Le plan pour l'emploi des jeunes annoncé par Sarkozy



Nicolas Sarkozy a présenté le 24 avril à Jouy-le-Moutiers (Val-d'Oise) le plan pour favoriser l'emploi et la formation des jeunes face à la crise. L'Etat va aider les entreprises à embaucher davantage d'apprentis et de contrats de professionnalisation. Les stages devraient être rémunérés à partir d'une durée de deux mois au lieu de trois.





A Jouy-le-Moutiers (Val-d'Oise), le 24 avril 2009 / Copyright : Service photos Elysée, L. Blevennec
A Jouy-le-Moutiers (Val-d'Oise), le 24 avril 2009 / Copyright : Service photos Elysée, L. Blevennec
Ce n'est pas un hasard si Nicolas Sarkozy a choisi d'annoncer le plan pour l'emploi des jeunes dans le centre de formation en alternance de Veolia Environnement. L'alternance est en effet la grande gagnante des mesures présentées. "Nous faisons le pari de l'apprentissage", a dit le chef de l'Etat en fixant comme objectif  le recrutement de  "320.000 apprentis entre le 1er juin 2009 et le 1er juin 2010". En 2008, 285.000 apprentis avaient été recrutés. Pour aider les entreprises, Nicolas Sarkozy a promis qu'elles auraient "zéro charges" si elles embauchaient un apprenti avant le 30 juin 2010. Les entreprises qui ont moins de 50 salariés auront aussi droit à une prime de 1800 euros.

Autre type de contrat en alternance, le contrat de professionnalisation est aussi encouragé : le gouvernement veut que 170.000 contrats pros soient conclus du 1er juin 2009 eu 1er juin 2010 (au lieu de 142.000 l'année précédente). Les entreprises qui embaucheront en contrat pro un jeune de moins de 26 ans auront droit à une prime de 1.000 euros (2.000 euros si le jeune n'a pas le bac).



Des branches comme l'hôtellerie-restauration vont signer des ''chartes de l'alternance''

Avec les apprentis de Veolia Environnement / copyright : L. BLevennec
Avec les apprentis de Veolia Environnement / copyright : L. BLevennec
Les mesures annoncées et les avantages accordés aux entreprises suffiront-ils à décider les entreprises à recruter ces jeunes, à un moment où la crise les incite plutôt à mettre fin aux stages aux CDD, voire même à licencier ?

C'est toute la question, c'est pourquoi le gouvernement veut "forcer la main" de certains secteurs économiques, en particulier ceux qui emploient structurellement beaucoup de main d'oeuvre, en signant avec eux des "chartes de l'alternance". Une charte serait en voie d'être signée par exemple avec le secteur de l'hôtellerie-restauration qui vient de bénéficier d'une baisse de son taux de TVA. Henri Proglio, le PDG de Veolia Environnement, a été chargé par Nicolas Sarkozy de "vendre" l'apprentissage aux entreprises et d'encourager la signature de plusieurs chartes de l'alternance. Une fois la charte signée, un secteur engagerait davantage d'apprentis.

Les stages seront rémunérés à partir de deux mois

N. Sarkozy salue un apprenti de Jouy-le-Moutiers / copyright : L. Blevennec
N. Sarkozy salue un apprenti de Jouy-le-Moutiers / copyright : L. Blevennec
Autre sujet sensible pour les jeunes, surtout ceux qui font des études supérieures, la rémunération des stages. La législation actuelle prévoit qu'une rémunération minimum (30% du Smic) est obligatoire à partir de trois mois de stage. Nicolas Sarkozy a indiqué que les textes allaient être modifiés pour permettre que les stages soient rémunérés à partir de deux mois. La nouvelle va réjouir tout ceux qui s'apprêtent à démarrer un stage d'été : attention toutefois, il faut attendre que les décrets d'application soient signés. "Je veillerai à ce que cela puisse se faire avant l'été", a déclaré le président. Dont acte.
Dans la fonction publique par contre, Nicolas Sarkozy a précisé que le paiement des stages de deux mois était valable immédiatement.

Autre mesure importante pour les stagiaires, notamment ceux qui effectuent un stage de fin d'études : l'Etat offrira une aide exceptionnelle de 3 000 euros aux entreprises qui embaucheront en CDI (contrat à durée indéterminée) avant la fin septembre 2009 les jeunes en stage avant le 24 avril 2009.
Une mesure d'autant plus intéressante qu'en ces temps de crise, on observe plutôt une augmentation du nombre de stages de longue durée (à la place de vrais recrutements), mais que la plupart d'entre eux ne débouchent pas sur l'emploi, les entreprises étant encore plus frileuses que d'habitude avec les jeunes diplômés.

Les contrats initiatives emploi et les écoles de la deuxième chance

Nicolas Sarkozy au centre de formation de Veolia Environnement / Copyright : L. Blevennec
Nicolas Sarkozy au centre de formation de Veolia Environnement / Copyright : L. Blevennec
Dernier volet du dispositif, les contrats aidés, c'est-à-dire aménagés spécialement pour ceux qui ont peu de formation ou des difficultés d'insertion particulières. Ce n'est pas tellement la tasse de thé de Nicolas Sarkozy, qui a indiqué qu'il ne voulait pas donner la priorité à un "traitement social du chômage". Mais tout de même, le plan pour l'emploi prévoit le doublement à 100.000 du nombre de contrats initiative emploi (CIE) subventionnés par l'Etat.

Parallèlement, les collectivités locales seront incitées à embaucher un contingent significatif de jeunes en "contrats passerelle" (informatique, petite enfance...) censés leur permettre ensuite de s'insérer dans le privé.

Enfin, il y aura deux fois plus de places créées dans les écoles de la deuxième chance , pour ceux qui sont sans formation.

500 000 jeunes concernés par le plan

Le plan devrait coûter 1,3 milliard d'euros et concerner plus de 500 000 jeunes, qu'ils soient diplômés ou sans qualification. Il sera financé essentiellement par l'Etat via le fonds d'investissement social, créé en février pour développer la formation.

Nicolas Sarkozy n'a rien dit sur le lancement d'un service civique, sur lequel les services de Martin Hirsch sont pourtant en train de plancher. Il n'a pas évoqué non plus l'idée de verser à tout jeune une sorte de "RMI" ou allocation universelle.
Sans doute faut-il attendre pour cela la fin des travaux lancés par le Haut-commissaire à la Jeunesse, fin  mai 2009, qui seront sûrement suivis de nouvelles annonces.

La balle est maintenant dans le camp des entreprises. Quant aux étudiants, ou à ceux qui envisagent une orientation, c'est le moment plus que jamais de viser une formation en alternance, et cela, à tout niveau du BEP au bac + 5.
Lire : Contrat d'apprentissage : comment  trouver une entreprise ?


Mardi 26 Mai 2009

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie






Vos articles préférés !

S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger