Entrepreneuriat étudiant : un nouveau statut et des formations dès 2014



Geneviève Fioraso a dévoilé le 22 octobre 2013 les quatre grande mesures de son ministère pour stimuler l'entrepreneuriat étudiant. Des formations à l'entrepreneuriat vont être proposées dans toutes les universités et les créateurs d'entreprise pourront bénéficier d'un statut d'entrepreneur-étudiant.





Geneviève Fioraso à l'université de Marne-la-vallée le 22 octobre 2013 (MESR)
Geneviève Fioraso à l'université de Marne-la-vallée le 22 octobre 2013 (MESR)
Le plan en faveur de l'entrepreneuriat étudiant était attendu depuis l'annonce faite par le chef de l'Etat à la fin des Assises de l'entrepreneuriat au printemps 2013. Mais on en ignorait encore la teneur, même si l'idée qu'il faudrait créer un nouveau statut pour aider les étudiants à créer des entreprises avait été évoquée.

Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a profité d'une visite à l'université de Marne-la-Vallée pour présenté un plan d'actions en quatre points : celui-ci prévoit le développement de formations à l'entrepreneuriat, la création d'une trentaine de PEPITE (Pôles Etudiants pour l'Innovation, le Transfert et l'Entrepreneuriat), la création du statut qui permettra d'être "étudiant et entrepreneur" et enfin la création d'un prix "Tremplin entrepreneuriat étudiant".

Des formations à l'entrepreneuriat pour tous les étudiants

Dès 2014, un parcours de formation entrepreneurial sera proposé à tous les étudiants, pour chaque cycle : en licence, en master et en doctorat. Dans la nouvelle nomenclature des diplômes, ces formations porteront les mentions de master "Entrepreneuriat et management de projets" et "Management de l'innovation".

En effet, si les étudiants en écoles de commerce sont en général bien préparés à acquérir cet esprit d'entreprise, il n'en pas forcément de même dans nombre d'établissements notamment d'universités. "Le constat que nous faisons, dit Geneviève Fioraso, c'est celui d'un déficit de culture entrepreneuriale en France, notamment lié au manque de formation à l'innovation et à l'entrepreneuriat des jeunes."

Une évidence qui correspond toutefois à une petite révolution dans l'univers universitaire où l'on s'est longtemps gardé de tout "collusion" avec le secteur marchand. Mais la révolution numérique est là et il est clair que nombre de startups ne pourront être lancées que si davantage de jeunes diplômés sont encouragés et accompagnés.

Un statut 'étudiant-entrepreneur' pour les jeunes porteurs de projets

Ce statut pourra être accordé à des étudiants ou des jeunes diplômés qui créent et innovent.

Concrètement, qu'apportera-t-il ? Au lieu de devoir passer dans le régime des indépendants (avec toutes les cotisations personnelles qu'il faut assumer), le jeune créateur pourra continuer à bénéficier du statut d'étudiant, et des droits sociaux associés ! Cela devrait normalement lui éviter la lourdeur administrative des déclarations à faire pour le régime social des indépendants et lui économiser des cotisations... ce que le régime "d'auto-entrepreneur" avait déjà cherché à faire (mais en le limitant à de petits projets).

Pour bénéficier de ce statut, l'étudiant-entrepreneur devra s'inscrire au sein d'un diplôme d'université (D.U.) "Création d'Entreprises Innovantes et Entrepreneuriat".

Par ailleurs, les projets entrepreneuriaux des étudiants en cours de formation pourront être pris en compte pour la validation de leur diplôme.

Une trentaine de 'Pépite', des pôles étudiants pour l'innovation

Pour organiser les formations, le gouvernement va aussi constituer une trentaine de Pépite (Pôles étudiants pour l'innovation, le transfert et l'entrepreneuriat), un par communauté d'universités et d'établissements. Chacun de ces pôles va mutualiser les formations offertes ça et là par une grande école, une université, un groupement d'entreprises. C'est vers ces PEPITE que les étudiants qui voudront découvrir les propositions de leur région pourront se tourner.

Pour les constituer, le gouvernement a lancé un appel à projets : les projets devront être déposés le 15 décembre et la sélection des projets retenus interviendra en janvier 2014. Les pépites bénéficieront de divers financements issus des ministères de l'Enseignement supérieur mais aussi de celui des PME, des collectivités locales et de partenaires privés.

Ces pôles auront également un rôle d'accompagnement des porteurs de projets et devraient permettre de développer les incubateurs ou espaces de co-working au sein des universités, à l'instar de ce qui existe déjà dans des universités comme Marne-la-Vallée, Bordeaux, Rennes...

Les meilleurs projets d'entreprise seront récompensés par un prix Tremplin Entrepreneuriat Etudiant

Les meilleurs projets issus des PEPITE pourront se présenter au concours national d'aide à la création d'entreprises du ministère qui proposera dès l'édition 2014 une catégorie "Tremplin Entrepreneuriat Etudiant".

Jusqu'à 50 lauréats pour la création et le développement d'entreprises pourront être sélectionnés, avec un prix de 10 000 euros pour la catégorie "création-développement", et de 5 000 euros pour la catégorie "émergence".  

Lancement du mouvement 'Entrepreneurs Demain !'

En parallèle du plan gouvernemental, le monde de l'entreprise a aussi annoncé la création du mouvement "Entrepreneurs demain !" pour diffuser l’esprit d’entreprise auprès de 9 millions d’élèves et d’étudiants, suite aux Assises de l'entrepreneuriat organisées par Fleur Pellerin et à l'annonce de la mise en place d’une sensibilisation à l’entrepreneuriat pour tout élève du Secondaire et du Supérieur.
 
Ce mouvement veut aider "à construire une offre structurée et lisible de contenus et d’outils de sensibilisation à l’entrepreneuriat de la 6ème à bac+8, en collaboration avec les ministères de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur, du Redressement productif et des PME".
 
"Dédiée aux jeunes, cette offre sera au service de tous les enseignants, explique le communiqué de l'association. Elle conjuguera aussi bien des contenus numériques via une plateforme digitale que des programmes clés en main destinés à être animés directement dans les établissements scolaires, universités et grandes écoles".

Plusieurs groupes de travail ont d’ores et déjà été lancés pour développer un contenu pour les élèves du secondaire, pour les étudiants et pour les enseignants. Les premiers résultats sont attendus pour la fin de l’année 2013.
 
 "Face au chômage et à la crise, les jeunes générations perdent confiance en elles, en l’avenir, en leur pays. Il est urgent de leur ouvrir des horizons nouveaux. Encourageons-les à entreprendre, les opportunités n’ont jamais été aussi nombreuses. Nous devons les inciter à se réaliser à partir d’un projet né de leurs talents et de leurs envies. En prenant leur vie en main, ils donneront un sens à leurs études, à leur parcours, à leur avenir", a déclaré Philippe Hayat qui préside ce mouvement, cofondé par la Fondation Entreprendre et AGEFA PME.


Mardi 22 Octobre 2013

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie



S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger



Vos articles préférés !