Engagement étudiant : le mentorat des jeunes par les jeunes se développe



Huit associations ont plaidé la cause du mentorat le 30 janvier : 22 000 jeunes fragiles sont accompagnés chaque année et parmi leurs "mentors", de plus en plus de lycéens, étudiants ou jeunes diplômés trouvent là un engagement utile.





© Collectif Mentorat
© Collectif Mentorat
Lucie, 17 ans, est en terminale S à Toulouse. Pour la deuxième année consécutive, elle se rend chaque semaine dans un collège où elle aide une élève dans sa scolarité avec l'association Socrate.
Un accompagnement qui porte déjà ses fruits : "Quand mon élève se sent soutenue, elle est en capacité d'améliorer sa méthodologie. Or, tout part de là. C’est comme cela qu’elle apprend à surmonter ses difficultés scolaires",

Le mentorat, cet accompagnement en "one-to-one" fait donc ses preuves. Et pour être "mentor", pas la peine d'être un super diplômé ou d'avoir des années d'expérience. Il suffit de vouloir mener une action solidaire, de s'engager à donner un peu de temps régulièrement, et d'être encadré par une association.

Objectif : atteindre 200 000 jeunes "mentorés" en France

Alors les 8 associations* françaises qui organisaient la Journée pour le mentorat le 30 janvier 2020 veulent passer à la vitesse supérieure : si 22 000 enfants ou jeunes fragiles ont été accompagnés par un mentor en 2018-2019 dans leur scolarité ou leur insertion, l'objectif est d'accompagner 200 000 enfants et jeunes à travers la France, partout où existent des besoins.

Pour multiplier ainsi par dix le nombre de jeunes aidés, il faut que le mentorat soit plus intégré dans les politiques publiques, notamment municipales. C'est ce que le Collectif Mentorat formé par les huit associations a demandé à Gabriel Attal, le secrétaire d'Etat chargé de la Jeunesse auprès du ministre de l'Education nationale.

Les compétences acquises par les mentors pourraient par exemple être mieux prises en compte dans les cursus universitaires en apportant des crédits aux étudiants mentors. Cela se fait déjà dans certains endroits mais pas encore partout.

* : Chemins d'Avenir, NQT-Nos quartiers ont des talents, Socrate, l'Institut Télémaque, Article 1, Proxité, Entraide scolaire amicale, l'Afev.

Un bel outil de lutte contre l'exclusion sociale

S'il faut développer le mentorat, explique le Collectif, c'est qu'il est un levier indispensable de lutte contre l'exclusion sociale.

Non seulement les enfants et les adolescents que l'on aide font des progrès scolaires, mais la relation personnelle qu'ils nouent avec leur "mentor" a d'autres vertus : grâce à l'attention bienveillante qu'il leur porte, des adolescents ont une meilleure estime d'eux-mêmes, ils s'ouvrent culturellement, reprennent goût au travail, arrêtent de s'auto-censurer et certains peuvent songer à faire des études ambitieuses...

Et puis, cela renforce le fameux "lien social". Exemple avec l'Association de la fondation étudiante pour la ville (Afev) qui propose aux étudiants d'accompagner durant un an un enfant de 5 à 18 ans, en allant deux heures par semaine à son domicile. Le but est de l'aider à faire ses devoirs mais pas seulement.

Le mentor - qui est formé - peut aussi proposer des sorties et aider à la prise d'autonomie ou, selon la situation, à la découverte de la culture française. Exemple ci-dessous avec la vidéo sur un "binôme de l'Afev".


Des mentors aussi pour les étudiants et les jeunes diplômés

D'autres associations centrent leur action sur l'aide à l'insertion des étudiants en fin d'études. C'est le cas de "Nos quartiers ont des talents" qui développent des parrainages entre des cadres d'entreprise et de jeunes diplômés des quartiers populaires. 
Le "parrain" rencontre régulièrement son filleul pour l'aider à organiser sa recherche d'emploi et souvent... pour lui ouvrir son réseau. Près de 6000 jeunes sont ainsi accompagnés chaque année.

L'association Article 1, elle, aide les lycéens boursiers à s'orienter en leur proposant de discuter avec des "étudiants ambassadeurs" ou avec de jeunes diplômés. 


Un chemin de développement personnel pour les jeunes mentors

Mais le mentorat est aussi bénéfique pour celui ou celle qui accompagne. Car comme dans toute relation, chacun apporte à l'autre au fil du temps. 
"Le mentorat me donne une grande force, la confiance en moi, témoigne Lucie, 17 ans (citée au début de cet article). je suis maintenant capable de faire comprendre une leçon ou un exercice à un élève plus jeune que moi, ce qui suppose parfois d’expliquer une même chose de plusieurs manières. Y parvenir m’ouvre des perspectives."

Dans cet engagement, les lycéens ou les étudiants acquièrent donc de précieuses compétences intellectuelles et relationnelles. Empathie, écoute, pédagogie, maturité, organisation... Des savoir-faire que l'on peut mettre en avant sur un CV voire même sur un dossier de candidature sur Parcoursup car de plus en plus de formations disent apprécier les engagements solidaires.

Vers une société de l'engagement

Dès le lycée, les jeunes cherchent donc de plus en plus à faire du bénévolat, que ce soit pour se rendre utile, trouver leur voie ou prendre confiance en eux. Et la relation d'aide personnalisée est une des formules les plus accessibles à tous... 

Nikita, 26 ans, jeune professionnel dans la banque, est ainsi devenu mentor à Article 1 après avoir été lui-même accompagné durant sa classe prépa et ses études en école de commerce : "Mon mentor m’a légué un atout décisif, apprendre à mieux gérer mon temps et j'ai voulu transmettre à mon tour".

Le mentorat serait donc un bon antidote contre l'individualisme et les inégalités. "Il faut faire du mentorat le pilier d'une société de l'engagement", concluait le collectif Mentorat dans une tribune publiée dans le Monde Campus le 29 janvier 2020.




Rédigé par la rédaction le Mardi 4 Février 2020 modifié le Lundi 3 Février 2020

Vie perso | Réussir ses études | Projet professionnel | Quel sens pour ma vie ? | Bons plans | Jobs et premier emploi | Actu | Nos sites partenaires | Les formations se présentent | Nos guides | Parents | Tests | Le site reussirmavie







Vos articles préférés !



Inscrivez-vous à la newsletter et téléchargez gratuitement le guide "La checklist pour réussir ses études"
Pour connaître mes droits sur le respect de la vie privée, je consulte les conditions générales de service.



Guides à télécharger