Les interdictions de vente d'alcool la nuit s'étendent


Lyon a interdit la vente d'alcool à emporter la nuit sur tout son territoire durant l'été 2011. Et de plus en plus de villes françaises, grandes ou petites, font de même pour certains lieux publics ou quartiers. Des mesures en direction des jeunes qui ne font pas plaisir à tout le monde.





Les interdictions de vente d'alcool la nuit s'étendent
A Lyon, plus question d'aller chercher une petite bière fraiche chez l'épicier du coin passé 22 heures. Par un arrêté du 18 juillet 2011, la municipalité a en effet interdit toute vente d'alcool à emporter de 22 heures à 6 heures du matin, et cela jusqu'au 10 septembre. L'objectif est de lutter contre l'alcoolisation massive des noctambules, et ses conséquences hélas fréquentes : bruit, bagarres, agressions, accidents... Mais il y a aussi tout bonnement, la saleté. Sur les berges du Rhône, agréablement aménagées, la ville a dû ramasser 32 tonnes de déchets en juillet 2010 !

La deuxième ville française a donc voulu frapper fort : c'est la première fois qu'une grande métropole prend cette mesure sur tout son territoire. Dans les autres villes, les ventes d'alcool sont interdites à certaines périodes ou dans des zones propices aux rassemblements festifs : à Toulouse, l'interdit touche le centre ville à partir du 15 août, à Nantes, un arrêté a interdit toute vente et transport d'alcool lors d'un "apéro geant" organisé via Facebook ; à Lille, l'interdiction court déjà depuis longtemps.

A Paris, une vingtaine d'arrêtés délimitent les quartiers où la vente, et parfois la consommation sur la voie publique, est interdite : depuis les incidents du soir du bac en 2008, le champ de Mars est une zone où il n'est pas question de sortir une bouteille de son sac. Le 4 juillet 2011, un nouveau quartier où il fait bon se balader le soir, celui du bassin de La Villette, a aussi été touché par un arrêté qui interdit la vente d'alcool.

Les interdictions seront-elles respectées ?

Sans le dire, toutes ces mesures touchent spécifiquement les jeunes qui pour faire la fête ou prolonger la nuit, ont souvent pris l'habitude d'aller se ravitailler dans les magasins ouverts en soirée. Bière mais aussi alcools forts. A ce rythme là, les phénomènes d'ivresse ont eu tendance à se multiplier, non seulement lors des apéros géants, mais aussi les samedis ou les jeudis soirs, jours de soirée étudiante, sans parler des grands événements festifs type fête de la musique ou 14-Juillet.

C'est parce qu'il est témoin, en tant que médecin, des conséquences graves de ces excès, que Jean-Louis Touraine, le premier adjoint au maire de Lyon, a pris son arrêté d'interdiction. Mais les textes suffiront-ils ? Et d'abord seront-ils respectés ? Dans de nombreuses villes ayant pris le même type d'arrêté, il faut bien reconnaître que non. Bien que risquant de fortes amendes, voire une fermeture administrative, des épiciers continuent à vendre de l'alcool. D'abord parce que les clients sont toujours là et haussent parfois le ton pour avoir leurs bouteilles. Ensuite parce la vente d'alcool, notamment en soirée, peut représenter jusqu'à 50% de leur chiffre d'affaires.

A Lyon, comme dans d'autres villes, des commerçants ont donc fait savoir leur mécontentement face aux arrêtés d'interdiction. Les cafetiers, eux, qui pensent récupérer les assoiffés derrière leurs comptoirs y sont au contraire favorables.


Les ventes d'alcool toujours interdites au mineurs partout

Rappelons toutefois que les mineurs ne peuvent de toute façon pas acheter ou consommer d'alcool, et cela partout en France, que ce soit dans les commerces ou les cafés-restaurants, depuis la loi Bachelot de juillet 2009.

Si vous paraissez un peu jeune ou que vous avez moins de 18 ans, un commerçant ou un garçon de café peut donc vous refuser de vous vendre une boisson alcoolisée. L'entrée en discothèque est par contre autorisée dès 16 ans, mais là encore, vous ne pouvez consommer d'alcool et l'on peut vous demander de présenter votre pièce d'identité.

Lire aussi :

Apéro géant à Nantes : une nouvelle édition mouvementée
Le rapport sur l'alcool en soirée et week-end d'intégration déçoit les étudiants
Alcool : leur enfer dans le binge drinking
Les soirées open bar interdites par la loi Bachelot


Lundi 12 Septembre 2011
Grégory Vals

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie



S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger



Vos articles préférés !