Réussir ma Vie ...
 
Retrouvez-nous sur
Facebook
Twitter
RSS


Cursus Master en Ingénierie : se former au métier d'ingénieur à l'université



En 2020, 31 universités proposent un "Cursus Master en Ingénierie" (CMI) dans plus de 100 spécialités scientifiques. Des formations en 5 ans très ancrées dans la recherche qui ouvrent une nouvelle voie vers des carrières d'ingénieur.




Cursus Master en Ingénierie : se former au métier d'ingénieur à l'université
En France, la constitution du Réseau Figure (Formation à l'ingénierie par des universités de recherche) a constitué une petite révolution.

Certes, des universités abritent déjà des écoles d'ingénieurs, comme par exemple le réseau Polytech. Elles proposent aussi des masters (diplôme de niveau bac+5) dans de nombreuses spécialités scientifiques qui débouchent sur de beaux postes de cadre en entreprise.

Mais le terme de "master en ingénierie" n'était pas utilisé à l'université et surtout, jamais aucun cursus n'avait ouvertement cherché à former des étudiants pour occuper des fonctions d'ingénieur en entreprise, le titre "d'ingénieur diplômé" étant délivré en France par les seules écoles habilitées par la Commission des titres d'ingénieurs (CTI).

Un modèle porté par la course à l'innovation

Lancé à la rentrée 2012 par 12 universités, le Cursus Master en Ingénierie (CMI) s'inspire donc davantage d'un modèle international. Chaque CMI est adossé à un laboratoire de recherche correspondant à sa spécialité.

Les chercheurs interviennent dans l'enseignement dès la première année et les étudiants mènent des projets scientifiques dès la L2. Ils sont aussi appelés à travailler en lien avec des entreprises qui cherchent à innover, à travers des projets collaboratifs ou des stages.

Stimulé par la course à l'innovation et la guerre des talents scientifiques, le modèle a le vent en poupe. Résultat : huit ans après le lancement du réseau FIGURE, 31 universités proposent un CMI, dont une à l'étranger.

Une alternative à la prépa et à l'école d'ingénieurs

Mathias Roesler © DR
Mathias Roesler © DR
Les étudiants sont aussi de plus en plus nombreux à choisir ces cursus. Mathias Roesler, lui, s'est orienté vers un CMI de mécanique à Sorbonne Université.

"Après le bac, je pensais à l'ingénierie mais je ne voulais pas aller en prépa, explique-t-il. Je faisais beaucoup de sport et ne voulais pas tout arrêter. Alors je suis d'abord parti un an aux Etats-Unis où j'avais de la famille, et j'ai suivi quelques cours à Berkeley".

L'expérience confirme son envie d'étudier la robotique, mais plutôt à l'université, d'où le choix d'un CMI de mécanique. En master, il a opté pour la spécialité "Ingénierie pour les systèmes intelligents".

Au passage il a pu faire un stage en L1 dans une filiale de Safran, avoir une expérience de 6 mois à Austin au Texas, et faire un autre stage, déterminant, dans un laboratoire, l'Institut des systèmes intelligents de robotique (ISIR). "Là je me suis rendu compte que j'étais fait pour la recherche".

Après son master, il compte donc faire un doctorat, puis, plus tard, travailler aux Etats-Unis... Beau projet qui n'a rien à envier aux carrières ouvertes à un.e diplômé.e d'école d'ingénieurs.

FAQ sur le Cursus Master en Ingénierie (CMI)

Quelles universités ? Aix-Marseille, Avignon, Le Mans, Sorbonne, Angers, Bordeaux, Bretagne Occidentale, Bretagne Sud, Cergy-Pontoise, Franche-Comté, Haute-Alsace, La Rochelle, Lille, Lorraine, Montpellier, Nantes, Pau et des Pays de l’Adour, Picardie Jules Verne, Poitiers, Reims Champagne-Ardenne, Rennes 1, Savoie Mont Blanc, Strasbourg, Orléans, Paris Nanterre, Paris 2 Panthéon- Assas, Toulouse 3 - Paul Sabatier, Polytechnique Hauts-de-France, Claude Bernard Lyon 1, Littoral Côte d’Opale, St Joseph de Beyrouth. .
Voir la carte de France du réseau Figure.

Quelle spécialités ? Les CMI proposent des spécialités dans 18 domaines : biotechnologies ; chimie ; économie et finance ; édition et multimédia ; électronique, énergie électrique, automatique ; énergie ; environnement ; génie civil ; géographie et aménagement ; géosciences ; information et communication ; informatique ; mathématiques et informatique ; mathématiques ; mécanique ; physique ; sciences et génie des matériaux ; tourisme et patrimoine... 

Pour explorer l'offre de CMI en détail, on peut faire une recherche par domaine et par université sur la page d'accueil du Réseau Figure

Quel type d'enseignement ? Des cours avec des professionnels du secteur industriel concerné et par des enseignants-chercheurs, des projets industriels et/ou techniques, des stages en entreprise et en laboratoire de recherche, un stage à l’étranger (d'au moins 3 mois) ou un semestre dans une université partenaire.

50% des enseignements sont consacrés à la spécialité, 20% aux disciplines fondamentales, 10% à des compléments scientifiques et 20% au développement de compétences organisationnelles, sociales, environnementales et culturelles. Le cursus est construit sur des parcours de licence-master renforcés.

Quel diplôme à la clé ? Le CMI donne droit aux diplômes nationaux de licence et master et au label CMI-Figure à la notoriété grandissante.

Quel dispositif d'admission ? Le CMI est un cursus sélectif en 5 ans. On y accède après le bac en le plaçant dans ses vœux via le portail Parcoursup où il apparaît directement sous l'intitulé "Cursus Master en Ingénierie". Une lettre de motivation et un entretien sont nécessaires à la sélection. 

Quelle vie étudiante ? Il existe une fédération nationale des associations d'étudiants des universités du Réseau: CMI-France. Et également une association des anciens, CMI Alumni, qui grandit avec le temps.  

Vidéo : l'exemple des CMI de l'université de La Rochelle


Les atouts du master en ingénierie

- L'admission se fait après le bac sans concours, même si elle est sélective et requiert bien sûr un très bon niveau scientifique ainsi que  de la motivation pour le domaine choisi car le parcours est exigeant. Encore peu connu à sa création, le cursus gagne chaque année en attractivité : en 2019, il y avait en moyenne 56 candidats admissibles par CMI, contre 43,1 en 2018. 

- La scolarité est gratuite en dehors des droits d'inscription universitaires. En 2019, les CMI accueillaient 33% de boursiers.

- Les CMI offrent un enseignement d'excellence fortement ancré dans la recherche : chaque CMI est en effet porté par un laboratoire de recherche de haut niveau attaché à l'université (une condition pour celles qui veulent rejoindre le Réseau). Des stages et des projets peuvent être réalisés en lien avec ces laboratoires, des relations étroites nouées avec les enseignants-chercheurs, garantissant une véritable expertise.

- L'insertion professionnelle est comparable à celle des grandes écoles : des liens sont noués avec des entreprises par chaque université et par le Réseau Figure. Alors que la première promotion a été diplômée/labellisée en 2017, le taux d’insertion est de 90% à 6 mois pour la promotion 2018, avec des salaires hors primes entre 30 et 35 k€/an pour 92% des CDI.

- C'est une rampe de lancement vers le monde de la recherche : le taux d’inscription en doctorat est de 42%, dont la moitié sous convention industrielle. 

Les différences avec les écoles d'ingénieurs

- "Les étudiants CMI sont immergés très tôt au cœur des laboratoires où se produisent les connaissances scientifiques et les développements technologiques, explique Lamine Boubakar, président du Réseau Figure. Grâce à une pédagogie de l'expérience à travers de nombreuses activités de mise en situation, il apprennent à être curieux, à explorer et à prendre des risques, mais aussi à être constants et rigoureux. Ils développent une expertise qui leur permet d'innover dans leur domaine et de fonctionner en contexte international." 

- Formés au métier d'ingénieur, les diplômés obtiennent le label CMI du Réseau Figure, lequel ne délivre pas le titre "d'ingénieur diplômé". 

- La formation est délivrée dans le cadre de l'université où elle est divulguée en cours magistraux et en groupes de travaux dirigés. La pédagogie se veut toutefois innovante : 25% de la formation se fait sous forme de "mises en situation" (stages ou réalisation de projets) de façon à être professionnalisante.

Le CMI, est-ce pour moi ?

Reste à savoir si vous avez le bon profil pour vous épanouir dans un Cursus de Master en Ingénierie. Etes-vous attiré par l'ingénierie, l'innovation, avez-vous une âme d'explorateur/trice, une passion pour une spécialité, un début de projet ?

"Je conseillerais de prendre du temps après le bac pour bien mûrir son projet", dit Mathias Roesler. De fait, dans un cursus CMI, la spécialité choisie est étudiée dès la première année et mieux être sûr de son choix.

"On peut aussi se réorienter après un premier semestre", rassure le président du Réseau Figure. Au-delà de la spécialité choisie, tous les étudiants des CMI ont en tout cas un point commun : l'envie de devenir des experts innovants pour apporter des solutions aux enjeux de notre monde. 

Pour en savoir plus




Mercredi 3 Juin 2020
la rédaction

Orientation | Méthodes de travail | Vie étudiante | Paroles d'étudiant | Partir à l'étranger | Spécial Bac







Inscrivez-vous à la newsletter et téléchargez gratuitement le guide "7 clés pour réussir ses études"
Pour connaître mes droits sur le respect de la vie privée, je consulte les conditions générales de service.















Guides à télécharger