESIEE.

Dans sa campagne de recrutement lancée en février (photo), Safran cible carrément les filles. (Rappelons que depuis le 1er janvier 2012, les entreprises de plus de 50 salariés sont contraintes de rendre compte des mesures prises en faveur de l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes).

Elles bougent donnent des marraines aux lycéennes

Créée en partenariat avec des grandes entreprises du secteur de l'énergie, de l'aéronautique et de l'automobile, l'association "Elles bougent" organise elle le 8 mars 2012 un diner-rencontre entre "marraines". Les "marraines" sont un peu les bonnes fées des lycéennes et étudiantes qui adhèrent à l'association parce qu'elles envisagent de faire des études scientifiques.

Chaque fille se voit donnée une marraine qui la coache, lui prodigue des conseils pour ses études, son orientation, ses choix de stage, et qui lui ouvre son réseau quand elle cherche un emploi. Précisons que les marraines sont des femmes ingénieures occupant de beaux postes chez Dassault, EDF ou Renault....

Et toute l'année, des visites d'entreprise technologiques sont proposées par "Elles bougent".

Au collège : "l'opération Déployons nos elles"

Mais tout commence sans doute au collège (voire à l'école), dès que s'élaborent les premiers projets d'avenir. C'est pourquoi l'association IMS-Entreprendre pour la cité relance en mars 2012 avec les académies d' Ile-de-France, de Lyon, de Grenoble et de Normandie la deuxième opération "Déployons nos elles" dans 40 collèges. Objectif : Faire découvrir les "métiers d'hommes" aux filles, et cela en partenariat avec 30 entreprises.

Durant tout le mois de mars, conductrices de grue, directrices financières ou informaticiennes vont donc à la rencontre de collégiens pour présenter leur parcours et leur métier typiquement "masculin". Rien de tel que la rencontre et le témoignage pour chasser les stéréotypes ou ouvrir des horizons. A noter que les professionnelles sont accompagnées de leurs collègues masculins pour permettre également aux jeunes garçons de changer leur regard. Puis en mai, les élèves se rendront dans les entreprises pour présenter un travail réalisé en classe sur le sujet et interviewer des salariées dans leur environnement de travail.

"Une réelle mixité en entreprise passe inévitablement par une prise de conscience des jeunes filles dès leur choix d'orientation, commente Bouna Kane, responsable éducation d'IMS-Entreprendre pour la Cité. En 2011, l'opération 'Déployons nos Elles' a permis à 1040 collégiens de rencontrer des professionnelles et cela a provoqué des déclics. Des filles ont enfin osé affirmer qu'elles voulaient être pompiers ou traders. Elle ont ensuite été suivies par leur conseiller d'Orientation pour mener à bien leur projet".

Lire aussi :
Y a-t-il des métier d'homme et des métiers de femme ?
Ingénieure, elle travaille sur le Solar Impulse


Mardi 13 Mars 2012

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie



S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger



Vos articles préférés !