La réforme des études médicales et la L1 Santé reportées à la rentrée 2010


La nouvelle est tombée jeudi 12 février : le Sénat qui examinait la loi mettant en place la L1 Santé a adopté un certains nombre d'amendements dont le plus important est le report de la réforme à la rentrée 2010-2011. La réforme de première année des études médicales (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire) va donc se faire, mais les universités auront plus de temps pour mettre en place la L1 Santé.





Votée à l'Assemblée le 16 décembre, la loi instituant une nouvelle première année pour les études médicales, la L1 Santé, a été discutée par le Sénat les 11 et 12 février. L'application de la réforme dès la rentrée 2009 était au départ le souhait du gouvernement, en particulier de Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur, qui souhaitait mettre fin au plus vite au "gâchis humain" que représente l'échec de 85% des étudiants en première année de médecine. Le projet de loi prévoit en effet d'intégrer la première année d'études médicales dans un cursus universitaire de type LMD (d'où son nom de L1 Santé) qui doit permettre, notamment, aux étudiants collés au concours mais ayant plus de 10/20 de moyenne de capitaliser des "crédits" universitaires (ECTS) en vue d'autres études. Le projet prévoit aussi la réorientation au bout d'un semestre des étudiants trop faibles, et surtout, le regroupement en une seule année d'études des filières médecine, pharmacie (nouveauté), sage-femme, et dentaire avec possibilité de passer au choix 1 à 4 concours en fin d'année : une façon de donner la possibilité de tenter médecine et pharmacie à la fois, et d'éviter l'orientation par l'échec vers les métiers de sage-femme et de dentiste.

L1 Santé : les sénateurs disent oui à la réforme, non au calendrier

Dès le début du débat au Sénat, les orateurs se succèdent et un certain consensus s'établit sur l'intérêt de la réforme, mais c'est le calendrier qui ne passe pas ; Ainsi, Jean-Claude Etienne, rapporteur du projet : "Tout le monde doit prendre la mesure de cette réforme ambitieuse, déclare-t-il. Toutefois la commission a souhaité laisser aux universités le temps nécessaire pour mettre en place le nouveau cursus en reportant d'un an l'entrée en vigueur du texte : c'est le sens d'un de nos amendements." Valérie Pécresse (par ailleurs fort chahutée en ce moment sur ses réformes) se rend elle-même à l'évidence : "Je suis convaincue que, pour le bien-être des étudiants, il faut tout faire pour mettre en oeuvre la réforme le plus rapidement possible (...). une enquête de la conférence des présidents d'université a révélé que trois universités sur quatre seraient prêtes pour la rentrée 2009. Néanmoins, nous sommes en février, les lycéens sont en train de s'inscrire dans l'enseignement supérieur : je reconnais que la réforme n'est pas encore adoptée et que les délais imposés sont très courts. Je comprends vos inquiétudes et m'en remets à la sagesse du Sénat."

L1 Santé : les amendements adoptés par le Sénat

Le gouvernement ayant jeté l'éponge quant à un passage en force pour 2009, le Sénat a donc voté plusieurs amendements qui modifient l'article 2 de la loi prévoyant notamment une mise en place de L1 santé à la rentrée 2009 et une mise en place de la réorientation des étudiants en échec à la fin du premier semestre au plus tard en 2011-2012.
  • Le texte adopté par le Sénat prévoit que "La présente loi entre en vigueur à compter de l'année universitaire 2010-2011".
  • De même : "La réorientation des étudiants à l'issue du premier semestre de la première année des études de santé ou au terme de celle-ci est mise en place au plus tard à compter de la rentrée universitaire 2012-2013".
  • Enfin les sénateurs ont modifié le 2ème § de l'article premier de la loi qui indiquait que "Les ministres chargés de l'enseignement supérieur et de la santé déterminent par voie réglementaire : (...) le nombre des étudiants admis dans chacune des filières (médecine, pharma, sage-femme,...) à l'issue de la première année des études de santé"... Le texte adopté par les sénateurs prévoit également que "les universités peuvent répartir ce nombre entre plusieurs unités de formation et de recherche pour répondre à des besoins d'organisation et d'amélioration de la pédagogie. Un arrêté détermine les critères de répartition de ce nombre de façon à garantir l'égalité des chances des candidats".
Concrètement, une université qui a plusieurs facultés pourrait répartir son numerus clausus entre ses différents sites. "Il s'agit de conférer cette possibilité à des universités qui occupent plusieurs sites dans des quartiers sociologiquement différents. C'est notamment le cas de Lyon, Bordeaux et Toulouse", a indiqué Jean-Claude Etienne. "Je suis aussi d'accord sur le fond, a indiqué Valérie Pécresse. Actuellement, le président d'une université n'a pas la possibilité de répartir le nombre d'étudiants admis dans chacune des filières. Cette possibilité se justifierait pourtant pour les universités composées de plusieurs sites sociologiquement différents, à condition qu'un arrêté précise les critères de répartition." Compte-rendu du débat au Sénat sur la L1 Santé La loi adoptée par le Sénat ou "petite loi" sur la L1 Santé

Quand la L1 Santé sera-t-elle adoptée ?

Après les amendements du Sénat, la loi doit maintenant revenir devant les députés à l'Assemblée qui doivent la revoter. Si elle est adoptée en l'état, les décrets d'application pourront être rédigés. Si les députés introduisent à nouveau des modifications, la loi retournera devant le Sénat. Quoi qu'il en soit, les universités vont continuer à travailler le projet de mise en oeuvre de la réforme, mais seulement pour la rentrée 2010 : le gouvernement ayant accepté le principe du report, il est certain qu'il ne passera pas en force là-dessus à l'Assemblée.

Si vous envisagez de faire médecine en 2009-2010, vous serez donc soumis à l'ancien système : une année de P1 qui débouche sur le concours actuel (ouvrant sur médecine, sage-femme, dentaire, selon les places au concours et le numérus clausus), avec possibilité de redoubler une fois. Toutefois, si la réforme est mise en place en 2010 et que vous êtes doublant cette année-là, la possibilité d'une troisième première année devrait vous être ouverte : elle a été envisagée dans tous les débats pour ne pas défavoriser les doublants lors de l'année transitoire.

Un guide de méthodologie pour réussir PCEM1

La réforme des études médicales et la L1 Santé reportées à la rentrée 2010
Si vous êtes en P1 (ou que vous projetez d'y rentrer), vous pouvez télécharger sur ce site notre guide de méthodologie : Réussir sa première année d'études médicales.
Il s'agit d'un guide de méthodologie de 57 pages rédigé par le docteur Chantal Régnier. Il ne suffit en effet pas de travailler beaucoup pour réussir le concours, encore faut-il travailler efficace et pour cela, savoir gérer son stress, garder un bon équilibre de vie, et savoir utiliser au mieux sa mémoire et ses outils cognitifs.

Après avoir évoqué toutes les conditions, matérielles, physiques et psychologiques nécessaires à la réussite et rappelé les règles de fonctionnement de notre mémoire, le dr Régnier vous propose une méthode d'apprentissage pour vous permettre d'optimiser le rapport entre le temps disponible et les apprentissages. Comment s'organiser pour ne pas prendre de retard et mémoriser un maximum de connaissances pour être prêt le jour J du concours ? C'est tout l'enjeu auquel vous prépare ce guide.
"Réussir sa première année de médecine" (57 p.) : A télécharger via Paypal pour 7 euros



Samedi 3 Octobre 2009

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie







Vos articles préférés !

S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger