Reussir ma vie
Suivez-nous sur
Facebook
Twitter
Rss

Peut-on attenter à sa vie ?






Notre vie - son début, son déroulement, sa fin – ne nous appartiendrait donc pas totalement ?

Qu'est-ce que ma vie : un objet, un terrain de liberté, un don ?
Qu'est-ce que ma vie : un objet, un terrain de liberté, un don ?
Frédéric Laupies : "L’élément assez capital, pour répondre à cette interrogation, c’est que la vie n’est jamais un objet. Objet, c'est-à-dire quelque chose qui est devant nous et qui est à notre disposition.
En fait, la vie n’est pas un objet puisque je suis vivant. Je suis en vie, donc la vie n’est pas une abstraction mais elle existe en tant que je m’éprouve vivant, que je suis vivant… de l’intérieur en quelque sorte.
En ce sens, est posée la question fondamentale de la liberté. On peut dire que l’intervention sur la vie d’un autre est une prise de possession indue, illégitime de l’autre. Ce qui pose, sous ce rapport, des problèmes de bioéthique pour la vie naissante et peut-être également par rapport à la fin de vie en se demandant jusqu’à quel point l’environnement ne fait pas pression pour susciter une demande d’euthanasie.
Mais, vu sous cet angle, c’est encore relativement simple ; on comprend bien que personne n’a de droit sur la vie d’un autre."

Sur la vie d’un autre, soit, mais sur notre propre vie ?

"La question devient en effet plus complexe quand on pense le rapport de soi à soi : j’ai tous les droits sur moi puisqu’il s’agit de ma liberté à moi pense-t-on spontanément. En mettant fin à mes jours, je ne nuis à personne, je ne porte pas atteinte à autrui ; « ma liberté s’arrête là où commence celle des autres ».  
Mais là, les choses ne sont pas si simples, pour deux raison majeures. D’une part, ma liberté n’est pas une toute puissance désincarnée. Elle n’est pas un pouvoir pur, qui serait étranger à tout enracinement, à tout engagement. Si je peux être libre, c’est justement  parce que je suis vivant. Donc la « condition » de ma liberté n’est pas objet de ma liberté. Si je suis libre c’est parce que je suis vivant … ma liberté ne peut donc pas se retourner contre ce qui en est la condition.
D’autre part, porter atteinte à ses jours, c’est mépriser l’engagement dans la relation aux autres. L’idée d’une liberté qui agit de soi sur soi, est une pure abstraction parce qu’on est toujours dans la relation aux autres. On sous-estime sans doute beaucoup l’attention des autres, qui ne se manifeste peut-être pas assez, soit, mais qui indéniablement existe.
C’est sans doute pour cela que le suicide apparaît comme une sorte d’appel au secours, désespéré et contradictoire, un peu comme si on voulait ultimement réclamer l’amour des autres, sans plus pouvoir être là pour s’apercevoir qu’il existe encore... D’où les tentatives de suicide volontairement échouées, le chantage à la mort, tous les éléments intéressant le chantage affectif qui montrent bien que ma vie est engagée dans la vie des autres et réciproquement."

Si le suicide n’est pas la solution, il faut donc affronter la vie et ses contraintes. Mais la vie, même dans des conditions extrêmement difficiles, reste-t-elle un bien ?

Regarder un oiseau, sentir le souffle du vent sur son visage : des instants à goûter même au coeur de la douleur.
Regarder un oiseau, sentir le souffle du vent sur son visage : des instants à goûter même au coeur de la douleur.
"Un élément de réponse se trouve dans les petites choses. On ne vit jamais tous les moments de sa vie à la fois. Donc on ne vit qu’au présent. Les conditions extrêmement difficiles se comprennent au présent, c'est-à-dire qu’il y a une part du mal qui peut peut-être être atténuée dans la relation qu’on a avec le temps.
La pénibilité de la vie est souvent accrue par l’anticipation des maux à venir, l’anxiété, l’inquiétude et peut-être le ressassement des maux passés. Si l’on vit au présent, il y a peut-être déjà une dimension de mal qui peut d’une certaine façon disparaître.
De plus, il peut y avoir des petits moments de plaisir, des moments de bonheur au cœur même de la douleur et de la souffrance : regarder un oiseau passer, sentir le souffle du vent sur son visage, reconnaître le sourire d’un ami… Alors même que l’on souffre, c’est quelque chose qui redonne à la vie sa dimension plénière de « grâce », de don.
Car il y a une dimension importante à ne pas oublier, c’est que la vie est une grâce, indépendamment même du sens théologique, mais dans le sens où elle nous est donnée. Même si nous disons qu’il n’y a pas de donateur, ça n’empêche pas que la vie est donnée dans le sens où je ne la produis pas et où elle est une « potentialité » qui recèle de multiples promesses. Donc l’accueillir dans l’instant, c’est aussi savoir ce que l’instant recèle de possibilités…"

Mais pourtant la vie nous demande souvent des renoncements parfois difficiles…

''La vie est vraiment vivante, si l'on est capable de se dépouiller, de renoncer...''
''La vie est vraiment vivante, si l'on est capable de se dépouiller, de renoncer...''
"Bien sûr ! Mais la vie est vraiment vivable et vivante si on est capable d’accueillir en elle, paradoxalement, la mort. La mort comme disparition irréversible un jour, mais aussi toutes les petites morts partielles.
En quelque sorte, la vie est vraiment « vivante » quand on est capable de faire le deuil de certaines parties de son passé, si on est capable de se dépouiller de certaines choses, si on est capable aussi de renoncer, de renoncer par amour de l’autre, si on est capable de passer outre un affront, etc. etc.
Je pense que la vie est justement cette puissance de création qui passe aussi par la mort, par la mort à soi-même. Il faut faire mourir l’ignorance pour devenir savant, il faut faire mourir l’impatience pour être patient… La beauté de la vie ne vient pas du fait que la vie soit rose, la beauté de la vie ne vient pas du fait que la vie soit édulcorée, mais elle vient justement de cette sorte de contraste. Voyez justement comme Victor Hugo joue, dans la préface de Cromwell, sur ces contrastes : « le laid existe à côté du beau, dit-il, le difforme près du gracieux, le grotesque au revers du sublime, le mal avec le bien, l’ombre avec la lumière… »
Donc si on est dans cette logique-là que la vie passe par la mort, mais la mort partielle, la mort qui vivifie : « si le grain jeté en terre ne meurt, il ne peut porter du fruit », ça donne une capacité à reconnaître le bien qu’est la vie alors même que l’on passe par une phase de difficulté ou d’épreuves."

Et pour les personnes malades, dépressives ?

"Il faut en effet considérer que le suicide est aussi, autant que je le sache, assez souvent une sorte de nécessité qui est liée à une dépression nerveuse profonde. Il peut donc y avoir, dans ce cas-là, une dimension involontaire du suicide.
Ce qui est, à mes yeux, assez pervers, c’est le discours positif qui existe sur le suicide, comme si c’était une éthique, comme si c’était une posture. Or ce n’est pas du tout du même ordre.
Le geste de quelqu’un qui se donne la mort parce qu’il n’est plus dans son état normal, ne peut pas être érigé en conduite éthique. C’est en fait une nécessité purement subie par la personne. La condition de l’éthique, la liberté, a alors disparu. Il me semble juste et raisonnable de ne pas fonder une conduite libre sur ce qui ne peut exister que par la suppression de toute liberté. Rien, à ma es yeux, ne permet de justifier le suicide : il est toujours « un mal objectif », une destruction des potentialités de la vie, une insulte faite à l’autre et à soi-même…"

Et les suicides par amour, ne sont-ils pas vus parfois comme un "sommet" ?

''Le suicide par amour vient d'une vision de l'amour courtois qui recherche la fusion''.
''Le suicide par amour vient d'une vision de l'amour courtois qui recherche la fusion''.
"Les suicides « par amour » sont liés à la perversion de l’amour par un schéma inspiré de l’amour courtois. Un livre de Denis de Rougemont, l’Amour et l’Occident, explique la logique de l’amour courtois de manière assez claire : celui-ci suppose la « fusion » or la seule manière de fusionner, c’est la négation de soi… et la négation totale de soi passe par la mort.
Le véritable amour est alors impossible par définition puisque, tant qu’il y a les deux, il n’y a pas de fusion, donc il n’y a pas l’absolu de l’amour… D’où le lien étroit entre l’amour et la mort.
Cette vision nous vient de très loin dans l’Antiquité, à partir notamment de l’Orphisme et une conception de l’absolu compris comme « l’Un », l’unique, n’admettant aucun autre. L’amour consiste à rejoindre « l’Un » et à se fondre en lui.

Ce que Denis de Rougemont met également en évidence c’est que la logique judéo-chrétienne va directement à l’inverse puisque Dieu Créateur fait exister d’autres êtres que lui. Donc le mal n’est plus du tout dans la multiplicité, ni dans le corps, le mal est dans la perte de la relation.
On est donc en présence de deux logiques d’amour totalement opposées : l’amour « fusion » et l’amour « communion ». L’amour communion maintient justement la différence des êtres unis dans l’amour. Donc on a d’un côté l’unicité où on se fond dans l’un, l’unique, et de l’autre l’unité qui associe et articule le multiple dans l’union-communion.
Cette notion rejoint ce que je disais précédemment sur les petites choses : si on envisage l’amour comme communion, il ne passe en aucune façon par la mort au sens strict. En revanche, il peut susciter de petits renoncements et des morts partielles, mais il se joue en fait, au jour le jour, dans une relation qui est vraiment « vivante ».
Ce schéma de l’amour courtois a pour lui d’être assez grandiose avec un sens de l’absolu, de l’intransigeance totale. On le retrouve dans une certaine littérature, Roméo et Juliette, la Nouvelle Héloïse de Rousseau... jusqu’aux romans de gare. Il exerce une véritable fascination…On pense à Goethe avec les souffrances du jeune Werther et aux vagues de suicides qui ne se comprennent justement que par une logique mimétique de cette conception de l’amour.
Je pense qu’il est important de voir qu’il existe une soif d’absolu que nous portons tous en nous – et que les jeunes ressentent peut-être de manière plus présente - mais cette soif d’absolu peut elle-même être très perverse si elle empêche d’avoir le sens de la relation et même le sens du relatif. La vraie rencontre de l’absolu est au sein des réalités les plus simples : la confiance, l’amour véritable, la joie de créer, etc."

Pour vous, en tant qu’homme et philosophe, quelle est votre option personnelle ?

''Aimer la vie, c’est faire son possible pour en faire jaillir les potentialités'' Frédéric Laupies
''Aimer la vie, c’est faire son possible pour en faire jaillir les potentialités'' Frédéric Laupies
"Pour moi, le point d’ancrage c’est, en fait, qu’il faut apprendre à vivre. C’est paradoxal, puisqu’on vit déjà donc il n’est pas besoin d’apprendre ce qu’on aurait déjà en soi ! Mais il faut apprendre à vivre dans un « apprentissage » de la vie.
 Apprendre à vivre, c'est-à-dire avoir la conscience que la vie demande à être comprise, qu’elle porte un sens en elle-même, qu’elle a des potentialités qui pourraient passer inaperçues.
Apprendre à vivre, c’est déjà comprendre que l’on peut passer à côté de sa propre vie, en n’étant pas assez attentif au présent, en n’ayant peut-être pas bien compris le rapport entre la mort et la vie, en s’attendant à ce que tout aille de soi…
Apprendre à vivre, c’est aussi apprendre à comprendre qu’on n’est pas le centre du monde… Il existe une lettre de Descartes dans laquelle il dit: « si on rapporte tout à soi, on perd toute fidélité, toute amitié… ».
Donc apprendre à vivre, c’est comprendre qu’il y a des choses à savoir pour vivre, au sens littéral qu’il y a un « savoir-vivre ». Mais ce « savoir-vivre » n’est pas purement social, il n’est pas non plus l’application de règles ; il s’accomplit véritablement s’il est en même temps un « art de vivre ».
Ma conviction c’est qu’on vit d’autant mieux qu’on a compris qu’il y a quelque chose à savoir pour vivre. Dans le même temps, c’est la vie elle-même qui nous enseigne ce qu’il faut savoir. Mais la vie par la médiation de l’autre, d’où la nécessité de « maîtres » pour apprendre à vivre.
Si on n’apprend pas à vivre, on risque de ne pas aimer la vie.
Aimer la vie, ce n’est pas se laisser porter par la pure spontanéité. Aimer la vie, c’est savoir relativiser, savoir mettre en perspective, ne pas radicaliser le présent… Aimer la vie, c’est faire son possible pour en faire jaillir toutes les potentialités…"
 

Leçon Philosophique sur la vie, de Frédéric Laupies, aux PUF, 2009.

1 2


Propos recueillis par Nicole Payan

Témoignages | Initiatives | Coin philo | Portrait | Citations | Spiritualité







Vos articles préférés !




Inscrivez-vous à la newsletter et téléchargez gratuitement le guide "7 clés pour réussir ses études"
Pour connaître mes droits sur le respect de la vie privée, je consulte les conditions générales de service.