Ras-le-bol des études : gare au décrochage !



Vos études vous saoûlent ou vos mauvais résultats vous découragent. La tentation est forte de tout arrêter mais vous risquez de vous retrouver sans diplôme, sans formation et surtout sans projet. Comment éviter ce décrochage scolaire et retrouver une motivation ? Les spécialistes vous répondent.






Cours, évaluations, examens. Le système scolaire est un modèle très cadré, chargé et exigeant. Si certains s'accrochent et arrivent au bac sans soucis majeurs, on peut avoir beaucoup plus de mal à entrer dans ce moule, parfois dès le collège.
Ras-le-bol des études : gare au décrochage !

Au secours, je coule !

"Beaucoup de stress est concentré autour du jeune", explique Marie Quartier, psycho-praticienne au Centre de recherche sur l'interaction et la souffrance scolaire (CRISS). Une pression qui peut faire perdre les pédales et dégoûter de l'apprentissage académique classique.

Le stress est en effet une cause très fréquente de décrochage. L'idée qu'il faut réussir dans toutes les matières et faire un bac S par exemple est malheureusement répandue à tort, dans la tête des parents notamment. "Certains élèves entrent dans le moule de l'école, réussissent dans toutes les matières. Or cela n’est pas une obligation", assure Marie Quartier. 
 
D'autres ne voient pas d'intérêt à aller en cours. "Le décrochage se traduit par un malaise où l'on ne trouve plus de sens à l'apprentissage", explique Mahlouf Diouf, responsable éducatif d'Aide et Action France. Maths, histoire, sport, si l'école explore divers domaines, elle ne peut satisfaire toutes les passions. "Un de mes patients, fils de deux ingénieurs a décroché car il avait trop de pression. Lui voulait faire du piano, domaine dans lequel il était excellent" soutient Marie Quartier. En cas de malaise, parlez-en, si possible avec vos parents, ou sinon à une personne extérieure, professeur ou CPE par exemple.

Est-ce vraiment le moment de tout plaquer ?

Attention à ne pas tout lâcher !
Attention à ne pas tout lâcher !
Si cela peut paraître courageux, laisser tomber les études est quand même risqué. Première difficulté, se retrouver à contre-courant des amis qui eux, ont gardé un rythme scolaire strict. A pantouffler à la maison, jour après jour, vous pouvez perdre toute motivation pour vous relancer. Lâcher les études ne doit donc pas être fait sur un coup de tête, après une série de mauvaises notes ou parce qu'un prof ne vous plaît pas. Il faut avoir un projet, plus ou moins abouti mais qui vous remotive et vous donne envie d'aller de l'avant.

Avant de tout plaquer, faites donc le point et n'hésitez pas à vous faire conseiller par vos parents ou un spécialiste de l'orientation.

Obtenir le bac peut parfois s'apparenter à un parcours du combattant. Pourtant, ce diplôme est le laissez- passer le plus efficace vers la vie professionnelle. Sans le précieux sésame, il va falloir vous armer de patience et de persévérance. "Une jeune femme que je suivais a décroché, puis a longtemps travaillé chez Mac do à la caisse" se souvient Marie Quatier. "Aujourd'hui elle a réussi à évoluer et à avoir plus de responsabilités mais cela a pris beaucoup de temps".

Autre risque, celui d'aller de petit boulot en petit boulot sans suite logique et sans gagner d'expérience. A vouloir engranger de l'argent à tout prix, vous risquez de vous enfermer dans des jobs précaires.

Première étape pour raccrocher : trouver sa voie

Si le système scolaire classique ne vous convient pas, il faut néanmoins parvenir à trouver un domaine qui vous motive, vous fait vibrer. "Un bon moyen est se demander : quel est mon meilleur souvenir depuis deux ans", explique Marie Quartier. "Une jeune femme que j'avais rencontrée avait décroché. Ce qu'elle aimait, c’était la lecture d'Agatha Christie et en parler ensuite autour d’elle, partager ses émotions sur ces livre. Elle travaille aujourd’hui dans l'édition".
 
Même si cela peu paraître anodin, ne laissez aucune idée, aucune passion de côté.  "Il faut prendre au sérieux ses envies si c'est ce qui peut vous faire avancer" ajoute Marie Quartier. N'hésitez pas à vous renseigner pour faire mûrir votre projet même s'il est en dehors des circuits académiques. "Il ne faut que avoir peur de sortir du schéma scolaire et penser par soi-même" insiste Mahlouf Diouf.  
 
Expliquez également vos envies à votre entourage. Pour certains parents, la pilule peut être difficile à avaler. "Il faut leur faire comprendre que l'on peut très bien s'en sortir sans le bac", insiste Marie Quartier. Une position qu'approuve Mahlouf Diouf. "Retourner à l’école à tout prix n'est pas forcément la solution car si la motivation n'est pas là, on décroche à nouveau".
 
Pour être pris au sérieux par vos parents, pensez à vous trouver des alliés pour appuyer votre projet. Ainsi, si vous êtes passionné de peinture, votre professeur d'arts plastiques ou un artiste que vous connaissez peut jouer le rôle d'intermédiaire. 

Projet en tête, à qui s'adresser ?

Vous avez l'envie, reste à construire votre parcours. "Un jeune que j'avais rencontré voulait devenir patron de boîte de nuit. Je lui ai alors conseillé de trouver un professionnel, de faire quelques jours à ses côtés pour se rendre compte de la réalité du métier", explique Marie Quartier. Si vous avez eu l'habitude d'être encadré à l’école, à l'extérieur, il vous faut être autonome. Pensez à ces "stages découverte" auprès de professionnels.
 
De nombreuses ressources sont également à votre disposition pour vous aider. Les associations locales sont des alliés précieux. Passionné de théâtre, foncez à la mairie voir si des troupes existent près de chez vous. "Les mairies prennent à bras-le-corps l’orientation des jeunes" insiste Mahlouf Diouf. Autres espaces indispensables, les missions locales et les espaces jeunes.

L'apprentissage, souvent un bon plan pour se relancer.
L'apprentissage, souvent un bon plan pour se relancer.
Envie de reprendre une formation plus académique ? Certaines écoles acceptent des étudiants non bacheliers. C'est notamment le cas pour les domaines de la santé, du transport ou de l’animation par exemple. Seul bémol, ces écoles privées sont parfois chères. Pensez à vous renseigner au CIO ou à la Chambre de commerce et de l’industrie de votre région qui proposent des cursus professionnels souvent en apprentissage : vous découvrez un métier en entreprise tout en préparant un diplôme.

Intéressez vous également aux Ecoles de la deuxième chance qui offrent des formules sur-mesure, ou sur les opportunités de service civique, une forme de volontariat qui peut vous aider à trouver votre voie.

Sortir de l’école ne met pas un point d'arrêt à votre formation. Soyez néanmoins prêt à passer du temps et à vous armer de courage. C'est en multipliant les expériences et les rencontres que vous pourrez concrétiser vos projets.

Lire aussi :
Des lycées différents pour rebondir après l'échec
Motivation : une clé pour réussir ses études
Effets et méfaits du cannabis
Notre rubrique Sans formation donne des idées de cursus pour rebondir ou redémarrer une formation
Notre rubrique Projet professionnel

Mardi 25 Novembre 2014

Orientation | Méthodes de travail | Vie étudiante | Paroles d'étudiant | Partir à l'étranger












S'abonner à la newsletter gratuite