Réussir ma Vie ...
Suivez-nous sur
Facebook
Twitter
Rss


La cigarette électronique, plus saine que le tabac ?


Tags : addiction, tabac

De nombreux fumeurs s’équipent en cigarettes électroniques mais que penser du "vapotage" ? Est-ce un bon moyen pour arrêter de fumer ? Est-ce nocif pour la santé ? Tout ce que l'on sait vraiment sur la cigarette électronique.




La cigarette électronique, plus saine que le tabac ?
Parfum citron, banane, coca, chewing-gum, menthol… De grosses volutes de fumées à l'odeur puissante de fruits ou de bonbons, la cigarette électronique est facilement reconnaissable et a envahi notre quotidien.

Avec sa forme en petit tube, elle rappelle vraiment une cigarette classique. Et on tire dessus de la même façon. Cela permet de conserver ce geste qui manque bien souvent aux fumeurs repentis.

Les accro au tabac sont d'ailleurs de plus en plus nombreux à s'y convertir, même si les chiffres demeurent relativement modestes. D'après le Baromètre santé de l’Inpes réalisé en 2014, 6% des 15-75 ans utilisent l’e-cigarette, soit autour de 3 millions de personnes. Les plus jeunes sont également nombreux à y avoir goûté puisque, selon l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), 50% des jeunes de 17 ans l'ont déjà expérimentée.

La e-cigarette, comment ça marche?

Lorsqu'on vapote, une diode réchauffe les produits placés dans une cartouche, le tout produisant une vapeur, rappelant la fumée de cigarette.

Des flacons de "e-liquides" permettent de recharger la cartouche usagée. Ces  "liquides" sont composés de propylène glycol ou de glycérol, de divers arômes et éventuellement de nicotine. Il existe plus de 7.700 parfums différents.

A l’année, cela revient moins cher de vapoter que de fumer, d’autant plus que le paquet de cigarettes devrait passer à 10 euros à l’horizon 2020.

La cigarette électronique, un substitut intéressant…

Le principal objectif de la cigarette électronique est d’aider le fumeur à se débarrasser durablement de son addiction. Le tabac coûte, chaque année, la vie à près de 78.000 personnes.

Certains liquides à cigarettes électroniques contiennent donc de la nicotine dont il est possible de doser la concentration. Selon la plupart des études, elles restent cependant moins nocives que les cigarettes traditionnelles qui renferment pas moins de 4.000 substances chimiques dont certaines sont à l’origine de cancers.
 
On a encore peu d'études significatives sur l'efficacité réelle de la cigarette électronique dans l'arrêt du tabac. Quelques-unes montrent plutôt un effet favorable. Ainsi, des chercheurs de l'University College de Londres ont conclu dans la revue Addiction que les fumeurs qui tentent d'arrêter sans aucune aide ont 60% de chances en plus de réussir avec l'e-cigarette plutôt qu'avec les substituts nicotiniques classiques.

La cigarette électronique permettrait au moins de diminuer la consommation de tabac. Selon le Baromètre santé 2014 de l’Inpes : "un fumeur qui utilise également une e-cigarette diminuerait sa consommation de tabac, en moyenne, de 9 cigarettes par jour." Autre enseignement donc de ce baromètre : de nombreux fumeurs cumuleraient cigarettes classiques et électroniques.

…à utiliser avec modération

Mais diverses études sont aussi menées sur la nocivité éventuelle des liquides contenus dans la cartouche de ces e-cigarettes : ces liquides sont en général composés de propylène glycol ou de glycérol, et de divers arômes.

Si les premières conclusions semblent rassurantes, de nombreux chercheurs soulignent le manque de recul que nous avons sur l’utilisation de telles substances. Ainsi dans son avis de 2016, le Haut conseil à la santé publique (HCSP) souligne que certains composants des e-liquides, comme le diacétyle, peuvent être toxiques, notamment s'ils sont inhalés après avoir été chauffés. 

Le HCSP note, cependant, que ces liquides permettent dans l’ensemble de "réduire significativement les risques de survenue de graves pathologies, de cancers principalement."


Et si la e-cigarette conduisait à la cigarette ?

Autre sujet de préoccupation, les jeunes qui découvrent la cigarette électronique en même temps que le tabac. Selon le HCSP, l’e-cigarette pourrait, dans certaines circonstances, favoriser l’entrée dans le tabagisme. Le HCSP s’inquiète également de ce que la cigarette électronique pourrait contribuer à banaliser le tabac et à induire de nouveaux comportements à risque.
 
C'est pourquoi, par principe de précaution, la vente des cigarettes électroniques a été interdite aux mineurs. Elles ne peuvent pas non plus être vendues en pharmacie car elles ne figurent pas sur la liste des produits dont la délivrance y est autorisée.

Et si vous avez pris l’habitude de "vapoter" en permanence, il va falloir revoir vos habitudes. Depuis le 1er octobre 2017, la cigarette électronique a été chassée de certains lieux publics tels que les transports en commun, les espaces de travail partagés ou encore les écoles.

Quelques conseils :

- N'utilisez la cigarette électronique contenant de la nicotine que si vous êtes dépendant à ce produit. Pour le savoir, faites notre test de dépendance au tabac ; si vous n'êtes pas dépendant (et que vous fumez seulement de temps en temps), utilisez seulement les modèles de cigarettes électroniques sans nicotine.

- Pour parvenir à un vrai sevrage, diminuez le taux de nicotine contenue dans l'e-cigarette ;

- Achetez uniquement des cigarettes électroniques ayant un marquage "CE" ;

- Vous avez réussi à diminuer votre dépendance, pour stopper totalement : utilisez les moyens classiques que peut vous proposer votre médecin, ou bien recourez à Tabac Info Service (coaching gratuit, ligne téléphonique, etc.)
 
"Ma recommandation est que si vous êtes un gros fumeur, c'est peut-être bien de passer à la cigarette électronique, mais ne l'utilisez pas trop longtemps", conseille le Pr Bertrand Dautzenberg, spécialiste du poumon à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Mercredi 22 Novembre 2017
la rédaction

Psycho | Corps et sexualité | Amour | Couple | Un bébé ? | Addictions





Vos articles préférés !