Reussir ma vie
 
Suivez-nous sur
Facebook
Twitter
Rss

Maud Fontenoy : 'Même à contre courant, on peut tous y arriver'






Les moments les plus durs

Le passage du cap Horn et des tempêtes des mers du sud
Le passage du cap Horn et des tempêtes des mers du sud
"Des moments très durs, il y en a eu beaucoup. Mais ce tour du monde à contre-courant, je l'ai choisi pour cela, pour faire passer un message très fort : j'ai voulu montrer que la vie n'est pas une autoroute, c'est parfois difficile, mais il y a des chemins de traverse, il y a plusieurs façons de se réaliser, et pour cela il faut se dépasser".
J'ai eu beaucoup de tempêtes, beaucoup de dépressions, des rafales à 70 noeuds, et très peu de pauses. J'attendais le répit avec impatience et là, coup de malchance, il y a eu ce mât... Une grande peur : 30 m de carbone qui vous tombe sur la figure, vous imaginez... D'un seul coup, cela voulait dire que je me retrouvais toute seule, à la dérive dans les mers du sud, avec ce mât qui tapait et risquait de crever la coque.

Ce moment, j'ai dû l'affronter seule. Tout était dangereux ! J'étais réfugiée dans la cabine, j'imaginais le pire. Mon atout, ça a été de rester concentrée : de morceler les problèmes. J'ai sorti le canot de sauvetage, la combinaison de survie, j'ai réfléchi à ce que je pouvais avoir besoin, des boites de thon, un crayon, une lampe torche, la trousse à outils. Et puis j'ai quitté le bateau, et ça a été un moment très difficile : abandonner mon bateau, c'était un peu abandonner mon rêve, décevoir tous ceux qui m'avaient soutenue. Et puis j'ai sorti la trousse à outils et je me suis mise à scier millimètre par millimètre le mât pour le libérer. Au moment de finir, j'ai eu très peur d'être emportée dans les profondeurs : finalement, la voile était coincée et j'ai dû la couper au couteau suisse... et puis tout est parti au fond.


Voulez-vous être secourue ?

Maud Fontenoy : c'est la volonté qui m'a fait tenir
Maud Fontenoy : c'est la volonté qui m'a fait tenir
Ensuite un cargo allemand est arrivé pour me secourir. Ca a été un moment difficile aussi. D'abord ils me criaient des choses et je ne comprends pas l'allemand. J'avais peur que le mât soit resté coincé dans la quille, mais non. Finalement, ils me demandaient : "Voulez-vous être secourue ?". Et là j'ai choisi de ne pas être sauvée, de rester seule, et ils sont repartis.

L'énergie dans ces moment-là, on la trouve. Mais ce tour du monde, je l'ai fait petit bout par petit bout.
Le manque de sommeil, c'est quelque chose qu'il faut aussi apprendre à gérer. Parfois on préfèrerait tout laisser tomber pour pouvoir dormir. Mais j'aime cette phrase de Victor Hugo : "l'épuisement des forces n'épuise jamais la volonté". C'est ce que j'ai vécu. J'avais des bleus partout, je me suis cassée les doigts et je ne pouvais plus me servir de mes mains, mais là, c'est la volonté qui m'a fait tenir et cela, c'est beaucoup d'espoir pour tous ceux qui ne croient pas en eux, parce que cette énergie, on l'a tous au fond de nous-même".

Les moments les plus fabuleux

Maud Fontenoy : 'Même à contre courant, on peut tous y arriver'
"Il y en a eu plein. D'abord, on est lavé, lavé par les éléments et je partais pour valoriser cette nature humaine. Le passage du cap Horn, c'est un instant d'éternité. Mais finalement, un des moments les plus intenses, c'est peut être le moment où avec un petit mât, j'ai pu mettre une voile à l'avant et où mon bateau est reparti à 3 noeuds.

Le soutien des enfants, c'est un autre point fort de cette aventure. Beaucoup de classes m'ont suivie, j'ai beaucoup pensé à eux le jour du dématage. Des professeurs m'ont dit que déjà des enfants, des jeunes se sont révélés. Ils avaient décoré mon bateau de dessins, de poèmes. L'important, c'est d'aller jusqu'au bout et de ne jamais laisser tomber."

J'ai décidé de partir seule

Maud Fontenoy : 'Même à contre courant, on peut tous y arriver'
"La solitude a été un choix, j'ai décidé de partir seule pour me retrouver face à moi-même, régler certaines questions, accepter mes qualités et mes défauts, etc.
Cela a forcément été source de difficultés, dans les meilleurs comme dans les pires moments. Mais cela a aussi été extraodinaire : ce que j'ai découvert sur moi, c'est à la fois cette force extraordinaire qu'on a au fond de soi, et en même temps, cette fragilité de l'être humain.

J'étais tenue à la vie par un fil si petit, si ténue... Dans les tempêtes, tu vois que ta vie est tellement éphémère, une vague de plus et tu peux disparaître, et la terre tournera toujours de la même façon. En revenant à terre, j'ai rembobiné ce fil, c'est le retour à la vie.

J'ai beaucoup pleuré

Rencontre avec les albatros et les baleines dans le monde austère des mers du sud
Rencontre avec les albatros et les baleines dans le monde austère des mers du sud
Cette fragilité, c'est aussi cette sensibilité qui est en nous. Pleurer devant un soleil couchant, jamais je n'aurais fait cela sur terre. En mer, je me suis découverte, je me suis ouverte à cette sensibilité et il y a eu des moments très intenses, j'ai beaucoup pleuré. Quand on rencontre ces animaux marins, ces baleines qui plongent à côté du bateau, ces albatros si majestueux... J'ai rencontré le monde austère des mers du Sud, et j'en reviens apaisée.

Et ces dernières heures sur l'eau : j'ai écouté le souffle du vent qui m'a portée, poussée, des fois un peu secouée, ce soleil parfois brûlant parfois caresse. Et puis la côte est apparue, un trait noir à l'horizon comme un miracle. Quand on est dans cette immensité désertique depuis si lontemps, c'est quelque chose de magique.

Quand la tête va, tout va

Maud Fontenoy veut maintenant aider les autres à réaliser leur rêve.
Maud Fontenoy veut maintenant aider les autres à réaliser leur rêve.
Aujourd'hui, je suis heureuse car il y a plusieurs semaines que je me suis préparée à l'arrivée. Je me sens vraiment en forme car quand la tête va, le corps va. Quand on est bien à l'intérieur, on est bien à l'extérieur. Et c'est un beau message pour tous mes petits malade de l'hopital de Garches en oncologie pédiatrique qui souffrent de cancers très graves. J'espère qu'ils iront trouver au fond d'eux-mêmes cette énergie parfois bien cachée.

Aujourd'hui mon bateau va retourner en métropole. J'ai le projet de le faire naviguer autour de France, pour emmener des enfants, y faire peut-être une exposition sur l'écologie. Ce voyage m'a ouvert aux autres. Je pense que ce sera le dernier que je ferai en solitaire, car j'ai trouvé les réponses aux questions que je me posais.
Et puis je vais faire un film et m'isoler pour écrire un livre, aller chercher au fond de moi tout ce que j'ai vécu. La médiatisation pour moi, c'est un coup de projecteur qui m'a permis de dire : dans ce monde un peu morose, il y a des projets simples qu'on peut monter de A à Z, des montagnes qu'on peut gravir échelon par échelon, car malgré les difficultés du quotidien, oui on peut changer les choses."

1 2


Samedi 8 Juin 2013

Témoignages | Initiatives | Coin philo | Portrait | Citations | Spiritualité






Vos articles préférés !




Inscrivez-vous à la newsletter et téléchargez gratuitement le guide "7 clés pour réussir ses études"
Pour connaître mes droits sur le respect de la vie privée, je consulte les conditions générales de service.