Faire un service civique : un vrai booster pour les jeunes sans formation



Pour les jeunes sans formation ou sans diplôme, le service civique est une vraie piste pour retrouver de la motivation. Les missions de 6 à 12 mois permettent d'acquérir une expérience en se rendant utile et souvent de tester une nouvelle voie professionnelle.




Des jeunes du programme Booster proposé par Unis-Cité aux décrocheurs de moins de 18 ans.
Des jeunes du programme Booster proposé par Unis-Cité aux décrocheurs de moins de 18 ans.
Après son CAP en pâtisserie, Kevin aurait pu trouver du travail sans problème. Mais sa voie n'était pas dans la pâtisserie. "J'avais toujours voulu faire du service à la personne mais je n'avais jamais eu l'occasion de le faire".

Ne sachant comment aborder ce secteur sans le bac, il a alors pensé au service civique. Gros avantage : ce volontariat est ouvert à tout jeune de 16 à 25 ans, et sans condition de diplôme ! Sur le site internet, Kevin recherche alors des missions liées à la santé (l'un des 9 domaines d'intervention proposés) et envoie 5 candidatures. Il reçoit 2 réponses et quelques jours plus tard, commence sa mission de volontaire dans une association pour personnes handicapées.

L'expérience lui plaît et se passe bien. "Au bout d'un mois, je savais déjà que je voulais en faire mon métier, raconte-t-il. Pour ceux qui souhaitent se réorienter après des études qui ne leur plaisent pas, ou qui souhaitent avoir de l’expérience, Je conseille vraiment !"

Service civique Mode d'emploi

Les missions de service civique présentent aussi l'avantage d'être indemnisées. Le volontaire touche 573 euros par mois et il bénéficie d'une couverture sociale.

Les missions durent 6 à 12 mois, un temps assez long pour acquérir des compétences, tester son goût pour un domaine ou une activité. Chaque volontaire est aussi suivi par un tuteur ou une tutrice qui l'aide à faire le point et à bâtir un nouveau projet professionnel  à la fin de la mission.

"Dans notre association, les jeunes ont tous 9 jours de formation et 6 jours pour travailler sur leur projet professionnel, explique Marie Trellu-Kane, présidente d'Unis-Cité, qui propose de nombreuses missions de solidarité. En fin de mission, ils peuvent aussi participer à des Journées Tremplin où des cadres d'entreprise les coachent pour les aider à se présenter en entretien et parler de leur expérience".


Des compétences qui comptent sur un CV

Car avoir fait un service civique est aujourd'hui un atout sur un CV. Le dernier baromètre IFOP dévoilé en 2018 montre que 87% des recruteurs ont une bonne voire très bonne image du service civique. Ils considèrent à 75 % que c’est un atout dans le parcours d’un jeune et à 64% que cette expérience d’engagement citoyen pourrait les inciter à recruter. 

De fait, certains jeunes trouvent directement en emploi après leur service civique, comme Loïc, 24 ans : "Je me suis épanoui dans ma mission qui consistait à sensibiliser à la citoyenneté dans une une association de formation qui fait de la remise à niveau", explique-t-il.

Dans cette association, Loïc a pu rencontrer des personnes qui l'ont aidé à faire des lettres de motivation et des CV pour trouver un emploi. "Ma tutrice m’a fait connaître des acteurs qui m'ont aidé à financer une formation et à louer un véhicule. Grace à tout cela, j'ai pu être embauché comme gardien d’immeuble !"

Une première expérience professionnelle pour beaucoup

Après son bac pro comptabilité, Marie-Paule, elle, n'avait pas trouvé d'entreprise alors qu'elle souhaitait se former en alternance en informatique. En 2017, elle entend parler du service civique à la télévision et trouve une mission à temps partiel qui lui permet de suivre sa formation.

Proposée par une grande mutuelle, la mission consiste à réduire la fracture numérique en animant des ateliers d'informatique pour les adhérents qui ne savent pas utiliser internet ou l'ordinateur.

"C’était ma première vraie expérience en entreprise, raconte Marie-Paule, et j'ai pensé que cela m'aiderait ensuite dans mes recherches pour mon alternance,"
​Le pouvoir d'être utile aux autres et à soi-même

Sur le terrain, Marie-Paule réalise surtout combien sa mission est utile. "Grâce à ces ateliers, j'ai vu que les gens devenaient autonomes pour faire leurs démarches, c'était une satisfaction ; j'ai aussi appris la patience et la pédagogie."
Guidée par sa tutrice, elle décide alors de reprendre une formation d'animatrice multimédia après son service civique.

C'est le grand mérite de ces missions "d'intérêt général" : "Le service civique permet de se rendre utile aux autres, et en même temps, utile à soi-même, souligne Marie Trellu-Kane. Cela permet aussi de regagner confiance en soi et dans la société".
Jeunes en service civique à Solidays 2017. © Agence Service civique
Jeunes en service civique à Solidays 2017. © Agence Service civique

Un quart des volontaires de niveau inférieur au bac

Mais comment se faire recruter ? les candidats sans diplôme ont-ils les mêmes chances que les autres ? 

Selon le rapport d'activité 2017 de l'Agence du service civique, 25% des volontaires ont un niveau inférieur au bac - ils ont un niveau CAP, BEP ou ont décroché du collège - et 42% ont le bac ou le niveau bac. D'autre part, si 30% sont étudiants, 45% sont demandeurs d'emploi et 21% inactifs.
Source : Agence du service civique, rapport d'activité 2017.
Source : Agence du service civique, rapport d'activité 2017.

Si vous vous trouvez dans ces situations, n'hésitez donc pas à aller découvrir les missions proposées sur site de l'Agence du service civique. Vous pouvez ensuite postuler en ligne.

Tous les candidats sont-ils acceptés ? Non, car ils sont encore plus nombreux que les missions offertes. D'où l'importance de choisir des missions qui correspondent à vos envies ou vos centres d'intérêt. Sport, culture, éducation, santé, citoyenneté... le choix est large !

Si votre profil intéresse une association, elle vous convoque en entretien et teste alors votre motivation. D'autre part, certaines associations veillent particulièrement à la mixité sociale de leurs équipes, comme Unis-Cité dont 38% des volontaires n'ont pas le bac. "Pour être pris, il faut venir à nos réunions d'information et montrer sa motivation", conseille la présidente.

Le programme Booster : un service civique pour les mineurs qui ont arrêté l'école

Unis-Cité a aussi un programme de service civique spécialement adapté aux "décrocheurs" de 16 à 18 ans, autrement dit, à tous ceux qui ont quitté l'école sans formation.


3 jours en service civique, 2 jours dans un lycée
Monté en partenariat avec l'Education nationale et l'Agence du service civique, ce programme appelé "Booster" propose de faire 3 jours de service civique sur des missions d’intérêt général, et 2 jours de remise à niveau scolaire en lycée.
Trois jours pour se remobiliser, découvrir qu'on peut être utile aux autres, retrouver l'envie de se lever le matin, et deux jours pour renouer avec le goût d’apprendre et découvrir des formations et des métiers.

En équipe avec d'autres jeunes
Ceux qui tentent l'aventure semblent très contents. Il faut dire que dans leur mission de service civique, les "décrocheurs" travaillent en équipe avec d'autres jeunes. Mineurs et majeurs, décrocheurs et jeunes diplômés sont volontairement mélangés.

Un point très apprécié des plus jeunes : "Travailler en équipe permet d’apprendre beaucoup sur soi et les autres.", témoigne Etienne, 17 ans. "J'ai appris et grandis. Je me suis enrichi !", dit Alycia, 17 ans. Découvrez aussi le témoignage d'Alain, dans la vidéo ci-dessous.


Des jeunes reboostés qui trouvent un emploi ou une formation

Le programme porte bien son nom puisque 3 mois après la fin de leur service civique, 63% des mineurs décrocheurs rebondissent sur un emploi ou une formation selon les chiffres 2016-2017.

"Grâce au service civique, ils retrouvent un sentiment d’utilité et surtout confiance en eux et en leur avenir", explique Marie Trellu-Kane.
 
​"Jusqu’à présent, personne n’avait voulu me faire confiance"

Il faut dire que lorsqu'on n'a connu que l'échec, les mauvaises notes et les regards réprobateurs, cela fait du bien d'être entouré de jeunes et d'adultes bienveillants. "Jusqu'à présent, personne n’avait voulu me faire confiance, témoigne IlHacène, 17 ans, mais aujourd'hui, j’ai rencontré les bonnes personnes. Unis-Cité m’a donné ma chance et a cru en moi."

En 2018-2019, le programme Booster doit se déployer dans 18 villes: Aix-en-Provence, Amiens, Angers, Belfort, Béziers, Coeur de Flandres, Dijon, Haguenau, Lens, Lille, Marseille, Metz, Montpellier, Mulhouse, Nantes, Nice, Paris, Seine-Saint-Denis, Val d’Oise.

360 jeunes seront mobilisés dont 180 mineurs en situation de décrochage, dans des équipes mixtes composées de 10 majeurs et 10 mineurs. Alors, si cela vous intéresse, contactez vite Unis-Cité, ou explorez d'autres missions sur le site du service civique.

Vendredi 19 Octobre 2018


Cerner son profil | Bâtir son projet pro | Métiers qui recrutent | Métiers à découvrir | Métiers passion | Expériences de jeunes pros | Sans formation ?









S'abonner à la newsletter gratuite























Des cours d'anglais par e-mail, à tester gratuitement