Le monde en 1968



L'année 1968 dans le monde est marquée par une quantité de mouvements contestataires souvent menés par la jeunesse : aux Etats-Unis, au Mexique, en Tchécoslovaquie, en Allemagne et bien sûr en France, l'ordre établi est remis en question. Des revendications de liberté d'expression, d'égalité et de paix s'expriment mais aussi des aspirations plus idéalistes à un monde sans contraintes où l'individu pourrait "réinventer la vie".





La fin de la guerre froide

En 1968, le monde est toujours partagé entre deux blocs, l'Est et l'Ouest, toujours opposés idéologiquement. Mais la tension extrême de la guerre froide qui avait conduit à un surarmement, en particulier nucléaire, est retombée.

Etats-Unis, URSS et Grande-Bretagne signent d'ailleurs un accord de non-prolifération nucléaire où ils s'engagent à ne pas donner l'arme nucléaire à d'autres pays. Le bloc adverse n'apparaît plus comme l'ennemi à abattre, le symbole du mal.
Du coup, dans chaque camp, les courants politiques contestataires vont s'affirmer davantage.

Aux Etats-Unis : les mouvements contre la guerre du Vietnam

1972 : enfants vietnamiens brûlés par un bombardement au napalm
1972 : enfants vietnamiens brûlés par un bombardement au napalm
Les Etats-Unis sont au sommet de leur engagement au Vietnam. Depuis 1965, ils ont renforcé sans cesse leurs forces sur le terrain : en 68, il y a 550 000 soldats américains au Vietnam. Tous les moyens militaires sont employés pour briser la révolte communiste du mouvement Vietcong soutenu par le Nord- Vietnam : les zones communistes sont bombardées sans répit par les B52 qui larguent des centaine de bombes au napalm et des défoliants.

Aux Etats-Unis, où le nombre de jeunes soldats tués ou mutilés est déjà important, un mouvement d'opposition à la guerre commence à gonfler. Les manifestants scandent : "US Go Home !". Les photos d'enfants vietnamiens brûlés vont marquer les consciences. En janvier 68, les forces du Nord-Vietnam attaquent des centaines de villes du sud : c'est "l'offensive du Tê" qui choque l'opinion américaine et montre qu'une guérilla peut tenir tête au colossal effort de guerre américain.

La lutte pour l'égalité raciale

Le monde en 1968
Les Etats-Unis sont également aux prises avec leur vieux démon : la question raciale.

Un pasteur protestant noir, Martin Luther King, adversaire inlassable de la ségrégation, a pourtant essayé de prêcher la non-violence et le dialogue entre noirs et blancs. "I have a dream", dit-il dans un discours célèbre prononcé le 28 août 63. En 1964, Luther King reçoit le prix Nobel de la Paix .
Mais le 4 avril 68, il est assassiné par un blanc à Memphis (Tennessee). Est-ce la fin du rêve ? Des émeutes secouent les grandes villes américaines dont Washington.

Peu après, le président Johnson signe la loi sur les droits civiques, réclamée par Luther King. Dans la communauté noire, on n'a pas pour autant renoncé à la violence : le "Black Power" défile dans les rues et en août 68, aux JO de Mexico, les athlètes noirs américains qui montent sur le podium baissent la tête et dressent le poing tandis que résonne l'hymne américain : ils ont revêtu un gant noir, signe de ralliement du Black Power. Un image de protestation qui va faire le tour du monde.

Un vent de contestation souffle sur les campus

Le premier foyer de révolte étudiante apparaît aux Etats-Unis, dès 1965, à l'université de Berkeley. Les étudiants critiquent les interventions de leur pays au Vietnam, combattent la ségrégation raciale et accueillent avec sympathie les mouvement de guérilla en Amérique latine.

Mais la contagion de ce mouvement va gagner l'Allemagne au printemps 1967, l'Italie en novembre puis Londres et surtout, Paris. Pourquoi ces révoltes soudaines d'étudiants dans le monde ?

D'abord, parce que le nombre d'étudiants a explosé. Les enfants du baby-boom, ceux qui sont nés en masse entre 1945 et 1950, sont arrivés en fac. Les jeunes n'ont jamais été aussi nombreux ! En France, les moins de 20 ans représentent un tiers de la population.

Ensuite, des mouvements culturels déferlent sur la jeunesse du monde entier : si le mouvement hippie et son slogan "Peace and Love" reste très américain, la vague rock et folk est beaucoup plus puissante. Née en Angleterre, la beatlemania se répand aux quatre coins du monde. Et dans le sillage des Beatles, des groupes comme les Rolling Stones et les Who font de la provocation un ingrédient de leur musique où se mêlent aussi l'énergie et la contestation de l'ordre établi. Un cocktail explosif.

La France des Trente Glorieuses

Le monde en 1968
En France, l'Etat gaullien brille de tous ses feux. Le général de Gaulle est installé depuis 1958 à la présidence de la République où il jouit d'un incontestable prestige. En 1962, il a fait approuver une réforme constitutionnelle prévoyant que le chef de l'Etat sera élu au suffrage universel. Et en 1965, il est élu par les Français avec 44,6% des voix au premier tour et 55,2% au deuxième tour (contre François Mitterrand). Un score à faire pâlir d'envie bien des hommes politiques actuels !

Le "général" affirme l'indépendance de la France et lance de grands projets : des centrales nucléaires, l'aéroport d'Orly, le tunnel du mont Blanc, l'usine marémotrice de la Rance, le nouvel avion Caravelle, le paquebot France. Des symboles d'un Etat fort et moderne. Le taux de croissance du pays est de 5,5% par an : là encore, un chiffre que l'on envierait aujourd'hui. L'investissement dans l'industrie progresse de plus de 7%, l'agriculture se modernise, la construction européenne est en marche...

Comment imaginer que ce pays puissant doté de tant d'atouts puisse être secoué par une tempête sociale si forte qu'elle en vienne à menacer l'Etat ? Ce sera l'un des grandes questions posées par 68, et reposée encore 40 ans après.

La naissance d'une culture contestataire

Le monde en 1968
En même temps, ce monde qui bouge n'est pas sans tensions. Les campagnes se dépeuplent et le monde paysan se transforme. La consommation de masse voit le jour et les premières grandes surfaces sonnent le glas du petit commerce : le premier magasin Carrefour ouvre en région parisienne en 1963.

Vers le milieu des années 60, près de la moitié des Français ont un téléviseur et une voiture. Un Français sur deux part en vacances. La croissance est forte mais les inégalités encore importantes.

Sur le plan culturel, une "planète jeunes" se constitue. Il n'y a jamais eu autant d'étudiants en France : 200000 en 1960, 500000 en 68. Leur jeunesse est bien différente de celle de leurs parents qui ont connu la guerre et les privations. Les médias leur offrent de nouveaux repères. Une culture contestataire émerge : on dénonce en bloc la guerre du Vietnam, le culte de la réussite et de l'argent, les institutions traditionnelles comme la famille, l'école, l'armée, l'Etat, l'Eglise.

D'autre part en France comme en Europe de l'Ouest, l'idéal révolutionnaire marxiste continue de séduire. Si le parti communiste a déçu, de nouveaux groupes se créent. Ils regardent vers Trotsky et Mao, qui apparaissent comme les nouveaux maîtres à penser de la révolution, sans oublier Che Guevara, le leader latino-américain.

A l'Est : le printemps de Prague

Le monde en 1968
Mais le vent de contestation ne souffle pas seulement dans le monde occidental. Cela bouge aussi de l'autre côté du "rideau de fer", en Tchécoslovaquie. Un nouveau secrétaire du parti communiste tchécoslovaque, Alexander Dubcek, veut tenter l'expérience du "socialisme à visage humain". Il décide de libéraliser le régime, tout en gardant un Etat communiste. Le Parlement vote la réhabilitation des prisonniers politiques et libéralise le régime : la censure est supprimée, la presse devient plus libre.

Mais ces réformes inquiètent Moscou qui craint une contagion à l'Est et le 20 août 1968, les Soviétiques envoient des chars à Prague pour mettre fin à l'expérience démocratique du "Printemps". L'image d'un manifestant seul et désarmé face aux chars russes fait le tour du monde.

En Chine : la fin de la Révolution culturelle

Le monde en 1968
Le régime chinois de Mao Zedong a entamé en novembre 1965 un virage idéologique vers une révolution encore plus "pure" et plus "rouge", en partie pour se distinguer de l'Union soviétique, accusée d'avoir trahi le peuple au profit des bureaucrates. La "révolution culturelle" débute donc avec l'élimination de membres du gouvernement et d'écrivains jugés dangereux.

Mao embrigade la jeunesse dans une organisation quasi militaire, celle des "gardes rouges" qui exécutent aveuglément ses ordre et lui vouent un véritable culte en brandissant Le Petit Livre rouge. Mao leur octroie des pouvoirs très importants et les encourage à combattre leurs professeurs, puis tous les symboles de l'ancienne Chine ou de la société bourgeoise : religion des ancêtres, confucianisme, livres, musique, architecture, art bourgeois... Tous les intellectuels sont déportés dans les campagnes pour être "rééduqués", la production industrielle et agricole chute.

Finalement, l'expérience sombre dans la confusion et l'armée reprend progressivement le pouvoir en 67 et 68. Et cela au même moment où une partie de la jeunesse contestataire occidentale voit en Mao le modèle à suivre !
 

Lire aussi :
Les valeurs de Mai 68 ont-elles encore quelque chose à nous dire ?



Rédigé par la rédaction le Jeudi 24 Avril 2008 modifié le Lundi 16 Avril 2018

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Le site reussirmavie







Vos articles préférés !



Inscrivez-vous à la newsletter et téléchargez gratuitement le guide "7 clés pour réussir ses études"
Pour connaître mes droits sur le respect de la vie privée, je consulte les conditions générales de service.



Guides à télécharger