Réussir ma Vie ...
 
Retrouvez-nous sur
Facebook
Twitter
RSS



Entrer en école de commerce après un BTS, c'est jouable



Après votre BTS, vous pouvez continuer vos études en licence ou rentrer sur le marché du travail. Mais il existe une autre voie : vous pouvez intégrer une grande école de commerce sur concours. Une voie ambitieuse mais accessible si vous vous en donnez les moyens.




Etudiantes de Neoma Business School sur le campus de Rouen. © Neoma BS
Etudiantes de Neoma Business School sur le campus de Rouen. © Neoma BS
Si de nombreux étudiants tentent leur chance chaque année face à la sélectivité des écoles de commerce, c’est pour de bonnes raisons. Mais quelles sont-elles exactement ? Qu'est-ce qui motive tant de candidats à se surpasser pour décrocher leur place dans une grande école ? Voici les 5 avantages principaux des grandes écoles de commerce :

- 1/ Une excellente insertion professionnelle
L'’insertion professionnelle à la sortie des grandes écoles de commerce est excellente. Selon la 26ème enquête sur l'insertion de la Conférence des grandes écoles, 9 diplômés sur 10 sont en activité moins de six mois après leur diplôme, taux net d'emploi le plus haut depuis 2010.

Plus que jamais, les recruteurs apprécient les qualités des jeunes diplômés de ces écoles : polyvalence, goût des responsabilités, formation de haut niveau, expériences professionnelles… Des atouts de taille sur un CV.

Entrer en école de commerce après un BTS, c'est jouable
L'auteur de cet article

Quentin Haguet, a lui-même obtenu un BTS d'assistant manager en juin 2017 après un bac STMG. La même année, il passe le concours Passerelle et est admissible dans les 13 écoles de commerce de ce concours commun.

Entré à l'ESSCA, il alterne dorénavant les cours, les séjours internationaux... et accompagne aussi les étudiants de BTS souhaitant emprunter le même chemin que lui via deux blogs : http://coursbtsam.fr  où il propose des fiches de révisions du BTS Assistant manager, et http://prepaconcourspasserelle.fr  où il dispense ses conseils à ceux qui souhaitent passer et réussir le concours Passerelle, choisir la bonne école de commerce, préparer le concours sans négliger son BTS, etc.

2 / De belles perspectives de carrières de cadre
Avec leur diplôme de niveau bac+5, les étudiants d’école de commerce peuvent prétendre à un poste de cadre directement, tandis que les étudiants sortant de BTS voire de licence intègrent des postes de techniciens ou de "middle management". Des responsabilités supérieures donc, et à la clé un salaire moyen supérieur d'environ 27% à celui auquel peuvent prétendre les bac+2, selon une étude 2018 du site emploi Adzuna.

Mais les diplômés de business schools ont aussi des perspectives d'évolution de carrière plus vastes et plus rapides : ils peuvent accéder aux grands groupes internationaux (qui ne recrutent qu'à ce niveau), et changer de poste ou d'entreprise plus aisément grâce à la notoriété de leur diplôme, mais aussi grâce au réseau d'anciens élèves de leur école.

3/ une forte dimension internationale 
Grâce à leurs partenariats avec des universités étrangères, à leur réseau d’entreprises ou encore à leurs cours en anglais. toutes les écoles proposent une forte ouverture internationale.

Les étudiants peuvent donc faire une partie de leurs études dans des pays étrangers, et ainsi se forger une solide expérience internationale, tout en acquérant la maîtrise de l'anglais ou d'autres langues.

4/  Un encadrement de qualité
Les écoles de commerce mettent le paquet pour proposer un bon encadrement à leurs étudiants, et même un véritable accompagnement, inexistant à la fac. Suivi personnalisé des élèves, aide à la recherche de stage, séjour à l’étranger... De plus en plus, les étudiants souhaitant créer leur entreprise sont aussi accompagnés et encouragés.

Il faut dire que les business schools disposent de moyen bien supérieurs aux universités, leur permettant de proposer des conditions d’apprentissages rêvées.
C’est ce que recherchait Jules, admis à Dijon via le concours Passerelle : "Je savais pertinemment qu'à la fac, le manque de cadre m'aurait été fatal. Depuis toujours, j’ai besoin d’un accompagnement."

5/ De l'ambiance et une riche vie associative
Enfin, qui n’a jamais entendu parler des fameuses soirées étudiantes ? Et oui, la vie étudiante compte aussi ! Ces soirées sont organisées par les associations de l’école, très présentes dans la vie du campus, et elles proposent aussi d'autres activités variées : actions humanitaires, projets culturels, entrepreneuriat, sports, hackathons... BDE (bureau des élèves), bureau des sports, le choix est grand !

Vous aurez la possibilité d'y adhérer mais aussi d'y prendre des responsabilités ce qui permet d'acquérir de vraies compétences (appréciées sur un CV). Dans la "junior-entreprise", vous pouvez par exemple remplir des missions d'ordre professionnel confiées par des entreprises.

Faire une école de commerce après un BTS : le résumé en vidéo


Le profil des BTS est-il adapté pour faire une école de commerce ?

Beaucoup d’étudiants en BTS se posent la question : suis-je vraiment capable de poursuivre mes études en école de commerce ? N’aurais-je pas un retard par rapport à ceux qui ont commencé ce cursus après le bac ou ceux qui ont fait des classes prépa ?

Premièrement, si ces écoles pensaient que les élèves de BTS n’ont pas leur place en leur sein, les voies d’admissions parallèles n’existeraient tout simplement pas.
Deuxièmement, votre apprentissage durant ces deux années de BTS, peu importe lequel, vous a apporté de solides bases sur des domaines souvent très variés.

Avec des matières comme la culture générale ou la communication, vous savez rédiger et argumenter sur un sujet donné. Contrairement aux étudiants issus de filières plus générales, vous avez également de bonnes bases dans des domaines professionnels comme le management et le marketing et cela peut vous apporter de précieux points dans certaines épreuves de concours. De plus, vous êtes déjà habitués aux projets de groupe qui sont courants en école de commerce. 

Votre profil est donc parfaitement compatible avec ces écoles ! Certains diront même que c’est une force.

Combien de BTS admis aux concours des admissions parallèles ? 
Environ 17% des étudiants de BTS choisissent de poursuivre leurs études dans une école de commerce. Et ce chiffre ne fait qu’augmenter. Chaque année, les écoles de commerce augmentent leur nombre de places réservées aux étudiants intégrant leur cursus grande école via les "admissions parallèle", c'est-à-dire à niveau bac+2, notamment après un BTS.
Et quel que soit le concours, le pourcentage d’élèves issus d’un BTS admis en école de commerce est de l'ordre de 25%.
 

Comment entrer en école de commerce après un BTS ?

Les étudiants de BTS peuvent entrer via les "admissions parallèles", un dispositif qui vient compléter les admissions principales qui se font soit après le bac (pour les écoles en cinq ans), soit après les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) pour les écoles en trois ans. Parallèles ou principales, les admissions sont toujours sélectives et se font sur concours.

Les admissions parallèles permettent donc à des étudiants ayant obtenu un premier diplôme (BTS, DUT, licence, bachelor...) de rejoindre ceux qui ont passé un autre concours. C'est pour les écoles un moyen essentiel de diversifier le profil de leurs étudiants.

Les admissions parallèles vous permettent d'accéder à la 3ème année des écoles postbac en 5 ans (en cursus grande école), ou à la 1ère année des grande écoles post CPGE en trois ans (comme l'EDHEC, GEM, SKEMA...).


Deux grands concours : Passerelle 1 et Tremplin 1

© passerelle-esc.com
© passerelle-esc.com
Concrètement, avec un BTS, vous pouvez passer principalement deux grands concours :

- Le concours Passerelle 1 est la plus grande banque d’épreuve commune des admissions parallèles, car elle permet de candidater pour 13 grandes écoles de management : Burgundy School of Business, EDC Paris Business School, EM Normandie, EM Strasbourg, ESC La Rochelle, ESC Pau, ESC Troyes, Grenoble EM, Groupe ESC Clermont, ICN Business School, IMT Business School, Montpellier Business School, Rennes School of Business.

Parmi ces 13 écoles, toutes n’ont pas le même niveau, et donc la même sélectivité. Grenoble Ecole de management (GEM), classée 6éme école de management de France, est celle dont rêvent la grande majorité des étudiants. Elle reste cependant difficile d’accès.

- Le concours Tremplin 1 est très similaire à Passerelle 1 dans ses épreuves, mais il permet d’intégrer seulement deux grandes écoles de commerce, contre 13 pour le concours Passerelle.
Cependant, ces deux écoles sont d’un niveau supérieur à la majorité des écoles du concours Passerelle (hormis Grenoble). Il s'agit de KEDGE BS et NEOMA BS, triplement accréditées et présentes dans 4 grandes villes (Bordeaux, Marseille, Reims, Rouen).

Mais il existe aussi d'autres concours :
Le concours Ambitions+  est une autre banque d'épreuves communes permettant d’être candidat à quatre grandes écoles de management parisiennes : EBS Paris, ESCE Paris, IPAG Business School, PSB Paris School of Business.

- Deux autres écoles, l'Edhec et Skema proposent aux étudiants titulaires d’un bac+2 de rejoindre leur parcours grande école. Même si elles suivent le même schéma "écrit-oraux",  elle ont  leur concours propre. Mathématiques, synthèse, anglais, les candidats doivent se préparer spécifiquement pour chacune de ces écoles.

Quel concours passer ?

Face au choix que proposent ces différents concours, il est évident qu’il va falloir effectuer un choix. Mais comment ? Quelle stratégie utiliser ?

1 - Définir son projet professionnel
Dans un premier temps, vous allez devoir préciser votre projet professionnel. Envisagez-vous de continuer vos études en alternance, dans quoi souhaiteriez-vous vous spécialiser, quel métier voudriez-vous exercer (Quels métiers après une école de commerce) ?
C’est à partir de ce que vous voudrez faire plus tard que vous allez pouvoir choisir votre école.
 
2 - Choisir son école 
Une fois votre projet professionnel plus ou moins dessiné, il faut se renseigner sur les formations proposées par chaque école. Bien que toutes les écoles de commerce semblent offrir les mêmes programmes, il existe en réalité de grosses différences entre elles.

Par exemple, Paris Business School est très axée sur entrepreneuriat, tandis que Montpellier est réputée pour son ouverture d’esprit notamment au niveau de l’égalité des chances, ainsi que pour l’alternance. 
Il faut donc analyser les spécialités proposées par chaque école, et les confronter à son projet professionnel. Examinez notamment notamment les spécialisations de dernière année de master, qui orienteront votre stage de fin d'études et sans doute votre premier emploi.

Vous pouvez aussi prendre en compte les différents labels et accréditations, en sachant que toutes ne sont pas gages de qualité. (Pour en savoir plus, lire quels labels et accréditations pour une école de commerce). Et également, le classement des écoles de commerce, quoiqu'il n'y ait pas de grande différence entre une école classée 21ème et une autre 24ème.

Un autre critère de taille sera celui du coût de la formation. En moyenne, une année en école de commerce tourne autour de 10 000 euros. Cela peut être moins (8 000 euros), ou alors cela peut monter jusqu'à 15 000 euros. Le tout multiplié par 3 années, ça commence à faire une grosse somme. Certaines écoles proposent de réaliser une partie ou tout le cursus en apprentissage, d'autres offrent des bourses ou d'autres aides.

3 - Choisir son concours
Inscrivez-vous ensuite au concours qui ouvre sur l'école ou les écoles qui vous intéressent.

La stratégie la plus efficace

De toute évidence, le concours Passerelle est celui qui offre le meilleur rapport "effort-résultat", puisque il permet, pour une seule banque d’épreuves, de candidater pour 13 écoles de management dans toute la France. Cela en fait le concours le plus présenté par les étudiants. De plus, les chances de réussite sont tout de même assez élevées et il comporte une épreuve à fort coefficient à choisir parmi 11 matières dont certaines conçues spécialement pour les BTS. 

Cependant, si vous êtes attiré par des écoles du concours Tremplin (car de plus haut niveau et adaptées à votre projet) ou ambition+, rien ne vous empêche de les passer également, en plus de Passerelle. D'autant que les épreuves et la préparation sont à 99% similaires. 
"J’ai préparé en priorité le concours Passerelle puisque c’est celui où l’on a le plus de chance de réussir. Mais je me suis inscrite aussi à Tremplin, on ne sait jamais ! ", témoignage Mathilde, diplômée d'un BTS AM et admise à Montpellier Business School. 

Sachez tout de même que la sélectivité de Tremplin est plus élevée. Mais encore une fois, tout dépend de vos choix d'avenir.

Comment préparer les concours ?

Les concours Passerelle et Tremplin comportent d'abord des épreuves écrites très similaires (en dehors de l'épreuve au choix proposée seulement par Passerelle) : le test Tage Mage, QCM géant destiné à tester vos capacités de raisonnement, une épreuve de synthèse de documents et une autre d'anglais.

Que ce soit pour le Tage Mage, la synthèse ou l’anglais, il vous faudra impérativement revoir les bases. Beaucoup d’étudiants ne font plus de maths, et il va falloir se remettre dans le bain. Le point positif, c’est que les connaissances à avoir ne dépassent pas le programme de troisième ! 

Ainsi, en mathématique, vous devez être capable de faire tous les calculs basiques (multiplications, additions, soustractions…), (ré)apprendre vos tables de multiplication, les aires des figures de base… En français, il faut maîtriser les principales règles de grammaire et d’orthographe, que ce soit pour les sous-épreuves du Tage Mage ou l’épreuve de synthèse.
Enfin, vous devrez revoir les bases de l’anglais : grammaire, les temps, vocabulaire…

Méthodologie : la clé de la réussite

Même si le niveau des connaissances à avoir n'est pas très élevé, les énoncés, eux, peuvent dérouter (par exemple les QCM). Il faut donc acquérir la méthodologie propre à chaque épreuve, voire même à chaque type de question. C’est LE point qui sauve la vie de nombreux candidat chaque année, car les épreuves étant standardisées, la méthodologie à employer est toujours la même.

D'autre part votre principal adversaire le jour J sera le temps. Pour le vaincre, une fois les bases et les méthodologies acquises, il va falloir s’entraîner sur des épreuves blanches avec les corrigés. C'est le meilleur moyen pour appliquer tout ce que vous aurez appris, et ne pas être surpris le jour des épreuves. 

Fort heureusement, il existe des outils pour vous aider à vous préparer :
des journées de préparation gratuites organisées par le concours Passerelle. Il suffit de vous y inscrire sur le site du concours via votre espace membre. Ces journées sont riches en enseignement, en conseils et astuces pour être fin prêt le jour des épreuves.
- une "learning box" comportant des exercices d’entrainement en ligne est aussi accessible via le même espace membre.
- le site prepmyfuture.com propose une "préparation officielle" au test TAGE MAGE conçue en partenariat avec la Fondation nationale pour l'enseignement de la gestion et les entreprises (FNEGE) qui a conçu ce test. Préparation payante (35 euros pour trois tests blancs officiels avec leurs corrigés).
-  De nombreux livres de révisions proposent des méthodes pour préparer toutes les épreuves, ou uniquement certaines comme le Tage Mage. Attention cependant, car ils sont assez chers, et il faut un temps faramineux pour trier toutes leurs informations.

En combien de temps se préparer ? 
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les candidats qui réussissent le mieux ne sont pas forcément ceux qui ont commencé leur révisions le plus tôt possible, mais ceux qui savent concrètement comment se préparer aux épreuves, et qui savent exactement à quoi s’attendre.
Une préparation d’une heure par jour pendant un mois peut suffire amplement si elle est de qualité et que vous êtes motivé(e).

Mes conseils de préparation
Ayant en plus des cours un job étudiant de 17 heures par semaine, ainsi qu’une passion, il me restait peu de temps libre pour me consacrer à la préparation du concours Passerelle. J’ai donc entreprit de me préparer seulement un mois à l’avance, en travaillant une heure par jour (parfois un peu plus le weekend).

J’ai utilisé le trio "bases/ méthodologies/ entrainement" pour me préparer efficacement au concours Passerelle. Résultat : j’ai été admis dans les 13 écoles du concours. Le travail n’est pas dans la quantité, mais dans la qualité !

- Pour en savoir plus sur mes méthodes de préparation, consulter mon site prepaconcourspasserelle.fr.

D'autres témoignages de BTS admis en école de commerce


Pas encore le niveau ?

Si vraiment vous vous sentez trop juste, ou que vous pensez avoir du mal à réviser votre BTS et à préparer ces concours, sachez que vous pouvez les tenter ou les retenter un an plus tard à niveau bac+3. Vous passerez alors les concours Passerelle 2 et Tremplin 2 qui permettent de rejoindre le programme Grande école d'une business school un an plus tard (donc en 4ème année des écoles en cinq ans ou en 2ème année des écoles en trois ans).

Après votre BTS, vous pouvez alors vous inscrire en licence ou, encore mieux, faire une prépa ATS économie-gestion. Proposée par une quinzaine de lycées en partenariat avec une université, cette classe permet durant un an de préparer les concours Passerelle 2 et Tremplin 2, tout en validant une troisième année de licence économie-gestion ou AES.

A la fin, les étudiants de cette prépa passent les concours pour rentrer en école de commerce et les examens universitaires. Une véritable aubaine pour ceux qui ne se sentiraient pas encore prêts à braver les épreuves des concours, ou qui veulent se donner toutes les chances de réussir. 

Quentin Haguet


Mardi 6 Novembre 2018

Orientation | Méthodes de travail | Vie étudiante | Paroles d'étudiant | Partir à l'étranger





S'abonner à la newsletter gratuite















Guides à télécharger



















Un blog sur l'actu des débouchés

Systèmes embarqués : EMC recrute 49 ingénieurs et techniciens

Le secteur des transports et de la mobilité est fortement boosté par l'innovation technologique...