Reussir ma vie
Suivez-nous sur
Facebook
Twitter
Rss

Le plaisir fait-il le bonheur ?





Comment gérer le plaisir pour qu'il reste plaisir ?

Le plaisir fait-il le bonheur ?
Après l'avoir salué, voilà donc le plaisir mis en accusation. Ou plutôt placé sous surveillance, considéré comme un séducteur dont il faut se méfier et qu'il faudra apprivoiser puis dompter. "Le plaisir, par définition agréable, nous amène parfois à en vouloir toujours plus, remarque Laurence et Etienne. Mais jusqu'où peut-on aller dans la recherche du plaisir ? A quel moment cette quête nous prive-t-elle de nos libertés et nous rend dépendants jusqu’à nous écoeurer ou nous faire souffrir ? Paul Valery nous dit que "le plaisir extrême est proche de la douleur". Combien de petits plaisirs peuvent se transformer en vice ou en addiction ?"
Il semble donc bien que le plaisir soit à "gérer", à canaliser, et que la recherche unique des plaisirs ne puisse être le seul horizon de notre vie. Dans l'Antiquité, le fameux Epicure enseignait, lui, que le plaisir est ce qui procure le bonheur. Pour les épicuriens, tout plaisir est un bien, et toute douleur un mal.
Il faut toutefois sélectionner les plaisirs et les peines que nous devons goûter et ceux que nous devons écarter. Pour le sage épicurien, il est donc possible d’atteindre le bonheur, mais à condition de ne pas rechercher n'importe quels plaisirs et de nous livrer à un calcul pour prendre en compte seulement ceux qui nous rendent véritablement heureux. Inversement une douleur peut être utile pour obtenir un plus grand bien, qui alors n’aura que plus de valeur. Si Epicure revenait sur terre au 21ème siècle, peut-être serait-il partisan de douces soirées amicales sans alcool, d'une sexualité responsable et de festins 100% diététiques.



Des plaisirs fabriqués... pour nous faire plaisir

Lors du "café essentiel" aux Bains Douches, les participants du débat ont encore adressé au plaisir une dernière critique. Les plaisirs qui nous sont offerts (ou vendus) aujourd'hui auraient la fâcheuse habitude d'être calibrés sur mesure, fabriqués, emballés, présentés et merchandisés pour nous plaire. La société de consommation aurait industrialisé les moindres jouissances, au point de nous imposer une nouvelle "dictature du plaisir". C'est ce qui a intéressé Emmanuel, 22 ans, qui a assisté à la conversation du "Café nommé plaisir" : "Je me suis rendu compte que la notion de plaisir est complexe car étroitement liée à la société dans laquelle nous vivons. Ainsi, nous avons une société très consumériste, où le plaisir résonne donc avec des bonheurs matériels, palpables". Le publicitaire présent parmi les invités n'a pas manqué d'illustrer cette mise en scène du désir consumériste : pour certains cela passera par la possession d’une belle automobile, pour d’autres il s’agira de déguster un yaourt de marque, ou encore d’utiliser un shampoing décrit comme miraculeux qui procurera une jouissance. Et où est la jouissance ? Dans le fantasme d’acquérir, ou dans l’acquisition même ?

La liberté du plaisir fait-elle la liberté de l'être ?

A nouveau, la réflexion sur les plaisirs "fabriqués" voire "imposés", par la publicité, les modèles sociaux, les modes, nous ramènent à la question de la liberté. Où est notre liberté si c'est la société, les autres, qui nous dictent la façon dont nous devons jouir de la vie ? Et le "droit au plaisir" revendiqué depuis 1968 nous rend-il si libres que cela ? "Tout d'un coup on a pu penser que dans les années 70 on était rentré dans un époque où le plaisir, la jouissance était donc librement admise, disait le romancier Pascal Bruckner. Et ce qui s'est passé de manière tout à fait étonnante : l'interdit n'a pas été évacué, il s'est déplacé. là où il était prohibé de jouir, nous sommes désormais contraints de le faire. ... Bien sûr c'est beaucoup mieux d'être dans un époque de tolérance où la liberté du plaisir est admise pour tous, hommes et femmes, mais je ne suis pas certain pour autant que nous soyons rentrés dans un ère de permissivité totale puisque, au contraire, le plaisir est devenu à lui même son propre juge...." Si le plaisir ne peut être lui-même son propre juge, qui sera le vrai juge de son bonheur sinon chaque être, sujet de sa liberté et de ses actes ?

Plaisirs du palais

Il faudrait certainement plusieurs autres "conversations essentielles" pour approfondir la question du bonheur lui-même... En attendant, nous ne résistons pas au plaisir de vous dévoiler quelques pépites de la carte du restaurant des Bains Douches où après le débat, les participants qui le souhaitaient purent mieux savourer les plaisirs du palais : millefeuille tomate et aubergine sur chèvre chaud, clafoutis au saumon fumé et courgettes, fondue au camembert, filet de boeuf normand au poivre, brochette de St Jacques & mangue épicée, duplex abricot et crème brûlée, macaron glacé, caramel au beurre salé... Le bonheur était dans le pré, et le plaisir à table.

1 2



Témoignages | Initiatives | Coin philo | Portrait | Citations | Spiritualité







Vos articles préférés !




Inscrivez-vous à la newsletter et téléchargez gratuitement le guide "7 clés pour réussir ses études"
Pour connaître mes droits sur le respect de la vie privée, je consulte les conditions générales de service.