Réussir ma Vie
 
Suivez-nous sur
Facebook
Twitter
Rss


Ils plantent des potagers sur les toits de Paris



Etudiante à l'Agro Paris Tech, grande école d'ingénieur agronome, Marie participe à une expérience qui permettra peut-être de nourrir, demain, les habitants des villes : faire pousser tomates et salades sur les toits de Paris ! Un sujet de recherche de fin d'études qu'elle nous fait découvrir sur le toit de l'Agro.




Ils plantent des potagers sur les toits de Paris
C'est sur le plancher des vaches, à l'entrée de l'Agro, dans l'élégante rue Claude Bernard en plein quartier latin que Marie Garin, étudiante de troisième année, nous accueille. Mais c'est au-dessus du cinquième étage, tout en haut des grands puis des petits escaliers de l'école, que nous débouchons sur... le potager qui domine les toits parisiens.

Ici une équipe de l'Institut national de recherche agronomique (Inra) ainsi que deux jeunes ingénieurs passionnés de développement durable ont conçu une expérience "d'agriculture urbaine". En mars 2012, des plants de légumes ont été installés sur ces toits, à titre expérimental. Si les récoltes sont bonnes (et pas trop polluées), alors un nouveau concept de production pourrait se développer dans les villes, là où les consommateurs sont les plus nombreux. Grâce à de nouveaux sols, situés non à leurs pieds mais au-dessus de leur tête.

En attendant, il faut patiemment étudier la croissance de ces plantations des villes et c'est Marie, passionnée elle aussi, qui fait office de jardinière. Un beau projet de fin d'études qu'elle nous fait découvrir par un jour de juillet plutôt venteux...



Une solution au problème de l'alimentation des urbains

Si l'expérience parisienne paraît encore isolée en France, d'autres pays sont plus avancés : en Amérique du Nord, par exemple à New York et à Montréal, de plus en plus de toitures accueillent des jardins d'agrément mais aussi des cultures potagères.

Le concept d'agriculture urbaine est largement encouragé par l'ONU et la FAO notamment pour les villes des pays pauvres. Ces techniques peuvent en effet permettre aux citadins d'être moins dépendants de l'industrie agro-alimentaire, de recycler certains déchets, de rester maîtres de leur production vivrière et des savoir-faire liés au travail du sol.

Autres avantages : les circuits courts de production limitent la pollution due aux transports et peuvent renforcer le lien social entre habitants d'un même immeuble ou d'un quartier ! Les éco-quartiers de demain auront sûrement leur potager...

Lire aussi :
Jeunes créateurs des Paniers du citadin

Lundi 25 Novembre 2013

Témoignages | Initiatives | Coin philo | Portrait | Citations | Spiritualité









Vos articles préférés !



S'abonner à la newsletter gratuite