Manifestations contre le "mariage pour tous" : des jeunes en première ligne


Tags : amour

Plus de 100 000 personnes ont manifesté en France samedi 17 novembre contre le projet de loi autorisant le "mariage gay". Familles avec poussettes, couples mais aussi adolescents et jeunes adultes interpellés par le débat.





Manifestations contre le "mariage pour tous" : des jeunes en première ligne
Manif monstre à Paris, ce samedi 17 novembre, à l'appel d'un collectif "Pour l'Humanité durable" opposé au projet de loi voulant ouvrir le mariage aux couples homosexuels. "On n'est pas contre les homos, les homos, on les aime !, lance l'humoriste Frigide Barjot. Mais nous sommes contre ce projet de loi qui imposerait un bouleversement majeur de civilisation qui nous concerne tous !". Tour à tour, au micro, les représentants des diverses associations membres du collectif enfoncent le clou, comme le mouvement homosexuel "Plus gay sans mariage" : "Nous ne voulons pas d'une loi qui classe les gens en fonction de leur orientation sexuelle".

Un maire et une avocate du "Collectif pour l'enfant" évoquent la question de l'adoption : "Si l'adoption plénière par deux hommes ou deux femmes devient possible, les enfants seront réputés nés de deux parents de même sexe, donc sans mère dans un cas, sans père dans l'autre. Ceci créera une nouvelle catégorie d'enfant : c'est profondément injuste et discriminant !".

C'est important d'avoir un père et une mère

Manifestations contre le "mariage pour tous" : des jeunes en première ligne
C'est bien ce point qui interpelle le plus les nombreux jeunes présents dans le cortège. "Je vais bientôt me marier, et je ne veux pas qu'on touche au mariage civil, explique une jeune femme".

Juchés sur la statue du lion de la place Denfert-Rochereau, nombre d'ados venus en groupe ou avec leur famille scandent le slogan "Un papa, une maman, y'a pas mieux pour un enfant !".

"C'est incroyable de penser que des jeunes comme nous pourraient être privés de père ou de mère", explique Jean, 21 ans. Au micro, un membre de l'association SOS Papa insiste sur ce point : "70% des pères divorcés ne voient plus leurs enfants trois ans après la séparation, or les enfants sans père sont des enfants sans repères".

Manifestations contre le "mariage pour tous" : des jeunes en première ligne
Plus précis, certains évoquent la défense du Code civil. "Je ne veux pas qu'on en efface les mots de "mari" et de "femme", de "père" et de "mère"", explique une jeune juriste qui s'est placardé la couverture du Code dans le dos.

Les ballons roses et les bleus représentant une famille "traditionnelle" (un homme, une femme et deux enfants) dansent au-dessus de la foule quand la "manif pour tous" de Paris s'ébranle enfin. Elle aurait rassemblé environ 70 000 personnes selon la préfecture de Police, 200 000 selon les organisateurs.

D'autres villes de province ont eu leur "manif pour tous" : à Toulouse, quelques heurts ont eu lieu avec des contre-manifestants venus défendre le mariage gay. A Lyon, Marseille, Nantes, des cortèges ont aussi défilé.


Et maintenant ?

"On est juste à l'apéritif, car ce projet de loi va être retiré", estime une avocate représentant une association familiale. Car derrière le mariage, c'et toute la question de la filiation qui est en jeu. On devrait donc réfléchir à la façon de mieux protéger les enfants vivant dans les couples homosexuels, mais sans toucher au mariage civil".

Le projet de loi pour "le mariage pour tous" devant être discuté au Parlement à partir de janvier 2013, les opposants annoncent d'ores et déjà un nouveau mouverment aux alentours du 20 janvier. Et demandent en tout cas des "états-généraux" pour permettre l'ouverture d"un "grand débat".

Lire aussi :
Adoption par des couples de même sexe : des Adoptés pas d'accord


Vendredi 7 Décembre 2012
la rédaction

Qu'en pensez-vous ?

1.Posté par Athos le 18/11/2012 22:47
Le gouvernement ne souhaite pas retirer son projet de loi.
Les manifestations du samedi 17 novembre 2012, à Paris et en province, se sont passées dans la bonne humeur et le respect de chacun.
D'autres manifestations auront lieu le samedi 8 décembre 2012, à Bordeaux, Lille etc, et en particulier au Mans.
Ce qu'il faut maintenant c'est que les participants à ces manifestations, mobilisent, chacun, une dizaine de participants supplémentaires.
Pour cela il peut disposer d'argument sur certains site internet tels que celui de l'Appel des professionnels de l'enfance" ou celui d'"Alliance VITA" par exemple.
De même chacun, et ceux qu'ils auront acquis "à la cause" pourront écrire au maire de leur commune, à leurs députés et sénateurs, au premier ministre et aux Présidents des Chambres (députés et Sénat) et au Président de la République, une lettre motivant leur refus de ce projet de loi.(des modèles se trouvent sur les sites à consulter).
Tout cela doit se faire dans la bienveillance et la courtoisie.
Le bon sens commun doit-être sauvegardé.
La grande manifestation nationale aura lieu le dimanche 13 janvier 2013.

2.Posté par NP le 19/11/2012 17:09
Quant à moi j'ai participé pour la première fois de ma vie à une manifestation : être obligés de descendre dans la rue pour rappeler ce qui est rien de plus que ‘’naturel’’ pour dire que seuls un homme et une femme peuvent former un couple et avoir des enfants, c’est un comble…! J’ai justement participé afin de faire connaître mon opposition avec tout ce qu’on veut nous faire gober comme “normal” aujourd’hui !
Critiquer ou gémir est vain et inutile si on ne s’engage pas !
A Lyon où je me trouvais, il y avait des autobus qui venaient de Montélimar, de Grenoble, de Dijon et même de Strasbourg ! Nous étions 25 000 participants, la longueur du défilé était impressionnante ! Ceux qui étaient en tête étaient arrivés à destination alors que nous n’avions pas encore quittés la place du rassemblement !
En tête de cette foule immense, marchaient une trentaine de parlementaires : des maires arborant leur écharpe tricolore, des sénateurs, des députés opposés au projet.... À leur arrivée sur la place Bellecour, ils ont été ovationnés et applaudis par les participants qui appréciaient leur solidarité à nos côtés et leur engagement personnel (malgré, sans doute, les pressions subies de tous bords).
Tout s'est très bien passé dans une ambiance joyeuse et “bon enfant” (c’est le cas de le dire!) à part que, tout à fait au début, nous avons eu une bande de jeunes (très jeunes même!) qui nous insultaient en nous traitant d’“homophobes” et de “nazis” : je ne vois pas le rapport ! De même devant l’Hôtel de ville (place des Terreaux) une cinquantaine de personnes hurlaient en demandant la “liberté” et "l'égalité” pour tous. Mais, au lieu d'entendre résonner la Marseillaise (c’eût été logique avec les mots utilisés!), nous entendions “l'internationale” communiste jouée à tue-tête par une fenêtre au large ouverte.
Mais les CRS étaient bien présents et aucun débordement ne s'est produit : il faut dire que nous étions très nombreux et les agitateurs une petite poignée d'énervés.
Pour revenir vers la place Bellecour nous avons longés les quais au pied de la Basilique de Fourvière illuminée de tous ses feux et, fourbus mais heureux, nous nous sommes tous promis de nous retrouver à Paris pour La Grande Marche Nationale de janvier. L’enjeu vaut bien un peu de fatigue personnelle...

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie



S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger



Vos articles préférés !