Réussir ma Vie ...
 
Retrouvez-nous sur
Facebook
Twitter
RSS



Cursus master en ingénierie : une nouvelle voie vers le métier d'ingénieur à l'université



En 2018, 28 universités de recherche membres du réseau Figure proposent une formation de licence et master d’ingénierie préparant à des postes d'ingénieur... Une nouvelle voie qui s'inspire du "master of engineering" anglo-saxon.




Cursus master en ingénierie : une nouvelle voie vers le métier d'ingénieur à l'université
En France, la constitution du réseau Figure (Formation à l'ingénierie par des universités de recherche) a constitué une petite révolution. Certes, des universités abritent déjà des écoles d'ingénieurs, comme par exemple le réseau Polytech. Elles proposent aussi des masters (diplôme de niveau bac+5) dans de nombreuses spécialités scientifiques qui débouchent sur de beaux postes de cadre en entreprise.

Mais le terme de "master en ingénierie" n'était pas utilisé à l'université et surtout, jamais aucun cursus n'avait ouvertement cherché à former des étudiants pour occuper des fonctions d'ingénieur en entreprise, le titre "d'ingénieur" n'étant délivré en France qu'aux diplômés des écoles habilitées à le faire par la Commission des titres d'ingénieur (CTI).

Lancé à la rentrée 2012 par 15 universités, le cursus master en ingénierie (CMI) est désormais proposé par 28 établissements.

Le Cursus master en ingénierie (CMI)

Quelles universités ? Poitiers, Aix-Marseille 1, Avignon et Pays de Vaucluse, Bordeaux 1, Franche-Comté, La Rochelle, Lille, Strasbourg, Lyon, Montpellier 2, Pierre et Marie Curie (Paris), Paul Sabatier Toulouse 3, Cergy Pontoise, Joseph Fourier Grenoble, Pau, Calais-Dunkerque, Paris Nanterre, Panthéon Assas, Le Mans, Lorient-Vannes, Best, Besançon, Chambéry, Metz-nancy, Orléans, Reims.
Voir la carte de France du réseau Figure.

Quelle spécialités ? Selon les universités, le master d'ingénierie est spécialisé en aéronautique, biologie et biotechnologies, chimie, électronique, électrotechnique et automatique (EEA), génie civil, géosciences, informatique, matériaux, mécanique et énergétique.

Quel contenu ? Des cours avec des professionnels du secteur industriel concerné et par des enseignants-chercheurs, des projets industriels et/ou techniques, des stages en entreprise et en laboratoire de recherche, un stage à l’étranger ou un semestre dans une université partenaire. 50% des cours sont consacrés à la spécialité scientifique choisie, 20% aux fondamentaux scientifiques, 30% aux sciences humaines et sociales et à des disciplines connexes (culture générale, communication, gestion, anglais...). Il s'agit donc d'une licence et d'un master "renforcés" par rapport à d'autres cursus.

Quel diplôme à la clé ? Un master en ingénierie, diplôme universitaire de niveau bac+5, assorti d'un label national délivré par le réseau Figure.

Quel dispositif d'admission ? On accède à ce cursus en cinq ans après le bac (S ou STI2D) en le plaçant dans ses voeux
via le portail Parcoursup. Il est à rechercher dans les "licences" et "licence en ingénierie" dans l'université et la spécialité qui vous intéresse. Une lettre de motivation et un entretien personnels sont exigés à la suite de quoi l'étudiant se voit conseiller ou non de se porter candidat.

Les atouts du master en ingénierie

- L'admission se fait après le bac sans concours, même si les responsables conseillent bien sûr d'avoir un assez bon niveau scientifique et surtout de la motivation pour le domaine choisi. Encore peu connu, le cursus ne semble pas pris d'assaut, en tout cas pour les universités de province.

- La scolarité est gratuite, excepté les droits d'inscription universitaire.

- Un enseignement d'excellence fortement ancré dans la recherche : chaque CMI est en effet porté par un laboratoire de recherche de haut niveau attaché à l'université (une condition pour celles qui veulent rejoindre le réseau). Des stages et des projets peuvent être réalisés en lien avec ces laboratoires, des relations étroites nouées avec les enseignants-chercheurs, garantissant une véritable expertise.

- Des liens sont noués avec des entreprises au niveau de chaque université et par le réseau Figure qui dispose d'un comité stratégique composé de représentants de grands groupes (Safran, PSA, Alstom...). "Les industriels aident ainsi le réseau à répondre aux besoins des entreprises et à faire évoluer les formations", explique Sylvie Pautrot, maître de conférence en physique et chargée de la communication du réseau Figure. Vu le manque de compétences scientifiques en France, les débouchés devraient donc être assurés.

Les différences avec les écoles d'ingénieurs

- "Ces masters forment des profils d'ingénieurs experts innovants", précise Sylvie Pautrot. Le cursus se distingue en cela d'écoles visant à former des ingénieurs généralistes (même s'il existe aussi des écoles d'ingénieurs spécialisées).

- Formés aux métiers de l'ingénieur, les diplômés du master n'auront toutefois pas le "titre d'ingénieur" que délivrent uniquement les écoles.

- La formation est délivrée dans le cadre de l'université où elle est divulguée en cours magistraux et en groupes de travaux dirigés. La pédagogie se veut toutefois innovante : 25% de la formation se fait sous forme de "mises en situation" (stages ou réalisation de projets) de façon à être professionnalisante.

- Etant nouveau, le CMI ne dispose pas encore d'un réseau d'anciens élèves comparable à celui de grandes écoles d'ingénieurs.

Pour en savoir plus : voir brochure ci-dessous,
www.reseau-figure.fr 
 

Lire aussi


Lundi 5 Mars 2018
la rédaction

Orientation | Méthodes de travail | Vie étudiante | Paroles d'étudiant | Partir à l'étranger





S'abonner à la newsletter gratuite















Guides à télécharger



















Un blog sur l'actu des débouchés

Funéraire : un secteur à découvrir et qui recrute

C'est un secteur souvent laissé dans l'ombre et pourtant le funéraire recrute, des pompes funèbres...