Réussir ma Vie
 
Suivez-nous sur
Facebook
Twitter
Rss


Apprentiscène : les apprentis montent sur les planches



Chaque année depuis 15 ans, une centaine d'apprentis montent sur les planches d'un grand théâtre parisien. Dans des saynètes humoristiques, ils témoignent de leur vie d'apprenti en cuisine, informatique, boucherie ou vente. Apprentiscène aide à prendre confiance en soi et à défendre l'apprentissage.




Les apprentis lors des Apprentiscène 2017. © apprentiscene.fr
Les apprentis lors des Apprentiscène 2017. © apprentiscene.fr
"L’apprentissage, c'est bien, mais pour les autres". Voilà ce que pensent souvent les parents qui, pour 56%, ne souhaitent pas orienter leurs enfants dans cette voie. C'est pour combattre ces idées reçues qu'est né Apprentiscène, un projet pédagogique et culturel lancé il y a 15 ans par la région Ile-de-France.

Le 9 avril 2018, une centaine d'apprentis venus de CFA franciliens mais aussi de Bretagne et Nouvelle-Aquitaine vont à leur tour monter sur les planches du théâtre du gymnase à Paris. "C’est parce que les apprentis en sont acteurs qu’Apprentiscène participe à mieux sensibliser les jeunes et leurs parents", explique Olivier Mothes, cofondateur du projet.

Élève en CAP cuisine et apprenti dans un restaurant gastronomique, Alexandre a tout de suite été séduit : "Je me suis dit que ça me permettrait de gagner en concentration, en mémorisation et en confiance en moi", explique-t-il. Des qualités très utiles pour intégrer peut-être un jour les cuisines d'un palace.

Apprentiscène : comment ça marche ?

Les apprentis des CFA qui choisissent de participer doivent écrire une saynète de 3 minutes, sur un sujet lié à leur quotidien d'apprenti ou au métier qu'ils préparent. Plus facile de puiser dans son quotidien que de partir de rien. Plus facile aussi de rire de soi-même et des petits travers de son métier.

Ils ont ensuite 20 heures, prises sur leur emploi-du-temps, pour apprendre à la jouer, la répéter, la transformer. La région fait bien les choses puisqu'elle mobilise chaque année plusieurs metteurs en scène qui viennent aider les jeunes à mettre au point leur scène. Un ou deux comédiens professionnels parrainent aussi l'opération chaque année.

"C'est très émouvant de voir tous ces jeunes qui n'avaient jamais foutu les pieds sur une scène présenter leur travail, témoigne Dominique Pinon, parrain d'une précédente édition. C'est une expérience qui va rester ancrée en eux. Cela leur donnera le courage d'entreprendre des choses dans leur vie."

Une représentation dans un grand théâtre parisien

Car il en faut du courage pour se produire en public. D'autant qu'après les répétitions, les "troupes" d'apprentis jouent devant un vrai public, sur la scène du théâtre du gymnase à Paris grâce à l'expertise de l'agence événementielle Manifestory.

La salle est pleine d'amis et de proches, mais aussi de personnalités, de professionnels du spectacle, d'enseignants et d'employeurs. L'un des mérite d'Apprentiscène est de mêler des publics très divers qui n'ont pas toujours l'habitude de se côtoyer.

Le projet est en effet soutenu depuis le début par l’Association nationale des apprentis de France (ANAF) qui y voit un moyen efficace de lutter contre les stéréotypes et de favoriser l’insertion des jeunes. "En 15 ans, plus de 5000 apprentis d’Ile-de-France ont participé à l’opération devant 55000 spectateurs. Il est désormais temps d’étendre l’opération en la proposant à tous les CFA de France dès 2019 pour dynamiser cette voie professionnalisante", déclare Olivier Mothes.

Un moyen de se défouler et de s'exprimer

Et les meilleures scènes sont bien sûr récompensées, façon de redorer le blason de certains métiers manuels. En 2016, c'est le CFA francilien des métiers du cycle et du motocyle, un secteur offrant de très beaux débouchés, qui l'a emporté.

D'autres années, la palme est allée à la pâtisserie ou à la boucherie.


Une vraie méthode pour prendre confiance en soi

De l'avis de tous les participants, le premier bienfait de l'opération pour les jeunes est un grand gain de confiance en soi.  Le théâtre aide en effet à prendre la parole, à poser sa voix, son corps, en bref, à améliorer ses savoir-être, des qualités très importantes lorsqu'on doit passer un entretien d'embauche et faire ses preuves en entreprise face à un employeur. Sur les 20 heures de formation, 2 heures sont d'ailleurs réservées à l'apprentissage des savoir-être en entreprise.

Les entreprises sont les premières à constater une évolution positive du comportement de leurs apprentis ayant participé à l'opération. Dans une enquête réalisée en 2015 par la région Ile-de-France, elles déclarent avoir constaté leurs progrès dans la capacité à s’entraider (94%), à anticiper et à avoir confiance en soi (81%) et à travailler en équipe (74%). Quant aux jeunes qui y participent, 92% constatent une évolution personnelle positive !

Dans le reportage vidéo ci-dessous, de jeunes apprenties en vente témoignant avoir acquis plus grande confiance en elles.


L'apprentissage sous les feux de la rampe

Mais Apprentiscène ne permet pas seulement à des jeunes de prendre confiance en eux grâce au théâtre. Dans toutes les scènes jouées, c'est l'apprentissage dont on parle à travers mille gags ou flashs de la vie quotidienne : sketchs sur les métiers, le quotidien d'un apprenti, la découverte de la vie pro...

Dans les coulisses d'Apprentiscène, les idées reçues sur les métiers tombent, l'horticulture côtoie les technologies de l'information, le bâtiment se mêle à la banque. Certains préparent des bacs pro, d'autres des BTS, des licences ou des diplômes d'ingénieur. Point commun entre tous ces apprentis : 3 sur 4 trouveront un emploi stable à la fin de leur apprentissage. Les chefs d'entreprise sont d'ailleurs nombreux dans le public d'Apprentiscène depuis 2007.

Pensez-y si vous cherchez votre voie ou peinez à décrocher votre premier emploi : près de 800 métiers (du niveau CAP à bac+5) sont accessibles par l'apprentissage, voie royale pour acquérir à la fois une expérience et un diplôme.

Lire aussi :
Contrat d'apprentissage : comment trouver mon entreprise ?
Se former à un métier en alternance 
Mobilité européenne : les apprentis et les bacs pro aussi
Ecoles d'ingénieurs en alternance : la nouvelle voie royale ?

Rédigé par le 15 Avril 2015 modifié le 2 Mars 2018

Témoignages | Initiatives | Coin philo | Portrait | Citations | Spiritualité









Vos articles préférés !



S'abonner à la newsletter gratuite