Mort de l'enseignante qui s'est immolée par le feu à Béziers


L'enseignante qui avait tenté de s'immoler, le 13 octobre 2011, dans la cour de son lycée à Béziers est décédée des suites de ses brûlures. Une marche blanche doit avoir lieu dans les rues de Béziers.





Mort de l'enseignante qui s'est immolée par le feu à Béziers
L'émotion est grande au lycée Jean-Moulin de Béziers, grand établissement du Languedoc-Roussillon de 3000 élèves et 280 enseignants, depuis le geste terrible de l'enseignante de 44 ans qui s'est aspergée d'essence et y a mis le feu sous les yeux des élèves, jeudi 13 octobre.

Brûlée au troisième degré sur 95% du corps, elle n'a pas survécu à ses blessures et est décédée le vendredi 14 octobre. Le jour-même, les professeurs de l'établissement ont lu devant les grilles un message de "solidarité pour Lise" : "Cet acte symbolique nous bouleverse et nous interroge tous", ont-ils déclaré. Ils ont aussi annoncé une marche blanche dans les rues de Béziers, dans la semaine après les obsèques célébrés le lundi 17 octobre à 14h.

Depuis le drame, une cellule psychologique de soutien a été mise en place pour permettre notamment aux élèves et aux collègues de l'enseignante de dire leur émotion. Restent les questions sur ce qui a pu pousser ce professeur de maths, qui enseignait dans ce lycée depuis dix ans, à commettre à tel geste, sous les yeux de ses élèves dans la cour de récréation. Une altercartion aurait eu lieu entre elle et des élèves, qui lui reprochaient d'être trop sévère. On sait aussi que l'enseignante était suivie pour des problèmes de dépression et l'on décrit une personne "fragile". Une enquête est en cours pour cerner les circonstances du drame.


Le rappel des faits sur TF1


Les syndicats demandent un débat sur le métier d'enseignant

Les divers syndicats enseignants ont réagi, d'abord en exprimant leur compassion à l'égard des proches de l'enseignante décédée. Tout en reconnaissant qu'un tel geste est sans doute le fruit de plusieurs facteurs, ils veulent aussi alerter l'opinion et le ministère de l'Education sur les difficultés d'exercice de leur métier.

Ce suicide d'une ensei­gnante doit entraî­ner un "débat sur les réa­li­tés du métier" d'enseignant, ont indiqué les syn­di­cats de la FSU des col­lèges et lycées (Snes, Snep, Snuep).
Ils vont deman­der au ministre Luc Chatel d'organiser dans les semaines à venir, dans tous les établis­se­ments sco­laires, "une demi-journée pour impul­ser le débat sur les réa­li­tés du métier et les solu­tions à appor­ter", selon leur communiqué.

Le Snalc, autre syn­di­cat du secondaire a déclaré que "la ten­ta­tive de sui­cide d'une ensei­gnante dans la cour de son lycée, à Béziers, relève d'actes déses­pé­rés qui "s'ils res­tent indi­vi­duels, expriment l'immense malaise de toute une pro­fes­sion". Le syndicat "rap­pelle qu'une enquête de l'Inserm datée de 2002 fai­sait déjà des pro­fes­seurs la pro­fes­sion la plus tou­chée par les sui­cides: 39 cas par an pour 100.000 ensei­gnants. Loin devant France Telecom".

Il pointe aussi "la dégra­da­tion constante des condi­tions maté­rielles de tra­vail, la déna­tu­ra­tion de la mis­sion de trans­mis­sion des savoirs au pro­fit des acti­vi­tés occu­pa­tion­nelles, les attentes par­fois inco­hé­rentes de familles inca­pables d'éduquer leurs enfants, la com­pli­cité des auto­ri­tés hié­rar­chiques dans le tra­vail de sape de l'autorité des pro­fes­seurs". Il exprime aussi "sa colère de consta­ter que les pre­miers com­men­taires média­tiques font une fois de plus por­ter la res­pon­sa­bi­lité de l'acte sur un pro­fes­seur jugé trop rigide".



Jeudi 3 Novembre 2011

Qu'en pensez-vous ?

1.Posté par surmely alain le 18/10/2011 16:20
1) Le gouvernement actuel mène une politique qui détruit le service public d’éducation,nous en sommes d’accord. 2) La question du harcèlement n’est pas directement liée à l’option idéologique d’un gouvernement.Pour ma part, j’ai commencé à être sévèrement harcelé sur mon lieu de travail (puis à mon domicile !)en 1998.C’est-à-dire que les actes hostiles se sont démultipliés,répétés dans mes classes à partir de cette époque (sans qu’aucun de ces actes ne soit sanctionné par ma hiérarchie)puis l’administration en "remettait une couche",c’est-à-dire me nuisait.C’est donc sur une base strictement professionnelle que j’étais régulièrement mis en cause,désavoué,sans que je ne comprenne véritablement ce que l’on me reprochait.Peut-être n’étais-je pas assez soumis ?Peut-être voulais-je simplement faire ce que j’avais à faire,faire mon travail,exercer mon métier ? 3)Le harcèlement au travail et par le travail est un enjeu d’une très grande importance « sociétale »,civilisationnelle,c’est pourquoi je me suis permis de vous adresser un message,pour vous inviter à la vigilance.Ce n’est pas une question politique au sens traditionnel du terme.Un simple désaccord avec notre hiérarchie peut dégénérer en répression insidieuse ou brutale,tous azimuts,déployée sur un « périmètre » assez large(y compris médiatique).L’objectif est que le désaccord disparaisse sans laisser de trace et que les dissidents/résistants renoncent à toute résistance,même sourde.Nous sommes condamnés à exécuter tous les ordres qui nous sont donnés :par nos élèves en premier lieu ,par notre hiérarchie bien sûr,par l’opinion surtout.Un(e) « prof »(pour ne considérer que cette profession)doit S’EXECUTER.Le travail reste bien « l’essence de l’homme » comme Marx le définissait naguère.Merci de me permettre de m’exprimer et bonne résistance.

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie



S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger



Vos articles préférés !