Réussir ma Vie ...
 

Le contrat d'engagement jeune (CEJ) : un accompagnement intensif jusqu'à l'emploi



Vous avez 16 à 25 ans, mais n'êtes ni en emploi ni en formation ? Le contrat d'engagement Jeune (ex Garantie Jeunes) permet d'être accompagné pendant 6 à 12 mois pour bâtir un projet, se former, faire des stages, apprendre à chercher un emploi et trouver sa voie.




Le contrat d'engagement jeune (CEJ) : un accompagnement intensif jusqu'à l'emploi

A 21 ans, Brice a signé en mars 2022 l'un des premiers contrats d'engagement jeune (CEJ). "J'étais au lycée en bac pro Technicien d'études du bâtiment, raconte-t-il*. mais j'en ai eu marre et j'ai arrêté".

Le jeune Réunionnais se retrouve alors un peu perdu quand sa cousine lui parle de la mission locale. Là, un conseiller l'accueille, le fait parler de son parcours, de ses envies... et lui propose de signer le tout nouveau "contrat d'engagement jeune" (CEJ).
Franchement, ça m'a beaucoup aidé et j'ai évolué rapidement

"Je ne savais pas ce que c'était mais franchement ça m'a beaucoup aidé". En effet Brice comprend vite en discutant avec son conseiller que le bâtiment et l'architecture ne l'intéressaient pas du tout. Par contre il évoque son envie "d'aider les gens", et en repensant aux travailleurs sociaux croisés dans son enfance, il sent monter une vraie motivation.

Le CEJ lui permet aussi de suivre plusieurs ateliers : pour gérer son budget, faire un CV, réussir un entretien... Résultat : "En moins d'un mois, j'ai pu avoir un contrat d'alternance comme assistant de vie aux familles (ADVF)", dit-il, sourire aux lèvres.

*: (Témoignage vidéo complet sur la page Facebook de la mission locale Nord Réunion).
 

Un dispositif pour des milliers de jeunes sans emploi ni formation


L'histoire de Brice illustre bien les facettes du "contrat d'engagement jeune" (CEJ) lancé en France en mars 2022 pour aider les jeunes de 16 à 25 ans qui ne sont ni en emploi ni en formation, un dispositif qui a remplacé la "Garantie Jeunes".

Parmi ces jeunes souvent appelés "NEETs" (Not in Education, Employment ou Training), certains ont quitté l'école sans diplôme avant le bac, mais d'autres ont décroché après le bac, découragés par un échec ou une mauvaise orientation vers des études qui ne leur convenaient pas. 

D'autres encore peuvent avoir rompu un contrat d'apprentissage ou avoir simplement perdu leur job. Dans ces parcours souvent chaotiques, les jeunes issus de famille modeste peuvent aussi manquer de moyens que ce soit pour se déplacer ou simplement pour vivre.

Au total 400 000 jeunes Français devaient être concernés par le contrat d'engagement jeune en 2022.

 

Le CEJ : d'abord un accompagnement personnalisé

Les situations étant très variées, le CEJ propose d'abord un accompagnement "personnalisé". Pour en bénéficier il suffit de se rendre soit à la mission locale, soit à Pôle Emploi. Là, le jeune qui signe un CEJ va être suivi par le même conseiller jusqu'à son insertion dans un emploi. 

Grâce à cet accompagnement, il ou elle va pouvoir cerner ses envies, bâtir un projet et définir le chemin pour l'atteindre. Car au point de départ, tous ont besoin de faire le point sur leurs motivations afin de se fixer un cap.

Chacun voit donc son conseiller une fois par semaine et ce compagnonnage dure 6 à 12 mois, selon les besoins de chacun, exceptionnellement jusqu'à 18 mois en cas de difficultés particulières. 
 

Un programme intensif d'activités : ateliers collectifs, formations et stages

Photo de Fauxels / Pexels
Photo de Fauxels / Pexels

Le CEJ ne consiste cependant pas uniquement à discuter avec son conseiller (comme on peut le faire déjà à Pôle Emploi).

Le jeune qui a signé un CEJ s'engage à suivre un programme intensif d'activités de 15 à 20 heures par semaine qui permettent à la fois d'acquérir des compétences et de retrouver de l'énergie : ateliers sur les techniques de recherche d'emploi, sur le savoir-être en entreprise, découverte de certains métiers...

Très vite aussi, le projet défini avec le conseiller peut déboucher sur une formation qualifiante ou pré-qualifiante, ou bien des stages de découverte en entreprise. Amélie, qui a fait une pause après son bac ST2S, va faire une "prépa apprentissage", en vue de démarrer ensuite un BTS en alternance.

Certains jeunes peuvent aussi être guidés (par leur conseiller) vers d'autres dispositifs adaptés à leurs besoins :
- Ceux qui sont motivés par le travail social ou citoyen peuvent faire un service civique ;
- Ceux qui ont de grosses lacunes scolaires peuvent faire une "Ecole de la 2e chance" (E2C), ou un EPIDE qui propose une vie en internat.

 


Y a-t-il une allocation ?


Le contrat d'engagement jeune peut aussi donner droit à une  allocation pouvant aller jusqu'à 500 € par mois. 

Son montant varie cependant en fonction de votre âge (mineur ou majeur ?), de vos ressources et de votre situation fiscale : si vous êtes encore rattaché fiscalement à vos parents, vous ne touchez 500 euros que si le foyer n'est pas imposable, 300 euros s'il est dans la première tranche du barème de l'impôt sur le revenu. Pour les mineurs dont le foyer est non imposable, le montant tombe à 200 euros.

On ne peut pas cumuler non plus l'allocation du CEJ avec le RSA ou la prime d'activité. Et elle est réduite ou supprimée si vous avez gagné plus de 300 euros par mois avec un stage, un job ou une allocation chômage. 

Bref, ce n'est qu'un coup de pouce pour aider les jeunes les plus précaires à prendre les transports, financer un permis, payer leur internet ou se relooker par exemple. 


Vidéo : une présentation sympa du CEJ par la mission locale Nord-Isère :


 

Un contrat qui a aussi ses exigences

Pour bénéficier de tout cela, il faut cependant être volontaire et surtout assidu aux activités proposées. Ce n'est pas pour rien si l'Etat a nommé le dispositif "contrat d'engagement". Dans un contrat, deux parties s'engagent chacune de leur côté. Chaque jeune doit donc signer son contrat pour qu'il s'enclenche.

Les pouvoirs publics offrent l'accompagnement, le suivi, la formation et les outils pour aider à trouver un emploi ; chaque jeune en CEJ doit participer à toutes les activités, venir aux rendez-vous et finalement prendre en main sa recherche d'emploi.

"Le versement de l'allocation peut être supprimé lorsque le jeune, sans motif légitime, est absent à une action prévue ou ne peut justifier l'accomplissement d'actions fixées dans le cadre de son contrat d'engagement jeune", indiquent les textes officiels.
 

Pourrais-je en profiter ?


Vous commencez à vous demander si vous ne pourriez pas bénéficier de ce contrat d'engagement jeune ? Vous pouvez aller vous renseigner à la mission locale de votre ville, ou bien à Pôle Emploi.

Mais vous pouvez aussi faire un "test d'éligibilité" sur le site #1Jeune1solution   : vous répondez en ligne à quelques questions sur votre âge et votre situation et si vous correspondez bien à la cible du CEJ, un formulaire vous permet de laisser vos coordonnées. Vous êtes ensuite recontacté par votre mission locale ou par un conseiller Pôle Emploi.
 

L'exemple de Kevin : 12 mois pour se préparer à trouver un emploi dans le sport

La même page vous donne encore des exemples de parcours : Ainsi Kevin, 18 ans, va enchaîner 3 mois d'ateliers collectifs dans sa mission locale avec un service civique de 8 mois dans le sport, domaine où il aimerait travailler, puis 1 mois à nouveau dans sa mission locale pour préparer sa recherche d'emploi.
3+ 8 + 1, cela fait bien 12 mois d'accompagnement pour Kevin, et au bout du parcours... normalement le grand plongeon dans la vie professionnelle.

Car le but du dispositif, c'est bien de mener chacun ou chacune jusqu'à une insertion professionnelle réussie. Un premier bilan est attendu dans quelques mois, mais on sait déjà que celui du précédent dispositif qui ressemblait beaucoup au CEJ, la Garantie Jeunes, était très positif.

D'autres dispositifs qui peuvent vous aider

- Le Contrat d'Initiative Emploi Jeunes (CIE Jeunes)
C'est un CDI ou un CDD (de 24 mois maximum) qui permet à un jeune sans emploi rencontrant des difficultés particulières d’insertion professionnelle ou sociale, de s’engager dans une expérience professionnelle tout en étant suivi par un référent chargé de son insertion professionnelle. L'entreprise qui vous embauche peut alors bénéficier d'une aide mensuelle jusqu'à 45% du Smic.
Renseignez-vous auprès de Pôle Emploi ou de la Mission locale.

- Le Parcours Emploi Compétences (PEC) propose aux jeunes qui ont du mal à s'insérer un contrat de travail à durée indéterminée (CDI) ou déterminée (CDD) de 9 mois minimum dans le secteur associatif ou public dans le but de développer de nouvelles compétences, par exemple pour aller vers un secteur qui recrute comme le numérique, l'éducation ou la transition écologique. 

Vous bénéficiez d'un accompagnement tant par l’employeur que par Pôle Emploi emploi et un d'accès facilité à la formation.

- La Prime d'activité
ça y est : cette fois, vous travaillez ! Vous êtes salarié ou apprenti ou étudiant et salarié à temps partiel... Mais vous ne roulez pas sur l'or : votre salaire est compris entre 890 euros et 1500 euros nets par mois.
Vous avez droit à une allocation appelée la "Prime d'activité". Pour vérifier que vous y avez droit, vous pouvez faire une simulation sur le site www.caf.fr
 

La rédaction
Mercredi 15 Juin 2022


Cerner son profil | Bâtir son projet pro | Métiers qui recrutent | Métiers à découvrir | Métiers passion | Expériences de jeunes pros | Sans formation ?











Inscrivez-vous à la newsletter et téléchargez gratuitement le guide "7 clés pour réussir ses études"
Pour connaître mes droits sur le respect de la vie privée, je consulte les conditions générales de service.