La bourse au mérite rétablie provisoirement pour les bacheliers mention très bien



Le Conseil d'Etat a suspendu, le 17 octobre, la circulaire du gouvernement qui supprimait les bourses au mérite, notamment pour les meilleurs bacheliers. Une victoire pour le collectif "Touche pas à ma bourse" qui avait saisi le conseil d'Etat.





La bourse au mérite rétablie provisoirement pour les bacheliers mention très bien
Coup de théâtre le vendredi 17 octobre 2014. Plus d'un mois après la rentrée scolaire, le Conseil d'Etat annonce qu'il suspend la circulaire ministérielle de juillet 2014 qui supprimait la "bouse au mérite", accordée chaque année aux étudiants boursiers méritants.

Le Conseil d'Etat avait été saisi par un groupe d'étudiants qui ont mené le combat, depuis juillet dernier, pour le rétablissement de cette bourse au mérite. Leur slogan : "Touche pas à ma bourse, je la mérite ! A coup de pétition, de lettres adressées à leur député et leurs élus locaux, d'articles dans la presse et de buzz sur les réseaux sociaux, ils avaient déjà gagné à leur cause pas mal de monde.
Et voilà qu'ils gagnent finalement la bataille administrative !

La bourse au mérite sera versée en 2014-2015

Le Conseil d'Etat s'est rendu à leurs arguments qui soulignaient que la circulaire supprimant cette bourse de 1800 euros annuels était parue bien trop tard pour permettre aux étudiants boursiers concernés de trouver d'autres ressources. Il a estimé que la circulaire "privant les étudiants d'une part substantielle de leurs ressources, créait une situation d’urgence". Pour l'instant, l'institution a "suspendu" la circulaire et devra statuer sur le fond ultérieurement.

Concrètement, cela veut dire que la bourse au mérite va être rétablie au moins pour l'année 2014-2015 ! Le ministère de l'Enseignement supérieur a confirmé qu'elle serait finalement versée cette année aux étudiants concernés : il s'agit des boursiers qui ont eu une mention très bien au bac 2014, et des diplômés de licence, boursiers également, qui ont eu de très bons résultats et veulent démarrer des études en master.

Cette bourse va venir s'ajouter à celle sur critères sociaux, comme cela se faisait jusque-là.

Un camouflet pour le gouvernement

Pour le gouvernement, il s'agit d'un contre-temps fâcheux et presque d'un camouflet. Dès 2013, il avait en effet annoncé qu'il voulait supprimer ces bourses pour ne garder que les bourses sur critères sociaux qu'il a revalorisées. Repoussée d'un an, la mesure a tardé à être confirmée puis annoncée, si bien que de nombreux boursiers, notamment les bacheliers, ont pensé pouvoir en bénéficier s'ils décrochaient la fameuse mention très bien.

L'annonce faite deux semaines après les résultats du bac a donc eu l'effet pour eux d'une douche froide, provoquant leur fronde et celle de leur famille. La bourse au mérite représente un budget de 200 euros par mois, d'autant plus important que ces étudiants sont boursiers, donc issus de familles aux revenus modestes.

La méritocratie républicaine en question

Le débat a aussi pris des tournures politiques : la suppression de la bourse au mérite a scandalisé ceux qui estiment qu'il est juste de récompenser les élèves les plus méritants.

Le gouvernement, lui, s'est replié sur une ligne de défense très égalitariste, voulant n'accorder les bourses qu'en fonction des critères sociaux. De nombreux députés, de droite mais aussi du centre, ont soutenu le combat des étudiants et des villes comme Issy-les-Moulineaux ont décidé d'accorder une bourse aux bacheliers mention très bien en remplacement de celle de l'Etat et en contrepartie de travaux d'intérêt général.  

Pour le budget de l'Etat, le versement de la bourse au mérite en 2014-2015 va aussi poser un problème budgétaire, puisque environ 8500 étudiants devraient en bénéficier. Cela va représenter 15 millions d'euros, alors que les bourses sur critères sociaux ont aussi été réévaluées.

Le débat n'est donc pas complètement clos puisqu'il faudra attendre la décision finale du Conseil d'Etat pour savoir si ce dispositif de bourse "au mérite" peut être maintenu ou pas pour les années suivantes. Et si le gouvernement maintient son cap ou entend le malaise exprimé par une bonne part de la société française.



Lundi 20 Octobre 2014

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Métiers | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests de connaissance de soi | Pub vidéo | liens | Club Réussir ma Vie







Vos articles préférés !

S'abonner à la newsletter gratuite



Guides à télécharger