Les concours post-CPGE d'entrée en grande école reportés



Les ministères de l'Education et de l'Enseignement supérieur ont annoncé le 24 mars le report des écrits des concours d'entrée en grande école ouverts aux élèves de classes préparatoires. Ils auront lieu du 20 juin au 7 août.





Les concours post-CPGE d'entrée en grande école reportés
C'est assurément un coup dur pour les milliers d'élèves qui bûchent depuis deux ans en classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE) pour un difficile concours d'entrée en école d'ingénieurs ou de management.

L'épidémie de coronavirus rendait évidemment impossible la tenue de ces grands concours prévus pour la plupart entre le 20 avril et le 15 mai 2020. En ces temps de confinement, on imagine mal rassembler des centaines de candidats à la maison des examens ou au parc des expositions de Paris-Nord Villepinte !

Mais si les concours postbac ont pu annuler les épreuves et les remplacer par l'étude du dossier scolaire, déjà renseigné et disponible sur la plateforme Parcoursup, les organisateurs des concours post-CPGE n'ont pas cette option.
D'abord parce que les notes de contrôle continu décernées aux élèves en CPGE ne pourraient assurer l'équité entre les candidats ; et d'autre part car tout l'enseignement des CPGE est centré sur la préparation de ces épreuves.

Les concours reportés à la période du 20 juin au 7 août

Après avoir échangé avec la Conférence des grandes écoles (CGE) et la conférence des directeurs d'école d'ingénieurs, la  ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a donc annoncé le 24 mars dans un communiqué le report des concours d'entrée en grandes écoles. Un report à fin mai était alors envisagé.

Mais la gravité de la pandémie et la sortie très progressive du confinement en France a conduit à repousser cette échéance :  le ministère de l'Enseignement supérieur a finalement annoncé le 17 avril que "les épreuves des concours d'entrée dans les grandes écoles seront organisées du 20 juin au 7 août".

Les épreuves seront-elles identiques à ce qui était prévu ? La loi oblige normalement les formations d'enseignement supérieur à se tenir aux modalités d'examen définies au plus tard à la fin du premier mois de l'année scolaire.

Mais le gouvernement vient d'annuler cette obligation dans le cadre des dispositions prévues par la loi d'urgence pour faire face à l'épidémie de Covid-19. Les formations "pourront réviser le format des concours qu'il s'agisse du nombre d'épreuves, de leur format, ou de leur durée afin de garantir qu'aucun étudiant ne soit pénalisé", indique le communiqué du 24 mars.

Concours d'entrée en école d'ingénieurs : des modifications marginales

Les grandes écoles n'ont cependant aucune envie de toucher à des écrits emblématiques et de modifier in extremis des formats d'épreuve sur lesquels les candidats s'exercent depuis des mois.

Le site du Service de concours des écoles d'ingénieurs (SCEI) indique donc que les responsables des concours "travaillent à la reprogrammation des écrits de l’ensemble des concours dans un format (nature et déroulé des épreuves) qui restera très proche de celui qui était initialement prévu et qui figure dans les notices et règlements des différents concours". 
 Le SCEI concède juste que "certaines modifications marginales pourront être apportées aux formats de certaines épreuves".

D'autre part, vu les circonstances et le confinement, les écoles organisatrices ont pris la décision d'annuler exceptionnellement en 2020 l’épreuve de TIPE, oral de 30 minutes sur un sujet scientifique.

Grandes écoles de management : les oraux supprimés

Le Chapitre des grandes écoles de management, lui, indique dans un communiqué que les oraux des concours post-CPGE doivent être annulés "pour préserver les familles et les collaborateurs des entreprises et des écoles".

Après les épreuves écrites, les candidats admissibles sont habituellement convoqués à un entretien de personnalité et de motivation face à un jury constitué d'enseignants de l'école et de professionnels d'entreprise.

Mais le Chapitre des grandes écoles de management explique que dans les circonstances actuelles, "le calendrier des oraux s’annonçait chaotique à la fois pour les familles, pour les étudiants qui doivent être fixés au plus vite, pour les classes préparatoires qui doivent s’organiser et pour les écoles qui auront à gérer des collaborateurs en période de congés mais également pour les jurys qui ne pourraient pas facilement se tenir avec des représentants d’entreprises qui auront été confinés pendant plusieurs semaines".

Les écoles classeront donc les candidats à partir des 30 coefficients. 

Concernant les écrits, le Chapitre demande qu’ils se tiennent dans les conditions normales. Encore faut-il toutefois que les banques d'épreuves puissent se coordonner pour occuper les lieux d'examen qui vont être très demandés en juin !


L'option du report maximum retenue

Quoi qu'il en soit, le choix a donc été fait de conserver le "coeur des épreuves", à savoir les écrits, tout en repoussant au maximum les dates de concours sans compromettre la rentrée scolaire.

"Les candidats auront accès à leur classement par école au plus tard le 8 août, pour un début des procédures d'appel à partir du 12 août au plus tard, afin de permettre le maintien des dates de la rentrée de septembre", précise le communiqué publié par Frédérique Vidal le 17 avril.

Si tout se passe ainsi, sans compromettre la santé des candidats et des organisateurs, on pourra dire que la France aura sauvé in extremis ses concours. Les ministres ont d'ailleurs rappelé le 17 avril leur "leur attachement au modèle républicain de l'accès aux grandes écoles". 

Les concours de fin de PACES reportés au mois de juin

Dans son communiqué du 24 mars 2020, le ministère de l'Enseignement supérieur précise que le report des concours concerne aussi ceux de fin de PACES, la première année d'études de santé.

Les candidats planchent normalement au mois d'avril sur des épreuves qui décident de la poursuite ou pas de leur cursus en médecine, dentaire, pharmacie ou maïeutique. Les étudiants 2019-2020 devaient être les derniers à passer ce concours, les études de santé étant profondément réformées à partir de 2021 et le concours actuel supprimé !

Tout cela représente donc un stress supplémentaire pour des candidats déjà tendus par les enjeux scolaires de ces concours et un travail intense de préparation. 
La résistance au stress et la capacité rester concentré sur ses apprentissages envers et contre tout pourraient donc être déterminantes pour intégrer une grande école à la rentrée 2020.



Rédigé par la rédaction le Lundi 30 Mars 2020 modifié le Lundi 20 Avril 2020

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests | Le site reussirmavie







Vos articles préférés !



Inscrivez-vous à la newsletter et téléchargez gratuitement le guide "La checklist pour réussir ses études"
Pour connaître mes droits sur le respect de la vie privée, je consulte les conditions générales de service.



Guides à télécharger