Jeunes volontaires japonais : le tsunami a changé leur vie



Des milliers de volontaires ont rejoint le nord-est du Japon après le cataclysme du 11 mars 2011. Reporter et spécialiste du Japon, Wilfried Maisy a été partager leur vie au milieu des sinistrés de Minami Sanriku, une des villes englouties. Pour ces étudiants et ces jeunes pros, cette expérience est un tournant car ici, la reconstruction est d'abord humaine. Grand reportage.




Minami Sanriku dessine son avenir sur une page blanche. Ce petit port de pêche était au plus proche de l’épicentre du séisme de magnitude 9, suivi d'un tsunami géant, qui a dévasté la région du Tohoku le 11 mars 2011. Après les violentes secousses, ses 17 700 habitants n'ont eu que quelques minutes pour réagir. Des vagues de 15 mètres ont tout balayé, s’engouffrant jusqu’à 6 km dans les terres, le long des rivières. Le sol s’est affaissé de 75 cm.

Officiellement, 1 206 personnes sont mortes ou portées disparues. Mais pour beaucoup, le bilan est bien plus lourd. La station balnéaire, réputée pour ses algues et ses oursins, son air pur et ses petites plages de rêve, n’est plus qu’un immense terrain vague où domine une odeur de mort, où les rapaces ratissent le ciel.


Répondant à l’appel à la solidarité pour les milliers de sinistrés, autant de volontaires se sont mobilisés pour des périodes allant d'un jour à des semaines. Jeunes en majorité, ils ont effectué toutes sortes de travaux : nettoyer la boue, déblayer les gravats dans les premières semaines ; venir en aide aux personnes isolées, préparer à manger pour les sinistrés ; organiser l’afflux de dons venant de toutes part, constituer des cartons, les répartir. Se substituant à la municipalité dévastée – dont le maire est l’un des seuls survivants – les ONG ont pris les choses en main.

Après quelques mois, l’urgence passant, le rôle des volontaires a évolué. L’aide psychologique est devenue une priorité. Bénévoles et sinistrés ont noué des liens très fort, si bien que parmi les premiers, beaucoup sont devenus quasi permanents et envisagent de s’installer à Minami Sanriku.

Asami, puéricultrice : ''Il faut écouter la souffrance des petits''

Jeunes volontaires japonais : le tsunami a changé leur vie
Asami Nagashige, 30 ans, vient de la préfecture de Chiba, près de Tokyo. Puéricultrice de métier, elle prend régulièrement des congés pour s'occuper des enfants de familles sinistrées à Minami Sanriku. Elle est bénévole pour l’ONG United Earth.

"Je m’occupe d’une dizaine d’enfants, explique-t-elle ; Ils sont contents d’avoir de la visite de volontaires comme moi, mais ils sont tristes lorsqu’on s’en va. Certains hésitent à donner leur affection de nouveau et deviennent distants. D’où l’importance de s’engager sur le long terme.
On peut penser que les tout petits n’ont pas eu bien conscience de la catastrophe. A les voir crier «le tsunami est venu», en rire, cela paraît léger pour eux. Pourtant, certains ont perdu leur grand frère. Ils ont vu leur maison emportée dans les vagues. Ils sont pris de panique quand il y a des tremblements de terre. Les grosses secousses sont très fréquentes depuis le mois de mars.
En laissant le temps au temps, les petits se confient davantage. Ils répètent qu’ils ont eu peur. Ils parlent du passé, ils regrettent les fêtes dans leur ancienne école, les feux d’artifice dans la ville, quand elle existait encore"…

Shigeki : ''le regard des Japonais sur le volontariat change''

Jeunes volontaires japonais : le tsunami a changé leur vie
Shigeki Oku, 26 ans, vient de la préfecture de Kobe. Un peu en marge, il est sorti du circuit classique, qui veut qu’un étudiant intègre une entreprise à la sortie de l’université pour devenir un "salary man". Lui a suivi une voie différente. Il a passé une année sabbatique à voyager un peu partout, de l’Amérique du Sud et du Nord au Moyen-Orient, puis à travers l’Europe et jusqu’en Inde.

"Quand on sort des sentiers battus, il est difficile d’y revenir, sourit-il. Mais je ne regrette rien. La société japonaise change. Il est de plus en plus valorisant d’accumuler les expériences, comme le volontariat. Autrefois, ce n’était pas bien vu. Mais depuis le grand séisme de Kobe, et maintenant celui du Tohoku, les mentalités changent. Certaines sociétés incitent leurs employés à s’engager pour les autres et organisent même des groupes de volontaires."
Shigeki compte travailler bénévolement pendant quelques semaines. Il s’est trouvé un rôle à Minami Sanriku. Engagé avec l’ONG United Earth, il vérifie le fonctionnement des ordinateurs envoyés en don par des fabricants.

Satoshi : "Les gens ici sont pleins d'énergie''

Jeunes volontaires japonais : le tsunami a changé leur vie
Satoshi Hamamoto, 30 ans, vient de Matsuyama, sur l’île de Shikoku. Il travaille dans les services Internet, mais a lâché ses activités pour venir aider au déblaiement après le tsunami. "Les gens d’ici sont pleins d’énergie et d’imagination, dit-il. Ils passent leur temps à explorer de nouvelles solutions pour apporter de l’aide aux sinistrés. Ils exploitent tout ce qui est possible".

Du coup, l'expérience acquise à Minami Sanriku lui donne des idées et le conforte dans des projets de développement, non plus au Japon mais dans des pays pauvres. "On pourrait réduire la famine dans le monde grâce au développement des communautés rurales et en utilisant les nouvelles technologies de communication", explique Satoshi qui a déjà plusieurs projets :"des réseaux internet existant dans le Nord peuvent servir à financer des projets de petites industries dans le Sud ou à mettre en relation directe les producteurs pauvres et les donateurs ou acheteurs potentiels d’artisanat, par exemple".


Yasuno : ''J'ai plus appris que donné''

Jeunes volontaires japonais : le tsunami a changé leur vie
Yasuno Ishii, 23 ans, vient de Tokyo. Elle a fait une pause dans ses études et alterne des petits boulots dans des restaurants et des missions de volontariat. D’abord à Tokyo, puis dans le nord-est ou elle a passé plus de deux mois.

"Je suis venue à Minami Sanriku pour comprendre les besoins des sinistrés, et y répondre au mieux, dit-elle. J’ai été surprise par la force morale des gens d’ici. Il ne s’agit pas seulement d’aider les victimes, mais de partager, d’échanger, de construire le futur avec eux. J’ai le sentiment d’avoir appris plus que je n’ai donné.
Parallèlement, mon regard sur le bénévolat a changé. J’ai compris, auprès des volontaires et des ONG, toutes les possibilités offertes par ce type d’activités. Certains ont intégré une ONG à plein temps, ou ont crée leur propre «social business». Ils ont décidé de s’installer à Minami Sanriku. Pour beaucoup, la reconstruction du pays s’apparente à une construction personnelle. Le tsunami a changé leur vie."

Texte et photos : Wilfried Maisy

Retrouvez ses photos du Japon sur www.wmaisy.com

Lire aussi :
Japon : une rescapée de Sendaï témoigne

8 Juin 2013

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Témoignages | Initiatives | Coin philo | Portrait | Citations | Spiritualité






Vos articles préférés !


S'abonner à la newsletter gratuite