Hôtellerie-restauration : sélection de formations courtes pour insertion rapide



Le secteur de l'hôtellerie-restauration cherche des bras et il existe des formations courtes qui ouvrent en quelques mois sur l'emploi dans un métier de la cuisine, du service ou de la réception hôtelière. Notre sélection.




Hôtellerie-restauration : sélection de formations courtes pour insertion rapide
Certes, si vous voulez faire carrière dans la cuisine, le tourisme ou l'hôtellerie, il est recommandé de décrocher un bac pro ou même un bac techno STHR (sciences et technologies de l'hôtellerie-restauration) et de poursuivre par un BTS de la même filière...

Mais si l'on a pris un autre chemin, que l'on découvre par hasard le secteur ou que l'on est au chômage, on n'a souvent ni les moyens ni l'envie de reprendre des années d'études. C'est alors le moment de découvrir ces formations tremplin ou "voies rapides" qui peuvent vous propulser vers un métier en quelques mois. 

Cuisine Mode d'Emplois : 3 mois pour devenir cuisinier, boulanger ou serveur

"Cuisine Mode d'Emploi(s)" a été lancé en 2012 par un grand cuisinier, Thierry Marx, pour tous les jeunes - et moins jeunes - qui se retrouvent sans formation, sans emploi, et aimeraient accéder à l'un de ces trois (beaux) métiers : la cuisine, la boulangerie, les métiers de service en salle.

Issu d'un quartier populaire, le grand "chef" a profité de sa notoriété pour bâtir une formation courte - 12 semaines - gratuite, mais de grande qualité. Encadrés par des professionnels talentueux, les stagiaires commencent par apprendre les gestes de leur métier, les recettes de base, toujours de façon pratique. Ils sont suivis par un tuteur et terminent par 4 semaines de stage en entreprise. Plus de 90% de ceux qui en sont sortis ont trouvé un emploi !

Où ? Cuisine Mode d'Emploi(s) existe à Paris (20ème), Besançon, Grigny, Villeneuve-Loubet, Marseille.

Quand ? Chaque site organise plusieurs sessions par an.

Comment y entre-t-on ? Il faut envoyer un CV et une lettre de motivation par mail au site que l'on vise. Si vous êtes retenu, on vous convoque à un entretien. Aucun diplôme ni formation préalable ne sont requis, mais il faut avoir un projet et une forte motivation. Infos sur le site www.cuisinemodemplois.com

Le CAP en un an : pour qui, pour quoi ?

Le CAP, c'est le diplôme passe-partout du secteur. En formation initiale, il faut deux ans pour préparer un CAP après la troisième. Cependant on peut aussi le préparer beaucoup plus vite dans deux cas :

Si vous avez déjà un CAP ou un bac (de n'importe quel domaine), vous pouvez préparer un autre CAP en un an seulement. Et vous pouvez le faire en apprentissage, en partageant votre temps entre l'apprentissage dans un CFA et le travail dans une entreprise. L'apprentissage est accessible jusqu'à 30 ans maintenant dans plusieurs régions (26 ans dans toutes les autres).

– Si vous avez déjà travaillé et que vous êtes indemnisé par Pôle Emploi ou en poste dans une entreprise ou en intérim, vous pouvez préparer un CAP en quelques mois dans le cadre de la formation pour adultes. La formation est alors centrée sur les matières professionnelles et elle dure 6 à 8 mois.

A Paris, voir les formations de l'EPMT, en Bourgogne, le CIFA Jean Lameloise  ou voir les formations proposées par l'AFPA.
Les formations pour adultes ne sont pas gratuites mais peuvent être financées via un dispositif (CIF, Compte personnel de formation, contrat de professionnalisation...). Il faut se renseigner auprès de Pôle Emploi.

Les 5 CAP du secteur

Il y a 5 spécialités de CAP dans l'hôtellerie-restauration :
– agent polyvalent de restauration (pour la restauration collective)
– cuisine
– restaurant
– services hôteliers
– service en brasserie-café

Les certificats de qualification professionnelle (CQP) : encore plus courts !

Ces certificats ou CQP sont moins connus que les CAP car ce ne sont pas des "diplômes d'Etat". Cependant ce sont des titres créés par l'industrie hôtelière et reconnus par le ministère du Travail (et inscrits au Répertoire national des certifications professionnelles).

Autant dire que les employeurs apprécie un CQP car il  indique des compétences précises. Et il y a 26 CQP dans l'hôtellerie-restauration : CQP commis de cuisine mais aussi pizzaïolo, barman monde de la nuit, serveur en restauration option sommellerie, chef gérant, gouvernant d'hôtel, réceptionniste, cuisinier, agent de restauration, assistant d'exploitation en hôtellerie...

Qui peut faire un CQP ?
un salarié du secteur de l'hôtellerie-restauration. Il suffit par exemple d'occuper un poste de serveur ou de commis sans qualification.
– un jeune de 16 à 25/30 ans ou un demandeur d'emploi qui peuvent alors bénéficier d'un contrat de professionnalisation pour se former à leur CQP. Il faut pour cela s'inscrire dans un centre de formation accrédité par la Fédération Fafih.

Comment se déroule la formation ?
Elle dure entre 6 et 12 mois et se fait en alternance, 15% en centre de formation, 85% en entreprise. L'évaluation se fait en continu sous le contrôle d'un tuteur.

Les mentions complémentaires : se spécialiser en 1 an pour booster son salaire

Revenons sur des diplômes reconnus par l'Education nationale et aussi très appréciés des pros. Les mentions complémentaires (MC) sont des formations de spécialisation que l'on peut faire après un CAP, un bac pro ou un bac techno du secteur hôtellerie-restauration.

Avantage : cela permet d'acquérir une compétence supplémentaire en un an seulement et de vous faire recruter à un meilleur niveau de salaire. C'est donc un bon compromis pour ceux qui ne veulent pas faire de BTS.

Les 7 mentions complémentaires (MC) de l'hôtellerie-restauration 

MC accessibles après un CAP ou un bac (du secteur) :
– Art de la cuisine allégée
– Cuisinier en desserts de restaurant
– Employé-traiteur
– Employé barman
– Sommellerie

MC accessibles après un bac (pro du secteur, techno tertiaire ou bac général) :
– Accueil-réception
– Organisateur de réceptions

Des formations hôtelières d'un an : concierge ou réceptionniste-gouvernant

Il existe aussi de nombreuses formations postbac spécialisées dans des écoles privées.

Signalons-en deux dans les métiers de l'hôtellerie qui ne durent qu'un an et sont très professionnalisantes :

La formation de concierge du lycée d'Occitanie à Toulouse (31).
Elle s'adresse plutôt aux bacheliers pro ou techno (ou aux personnes ayant 5 ans d'expérience dans l'accueil) et conduit au métier de concierge d'hôtel.
Elle débouche sur une certification reconnue par l'Education nationale et l'Union nationale Les clés d'or, très connue dans la profession.

La formation de réceptionniste-gouvernant au cours hôtelier de Besançon comporte 9 mois de formation intensive et 3 mois de stage.
"Après le bac, je ne voulais pas faire d'études trop longues mais accéder rapidement au monde du travail, témoigne Jeanne, aujourd'hui gouvernante d'hôtel. Je suis vraiment ravie d'avoir choisi cette formation. On y apprend un certain savoir-être, ce qui nous prépare tout spécialement à travailler dans l'hôtellerie de luxe. Les diplômés sont très bien placés sur le marché de l'emploi et leur avenir dans la profession est assuré".

Présentation de la formation réceptionniste-gouvernant

Pour en savoir pluswww.cours-hotelier.com

La Passerelle réussite : pour savoir quelle formation choisir

L'hôtellerie-restauration vous attire mais vous ne savez pas si vous êtes fait pour la cuisine, le service, les restaurants ou la restauration collective ? Vous êtes sans diplôme, un peu perdu, ou bien vous aimeriez vous réorienter dans ce secteur mais vous n'êtes pas sûr(e) de vous ?

Une école parisienne spécialiste des formations en alternance, l'Ecole de Paris des métiers de la table (EPMT) propose justement à tous ceux qui hésitent un cursus de six mois appelé "Passerelle Réussite" : durant six mois entre mars et juin, vous bénéficiez au CFA de l'école de cours théoriques et techniques qui vous donnent un peu les bases du secteur. Et en parallèle (durant 50% du temps) vous faites un stage en entreprise pour tester votre intérêt pour tel ou tel métier. 
Ainsi vous pouvez choisir en connaissance de cause de faire à la rentrée suivante la formation qui vous convient : cela peut être un CAP ou un CQP, dans le domaine de la cuisine, ou du service en restaurant ou de la restauration collective. Et l'on vous aide à préparer vos candidatures (CV) et à vous présenter pour signer un contrat d'apprentissage.

Rens. : Passerelle Réussite à l'EPMT

– Il existe aussi une "Passerelle universitaire" Pour les jeunes qui ont le bac et ont démarré des études supérieures mais souhaitent les arrêter pour se réorienter vers l'hôtellerie-restauration.

Le principe est le même : la Passerelle dure six mois, entre mars et juin, avec des cours au CFA, un stage en entreprise et un accompagnement à la recherche d'entreprise pour pouvoir entamer une formation l'année suivante. Selon le niveau de diplôme que l'on a, il est alors possible de préparer un CQP, un BTS, une mention complémentaire, une licence professionnelle. 

Avancer à petits pas, c'est possible !

On le voit : pour accéder à ce secteur qui recrute en permanence, il n'y a pas forcément besoin de faire de longues études, mais on peut acquérir des compétences précises assez pointues en quelques mois

Un bon sésame pour se faire recruter par de "bonnes maisons" où l'on peut ensuite évoluer et faire carrière. 

Samedi 23 Septembre 2017


Cerner son profil | Bâtir son projet pro | Métiers qui recrutent | Métiers à découvrir | Métiers passion | Expériences de jeunes pros | Sans formation ?









S'abonner à la newsletter gratuite





















Des cours d'anglais par e-mail, à tester gratuitement