Contempler la nature, c'est déjà prier



La nature porte à l'admiration, au repos, à la paix. La contempler, c'est laisser monter en soi une exultation silencieuse, se laisser traverser par un souffle venu d'ailleurs. Une façon de s'ouvrir à la prière comme un enfant balbutie ses premiers mots.





Contempler la nature, c'est déjà prier
"Nous ne vivons que pour l'instant
où nous admirons la splendeur du clair de lune", disait l'écrivain japonais Asai Ryôi.

Vous non plus vous ne l'oublierez pas cet instant béni. C'était l'été dernier ou à peine hier peut-être : le soleil n'en finissait pas de plonger à l'horizon, l'air était doux, chaud, ou bien vous repensez à cette ascension en montagne, au moutonnement des collines à vos pieds, à l'écrin de verdure qui vous environnait...

Alors vous avez senti monter en vous un sentiment plus large que la simple quiétude. Un élan intérieur vous a saisi, une gratitude que vous ne pouviez garder en vous. Vous avez eu envie de prier, mais les mots vous ont manqué alors vous êtes resté dans la plénitude de ce silence... que vous auriez voulu éternel.

Toutes les traditions spirituelles ont lu dans la nature le signe d'une présence. Vous aimeriez profiter de vos escapades en plein air pour vous ressourcer et apprendre à prier ? Voici quelques pistes de méditation.

Remercier pour tant de beauté et de grandeur

Comme c'est beau ! Cette beauté, cette grandeur offerte à votre regard, considérez-là comme un cadeau, un don. Vous êtes l'heureux invité d'un spectacle grandiose ; goûtez simplement votre chance d'être là, et laissez monter votre reconnaissance...

Vous ne croyez pas en Dieu ? Que cela ne vous empêche pas de balbutier un "merci", de dire votre gratitude à la vie. Vous pouvez ainsi partager avec les croyants l'attitude de coeur de la louange, une forme de prière très puissante pour chasser la tristesse et le repliement sur soi.

Les textes des grands religions monothéistes comportent de magnifiques prières de louange face à la création. On y loue Dieu comme Créateur de la nature et du monde : "Louange à Allah, seigneur de l'univers", dit le Coran.

"L'Eternel s'enveloppe de lumière comme d'un manteau, dit la bible dans le langage poétique des psaumes : il étend le ciel comme une tente.
Il construit sa demeure au-dessus de l'eau, il fait des nuages son char, il s'avance sur les ailes du vent.
Il fait des vents ses messagers, des éclairs ses serviteurs."


Se laisser traversé par le souffle divin

Vous pouvez aussi vous ouvrir au effluves et aux sensations portées par les vents : brise légère, vent maritime venu du large, bouffées d'air frais et parfumé, fraicheur du matin, risée sur l'eau d'un lac...

Respirez profondément en vous laissant remplir, traverser, purifier par ce souffle. Vous prenez ainsi conscience de votre appartenance à cette nature, cette planète. Ou vous pouvez penser à tous ceux qui respirent le même air sur cette Terre. 

Ce souffle évoque ainsi le mystère de la vie, mais les caprices du vent nous rappellent son caractère imprévisible. N'est-ce pas bon de s'abandonner à ce souffle léger plutôt que de tendre notre volonté vers des projets trop bien ficelés ? De saisir les vents favorables pour y découvrir, parfois, la présence silencieuse de Dieu à nos côtés ?

"Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va, dit Jésus au sage Nicodème dans l'Evangile selon Saint-Jean (3,8)." Et il ajoute : "Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit", en invitant Nicodème à renaître à une vie irriguée par l'Esprit divin.

Contempler la nature, c'est déjà prier
Qu'est-ce que méditer ?

Méditer, c'est fixer ses pensées sur un point, visible ou invisible, et les laisser s'approfondir, creuser en nous une expérience intérieure.

Dans la nature, on peut se fixer sur les riches sensations offertes au regard - lumière, perspective, profondeur, couleur - à la peau ou aux oreilles - chant d'oiseau, craquement des feuilles, souffle du vent. Une certaine lenteur, le silence, et parfois l'immobilité aident à se concentrer sur ces seules impressions et à les intérioriser.

Au fur et à mesure que les images et les sons descendent, des idées vont jaillir, des mots, des pensées. Dans cette écoute intérieure, les croyants peuvent alors "entendre" une parole de Dieu pour eux : une idée positive qui pousse à une action, un désir, une certitude qui se fait jour. En se tournant alors intérieurement vers Dieu pour lui répondre, ils entrent dans la prière...

La lecture de textes sacrés - par exemple des psaumes de la bible - peut aussi nourrir ou prolonger la méditation. Mais surtout, n'allez pas trop vite : après avoir lu quelques mots, fermez les yeux pour les laisser descendre en vous, ou bien visualisez intérieurement ce que vous lisez, ou gardez-les tranquillement dans votre esprit en vous promenant.

Lire le livre de la nature, école de sagesse

Contempler la nature, c'est déjà prier
La nature n'est pas seulement belle : elle est pleine de sagesse. Regardez par exemple l'étonnant cycle des saisons. Si vous vous promenez dans les mêmes lieux à différentes saisons, observez comment le paysage se transforme et renaît sans cesse.

Sous le soleil de l'été, des arbres et des plantes ploient sous les feuilles et les fruits. Puis tout se fane, on croit tout mort, mais le printemps fait rejaillir des fleurs encore plus belles. N'est-ce pas une belle leçon de persévérance et d'espérance ?

Quand vous vous promenez et que vous êtes ému par un aspect de cette nature, ne balayez pas cette émotion trop vite mais gardez-là en vous. Puis demandez-vous pourquoi cela vous touche : en quoi cela rejoint-il votre vie ? A quoi cela vous fait-il penser ?

La méditation se nourrit de ce va-et-vient entre l'extérieur et l'intérieur, entre la nature qui vous environne et les difficultés de votre vie, entre votre humanité fragile et l'écho d'une parole venue d'ailleurs.

Se laisser pacifié pour rencontrer Dieu au fond de soi

La balade a finalement des vertus étonnantes : "La nature nous incite à revenir à notre cœur et nous apprend à y séjourner comme dans une maison amie", dit le poète et théologien canadien Jacques Gauthier sur son blog.

En priant dans la nature, "en prenant un bain de silence, explique-t-il, vous rencontrez Dieu dans sa double demeure : la nature et vous-même. Vous êtes son enfant bien-aimé, il vous regarde et il veut que vous vous émerveilliez de ce que vous êtes et de ses oeuvres". Waouh !

Il est vrai qu'en contemplant l'immensité de la nature, nous ne sommes pas écrasés, humiliés par notre petitesse, angoissés par notre impuissance... mais au contraire pacifiés, et comme ramenés à l'intérieur de nous-même.
Le signe sans doute que le créateur habite aussi le sanctuaire de notre âme et qu'il est bon parfois d'y séjourner comme on vient s'asseoir dans un jardin à l'ombre d'un arbre. Prêt pour la promenade ?


22 Août 2017


Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Témoignages | Initiatives | Coin philo | Portrait | Citations | Spiritualité







Vos articles préférés !



S'abonner à la newsletter gratuite