Orianne Lopez : le sport, plus fort que le handicap


Tags : handicap, sport

A 23 ans, Orianne Lopez est déjà une figure de l’handisport français comme l'a prouvé sa participation aux Jeux paralympiques de Londres. Egalement étudiante en médecine et élue de sa commune, elle fait de son handicap une arme contre les préjugés. Rencontre avec une jeune femme bien dans ses baskets.




Orianne Lopez : le sport, plus fort que le handicap
"Je suis atteinte d’une agénésie fémorale, ce qui signifie que mon mollet est lié à mon corps à la place de ma cuisse". Appareillée depuis l’âge d’un an, la jeune femme se souvient de son enfance qu’elle qualifie de "plutôt normale". "Avoir une prothèse à la place de ma jambe, j’ai toujours connu ça finalement, ça fait partie de moi".

Parfaitement intégrée durant sa scolarité, elle se rappelle malgré tout de certains jours plus délicats. "Il y a certains moments l’on prend vraiment conscience de sa différence, les moqueries dans la cour de récréation par exemple".

La révélation de l'athlétisme

Enfant, le sport rythme déjà son quotidien. "A l’école, je faisais les classes de sport avec les autres, et en parallèle le mercredi après-midi je continuais en club". Tennis, handball, natation, elle touche à tout, sans déclic particulier jusqu’à la découverte de l’athlétisme. "J’ai vu à la télévision cette course de Dominique André, un athlète paralympique et j’ai tout de suite eu envie d’essayer" se souvient l'étudiante en médecine. "J’ai réussi à entrer en contact avec son prothésiste qui a accepté de me fabriquer une prothèse spéciale, très légère, en carbone".
 
En 2003, Orianne intègre le club handisport de Béziers. "Pour la première fois, je m’entraînais avec des sportifs handicapés comme moi ". Au fil des compétitions, les performances sont au rendez-vous et Oriane trouve ses disciplines de prédilection : "Depuis 2008, je m’entraîne sur le 100 mètres, le 200 mètre et le saut en longueur. En compétition, je concours dans la catégorie amputé fémorale".

L’apothéose des Jeux de Londres

"Je ne suis pas allée à Pékin en 2008 donc les Jeux de Londres étaient très importants pour  moi", explique la jeune femme qui a décroché sa qualification, non sans mal. " J’en eu beaucoup de blessures les derniers mois avant les Jeux. La veille de l’annonce officielle de la sélection, je n’étais sûre de rien".

Elle rejoint finalement la délégation française. "Cette qualification, c'était déjà une victoire pour moi et ma coach qui a toujours cru en notre binôme".

Photo: Florent Pervillé.
Photo: Florent Pervillé.
"Je ne cherchais pas de médaille, les 4 ou 5 meilleures étaient inatteignables. Je voulais juste faire la course de ma vie et profiter au maximum de ces moments", explique la championne qui se classe 9ème de sa finale.

Tant de sacrifices et d’efforts pour quelques secondes de course, ce 5 septembre 2012. "Avant ma finale du 100 mètres, j’avais de très bonnes sensations. La piste d’échauffement se trouvait sous les gradins et j’entendais le public, les 80 000 personnes venues nous voir. Elles me portaient !" Une euphorie qui l’a transcendée pour sa course.

Quatrième à mi-course, elle termine 9ème de la finale mais réalise son meilleur temps depuis 2011.

"Je n'ai pas peur de porter des jupes"

"Sans mon handicap, ma petite jambe, je ne serais pas celle que je suis aujourd’hui entre le sport, les études de médecine, mon poste d’élue", explique la jeune femme qui laisse volontiers ses survêtements au vestiaire. "Je n’ai pas peur de montrer mon handicap, je mets des jupes, des robes. Montrer, c’est lutter contre le tabou, tant pis si ça heurte les sensibilités".
 
Un engagement qui ne s'arrête pas aux pistes d’athlétisme. "Depuis très jeune, j’avais envie de changer les choses. A 18 ans je suis devenue élue dans mon village. Je travaille notamment à l’accessibilité des lieux publics pour les personnes handicapées".

Être sur le terrain, un impératif pour la jeune femme. "C’est la seule façon de sensibiliser vraiment les gens".

Vos petits complexes ne sont pas si graves

Avec des lycéens de Nimes.
Avec des lycéens de Nimes.
Un public qu’elle apprécie particulièrement : les jeunes. La championne se rend régulièrement dans les établissements scolaires pour parler du handicap. "Ils n’ont pas encore trop d’a priori, ils sont très réceptifs et curieux. C’est grâce à eux que les mentalités pourront évoluer", soutient Orianne.

Des discussions qui abordent surtout le regard des autres. "Ils se rendent compte que leur petits complexes ne sont pas si grave, cela les poussent à réfléchir".

Le tabou du handicap et la course aux médailles, deux combats qui rythme une vie à cent à l'heure.

Pour soutenir Orianne, rendez-vous sur son site Internet www.orianne-lopez.com et sur Facebook.

Lire aussi :
Jeux paralympiques de Londres : bilan des médailles et des plus beaux moments

3 Octobre 2012

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Témoignages | Initiatives | Coin philo | Portrait | Citations | Spiritualité





Vos articles préférés !


S'abonner à la newsletter gratuite