Pour trouver sa voie, du coaching qui joue collectif



Pour choisir son orientation, mieux vaut prendre le temps de se connaître pour tenir compte de ses talents et de ses désirs profonds. C'est l'objectif des formules de coaching de groupe pour les étudiants. Explications de deux coachs professionnels, Christine Puechbroussou-Moulin et Emmanuel Loevenbruck, qui animent le parcours "Faire de ma vie un 100%" pour les 17-25 ans.




Dans vos parcours, une dizaine de jeunes se retrouvent en groupe avec un coach, pourquoi avez-vous choisi cette formule ?

Pour trouver sa voie, du coaching qui joue collectif
Emmanuel Loevenbruck : La démarche collective est très riche, car elle permet aux participants de découvrir naturellement leurs différences. Dans un groupe, il y a un jeu de reflets qui est extraordinaire : l'autre m'éclaire sur ce que je suis et réciproquement. Cela crée pour chacun une émulation, une envie d'avancer. C'est d'ailleurs ce qu'on vit en entreprise.
Les relations à l'intérieur du groupe sont aussi révélatrices : à la fin de chaque séance, on débriefe ce qui s'est passé. L'un n'a pas parlé tandis que l'autre a cherché à se mettre en avant, cela signifie quelque chose.

Pour trouver sa voie, du coaching qui joue collectif
Christine Puechbroussou-Moulin : C'est un programme que j'ai déjà expérimenté dans de grandes écoles comme l'Essec, l'INT ou l'Insa Lyon. Ces jeunes avaient beau avoir fait une bonne école, ils ne savaient pas forcément ce qu'ils voulaient faire de leur vie et ce qui allait les épanouir.
Or c'est la formule collective qui a fait le succès de la démarche. Comme on a encore peu d'expériences professionnelles et personnelles à cet âge, le fait de découvrir celles des autres est un enrichissement, cela ouvre de nouvelles pistes et permet l'élargissement du champ des possibles.

N'est-ce pas intimidant de se dévoiler dans un groupe, surtout si l'on manque de confiance en soi ?

C. P.-M. : Une fois que les règles de fonctionnement du groupe sont bien posées (la confidentialité, la bienveillance et surtout le non jugement tant vis-à-vis de l'autre que de soi), les jeunes ressentent au contraire une grande délivrance de voir que les autres ont les mêmes interrogations qu'eux. Et puis nous cherchons à leur faire vivre un autre type de relations que celles dont ils ont l'habitude. Nous les aidons à parler vrai, à se mettre à nu sans chercher à jouer un rôle, comme ils le font trop souvent dans leurs écoles ou leurs facs.
C'est très émouvant d'ailleurs de voir la qualité de relations qui a pu se créer entre eux dès la 3ème séance.

E. L. : On peut même dire qu'on vit une certaine fraternité, qui permet la vérité de parole. Les jeunes sont tout à fait capables de se questionner, de travailler ensemble, et le coach est là pour créer une ambiance et donner un cadre. Cela dit, dans les parcours "Faire de ma vie un 100%", nous proposons aussi un rendez-vous individuel à chacun pour creuser un point qui leur est personnel.

Quel est l'objectif de ce coaching d'orientation : trouver le ou les métiers pour lesquels on est fait ?

C. P.-M. : Pour nous, le but du coaching d'orientation, c'est d'abord d'apprendre à mieux se connaître, découvrir ses ressources, ses moteurs, ses désirs profonds pour bâtir un projet professionnel qui soit épanouissant. C'est bien plus large que de simplement choisir une école ou un métier. D'ailleurs beaucoup des métiers qu'ils exerceront demain n'existent pas encore et ils devront probablement en changer plusieurs fois dans leur vie.

Pour trouver sa voie, du coaching qui joue collectif
E. L. : Le premier pas, c'est de prendre conscience qu'ils sont responsables, maîtres de leur devenir. On commence d'ailleurs par les faire rêver en leur demandant comment ils s'imaginent dans dix ans. On les fait réfléchir aussi à la façon dont ils veulent réussir leur vie, à leurs motivations qui peuvent être très différentes : pour les uns, c'est de devenir leader d'un groupe, pour d'autres d'être expert dans un domaine, ou encore d'aider les autres...

C. P.-M. : Le but pour nous n'est pas de leur faire rêver leur vie mais de leur permettre de vivre leurs rêves. C'est pourquoi nous leur proposons encore une autre clé : entre deux séances, ils doivent aller questionner trois personnes qui ont, selon eux, une vie professionnelle réussie.

Qu'apportent ces rencontres avec des professionnels ?

C. P.-M. : Les jeunes découvrent d'abord que souvent, les gens ne savaient pas quand ils ont démarré ce qu'ils feraient aujourd'hui. Le premier enseignement qu'ils en tirent, c'est que l'important est de se mettre en mouvement.
Ensuite ils réalisent que le parcours de ces personnes n'a pas été un long fleuve tranquille : ils n'ont pas suivi des rails, ils n'ont pas toujours pris l'autoroute mais ont souvent emprunté des chemins de traverse ou rebondi après des échecs. Cela dédramatise le choix... Les parents devraient d'ailleurs parler davantage de leurs erreurs car les jeunes ont l'impression qu'ils  n'ont pas droit à l'erreur : aujourd'hui, ils ont trop peur de se tromper !

Vous les invitez aussi à réfléchir à d'autres dimensions, plus personnelles, de leur vie, pourquoi ?

E. L. : Oui nous leur proposons une réflexion sur le bonheur, une autre sur l'argent, et une sur l'équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. L'idée est de les aider à s'approprier leur vie, à repérer ce qu'ils ont reçu et ce qu'ils veulent garder pour être plus responsables de leurs choix. Nous leur faisons revisiter tout leur parcours de vie passée, en les rendant attentifs à ce qui résonne pour eux y compris les petites choses de leur enfance.

C. P.-M. : On peut ainsi se mettre à l'écoute de sa "petite voix intérieure" et sortir du "on m'a dit de faire ça" pour découvrir ce qui fait que je vais me réaliser tant professionnellement que personnellement.
Dès qu'on réfléchit à ce qui pourra nous épanouir, on découvre que le projet professionnel n'est qu'un des éléments du projet de vie. J'ai eu l'occasion de coacher des jeunes femmes qui s'étaient engagées dans des écoles d'ingénieurs, tout simplement parce qu'elles étaient bonnes élèves et avaient suivi sans s'interroger  la filière qu'on leur avait conseillée. Quand leur vie personnelle évoluait, avec l'arrivé d'un enfant, la mutation du conjoint, elles avaient plus facilement tendance à abandonner ce métier qu'elles n'avaient pas vraiment choisi...

Mais entre 18 ans et 25 ans, le projet personnel est souvent flou aussi, on ne sait pas si on se mariera par exemple...

C. P.-M. : Bien sûr, mais il y a aussi un temps pour tout. On peut avoir la conviction que la vie familiale est importante pour son épanouissement et peut être compatible avec la réussite professionnelle. Pour autant, si pour l'instant je ne suis pas marié(e), je peux m'engager à 100% dans ma vie professionnelle. En revanche je ne vais pas m'y engager à 200%, de façon à garder une part de ma vie disponible pour la construire.

Que dire aux jeunes qui aimeraient suivre vos parcours mais n'en ont pas les moyens ?

C. P.-M. : Ces parcours ont un prix, c'est vrai, mais pourquoi ne pas se les faire offrir par exemple ? Pouvoir apprendre à se connaitre et à se prendre en main, pour moi, ça n'a pas de prix, c'est un cadeau pour la vie.

E. L. : Des écoles et des universités commencent aussi à proposer des séances de coaching collectif ou de développement personnel : si vous le pouvez, profitez-en. Nous pouvons aussi intervenir à la demande : il suffit de constituer un groupe de huit. Vous n'en sortirez peut-être pas avec un projet tout ficelé, mais vous saurez ce qui est important pour vous permettre de vous réaliser professionnellement.


Pour en savoir plus

Pour trouver sa voie, du coaching qui joue collectif
  • Le parcours Faire de ma vie un 100%
     
  • Christine Puechbroussou-Moulin est ex-dirigeante d'un grand cabinet de conseil. Coach professionnel certifiée, elle est intervenue dans divers programmes en grandes écoles, notamment dans le cadre du projet "Choisis ta vie" de Companieros.

  • Emmanuel Loevenbruck est coach en entreprise, formateur en management et également éducateur à la vie et coach d'étudiant. Il anime des groupes "Yes, we can".
    Rens. : emmanuel.loevenbruck@wanadoo.fr



Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Cerner son profil | Bâtir son projet pro | Métiers qui recrutent | Métiers à découvrir | Métiers passion | Expériences de jeunes pros | Sans formation ?




S'abonner à la newsletter gratuite













Guides à télécharger