Generation Précaire dénonce l'embauche de stagiaires dans les magasins pour les soldes


Le mouvement Génération Précaire a organisé une manifestation, samedi 14 janvier à Paris, contre le recours abusif à des stagiaires par des grandes enseignes qui économiseraient ainsi sur les CDD durant la période des soldes.





Generation Précaire dénonce l'embauche de stagiaires dans les magasins pour les soldes
14 janvier 2011, premier week-end de soldes dans Paris et la plupart des villes de France. Alors que la foule se presse dans les grands magasins pour profiter des bonnes affaires, une quin­zaine de mili­tants du mou­ve­ment "Génération Précaire" investissent Le Printemps.

L'association a appelé à une manifestation intitulée "Flashmob soldes".  "Depuis 2008, on assiste au remplacement des CDD en période de fêtes (les fameux "surcroits temporaires d’activité") par des stagiaires, explique l'association sur son site Internet. En décembre et janvier, les plus grandes enseignes, comme Darty, Boulanger, la Fnac ou Gap, recrutent des jeunes qui travaillent gratuitement à conseiller la clientèle". Il s'agirait selon elle d'une "aubaine pour les écoles qui bradent ainsi leurs élèves (et les "externalisent" deux mois pour des frais de scolarité toujours aussi élevés) et pour les enseignes, pour qui les stagiaires sont une vraie variable d’ajustement en temps de crise..."

Des stages bidons à la place de CDD ?

Encore une fois, l'association tente donc de frapper fort avec une action spectaculaire. Masqués de loups blancs, les jeunes  mili­tants ont inter­pellé les clients venus pour les soldes, avant d'être reçus dans le bureau du direc­teur des ventes du Printemps, François Le Floch, qui leur a pro­mis d'informer la direc­tion des res­sources humaines de leurs protestations. M. Le Floch a pré­cisé à l'AFP qu'il n'avait pas tous les éléments pour répondre sur l'emploi des sta­giaires.

"Ce sont sou­vent les entre­prises qui ont le plus de moyens qui recrutent le plus de sta­giaires", a dénoncé Ophélie, 27 ans, en annon­çant à la can­to­nade "je sais plier des pulls" et "je pos­tule à l'offre de stage". Selon l'association, les perdants seraient à la fois les étudiants (qui travaillent beaucoup et apprennent peu durant ces "stages"), et surtout les jeunes qui cherchent un travail ou un petit job et se voient répondre que "l'on ne prend plus que des stagiaires"... La jeune femme a exhibé la copie d'une offre de stage "conven­tionné" à "pour­voir en tant qu'assistant(e) de vente pour le mois de jan­vier à temps plein", chez Polo Ralph Lauren, offrant 30% du smic, 50% des tickets res­tau­rant et 50% du coût de transport.

L'association s'inquiète aussi d'offres comme celle du Printemps qui cherche un stagiaire responsable d’une trentaine de vendeurs.

Créée en 2005, l'association, qui se dit "apo­li­tique" et "sans lien avec les syndicats" avait orga­nisé en juin 2010 un bal mas­qué dans un hôtel par­ti­cu­lier du Marais, à Paris, pour récla­mer une régle­men­ta­tion plus stricte des stages.

Rappelons que la réglementation actuelle des stages oblige les entreprises à rémunérer les stages d'une durée au moins égale à deux mois, mais à un tarif nettement inférieur au salaire minimum (environ 30% du smic).

Lire sur le même thème :
Les stages longs seront rémunérés à 30% du smic
Les droits et devoirs des stagiaires


Dimanche 16 Janvier 2011

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie



S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger



Vos articles préférés !