Réussir ma Vie ...
 

Les métiers de l'aéroport : travailler dans l'aérien en restant au sol




Le transport aérien ne cesse d'augmenter, pour les passagers ou le fret. Conséquences : les aéroports sont des centres d'activité où s'exercent de nombreux métiers, connus ou inconnus. Métiers de l'escale, de la sûreté, du fret ou de la maintenance... Tour d'horizon.



Crédits photos : Sylvain Camon / Zoo Studio / Jean-Pierre Gaborit / Groupe ADP
Crédits photos : Sylvain Camon / Zoo Studio / Jean-Pierre Gaborit / Groupe ADP
Il est 6 heures du matin sur Paris-Charles de Gaulle, et le soleil n'est pas encore levé quand Jonathan pénètre dans l'aérogare. Le jeune agent d'escale consulte son programme : il doit assurer l'embarquement d'un vol pour Dakar.

Sur le parking, d'autres employés se dirigent vers les bureaux, les zones de fret ou les hangars de maintenance où quelques mécaniciens ont assuré une permanence de nuit près des pistes. Un peu plus tard, les vendeurs ouvrent les boutiques et les agents de sûreté prennent leur poste à l'inspection-filtrage des passagers.

Un peu plus loin, dans la zone d'affaires de Roissypôle, Claire s'engouffre dans les bureaux du siège d'Air France. L'élève-ingénieure y a décroché LE stage de fin d'études de ses rêves, au "centre de contrôle des opérations", où sont gérés chaque jour les 1500 vols de la compagnie...

Un milieu dynamique mais avec des contraintes

Un aéroport offre ainsi le spectacle d'un ballet incessant où les marchandises, les passagers, les véhicules se croisent et s'entrecroisent à l'arrivée ou au départ. Et dans ce centre d'activité - on parle de "hub" - des dizaines et parfois des centaines de personnes sont au travail sur des métiers, des activités et des missions bien différentes.

Rien à voir entre le mécanicien spécialisé en avionique (électronique des avions) et la vendeuse de produits cosmétiques ou le jeune cadre spécialisé dans la fixation des prix en compagnie aérienne. Ils n'ont ni les mêmes compétences, ni le même niveau de formation.

Pourtant, le milieu aéroportuaire impose à tous certaines contraintes ou particularités. Mieux vaut les connaître si cet univers vous attire :
.
  • La plupart des métiers requièrent un certain niveau d'anglais, et dans les métiers de relations avec les passagers, la maîtrise d'autres langues est un atout. 
     
  • De nombreux métiers nécessitent de pouvoir travailler de jour comme de nuit en horaires décalés, y compris dimanches et jours fériés. Les employeurs exigent donc souvent que leurs employés soient motorisés, d'autant que les aéroports sont toujours en périphérie.
     
  • Ensuite, pour des raisons de sûreté, toutes les personnes travaillant en aéroport doivent avoir un casier judiciaire vierge et d'autres agréments sont nécessaires si l'on doit travailler en "zone réservée" aux passagers et interdites au public.

Métiers aéroportuaires : quatre grandes filières

L'aéroport est créateur d'emplois variés
L'aéroport est créateur d'emplois variés
A côté des multiples professions périphériques rencontrées sur un aéroport (boutiques, restaurants…), quatre filières regroupent la majorité de ces "métiers de l’escale" :
- les carrières commerciales et de la relation clients,
- les métiers liés à la piste et au trafic,
- les carrières du fret et de la logistique
- les carrières de la sûreté.


Les paragraphes qui suivent décrivent quelques métiers dans chaque filière pour vous donner une idée. Mais en réalité, le contour des métiers peut varier d'un employeur à l'autre ou d'un site à l'autre. Dans un petit aéroport régional, un agent pourra à la fois remplir des tâches d'accueil des passagers et d'autres dans la gestion technique du trafic.

La formation interne est également très développée et l'on peut acquérir peu à peu des qualifications ou des compétences pour changer de métier ou évoluer.

Sachez toutefois que les possibilités de recrutement peuvent varier en fonction de la saisonnalité, de la conjoncture économique et politique. Pour s'ajuster, les employeurs recourent beaucoup à l'intérim et aux CDD.
Et puis, les évolutions technologiques font aussi évoluer les services : les aéroports vont être de plus en plus connectés et certaines tâches sont automatisées. Cela fait bien sûr évoluer les métiers et les compétences recherchées.

Les carrières commerciales au sol

© Groupe ADP
© Groupe ADP
Agent(e) d'escale commercial
C'est l'agent qui accueille et traite les départs et les arrivées des passagers. Les tâches d'enregistrement qui constituaient l'un des coeurs du métier sont aujourd'hui plus réduites - car souvent faites en ligne par le passager.
Le métier se recentre donc de plus en plus sur l'accueil et la relation-clients : l'agent d'escale aide les passagers aux bornes libre-service, les informe par des annonces sonorisées, les guide de leur arrivée dans l'aéroport à l'embarquement.

Il ou elle peut aussi être affecté à l’accueil de personnalités (VIP) dans des salons privés ou, tâche moins facile, recueillir et traiter les plaintes en cas de perte de bagages. Un retard d’avion, une grève, une annulation de vol ? C’est encore à lui, ou à elle, d’informer et d’assister les passagers : trouver un hébergement, récupérer les bagages…

Profil recherché
Les agents ont souvent un niveau bac à bac+3. Ils doivent savoir communiquer en anglais à l'oral, avoir une bonne présentation, une élocution claire et des aptitudes d’accueil et de contact avec la clientèle.

Faut-il un diplôme particulier ? Le bac ou le niveau bac peut suffire si l'on a toutes les compétences requises et une première expérience dans le service.
La mention complémentaire (MC) "Accueil dans les transports", diplôme de niveau bac+1 est celui qui prépare le plus directement au métier.
Un BTS de tourisme, de commerce, ou une licence de langues sont aussi adaptés. 

Formation
- Une formation en apprentissage d'environ un an est proposée par le CFA des métiers de l’aérien (AFMAE) : elle permet de décrocher la mention complémentaire "Accueil dans les transports" et surtout d'effectuer son apprentissage dans une compagnie comme Air France. Un niveau d'anglais minimum (B1 ou TOEIC 550) est requis pour entrer en formation.

- Dans le privé, l’Ecole supérieure des métiers de l’aéronautique (ESMA) propose une formation courte de 4 semaines suivie d'un stage.

- En Ile-de-France, l'association Jeremy peut aussi aider des demandeurs d'emploi ayant le bon profil à entrer en formation ou en emploi

Débouchés et évolution
On peut être recruté par une grosse compagnie, mais de plus en plus aussi par une société d'assistance aéroportuaire.
L’agent d’escale peut évoluer vers des postes d’encadrement du personnel d’escale, « responsable passage à l’escale » ou d’autres postes en aéroport.


Témoignage vidéo : Kenzia, agent d'escale en alternance chez Air France

Anthony, apprenti agent d'escale

A 21 ans, Anthony porte fièrement l'uniforme d'Air France. Toutes les trois semaines, il prend en effet son poste d'agent d'escale puisqu'il se forme à ce métier en alternance au CFA des métiers de l'aérien. "J'ai toujours voulu travailler à Air France car mon père y est mécanicien cabine", explique-t-il.

Mais pour être admis au CFA, il a mis toutes les chances de son côté : après son bac STMG, il a travaillé un an dans la restauration rapide pour se payer ensuite un an à l'étranger (en Afrique du Sud et au Canada) afin d'améliorer son anglais. Aujourd'hui, il est sûr que le métier d'agent d'escale lui plaît : "Je ne pensais pas que j'allais aimer autant : on voit de tout, on ne fait jamais la même chose, c'est vraiment intéressant".

A la fin de son contrat, il espère bien sûr être recruté par Air France, mais sait qu'il lui faudra être patient : "Je ferai sans doute un ou deux CDD avant d'obtenir un CDI". L'uniforme d'Air France, ça se mérite !

© Groupe ADP
© Groupe ADP
D'autres métiers du commerce, de la relation-clients ou du marketing

Les compagnies peuvent aussi recruter des vendeurs(es) de billets d'avion pour tenir des guichets en aéroports ou des télévendeurs. Certaines sociétés d'assistance aéroportuaire recrutent aussi des agents spécialisés dans l'accompagnement des personnes à mobilité réduite, poste pour lequel il faut une qualification particulière.

Et bien sûr, les compagnies recrutent aussi des cadres de niveau bac+5 pour développer toute leur politique commerciale et marketing en ligne : analyste prix, analyse "revenue management", superviseur de programme, responsable des ventes en ligne, Data analyst, etc.
Un diplôme d'école de commerce avec des stages effectués dans le transport aérien peut conduire à ces postes.

Les carrières de la piste et du trafic

Des métiers d'action pour qui aime les avions
Des métiers d'action pour qui aime les avions
Agent de piste
Casque sur les oreilles, c’est lui qui guide les pilotes sur les pistes et place au sol les balises nécessaires. Il doit aussi mettre en place les passerelles et les chariots porte-bagages pour le débarquement.

En dehors de ces tâches spécifiques, il participe souvent au chargement et au déchargement des bagages dans les soutes. Il peut être recruté par une compagnie aérienne, une autorité aéroportuaire, ou une société spécialisée dans le handling (préparation de l’avion).

C'est un travail qui donne une proximité avec les avions et les équipages. Il faut cependant être prêt à travailler dehors par tous les temps, en horaires décalés et pour un faible salaire.

Profil et formation : Un niveau CAP/2ème année de bac pro est suffisant ou une expérience professionnelle dans l’aérien. Il faut avoir le permis B et quelques notions d’anglais pour le guidage des pilotes au casque.

Une formation au "certificat de qualification professionnel (CQP) Piste" est ensuite assurée en interne. Cela vous donne notamment le permis de conduire sur les pistes.

Débouchés et évolution : Les recruteurs sont les compagnies aériennes mais surtout des sociétés d’assistance aéroportuaires ou de "handling".
Après quelques années d'expérience, on peut prendre la responsabilité d'une équipe en devenant "chef de quart".

D'autres métiers de manutention sur les pistes 
Selon les aéroports et les employeurs, ils peuvent être exercés par un même agent polyvalent handling, un agent de piste ou du personnel spécialisé, chaque tâche ne s’exerçant pas forcément à temps plein :

Le conducteur d’engins transporte les chariots porte-bagages, les plateaux-repas, tire les avions à l’aide d’un tracteur spécial… ;
le magasinier cariste charge et décharge les palettes de fret et les range dans l’aérogare à l’aide d’engins élévateurs ;
le bagagiste trie, charge et décharge les bagages dans les chariots et les containers ;
l’avitailleur assure le ravitaillement des avions en carburant ;
le dégivreur applique des produits antigel sur les avions au départ ou procède à l’arrivée au de-icing des ailes parfois gelées qui peuvent bloquer des gouvernes.
A savoir : Certains de ces postes peuvent être proposés à des étudiants pour des périodes temporaires en particulier en été.

© Zoo Studio / Groupe ADP
© Zoo Studio / Groupe ADP
Agent de trafic
L'agent de trafic coordonne et gère les équipes préparant l'avion pour un vol (déchargement et chargement, avitaillement en carburant, nettoyage...). Il prépare notamment les instructions de chargement et définit la bonne répartition des charges dans l'avion pour assurer un centrage optimal à l'aide d'un logiciel spécialisé, tâche particulièrement délicate pour les avions cargo. 
Puis il édite et transmet le dossier de vol au personnel navigant.

En cas de problème lié à la piste ou à un passager, il ou elle doit trouver une solution au plus vite. Il a en effet la responsabilité de tenir les délais afin de permettre à l'avion de partir à l'heure tout en respectant toutes les normes de sécurité, un challenge permanent !

C'est donc un métier d'action, qui exige rigueur, réactivité, esprit de décision et capacité à gérer des équipes en résistant au stress. Il faut aussi des compétences techniques et aéronautiques bien précises.

Formation
- Un niveau bac à bac+3 est requis.
- La formation est souvent proposée en interne à des agents ou des techniciens ayant déjà de l'expérience
- Il existe aussi des formations dans des écoles privées comme l'ESMA qui propose une formation polyvalente de "technicien supérieur des métiers de l'aéroport" (TSMA) de 9 semaines + stage pouvant conduire au métier d'agent d'escale ou de trafic.
- l'ENAC (Ecole nationale de l'avion civile) propose une formation de trois ans "Gestion de la sécurité et exploitation aéronautique" qui peut conduire à ce métier. Accès sur concours.


Agent d’opération / Préparateur de vol
Lui ne travaille pas sur les pistes mais au "service des Opérations aériennes" d’une compagnie, point névralgique où toute la flotte est gérée en temps réel.

Certains agents d'opération sont chargés d’établir plusieurs mois à l’avance les routes qui seront empruntées par les avions - en tenant compte des données météo, politiques, techniques - et de les déposer à la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). (

Les préparateurs de vol, eux, interviennent quelques heures avant le départ d’un avion, et font le dossier technique qui doit être remis au commandant de bord et indique la route à suivre, les données météo, l’état de la circulation aérienne… Ils utilisent pour cela des logiciels et se mettent en contact avec les contrôleurs aériens.

Enfin, certains agents d’opération suivent les vols en cours et se tiennent prêts à intervenir au cas où un incident (maladie d’un passager, problème technique) obligerait un avion à se détourner : ils doivent alors indiquer au pilote une nouvelle route et trouver éventuellement un lieu d’atterrissage. Rigueur scientifique, compétences techniques et sang-froid sont de rigueur. 

Formation : De nombreuses connaissances sont requises en navigation, circulation aérienne, météorologie, géographie… Le niveau bac est exigé, un niveau scientifique supérieur au bac est préférable.

L'ENAC à Toulouse propose une formation de "Flight Dispatcher" de 11 semaines + stage ; l’ESMA à Montpellier une formation d'agent d'opération de 7 semaines + stage.

Agent AFIS
Sur les aéroports de dimension réduite qui n'ont pas de contrôleurs aériens, des professionnels rendent depuis la tour des services d’information et d’alerte.

Ces agents AFIS (Aerodrome Flight Information Service) n’assurent pas une mission de contrôle aérien, mais leur présence améliore la sécurité du terrain et favorise la venue de lignes régulières sur de petits aérodromes.

Formation, qualification
Cette qualification, qui reste soumise aux procédures établies par l’Aviation civile, concerne des personnes ayant déjà une culture générale et technique aéronautique. Elle nécessite bien sûr une formation spécifique que dispensent quelques organismes : l'ENAC, le C2FPA (centre français des pompiers d'aéroport), CGX Aéro et Edenbridge (e-learning).
Le recrutement est fait par le gestionnaire d’aérodrome, le plus souvent une Chambre de commerce et d’industrie.

Et les contrôleurs aériens ?

La plupart des aéroports abritent une équipe de contrôleurs chargés de guider l'approche des aéronefs à l'arrivée et au départ. Ce sont des fonctionnaires membres du corps des ICNA (Ingénieurs du contrôle de navigation aérienne). Ils sont recrutés par l'ENAC via un concours très sélectif en fin de classes prépas scientifiques et sont formés en alternance et rémunérés dès la réussite du concours (formation MCTA, contrôleur aérien).
D'autres contrôleurs ne sont pas en aéroport mais dans des centres de contrôle en route où ils régulent le trafic des avions durant leur traversée du territoire.
La formation de l'ENAC "Gestion de la sécurité et exploitation aéronautique" (GSEA, citée plus haut) permet elle d'accéder au contrôle aérien de petits aérodromes.

Les carrières du fret et de la logistique

© Zoo Studio pour Groupe ADP
© Zoo Studio pour Groupe ADP
Avec le développement du commerce international, de plus en plus de marchandises transitent dans les aéroports et les carrières du fret sont en gros développement. Les compagnies de fret-express telles que FedEx, DHL, TNT, disposent souvent de leur propre flotte aérienne et développent sur les aéroports européens des centres de tri. Leurs métiers recouvrent toute une mosaïque de fonctions qui varient d’une entreprise à l’autre.

Manutentionnaire
Le secteur emploie de nombreux agents de fret chargé du tri des colis, du chargement et du déchargement des avions cargo, de la préparation des palettes et du stockage (magasinier). Un niveau CAP/BEP permet de démarrer, un permis de cariste étant apprécié. Les entreprises assurent en général la formation interne (engins de levage, chargement des containers, matières dangereuses, etc.). On peut cependant préparer en apprentissage un CAP Agent d’entreposage et de messagerie et poursuivre avec un bac pro Logistique et un BTS Transport.

Chef de service logistique
Il peut être responsable de tout un entrepôt : il doit manager les équipes de manutentionnaire, organiser le stockage, le déstockage, commander des installations automatisées, savoir tenir les comptes, et assurer les relations avec les transporteurs et les compagnies aériennes.
Un bac pro Logistique est tout indiqué.

Agent import/export, Déclarant en douane
L’agent import/export assure le contact avec les entreprises qui ont besoin d’envoyer des marchandises. Il calcule les tarifs, contrôle les documents nécessaires à l’importation ou à l’exportation en fonction des lois et des règlements. Le déclarant en douane, lui, se charge de toutes les formalités douanières avec les pays extérieurs à l’Union européenne. Un excellent niveau d’anglais, des qualités commerciales et une très bonne connaissance des textes juridiques sont nécessaires.
Formation : Des formations de type bac + 2 en logistique, par exemple un DUT Logistique et transport, un BTS Transport, ou les formations de l’Institut supérieur du transport et de la logistique internationale (ISTELI) sont appréciées. Une licence en droit peut aussi vous ouvrir des portes. La plupart des entreprises gérant du fret (compagnies aériennes, transitaires, sociétés de fret express…) assurent une formation interne spécialisée et l’on peut souvent évoluer vers des carrières de cadre.

Attaché commercial
Dans un contexte de concurrence, les sociétés proposant des services de fret ont besoin de vendeurs capables de démarcher de nouveaux clients, expliquer les offres tarifaires, les services, etc. Elles recherchent de bons commerciaux qui connaissent également le secteur du transport.
Les BTS ou DUT à orientation commerciale peuvent être préparés en alternance dans une entreprise spécialisée dans le fret aérien.

Les carrières de la sûreté et de la sécurité

Equipe cynotechnique chargée de l'inspection des avions © Gwen Le Bras / Groupe ADP
Equipe cynotechnique chargée de l'inspection des avions © Gwen Le Bras / Groupe ADP
Les risques d’attentat dans les aéroports et les avions ont amené les autorités aéroportuaires à intensifier les contrôles et la Police de l'air et des frontières a confié au secteur privé de plus en plus de missions. 

De nombreux agents dédiés à la sûreté ont donc été recrutés et une nouvelle filière de métiers s'est développée. De nombreux cadres, souvent ingénieurs et techniciens, travaillent pour concevoir des équipements, des systèmes et des réglementations qui assurent un haut niveau de sûreté.

Ce sont donc des métiers auxquels il faut penser, même s’ils sont moins visibles que les agents en contact avec les passagers dans les aérogares.

Agent(e) de sûreté
C’est à lui ou elle que revient la mission de filtrer l’entrée en salle d’embarquement, en fouillant les passagers, en contrôlant leurs bagages à main aux rayons X. Il est aussi chargé de la surveillance des techniciens qui doivent accéder à l’avion et du contrôle aux rayons X des bagages de soute.

Certains agents profilers sont spécialisés dans le repérage de suspects ou l’interrogatoire de passagers, d’autres dans le contrôle des papiers d’identité.

Formation : Le métier est accessible à niveau bac sans diplôme particulier. Pour pouvoir être recruté, il faut toutefois être ressortissant de l'UE, avoir un casier judiciaire vierge et obtenir un double agrément (titre de circulation aéroportuaire et autorisation préfectorale). Des qualités de rigueur, maîtrise de soi, courtoisie et esprit d'équipe sont aussi demandées.

Pour exercer, il faut ensuite avoir le certificat de qualification professionnelle (CQP) d'agent de sûreté aéroportuaire. La formation est en général donnée en interne après le recrutement.

Débouchés et évolution : 
​Les besoins sont toujours importants, mais Il faut donc souvent commencer en intérim ou CDD (des étudiants sont recrutés l'été ou à temps partiel toute l'année). Pour Roissy, l'association Jérémy peut proposer une formation aux demandeurs d'emploi en Ile-de-France.

Une évolution peut se faire vers des postes de responsables d’équipe ou de formateurs. L’ENAC dispense pour cela des formations accessibles aux agents qui veulent évoluer ou à d’autres professionnels, superviseurs ou cadres du transport aérien qui veulent se former en sûreté : car de véritables carrières sont en train de se développer dans ce secteur.

Où s'informer sur ces métiers et formations ?

• L'Espace orientation Airemploi à Roissy (site www.airemploi  ) vous propose une abondante documentation, des offres d’emploi et des conseillers prêts à vous recevoir sur rendez-vous.
(Roissypôle Est - Bâtiment Le Dôme, 5 rue de La Haye, tél. 01 48 16 71 71. Accès RER B station Roissy-CDG 1 (accès libre et entretiens sur rendez-vous, du lundi au jeudi de 10h à 13h et de 14h à 18h, le vendredi de 10h à 17h).

. Le site www.choisis-ton-avenir.com vous informe sur les métiers du transport et de la logistique et les formations qui y conduisent.

. Le site www.aeroemploiformation.com vous informe sur les métiers et les formations de l'industrie aéronautique, par exemple sur les métiers de la maintenance aéronautique.

Qui peut recruter ?

Plusieurs types d’employeurs offrent des emplois en aéroport :

- Les compagnies aériennes peuvent embaucher leurs propres agents d’escale, de trafic, personnel de piste et d’opérations : Air France (https://recrutement.airfrance.com) et ses filiales par exemple, mais aussi Corsair, des régionales ou parfois des compagnies low-cost.
Cependant, les compagnies ne peuvent avoir un personnel complet dans toutes les escales et elles sous-traitent de plus en plus certaines missions à des sociétés d'assistance aéroportuaire.

- Les sociétés d’assistance aéroportuaire (ou de handling) assurent divers services sur les pistes (maintenance, carburant, chargement du fret, nettoyage des avions, livraison des repas) ou dans l’aérogare (accueil des passagers, enregistrement et traitement des bagages, sûreté).
Les plus grosses peuvent recruter tous les métiers. C'est le cas de Groupe Europe Handling (site www.groupe-europe-handling.fr) qui forme dans son "Institut de formation des métiers aériens" (IFMA).

- Les sociétés exploitant les aéroports recrutent plus rarement en direct à l'exception du Groupe ADP qui exploite les deux plus gros aéroports français (Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly) et tous les aéroports franciliens.
Cette grande entreprise recrute sur les métiers aéroportuaires, la sûreté et sécurité, mais aussi le bâtiment, la maintenant des aérogares, l'informatique ou l'innovation. Elle embauche chaque année des dizaines de jeunes diplômés, d'alternants et de stagiaires à tout niveau.
Voir le site recrutement : https://groupeadp-recrute.talent-soft.com

Les aéroports régionaux publient des offres d'emploi sur le site de l'Union des aéroports français (www.aeroport.fr). Pour savoir si votre aéroport régional offre des opportunités, visitez son site et cherchez en rubrique "recrutement" ou notez le nom des sociétés d'assistance présentes.

- Les sociétés de fret-express comme FedEx embauchent des agents de fret, des spécialistes du transport international, de l’import-export…

- Des sociétés d’intérim recrutent pour le compte des grands employeurs tous les types de métier, pour des contrats saisonniers qui débouchent parfois sur de véritables embauches.

- En Ile-de-France, l'association Jeremy (citée plus haut) propose des emplois et des formations courtes à des demandeurs d'emplois en Ile-de-France : www.association-jeremy.com/

Où se former ?

N'hésitez pas à visiter les sites des établissements cités dans cet article pour découvrir leurs formations et mieux connaître le transport aérien.

- L'Afmae, CFA des métiers de l'aérien (www.afmae.fr/) forme aux métiers de l'industrie et la maintenance aéronautique, mais aussi de la relation clients en aéroport et aux métiers de PNC (hôtesses et stewards).

- L'ENAC (Ecole nationale d'aviation civile) est la grande école française de l'aviation civile : elle forme des pilotes, des ingénieurs, des contrôleurs aériens et des professionnels de l'exploitation aéroportuaire ou du transport aérien. www.enac.fr/

- L'ESMA Montpellier est un établissement privé qui forme depuis de nombreuses années à de nombreux métiers aéronautiques : www.esma.fr/


4 Juillet 2019

Cerner son profil | Bâtir son projet pro | Métiers qui recrutent | Métiers à découvrir | Métiers passion | Expériences de jeunes pros | Sans formation ?









Inscrivez-vous à la newsletter et téléchargez gratuitement le guide "7 clés pour réussir ses études"
Pour connaître mes droits sur le respect de la vie privée, je consulte les conditions générales de service.


























Cours d'anglais par email, test gratuit