Le coaching parie sur l'intelligence collective



De plus en plus de cabinets de coaching ou d'associations proposent des ateliers de groupes pour apprendre à mieux se connaître. De l'intérêt de découvrir l'intelligence collective. Les grandes écoles s'y mettent aussi...





Le coaching parie sur l'intelligence collective
"La démarche collective est très riche, car elle permet aux participants de découvrir naturellement leurs différences. Dans un groupe, il y a un jeu de reflets qui est extraordinaire : l'autre m'éclaire sur ce que je suis et réciproquement. Cela crée pour chacun une émulation, une envie d'avancer, explique Emmanuel Loevenbruck, coach de jeunes et de cadres.

Le coach déploie ainsi un programme dans une école de commerce, l'EM Normandie. "A tour de rôle, dans un groupe de 4-5, un étudiant présente un problème auquel il se trouve confronté et l'on reste à l'écouter sans l'interrompre avant de lui demander des précisions, puis de reformuler sa difficulté". 

Pour nombre d'étudiants, ce type d'exercice est une nouveauté et une bonne surprise. On peut donc apprendre en s'appuyant sur les compétences et les atouts des autres... 
 

Cap sur l'intelligence collective

En effet le système éducatif français a peu développé jusqu'ici le travail de groupe. Aujourd'hui, les grandes écoles rattrapent ce retard et tâchent d'insuffler dans leur pédagogie des exercices et des méthodes plus collaboratives. Que ce soit pour développer un projet, résoudre un problème dans le cadre d'un hackathon ou d'une autre épreuve, l'heure est à l'intelligence collective ! 

"Les jeunes ont beau avoir fait une bonne école, ils ne savent pas forcément travailler en groupe, souligne Emmanuel Loevenbruck. Le travail en groupe est révélateur du fonctionnement de chacun : à la fin de chaque séance, on débriefe ce qui s'est passé. L'un n'a pas parlé tandis que l'autre a cherché à se mettre en avant, cela signifie quelque chose"


Une épreuve pour les timides ?

Pourtant, tout le monde n'est pas à l'aise dans un groupe. Mais une fois que les règles de fonctionnement sont bien posées (la confidentialité, la bienveillance et surtout le non jugement tant vis-à-vis de l'autre que de soi), le fait de découvrir que les autres ont les mêmes interrogations que soi peut être très libérateur.

Et puis le but est de vivre un autre type de relations que celles dont on a l'habitude. "Dans ces groupes on cherche à parler vrai, à se mettre à nu sans chercher à jouer un rôle. Cela dit, nous pouvons aussi proposer un rendez-vous individuel à chacun pour creuser un point qui leur est personnel", explique le coach.

Même le coaching d'orientation

La formule collective est proposée aussi pour du coaching d'orientation par exemple par l'association Action Jeunes.

"Dans les ateliers, les étudiants prennent conscience qu'ils sont responsables, maîtres de leur devenir, explique Emmanuel Loevenbruck. On commence d'ailleurs par les faire rêver en leur demandant comment ils s'imaginent dans dix ans.

Puis on les fait réfléchir aussi à la façon dont ils veulent réussir leur vie, à leurs motivations qui peuvent être très différentes : pour les uns, c'est de devenir leader d'un groupe, pour d'autres d'être expert dans un domaine, ou encore d'aider les autres..."

A un âge où l'on a encore peu d'expériences professionnelles et personnelles, le fait de découvrir celles des autres est un enrichissement, et ouvre de nouvelles pistes. Cela permet l'élargissement du champ des possibles.

Aller rencontrer des professionnels

Le coaching parie sur l'intelligence collective
Entre deux séances, le coach propose des "challenges" : les participants doivent aller questionner trois personnes qui ont, selon eux, une vie professionnelle réussie.

"Les jeunes découvrent d'abord que souvent, les gens ne savaient pas quand ils ont démarré ce qu'ils feraient aujourd'hui. Le premier enseignement qu'ils en tirent, c'est que l'important est de se mettre en mouvement.

Ensuite ils réalisent que le parcours de ces personnes n'a pas été un long fleuve tranquille : ils n'ont pas suivi des rails, ils n'ont pas toujours pris l'autoroute mais ont souvent emprunté des chemins de traverse ou rebondi après des échecs. Cela dédramatise le choix... Les parents devraient d'ailleurs parler davantage de leurs erreurs car les jeunes ont l'impression qu'ils  n'ont pas droit à l'erreur : aujourd'hui, ils ont trop peur de se tromper !"

Une réflexion plus personnelle

Mais le coaching collectif n'interdit pas le questionnement personnel, bien au contraire.

"Nous leur proposons souvent une réflexion sur le bonheur, une autre sur l'argent, et une sur l'équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, explique Emmanuel Loevenbruck.

L'idée est de les aider à s'approprier leur vie, à repérer ce qu'ils ont reçu et ce qu'ils veulent garder pour être plus responsables de leurs choix. Nous leur faisons revisiter tout leur parcours de vie passée, en les rendant attentifs à ce qui résonne pour eux y compris les petites choses de leur enfance."

On peut ainsi se mettre à l'écoute de sa "petite voix intérieure" et sortir du "on m'a dit de faire ça". Alors, profitez de tous les ateliers et les activités de coaching collectif que proposent aujourd'hui les écoles et les universités. Si vous le pouvez, participez et commencez à découvrir l'intelligence collective !
 


Pour en savoir plus

 
 
  • Emmanuel Loevenbruck est coach en entreprise, formateur en management et également éducateur à la vie et coach d'étudiant. Il anime des groupes "Yes, we can".
    Rens. : emmanuel.loevenbruck@ co-for.fr



Rédigé par la rédaction le Vendredi 23 Septembre 2011 modifié le Mercredi 31 Janvier 2018

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie







Vos articles préférés !

S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger