WEI : les violences sexuelles dénoncées par les vidéos choc d'étudiants de e-artsup



A travers 15 films en motion design réalisés par des étudiants de e-artusup, une campagne veut prévenir les viols et les agressions sexuelles lors des week-ends d'intégration (WEI).





WEI : les violences sexuelles dénoncées par les vidéos choc d'étudiants de e-artsup
Fini les actes humiliants envers les nouveaux lors des fameux week-ends d'intégration (WEI) organisés chaque année par les BDE des écoles ?

Pas sûr, si l'on en croit le Collectif féministe contre le viol (CFCV) qui lance en cette rentrée 2019 une campagne de prévention avec l'école e-artsup et le groupe d'enseignement supérieur IONIS. 

Certes, les actes de bizutage sont interdits par la loi depuis 1998 et punis de six mois de prison et 7500 euros d'amende.

Mais "sous couvert d’intégration, les WEI sont instrumentalisés par des agresseurs sexuels et font partie intégrante de leur stratégie pour agresser en toute impunité", affirme le CFCV en lançant sa campagne.

Des témoignages de vlolences sexuelles pouvant aller jusqu'au viol

La campagne #metoo a aussi permis de redonner la parole à nombre de victimes parmi lesquelles de jeunes étudiantes.

Ainsi la permanence "Viols Femmes Informations – 0 800 05 95 95" indique avoir reçu ses cinq dernières années près de 90 témoignages dénonçant des violences sexuelles subies en soirée étudiante et/ou de weekend d’intégration.

Dans ces 90 situations :
- 20 font clairement état de faits de bizutage incluant des violences sexuelles ;
- 49 concernent des viols, dont 7 en réunion, auxquels il faut ajouter 9 suspicion de viol et 4 tentatives de viol ;
- 20 dénoncent des agressions sexuelles, dont 5 en réunion, auxquelles il faut ajouter une tentative d’agression sexuelle et 3 suspicion d’agression sexuelle ;
- 10 mentionnent des faits de harcèlement sexuel ;
- Au moins 18 impliquent de l’alcool et 6 de la drogue ;
- 5 ont eu lieu lors d’un weekend d’intégration.

Dénoncer les mécanismes d'isolement des victimes

Les étudiants de quatrième année de l’école en design digital E-artsup se sont donc mobilisés pour produire une quinzaine de vidéos en motion design.

Ils ont travaillé avec le Collectif Féministe Contre le Viol mais aussi à  partir de témoignages recueillis auprès d'étudiants de leur entourage.

Résultat : des images et des sons qui en quelques secondes évoquent un des aspects de ces violences : par exemple l'isolement et l'humiliation de la victime qui n'ose pas dire non comme dans la vidéo n°1 :

"Par des mises en scène présentées au départ comme «ludique » qui évoluent plus ou moins rapidement vers des humiliations et des violences, les organisateurs en profitent pour agresser physiquement, et souvent sexuellement, les étudiants y participant", indique le CFCV.
 

La deuxième vidéo rappelle au contraire qu'il est possible de "dire non".

Enfin, le rôle de l'alcool omniprésent dans ces soirées ou ces événements est évoqué par plusieurs de ces films. 


Victimes de violence ou harcèlement : des numéros pour trouver de l'aide

Le Collectif féministe contre le viol en profite pour rappelle aux victimes ou aux témoins de ces actes ce qu'il est possible de faire.

Plusieurs numéros d'appels permettent en effet d'être écouté et soutenu.

- En cas de violences sexuelles :
Appelez le 0 800 05 95 95 Viols Femmes Informations
(gratuit, anonyme, confidentiel) du lundi au vendredi, de 10h à 19h.

- En cas de violence lors d'actes de bizutage :
Appelez le 116 006 Numéro d'aide aux victimes (gratuit) 7/7, de 9h à 19h
Contactez ou informez-vous auprès du Comité National Contre le Bizutage (CNCB) : www.contrelebizutage.fr
auprès de SOS BIZUTAGE : www.sos-bizutage.com 
Signalez ce que vous avez vu ou subi au rectorat : un numéro d'appel bizutage par rectorat

Un observatoire des violences sexuelles dans l'enseignement supérieur

WEI : les violences sexuelles dénoncées par les vidéos choc d'étudiants de e-artsup
En 2018, le ministère de l'Enseignement supérieur avait lancé sa propre campagne contre le sexisme et les violences sexuelles dans l'enseignement supérieur. 

Dans l'enquête Virage 2015 (Exploitation SSMSI 2018), 68 000 femmes soit un tiers des étudiantes et 45 000 hommes soit un quart des étudiants déclaraient avoir été victimes de harcèlement sexuel dans les 12 derniers mois.

Plus récemment, en 2019, des étudiantes d'HEC ont donc lancé un Observatoire étudiant des violence sexuelles dans l'enseignement supérieur. Pour y voir plus clair sur la réalité des violences sexuelles, l'observatoire a mis en ligne un questionnaire anonyme que tout étudiant(e) peut remplir.

Une initiative qui rappelle aussi la page Facebook "Paye ton IEP" qui recueille des témoignages de propos sexistes dans tous les Instituts d'études politiques (IEP).




Rédigé par la rédaction le Vendredi 4 Octobre 2019 modifié le Lundi 7 Octobre 2019

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Le site reussirmavie







Vos articles préférés !



Inscrivez-vous à la newsletter et téléchargez gratuitement le guide "7 clés pour réussir ses études"
Pour connaître mes droits sur le respect de la vie privée, je consulte les conditions générales de service.



Guides à télécharger