Ils rebâtissent et restaurent Notre-Dame de Paris



Le grand chantier pour relever la cathédrale Notre-Dame de Paris met à l'oeuvre des dizaines d'ouvriers, d'artisans et de scientifiques. La série télé "Les piliers de Notre-Dame" nous les fait rencontrer à travers 9 portraits d'hommes et de femmes embarqués dans cette aventure exceptionnelle.




Aux pieds de la cathédrale incendiée le 15 avril 2019, un charpentier fait hisser des cintres de bois. © CFRT / Les piliers de Notre-Dame
Aux pieds de la cathédrale incendiée le 15 avril 2019, un charpentier fait hisser des cintres de bois. © CFRT / Les piliers de Notre-Dame
"C'est un chantier qui nous dépasse". Appelés à participer à la restauration de Notre-Dame, ils perçoivent qu'ils touchent là aux portes d'un mystère.

En travaillant le bois, la pierre, le métal ou le verre, en retrouvant parfois les gestes oubliés des premiers bâtisseurs, ils ont bien conscience d'être associés à une oeuvre sacrée.

Mais chacun de ces spécialistes apporte aussi son savoir-faire et les derniers acquis technologiques. C'est ce qu'on découvre dans ces 9 portraits réalisés par cfrt.tv pour la série "Les piliers de Notre-Dame", qui lèvent le voile sur des métiers du patrimoine souvent très mal connus. 
De quoi susciter envie ou vocation.

Yves Macel, charpentier chez Lebras Frères

Avec l'entreprise de charpente Lebras Frères où il travaille depuis 1988, Yves Macel devait  participer à la restauration de la charpente de Notre-Dame... avant que celle-ci ne parte en fumée le 15 avril 2019. Désormais, avec ses ouvriers, il travaille à la délicate consolidation des arcboutants, prélude à la reconstruction de la charpente. 

Relever une cathédrale, quel honneur ! "Des chantiers comme Notre-Dame, on en fait un comme ça dans sa carrière", dit le chef charpentier.

Pourtant cet artisan expérimenté - il a restauré quantité de charpentes de monuments anciens - craint de ne pouvoir transmettre son savoir-faire, car les jeunes charpentiers manquent à l'appel.

"Pour faire ce métier, dit-il, il faut avoir des tripes !" La preuve en images.

Voir aussi :
- Sur l'incendie de Notre-Dame, le documentaire Ceux de Notre-Dame également réalisé par le CFRT.

- Découvrir tous les autres reportages du CFRT sur vodeus.tv

Amélie Strack, restauratrice de pierres à la Socra

Si la plupart des pierres de la cathédrale ont résisté aux flammes, elles ont souffert des projections de plomb. Amélie Strack est donc chargée de les déplomber pour rendre aux piliers toute leur solidité.

Le reportage nous la fait découvrir les bottes aux pieds, des seaux au bout des bras, appliquant les matières restauratrices à pleines mains.

Un travail plein de sens toutefois car Amélie n'oublie pas que ces pierres ont souvent été touchées par des milliers de croyants. Et que leur consolidation permettra à des générations de prier encore sous les piliers de Notre-Dame.


​Olivier Baumgartner, ornemaniste à la Socra

Encore un métier très peu connu. Employé par la société Socra, spécialisée dans la conservation d'oeuvres d'art, Olivier Baumgartner restaure les statues des apôtres et évangélistes qui étaient disposées sur la flèche de la cathédrale.

La chute dramatique de la flèche aurait dû les briser... si les statues n'avaient pas été enlevées trois jours avant l'incendie pour être restaurées.

Pour cela, Olivier soude et travaille la forme en cuivre, impressionné par l'honneur qu'il a de ressusciter saint André ou saint Thomas.


Claudine Loisel, ​chimiste du vitrail du Laboratoire de recherche des monuments historiques

Sur le chantier hors-normes de Notre-Dame de Paris, il y a aussi des scientifiques. 

Chimiste de formation, Claudine Loisel travaille sur la conservation des vitraux au Laboratoire de recherche des monuments historiques.

Fascinée par la danse de la lumière à travers la matière, c'est l'émerveillement, dit-elle, qui l'a conduite vers le vitrail. Elle apporte aujourd'hui toute son expertise scientifique à la restauration des vitraux de Notre-Dame, heureusement peu touchés par l'incendie.

"Un chantier pareil, ça donne sens à la vie", dit-elle...


Patrick Rimoux, sculpteur lumière

Patrick Rimoux aussi travaille sur la lumière : il est chargé de restaurer et concevoir des luminaires et éclairages pour la cathédrale d'aujourd'hui et de demain.

Car "la cathédrale est vivante", explique-t-il. Elle bénéficie à chaque époque des progrès technologiques qui permettent d'y vivre le culte et les célébrations liturgiques, sa mission première.

On comprend ainsi que dans un tel navire, tout est spirituel, du portail au choeur, en passant par les voûtes et les bas-reliefs sculptés.

Pour aller plus loin

- Voir les 4 autres portraits de la série produite par le CFRT :  Les piliers de Notre-Dame


2 Septembre 2021
La rédaction


Témoignages | Initiatives | Coin philo | Portrait | Citations | Spiritualité








Vos articles préférés !




Inscrivez-vous à la newsletter et téléchargez gratuitement le guide "7 clés pour réussir ses études"
Pour connaître mes droits sur le respect de la vie privée, je consulte les conditions générales de service.