Parcoursup : le dispositif peine à combler les failles de l'enseignement supérieur



La phase principale du dispositif Parcoursup s'achève le 5 septembre 2018 sur un bilan mitigé. Le grand nombre d'étudiants sans solution d'orientation pointe surtout le manque persistant de places dans l'enseignement supérieur.





Parcoursup : le dispositif peine à combler les failles de l'enseignement supérieur
Parce qu'il a chamboulé d'un coup plusieurs modes de fonctionnement et mis à bas quelques tabous, le nouveau dispositif d'orientation postbac Parcoursup aura du mal a tiré un bilan précis et objectif de cette année zéro.

En cette rentrée scolaire de septembre, alors que les cours reprennent dans les lycées, les classes prépas et les universités, plus de 8000 candidats sont encore en quête d'une place dans l'enseignement supérieur. Au 4 septembre 2018, le tableau de bord de Parcoursup indique le chiffre de 8961 jeunes dans ce cas, dont 4421 bacheliers, les autres étant des étudiants en réorientation.

A côté des 583 702 étudiants qui ont accepté une proposition, ce chiffre parait modeste. Mais il faut préciser qu'il s'agit uniquement des candidats ayant fait appel à une commission rectorale pour leur trouver une place.

La zone grise des candidats inactifs

En réalité, Parcoursup a généré des dizaines de milliers d'autres situations bancales, sources de grande confusion.

Des milliers de candidats n'ont en effet été admis dans aucune formation, sans toutefois demander l'aide de leur commission rectorale pour leur trouver une place. Ils ont préféré suivre tout l'été l'évolution de leur position sur les listes d'attente, espérant être admis dans la formation de leur choix, plutôt que de se voir proposer une place dans une autre formation. 

Fin juillet, un message du ministère leur a proposé de se faire accompagner par leur commission rectorale. Ceux qui n'ont pas accepté ont alors été classés dans les "candidats inactifs". Or, à la date du 4 septembre 2018, il y a encore 40 762 candidats "inactifs" dont 24 582 lycéens.

Mais à la fin de la phase principale, le mercredi 5 septembre à minuit, tous les voeux en attente en phase principale vont être effacés. Seule solution pour les "inactifs" : accepter de se faire accompagner par le rectorat, ou postuler sur une des nombreuses formations proposées dans le cadre de la phase complémentaire.

La phase complémentaire, dernière planche de salut

Cette procédure, qui existait déjà sur le dispositif APB, consiste à offrir en "deuxième chance" toutes les places restées vacantes. Environ 8 000 places sont ainsi proposées en ce début septembre et cela dans tout type de formations, même sélectives.

Avec la fin de la phase principale, toutes les places laissées vacantes à la rentrée par des candidats inscrits mais non présents, ou simplement des places pour lesquelles les candidats n'ont pas fait les inscriptions administratives, vont être versées dans cette phase complémentaire. 

Si vous cherchez encore votre voie, prenez vraiment le temps d'aller explorer les propositions de la phase complémentaire : vous pouvez y trouver des formations équivalentes à celles que vous vouliez dans un autre établissement, ou une formation proche de celle que vous souhaitiez au même endroit. Et cela jusqu'au 21 septembre.

Un embouteillage provoqué par deux nouveautés de la procédure

En réalité, l'énorme embouteillage à l'entrée de l'enseignement supérieur auquel on assiste depuis la fin mai a été provoqué par deux nouveautés du dispositif Parcoursup :

- l'examen des dossiers des candidats à l'université, grosse nouveauté signant la fin du libre accès en licence, a bien supprimé le recours au tirage au sort (considéré comme injuste), mais le manque de places par rapport aux demandes a mécaniquement conduit à la constitution de longues listes d'attente dans les filières en tension.

- d'autre part, la possibilité laissée aux candidats d'accepter une proposition tout en conservant ses places en liste d'attente a bloqué la progression de ces liste et conduit, jusqu'à la fin août, à une relative asphyxie du système.

Plus de 175 000 candidats ont quitté la plateforme

Résultat : plus de 175 000 candidats ont quitté totalement la procédure, choisissant une voie d'orientation hors Parcoursup, que ce soit dans le privé, des écoles postbac ne recrutant pas par le dispositif, des formations à l'étranger ou dans des voies professionnelles.

Pour un dispositif visant à regrouper toutes les formations postbac - publiques ou privées - d'ici 2020, le bilan est plus que mitigé.

Il faudra cependant attendre fin septembre pour qu'un bilan chiffré définitif soit disponible. Et même la fin d'année scolaire 2018-2019 pour juger de l'efficacité du l'admission sur dossier opérée dans les universités et des résultats des parcours "oui si " de remédiation proposés à certains étudiants. 

63% des bacheliers professionnels admis en BTS

Un indicateur intéressant est celui de l'admission des bacheliers professionnels en BTS, l'une des filières les plus adaptées à leur profil. 

Sur les 103 000 lycéens inscrits qui ont obtenu un bac pro, 63,2% ont obtenu une réponse positive en BTS, contre 46% en 2017, résultat dont la ministre Frédérique Vidal s'est félicitée.

La Fédération des Associations générales étudiantes (FAGE) a cependant rappelé que les bacheliers professionnels et technologiques sont ceux qui se retrouvent le plus en difficulté après avoir reçu des refus des filières sélectives (BTS, DUT).

Un certain nombre d'entre eux vont être accueillis à l'université dans des filières "oui si", mais il faudra attendre pour voir si cela leur permet de décrocher une licence.

Le problème du manque de places dans l'enseignement supérieur

De façon générale, la demande en BTS a fortement augmenté cette année : + 27% de vœux pour les élèves issue de voies professionnelles, et + 47% pour les lycéens généraux.

Le gouvernement a prévu d’ouvrir 2 000 places supplémentaires en plus des 1 700 places en parcours Passerelle en BTS (année de mise à niveau). Cela va dans le bon sens, mais reste encore insuffisant.

De même dans de nombreuses filières à l'université - en droit, gestion, ou Paces : la longueur des listes d'attente est en réalité le signe d'une manque global de places pour répondre à la pression démographique et au désir de poursuite d'études des bacheliers.

Quel que soit le bilan du dispositif Parcoursup que va établir le ministère, la nécessité pour la France de développer son enseignement supérieur va donc se faire de plus en plus criante. Et aucun algorithme ne pourra dispenser le gouvernement des investissements massifs nécessaires.  



Rédigé par le Mardi 4 Septembre 2018 modifié le Mardi 4 Septembre 2018

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie







Vos articles préférés !

S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger