Y a-t-il des métiers d'homme et des métiers de femme ?



Les filles réussissent leurs études aussi bien voire mieux que les garçons mais s'interdisent toujours certaines orientations. Les métiers auraient-ils un sexe ? Notre enquête et nos conseils.



Le constat : fille et garçons face à l'orientation

Y a-t-il des métiers d'homme et des métiers de femme ?
En théorie, hommes et femmes sont totalement égaux face aux études, à l'orientation, aux métiers et à l'emploi.

Dans la pratique, les filles réussissent plutôt mieux leurs études, mais dès la troisième, on observe de grosses différences dans les choix d'orientation en fonction des sexes. Après le bac, cela s'accentue encore : les garçons, plus souvent dotés d'un bac S, s'orientent deux fois plus que les filles vers les classes préparatoires aux grandes écoles. Avec un bac techno, 2 garçons sur 3 choisissent une filière professionnelle de type IUT ou BTS, contre moins d'une fille sur 2.

Les filles, elles, s'orientent davantage vers l'université où elles se retrouvent majoritaires (à 70 % !) en lettres, langues, sciences du langage et arts, et très minoritaires en sciences (34%) et en technologie (19%). Elles sont d'autre part très majoritaires dans les filières paramédicales (85%) et sociales (79%).

Pourquoi ces différences de choix ?

Y a-t-il des métiers d'homme et des métiers de femme ?
Ces différences s'expliquent en grande partie par le poids des traditions qui donnent une image de certains métiers. Comme le montre une enquête Ipsos, menée par la Délégation interministérielle à la famille en novembre 2007, cela commence à la maison : les parents ont une représentation très sexuée des métiers.

Quand on leur demande quels secteurs ils conseilleraient à un garçon parmi ceux qui recrutent, les parents citent dans l'ordre l'énergie-environnement, les technologies de la communication, et l'industrie. Et pour une fille : les technologies de l'information, les services et les soins à la personne, l'énergie-environnement.

L'industrie ne vient pour les filles qu'en 6ème position, le bâtiment en 8ème. "Quand une fille dit qu'elle veut faire un DUT industriel ou de la mécanique, ses parents lui disent souvent que ce n'est pas un métier de femme", déplore le responsable d'un DUT mécanique et productique.

Y a-t-il des métiers d'homme et des métiers de femme ?
Souvent, l'image masculine d'un métier est tout simplement due au fait qu'il a été longtemps réservé aux hommes : police, bâtiment, armée... Ou qu'il évoque des valeurs plus masculines : l'action, l'effort physique, le danger, le pouvoir... A noter que les nouveaux secteurs comme les technologies de l'information, moins marqués par les traditions, ont une image moins sexuée.


Enfin, il faut reconnaître que les hommes et les femmes restent différents, non dans leurs capacités mais leurs aspirations profondes : les femmes accordent en général une plus grande importance à la relation humaine qu'au pouvoir, elles sont plus à l'aise avec les situations de communication, le langage, portent le souci de l'autre, le sens du concret, les hommes étant plus tournés vers l'action, la résolution de problèmes techniques compliqués.

Bien sûr, tout ceci s'exprime différemment selon le profil des individus.

Le problème des débouchés

Y a-t-il des métiers d'homme et des métiers de femme ?
Le résultat de tout cela, c'est que les filles ont tendance à se précipiter dans des filières où les débouchés sont peu nombreux (sciences humaines, lettres), et à s'interdire une grande partie de secteurs actuellement porteurs pour l'emploi : les carrières scientifiques et technologiques, les postes de recherche et développement, l'industrie, le bâtiment, l'informatique, l'aéronautique, etc.

En formations d'ingénieurs, on ne compte que 30% environ de filles, alors que ces grandes écoles offrent des possibilités de carrières nombreuses et variées (Lire Amélie, élève ingénieur à Polytechnique). Ceci implique donc pour les filles à la fois une plus grande difficulté à accéder au marché de l'emploi, et une ignorance de nombreux métiers où elles pourraient s'épanouir.

En effet, lorsque des femmes accèdent à ces secteurs, elles y réussissent largement aussi bien que les hommes, et peuvent être tout aussi passionnées. Ainsi Delphine, qui après un bac littéraire et une maîtrise de lettres, a décidé à 25 ans de préparer un bac professionnel Aéronautique. Elle est aujourd'hui formatrice des mécanos d'Air France sur l'Airbus A380.

De plus en plus, on se rend compte qu'il n'y a pas des "métiers d'homme" et des "métiers de femme", mais une façon plus féminine ou plus masculine d'aborder son travail. Les entreprises veulent d'ailleurs de plus en plus avoir des équipes mixtes, composées d'hommes et de femmes, car elles sont plus harmonieuses et souvent plus efficaces. "Les femmes apportent un autre regard, des solutions pratiques et réalistes. Et la sécurité, pour les femmes, c'est naturel", indique par exemple la Fédération du bâtiment.

La question de l'équilibre vie professionnelle-vie familiale

Y a-t-il des métiers d'homme et des métiers de femme ?
Pour une jeune femme, le désir de pouvoir concilier un métier avec une vie de famille est bien sûr à prendre en compte. Les garçons portent d'ailleurs aujourd'hui le même souci, et les entreprises y sont de plus en plus attentives.

Cependant les secteurs professionnels très féminisés ne sont pas forcément les plus adaptés sur ce plan : ainsi les professions médicales et paramédicales (infirmières, kiné, orthophoniste), celles de l'accueil (hôtesses, hôtesses de l'air), du service à la personne, de la communication et des médias exigent bien souvent de travailler en horaires décalés, le week-end, ou le soir.

Au contraire, des métiers à image masculine peuvent offrir des horaires réguliers et mieux adaptés. Ainsi dans le transport, les conducteurs d'autocars et d'autobus (métiers à image masculine au départ) travaillent souvent à temps partiel et sur des lignes scolaires, si bien que ces emplois sont de plus en plus occupés par des femmes. De même les métiers dédiés aux nouvelles technologies (webmasters, webdesigners, développeurs) peuvent souvent être exercés de façon souple en télétravail. Alors les filles, qu'attendez-vous pour élargir vos horizons et casser les codes ?

Nos conseils aux filles

Y a-t-il des métiers d'homme et des métiers de femme ?
- Cernez bien votre profil, vos motivations mais élargissez le champ des secteurs qui peuvent vous intéresser. Ne vous limitez pas aux secteurs traditionnellement féminins.

- Passer en revue tous les secteurs qui recrutent sans vous en interdire aucun. Pensez à l'informatique, au bâtiment, à l'aéronautique, aux carrières de la banque, aux métiers de la logistique et du transport, au monde de l'industrie, aux nouveaux métiers de l'Internet, etc. Certains de ces secteurs cherchent à se féminiser et font des offres intéressantes aux filles, surtout s'ils manquent de cadres. L'industrie courtise par exemple les femmes ingénieurs (lire notre article), profitez-en.

- N'éliminez pas systématiquement au cours de vos études les orientations vers les sciences et la technologie. Même avec un bac économique et social, certains DUT industriels vous restent ouverts : comme "Qualité, logistique industrielle et organisation", ou "Génie du conditionnement et de l'emballage". Après un bac technologique avec mention bien, vous être prioritaire pour une incription en IUT ou en BTS.

- Visitez les sites d'association ou de fédérations professionnelles dédiés aux filles :
  • l'association Elles bougent (www.ellesbougent.com) pour les filles qui veulent s'orienter dans l'aéronautique, l'automobile, l'espace ou le ferroviaire, Pascaline (www.assopascaline.fr) dédiée aux métiers du numérique, etc.
  • le site Femmes et bâtiment, de la fédération française du bâtiment.

Nos conseils aux garçons

Il y a moins de secteurs "interdits" aux hommes par la tradition.
- Toutefois, si vous avez le bon profil et qu'ils vous attirent, ne négligez pas les métiers de l'enseignement qui se sont fortement féminisés ces dernières années, mais offrent des possibilités intéressantes si vous avez la "vocation".

- Idem pour les carrières sociales qui vont beaucoup recruter (lire notre article), le médical et le para-médical, les métiers du service à la personne.

- Cernez bien vos motivations et vos aptitudes pour voir si vous êtes plutôt fait pour un travail d'expert très spécialisé, pour le management, pour les métiers de la relation humaine, etc. Vous éviterez ainsi des erreurs d'orientation. (Lire Quelles sont vos motivations ? ou Pour quels métiers êtes-vous fait ?)


Vendredi 7 Juin 2013

Qu'en pensez-vous ?

1.Posté par SAM le 04/04/2011 18:04

2.Posté par goumf le sage le 30/10/2013 14:26
Merci beaucoup !!! Se sîte m'a beaucoup aidé !! J'ai appris pleinde choses et je vous en suis reconnaissant.


Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Cerner son profil | Bâtir son projet pro | Métiers qui recrutent | Métiers à découvrir | Métiers passion | Expériences de jeunes pros | Sans formation ?






S'abonner à la newsletter gratuite






Un blog sur l'actu des débouchés

Educateur de la protection judiciaire de la jeunesse : un concours ouvert aux bac+2

La direction de la protection judiciaire de la jeunesse recrute des éducateurs par concours. Les...