Comment rebondir après un échec ?



Vous avez raté un examen, un concours, un entretien, une expérience professionnelle ou vous venez d'essuyer un échec sentimental ou amical. Comment encaisser et surtout, comment rebondir ?




"Quand j'ai eu le résultat du concours, j'étais anéanti", raconte Adrien, candidat au très sélectif concours de pilote de ligne d'Air France. "La réponse négative pour ce stage m'a complètement abattue, témoigne Claudia. Pendant deux jours, j'étais incapable de réagir".

Seuls ceux qui n'ont jamais connu d'échec ne peuvent comprendre ce que vous ressentez. Abattement, colère, tristesse... Et si ce n'est pas votre premier échec, c'est encore plus dur.
Comment rebondir après un échec ?

Mais la bonne nouvelle, c'est que vous n'êtes pas seul à vivre cela. "Il n’y a pratiquement jamais de parcours de vie sans échec, aime à dire Michel Giraud, ancien ministre du Travail, et directeur général de la Fondation de la Deuxième chance. Contrairement à une tendance culturellement trop répandue chez nous, il ne faut pas considérer l'échec comme un naufrage mais à l’inverse, comme une opportunité de rebond !" Rebondir, oui, mais comment ?

Attention à la perte d'estime de soi !

Comment rebondir après un échec ?
Le risque est de se laisser emporter par les émotions, très fortes, qui vous submergent. Le découragement, l'angoisse, et surtout, la perte de confiance en soi. "De toutes façons, je suis nulle"...
"En France, on a souvent tendance à confondre "avoir" et "être" : je n'ai pas le bac, donc je suis nul. Alors que je vaux beaucoup plus que cet échec !", fait remarquer le psychiatre Patrice Huerre.

La blessure d'amour propre peut être si vive, que certains en viennent presque à perdre toute estime d'eux-même, et jusqu'au goût de vivre. "J'ai raté mon bac avec 9,5, a écrit Khalid sur nos forums. Quelle agonie ! Le plus grave, c'est que tout mes amis l'ont eu sauf moi. Je préfère mourir que refaire une année !"
Autre réaction courante, la fuite : "De toutes façons, c'est nul ces études, je vais tout laisser tomber". On peut fuir dans les voyages lointains, les addictions, pour oublier, ou, après un échec amoureux, les aventures sentimentales à répétition.

Evidemment, ce sont de fausses pistes, qui ne vous permettront pas vraiment de rebondir parce que vous niez la blessure plutôt que de la soigner. "L'échec n'est pas à nier, confirme Isabelle Stoquelet-Dargent, psychologue. Il faut plutôt l'analyser, en tirer les éléments pour bâtir d'autres stratégies."

Analyser l'échec pour mieux le digérer

Soyez franc avec vous-même : où sont les causes de cet échec ?
Soyez franc avec vous-même : où sont les causes de cet échec ?
Laissez donc un peu de côté  vos émotions, et forcez-vous à raisonner. Imaginez votre échec devant vous, comme un objet extérieur, et tâchez de l'analyser.

Pour quelles raisons avez-vous échoué ? L'objectif que vous vous étiez fixé était-il trop élevé ? Aviez-vous le bon profil ? Etiez-vous réellement motivé ? Et avez-vous mis toutes les chances de votre côté ? Répondez franchement à toutes ses questions, soyez en vérité avec vous-mêmes. "En fait, j'avais fait ces études pour faire plaisir à mes parents, mais je ne les avais pas vraiment choisies, je n'ai jamais voulu être ingénieur, raconte Alice, en échec après deux ans de classes préparatoires aux grandes écoles.

Un gagnant est une personne qui sait choisir ses combats, vous diront tous les coachs. En matière d'études ou de vie professionnelle, il est donc capital de savoir si vous avez choisi la bonne orientation, c'est-à-dire celle qui vous motive et pour laquelle vous avez les compétences et les talents requis.

En tirer les bons enseignements

Il ne s'agit pas de vous accommoder de l'échec, mais d'en tirer toutes les leçons possibles pour l'avenir. En cas d'échec sentimental, ne mettez pas tous les torts sur l'autre, mais reconnaissez aussi vos manques et vos erreurs.

Sur le terrain professionnel ou étudiant, cernez bien les raisons qui vous ont fait échouer. Et tenez-en compte pour ne pas recommencer. "J'ai voulu mener de front mes études avec un travail à temps plein, mais c'était trop pour moi", reconnaît Laetiita qui a décidé cette année de consacrer plus de temps à l'étude. Ne vous contentez d'ailleurs pas de bonnes résolutions ("l'an prochain, c'est décidé, j'apprends mes cours dès le début'"), mais mettez en place des moyens concrets pour réussir. Emploi-du-temps, lecture, travail, nouvelles habitudes de vie... Pour partir en guerre, et être victorieux, mieux vaut avoir les bonnes armes !

Ne pas rester seul

Pour reprendre confiance en vous, il faut vous appuye sur vos points forts, vos qualités, vos succès antérieurs ou annexes. L'échec que vous venez de subir a tendance à tout recouvrir, mais peu à peu, il va prendre moins de place. Pour vous aider, repensez à ce que vous avez réussi jusque-là, aux qualités que votre entourage apprécie en vous....

L'idéal est de faire ce travail avec une personne extérieure, qui vous aidera à être objectif : un membre de votre famille, un ami, un conseiller d'orientation... "Il ne faut pas rester seul face à son échec, insiste Isabelle Stoquelet-Dargent. Au contraire, certaines personnes peuvent vraiment vous aider à vous relever en portant sur vous un regard qui vous voit dans votre globalité, avec tout votre potentiel".

Construire un nouveau projet

A partir de l'analyse de votre échec et de votre personnalité, vous allez bâtir un nouveau projet.
A partir de l'analyse de votre échec et de votre personnalité, vous allez bâtir un nouveau projet.
Comme l'étincelle qui relance le moteur, il suffit souvent de ce coup de projecteur sur vos qualités et vos points forts pour vous remettre en route. L'analyse de votre échec conjugué à ce bilan vous indique de nouvelles voies à suivre : vous pouvez ainsi bâtir un nouveau projet, plus en phase avec votre personnalité, et donc plus motivant.

"Après mon échec en médecine, raconte Tiphaine, j'ai fait un bilan avec un conseiller d'orientation. Je me suis rendu compte que j'avais finalement peu de goût pour les matières scientifiques, mais une forte motivation sociale. Je me suis réorientée vers un DUT Carrières sociales et je pense passer le concours d'assistante sociale, un métier qui me convient finalement bien mieux que la médecine, même si au départ, il n'y avait que cela qui m'attirait".

Elargir son horizon

Les parcours réussis sont souvent ainsi semés d'échecs... Interrogez quelques seniors aujourd'hui épanouis dans leur travail. Vous serez étonnés par la sinuosité de leur itinéraire ! En matière professionnelle, il vous faut cependant élargir vos horizons et vous dire une fois pour toutes qu'il n'y a pas qu'un métier fait pour vous, mais des quantités de métiers ou secteurs professionnels qui pourraient vous convenir !

De même sur le plan amoureux : il n'y a pas qu'une personne faite pour vous ! Après un échec sentimental, évitez cependant de repartir tout de suite en conquête, car en la matière, la réussite n'est jamais assurée et un nouvel échec pourrait vous faire replonger.  Fixez-vous plutôt de petits objectifs de réussite, très faciles à atteindre. Organisez un voyage, refaites la déco de votre chambre, refaites du sport... Et félicitez-vous lorsque vous avez réussi !

Vous relancez ainsi la spirale de la réussite, et vous rechargez  les batteries de la confiance en vous pour aborder votre nouveau projet de vie.

A lire également :
Amour : comment se remettre d'une rupture ?
Témoignage : Rien n'est impossible à celui qui croit en lui
Que faire après un échec au bac ?
Des formations en alternance pour rebondir
 

Dimanche 15 Février 2015

Qu'en pensez-vous ?
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

73.Posté par besoin de votre aide le 07/05/2016 18:45
Bonjour

Je viens vers vous pour savoir votre avis. vous pensez qu'à 31 ans je peux me reconvertir en informatique ou c'est mort ? Je sais créer un site web mais sinon je n'ai pas de compétences dedans. Donc est ce que c'est trop tard ?

Comment je fais pour trouver une alternance mon parcours est purement universitaire.

Je vous remercie.

72.Posté par marketeuse le 23/04/2016 18:32
Bonjour

Je voudrais savoir si vous pouvez me conseiller.

Je suis en marketing et je voudrais changer car cet univers ne me convient pas (hyper requin). Dans quel secteur je peux trouver un secteur moins agressif ? merci de votre aide (idées de branche où les gens sont sympas ?).

71.Posté par Michèle Longour le 09/03/2016 09:06
@Complètement perdue
C'est difficile de te conseiller sans te connaître... apparemment ton "échec" à ces épreuves de langues a rouvert des fragilités que tu croyais avoir vaincues. Il faut être doux et indulgent avec soi-même. C'est tout simplement ta tendance dépressive qui te pousse à sur-réagir et à voir tout en noir.
si l'on revient à ce qui est dit dans l'article :
- essaye d'analyser tout simplement tes résultats à l'épreuve ratée de la façon la plus objective possible : quels exercices as-tu ratés ? Pourquoi ? est-ce un coup de fatigue ? autre ? Il faut revenir au réel car sinon, tu te laisses emporter par ton imagination négative et tu pars dans un spirale dépressive : tu extrapoles en t'imaginant déjà rater le BTS et... rater ta vie ! Stop !
- Il faudrait faire ce point avec un enseignant bienveillant qui pourrait t'aider à comprendre ton résultat et à faire un diagnostic purement scolaire pour voir ce qui a cloché... et ce qu'il faut vite rectifier. Comme tu as eu de bons résultats jusque-là, c'est peut-être seulement un coup de fatigue...
- tu parles aussi de beaucoup de fatigue et de travail acharné... il faut peut-être aussi que tu revois ton équilibre de vie (sommeil, sport), pour prendre soin de toi. Même un bon élève a besoin de se reposer et se détendre. Parles-en avec ceux qui t'aiment ou en qui tu as confiance...
- pour ce qui est du suivi psychologique, tu peux peut-être demander à ton médecin généraliste ce qu'il en pense. Il saura voir si un petit traitement est nécessaire. Parfois cela peut aider et éviter la dégringolade.

Te tourner ainsi vers ces diverses personnes (ou d'autres que tu connais) t'aidera à ne pas ressasser les choses et à les amplifier car en faisant cela, tu t'enfermes toi-même dans un esprit d'échec. Le contact avec les autres va t'aider à remettre les choses à leur juste place et à voir tout ce que la vie a de bon et de beau à t'offrir. Courage !

70.Posté par Complètement-Perdue le 07/03/2016 21:16
Bonsoir,

Je suis étudiante 2e année de BTS CI et je suis complètement perdue. Je me sens incapable de rebondir à quoi que ce soit et je suis très déprimée.

Moi qui suis faite pour les langues, je viens de rater mes épreuves écrites pour le BTS et je suis complètement hors de moi.

Je n'arrive plus à avancer dans quoi que ce soit. Depuis que je suis rentrée d'un voyage scolaire, il y a 3 semaines. Je ne sais pas pourquoi.

Je me demande si je ne fais pas une dépression. Je me sens nulle, bonne à rien.

Le pire, dans cette histoire, c'est que je suis 1ère de ma classe mais je sens que je vais redoubler. De voir que tous mes efforts n'ont servi à rien me déprime.

Je ne sais pas quoi faire. J'ai passé toute ma soirée à essayer de remonter la pente en lisant des tonnes de forums sur la confiance en soi mais ça ne sert à rien. Je ne fais que pleurer et m'engueuler avec les gens que j'aime depuis mon retour.

Ca fait depuis plusieurs mois que je trimbale une souffrance immense et personne ne peut me comprendre. Je ne veux pas voir de psy. Je me pose trop de questions sur moi.

Ce qui me tue, c'est de voir que je vais tout rater alors que je ne suis pas nulle. Je sais pertinemment que je vais rater mes concours car je ne suis pas prête.

Je vois ma courte vie défiler devant moi et mon avenir peu prometteur qui s'annonce et je me dis que tout est foutu et que les efforts que j'ai fait ne seront jamais récompensés. Je n'aurai pas fait de bonnes études alors que je m'étais donné les moyens pour, je vais rater ma vie car je n'arrive à rien.

J'ai pourtant tellement travaillé. Je ne sais pas ce qui m'arrive. Je n'arrive plus à rien.

Je suis épuisée intellectuellement et physiquement. Je n'arrive plus à me projeter dans l'avenir et je ne vois rien de bien qui s'annonce pour moi.

Pourtant j'ai fait tellement d'efforts pour me sortir d'une dépression que j'ai dû subir pendant mes années lycées.

Après avoir rencontré des personnes merveilleuses qui m'ont aidées à me sortir de là et à m'encourager pour affirmer mes choix d'études et à avoir mon Bac, j'étais plein d'entrain et d'enthousiasme en entrant dans ce BTS. J'ai travaillé très dur pour avoir un excellent dossier et en étant 1ère de ma classe pendant 1 an et demi.

Là, je vois ma vie en train de partir en vrille et je ne sais plus quoi faire. Je ne sais même pas d'où vient cette déprime et cette démotivation. Peut-être que je suis trop fatiguée pour continuer.

J'ai encaissé tellement de chocs depuis trop longtemps. Je ne sais plus où je vais et j'ai bien peur de tout gâcher.

L'échec que j'ai subi récemment me fait douter de moi et je me sens encore plus nulle que les autres. Je me sens inférieure. Je suis tellement démotivée par tout. Ce serait tellement dommage de tout arrêter et de tout laisser tomber maintenant. Que dois-je faire ? Je suis perdue.

Je sollicite vraiment votre aide. Votre article me fait me poser plein de questions et j'aurais besoin de conseils pour m'aider à remonter la pente pendant qu'il est encore temps.

Merci de votre attention et désolée pour ce message super long.

Cordialement.

69.Posté par Michèle Longour le 03/03/2016 17:25
@clemance

la plupart des étudiants dans votre cas (ils sont très nombreux) s'orientent vers les écoles d'ingénieurs postbac qui ont mis en place des cursus rebond spécialement pour les Paces. Les débouchés sont excellents et incroyablement variés (notamment dans l'univers de la santé). Allez lire nos articles "Se réorienter après une première année de fac, c'est possible".
A la date où nous sommes, les prépas rebond viennent à peine de commencer mais je ne sais pas si on peut encore les rejoindre. Il faut contacter ces écoles directement, ne vous laissez pas entraîner dans une spirale d'échec.
Si la prépa rebond n'est plus accessible, vous pouvez toujours passer les concours (Avenir, Alpha, Puissance 11...)
Autrement, tout dépend bien sûr de votre profil, les gens souhaitant travailler dans l'univers de la santé vont souvent en IFSI, par contre attention aux écoles d'ostéopathie, c'est vraiment bouché.

68.Posté par clemance le 03/03/2016 15:52
Bonjour, après une année de PACEs j'ai décidé de tout quitter et partir à l'étranger afin de réfléchir, et prendre du recul sur toute cette année. Et donc j'ai recommencé une année de PACES afin de n'avoir aucun regret... Mais les résultats obtenus en janvier ne me permette pas d'obtenir la spécialité que j'ai toujours voulu .. Maintenant me voilà complètement perdue ... je ne sais pas quelles études je pourrai faire, vu que rien ne m'intéresse ... Je n'ai plus aucune motivation ....

67.Posté par une fille desespérée le 17/02/2016 13:47
En fait je me sens formée dans rien. Pendant 6 ans j'ai travaillé mais on ne me formait pas vraiment je n'ai pas d'expertise je faisais des trucs que les cadres ne veulent pas faire. Je regrette d'être venue dans le tertiaire et de ne pas avoir fait d'école spécialisée . Je suis découragée.

66.Posté par Michèle Longour le 17/02/2016 09:33
@Fille désespérée

Les refus que vous venez d'essuyer vous plombent le moral et cela vous empêche de voir que vous progressez. En effet :
- vous obtenez des entretiens (donc votre CV passe, c'est déjà bien)
- vous êtes sur le point de... décrocher les stages, mais vous devez en effet vous retrouver en concurrence avec des candidats qui ont un profil "business" plus affirmé.

En réalité, vous êtes sur le point d'aboutir, mais Il faut ruser en cherchant le stage dans des secteurs où il y a moins de candidats et où votre passé de juriste peut être un atout et non un désavantage :
- l'immobilier ? (salon de l'immobilier demain à Paris peut être un bon endroit pour donner son CV et cherchez ce stage)
- le secteur banque, assurance ?
ou bien peut-être aller vers des secteurs qui peinent à trouver leurs commerciaux car ils sont peu connus des candidats : l'industrie, le commerce agricole, les enseignes de bricolage... choisissez un domaine qui soit un peu technique, pas glamour du tout (allez voir notre blog L'Actu des débouchés)

- globalement les métiers de la vente et la relations clients recrutent plus que le marketing. Vous aurez moins de concurrence sur du commercial pur que sur du marketing.

- vous avez aussi la grande distribution (Lidl par exemple qui recrute) qui est un peu boudée par les diplômés des écoles de commerce et qui recrute des gens moins formatés mais motivés.

Reprenez confiance en vous : il faut voir le fait que vous êtes arrivée au stade où il n'y avait plus que deux candidats comme un signe positif ! Tous ceux qui cherchent un emploi le disent : il faut être persévérant, on apprend de ses échecs, plus on passe d'entretiens et meilleur on est... donc ce n'est pas le moment de flancher mais d'analyser ce qui a coincé et d'en tenir compte pour réajuster le tir vers les entreprises dont je parle ci-dessus.

Une autre méthode qui paye est d'aller dans les multiples journées recrutement qu'il y a partout, où salon emploi orientation, car cela vous permet de donner votre CV de la main à la main et d'avoir un contact en face à face avec les représentants des recruteurs. Cela vous sort de l'isolement, et vous redonne confiance en vous.

65.Posté par une fille desespérée le 17/02/2016 01:09
Bonjour Madame

Je suis en Master 1 marketing et je n'arrive pas à trouver de stage. Je passe plein d'entretiens. Avant j'ai travaillé dans une autre branche du coup ca semble me pénaliser.

Je cherche un job de commercial je postule dans plein de domaines je n'arrive pas à décrocher le stage j'ai des entretiens mais ca marche pas :(

je regrette énormément d'avoir fait une licence de droit avant et pas une école de commerce car la fac tout le monde s'en fout et je galère pour trouver un stage dans ma reconversion.

Pourtant j'ai travaillé avant mais ce n'est pas le même domaine. Je n'arrive pas à trouver de stage car il y a trop de gens dessus. Comment faire pour trouver une entreprise où il n'y a pas 1000 candidats dessus. Je passe des entretiens et je suis découragée les gens me disent que mon profil est bien puis après me prennent pas par ex une fois le type m'a dit vous êtes 2 et puis a pris l'autre car lui semblait + assurée.

je n'ai pas confiance en moi et personne ne veut parier sur moi. En fait sans ce stage je ne peux pas valider mon Master.

Les gens en réalité ne veulent pas de moi car je suis une reconvertie et parce que le droit est dur à recycler.

Je ne suis pas douée en maths donc les milieux financiers je n'y arriverais pas.

Je postule donc dans toute sorte de job commerciaux où j'ai des entretiens mais ils ne me prennent pas.

Assistant marketing je n'ai jamais de réponse. Chargé de clientèle idem. alors que j'ai fait de la relation clients pendant 6 ans. J'en ai vraiment MARRE.

on dit que les jeunes ne veulent pas travailler c'est surtout qu'en France quand vous venez de la fac on ne veut pas de vous.

Je ne cotise pas. J'ai repris mes études en travaillant et mon dernier job date de 2014. AU milieu j'ai postulé avec ce diplôme obtenu je n'ai pas trouvé (1 an de perdu). j'ai repris un master marketing en fac car je ne trouvais pas de boulot et car marketing et commercial semblait recruter. Mais c'est faux je n'arrive pas à décrocher un boulot de commercial il y a trop de gens et ils me demandent toujours de l'expérience. Comment faire ? je ne peux pas l'inventer car je ne sais pas faire.

franchement il ne faudra pas s'étonner si les jeunes se suicident. les gens ne veulent pas nous laisser travailler.

Merci.

64.Posté par Michèle Longour le 15/02/2016 13:15
@camb

Ne vous découragez pas mais faites-vous aider et conseiller... Faites d'abord le point sur vos qualités et la fine pointe de vos talents de façon à voir quels sont vos points forts. L'administratif, la gestion de projet, la relation humaine, le challenge commercial ? Repensez aux situations dans lesquelles vous avez été à l'aise et heureuse, en situation de "réussite"...
Ensuite, partez de ce point fort pour voir quelles sont les métiers ou secteurs qui vous permettraient de développer ce talent... Les RH sont assez bouchées car il y a concurrence entre multiples formations. Mais il y a plein d'autres possibilités quand on a un master (les concours administratifs, le commercial, l'entrepreneuriat, le numérique ou le droit du numérique)... Il faut trouver le domaine qui vous convient et ensuite le dispositif pour s'insérer : une année de spécialisation en alternance, de l'intérim, un service civique (si vous avez moins de 25 ans), un CDD, une expérience à l'étranger...
ne restez pas seule, mais multipliez les contacts, rendez-vous sur les salons de l'alternance ou les journées recrutement et profitez des entretiens qui sont souvent proposés par des coachs ou des spécialistes de l'emploi. Une association comme Le Café de l'avenir aide les jeunes diplômés comme vous.

Cette ouverture et ces contacts vont vous redonner confiance en vous et vous sortir du repli (et du regard familial qui vous tire vers l'enfance).

63.Posté par camb le 13/02/2016 05:51
Bonjour ,
J'ai un master 2 en droit et cela fait maintenant un an que j'ai fini mes etudes . Ca commence a me peser enormement . Je fini par me sentir terriblement inutile et coupable de ne pas avoir fais le bon choix d'orientation . Ma culpabilité est augmentée par la pression de ma famille qui ne se rend pas compte des difficultés actuelles et qui ne comprend pas comment on ne peut pas avoir du travail avec un bac +5 en droit . Et donc ils ne me soutiennent pas et me disent que je suis nulle et que je ne cherche rien.J'enchaine echec sur echec et meme la reconversion professionnelle est compliqué . Je voulais m'orienter vers les ressources humaines mais les entreprises pour l'alternance n'ont pas l'air interessee par mon profil.
Vers qui dois je me tourner ?
Suis je finalement trop vieille deja ?

62.Posté par Michèle Longour le 27/11/2015 10:10
@Désespérée

Le conseil le plus important serait de ne pas rester seule car on sent que tu as tendance à dramatiser intérieurement la portée de cet échec en y mêlant des considérations affectives (regard des autres et de ta famille, etc.)

et plus tu restes seule avec ça, plus tu vas ruminer. Alors, il faudrait que tu reprennes les choses avec une personne bienveillante (ou peut-être plusieurs) qui va t'aider à revenir dans le réel. Or le réel, c'est :
- tu as bien bossé ton projet
- tu es prêt
- tes profs sont manifestement prêts à te donner cette certification

Peut-être que plusieurs personnes peuvent t'aider : une petite aide psy pour se libérer du regard des autres, de ta famille (au fait, se sont-ils tant moqués que ça ?),et une aide pro pour repréparer rationnellement le prochain oral

pour le stress, va lire notre article Comment gérer le stress dans la rubrique Vie étudiante, par une thérapeute Vittoz, méthode psycho-sensorielle qui aide à ne pas se laisser envahir par l'émotion...

et n'aies pas peur de parler beaucoup de tout cela à d'autres : tu vas ainsi parvenir à remettre cette déception à sa place, et éviter que tes émotions viennent saboter ton travail...

Courage ! tu y es presque...

61.Posté par Déséspéré le 26/11/2015 00:38
Bonsoir,
J'ai 22 ans,

J'ai lu votre article suite à mon échec cuisant lors de mon examen pour le RNCP niveau 2 (pour devenir chef de projet junior),

Malgré un travail acharné j'ai échoué lors des questions individuelles car j'ai perdu mes moyens lors de la première question (tremblement difficulté à respirer, incapacité à réfléchir) ce qui a entraîner une panique croissante au fur et à mesure de l'interrogatoire. Une fois l'oral écourté, mon professeur principal faisant partie du jury m'a rassuré moi et mon groupe (nous étions 3 à présenter un lourd projet cahier des charges + sites puis 30 mn d'entretien individuelle chacun) en disant qu'aucun de nous est éliminé d'office.

Il reste donc le rattrapage. Or depuis cet oral (le 25 novembre) j'ai perdu toute confiance en moi et en mes capacités tout domaine confondu. Je n'arrive pas à m'arrêter de pleurer et n'arrive pas à penser à autre chose qu'aux questions posés.

Je sais que ça paraît ridicule vue que cela s'est passé la veille même de la date de ce commentaire mais malgré vos conseils et votre article avisé je me sens plus bas que terre. Bien que je ne sois pas éliminer d'office je prends très mal le fait d'aller en rattrapage car je n'ai jamais échoué dans ma vie, pour ma famille il n'y a aucun droit à l'échec. Et je serais la première de ma fratrie à échouer à un diplôme.

Aussi je vous poserais humblement une question : Comment relativisez comment repartir sur le bon pied ? Et surtout comment se blinder vis à vis des moqueries des autres personnes (autres élèves, proches et surtout au niveau de ma famille)?

60.Posté par en quête d'un métier le 09/08/2015 23:17
Bonjour
Quel type de métier concret peut on faire après une formation généraliste du genre licence administrative ? hormis RH ?

Je ne sais vraiment pas quoi faire de ma vie. Je n'ai pas fait le bon bac. S ouvrait plus de métiers. J'ai fait des petits jobs depuis mon bac (jobs de bureau administratifs ennuyants et mal payés). Quel métier puis je faire maintenant ?

Je trouve qu'en France quand on ne sait pas où aller c'est pas facile. Partout il faut un master. Et je ne sais pas où aller. Aidez moi. merci.

59.Posté par Michèle Longour le 26/07/2015 17:03
@encore moi

Après 26 ans, vous n'avez plus droit à un contrat d'apprentissage mais vous vous avez droit au contrat de professionnalisation qui est le deuxième type d'alternance possible.
Et d'autre part, l'IFPASS propose par exemple des bachelors : formation d'un an accessibles à niveau bac+2 qui vous permet d'obtenir rapidement un bac+3 en assurance, puis éventuellement de poursuivre en master.
Il ne faut pas avoir peur de "revenir un peu en arrière" pour vous spécialiser si c'est le secteur de l'assurance qui vous intéresse.
Et il y a peut-être d'autres organismes que l'IFPSS qui proposent des bachelors ou licence professionnelle dans ce domaine de l'assurance.

58.Posté par Encore moi le 26/07/2015 13:32
Bonjour,

comment entrer en alternance avec l'école de l'assurance ? trouver un patron je n'arrive pas car ma licence est générale. Je pense que j'aurai eu un bac+3 en assurance ca aurait été différent. la formation c'est 6000 euros sinon car + de 25 ans.

57.Posté par perdue le 23/07/2015 09:45
Bonjour

Suite à votre réponse ma difficulté est de trouver un patron qui accepte de me former dans le commercial (alors que mon dernier diplôme est en droit c'est du de convaincre un recyclage en commerce car je suis en concurrence avec des profils moins atypiques).

Merci.

56.Posté par Michèle Longour le 08/07/2015 22:16
@perdue

Vous dites que vous n'avez "que" un bac+3 en droit : mais c'est un niveau idéal pour se réorienter en se spécialisant !
Vous avez un niveau de diplôme qui prouve un bon niveau de culture générale, vous avez un profil qui peut intéresser énormément d'écoles et d'entreprises.

Je vous conseillerai de faire une formation d'un ou deux ans en alternance, de façon à ne pas rester sur une formation théorique. Il faut donc voir quel est votre profil professionnel et votre projet d'avenir : vous voulez allez vers le commercial ? Il y a énormément d'écoles qui proposent des masters en alternance, par exemple le groupe Leonard de Vinci à Paris (mais d'où êtes-vous) ?

Vous pouvez aussi vous orienter vers une formation en alternance pour entrer dans les métiers de l'assurance (à l'Ifpass), de la banque, des ressources humaines (voir par exemple l'IGS-RH) ou aussi le marketing digital, secteur très porteur... ou bien des carrières purement commerciales (ventes, développement commercial).
donc bcp de possibilités, il faut cerner votre projet et foncer... A 30 ans, vous ne pouvez plus faire d'apprentissage, mais vous avez droit à un contrat de professionnalisation qui permet de faire financer sa formation par l'entreprise.

55.Posté par perdue le 08/07/2015 11:26
Bonjour Madame,

J'ai 30 ans et je voudrai me reconvertir dans un métier porteur. Mon souci je n'ai pas le bon "socle". J'ai arrêté mes études trop tôt. Je n'ai qu'un bac+3 en droit. Je souhaite aire un master commercial comment trouver un recruteur ? merci

54.Posté par Jamal le 05/06/2015 10:44
Je suis très touché par certains commentaires.
L'échec comme dit dans l'article peut être dévastant pour la personne touchée par ce dernier. Ceci dit c'est notre représentation mentale de l'échec qui est dévastatrice. En d'autres termes, ce sont nos pensées qui sont négatives et dévastatrices. Si on considère l'échec comme une opportunité pour améliorer ce qu'on a échoué, on ne peut que mieux se porter.

Nous sommes maître de notre destin et aussi de nos pensées. Si on se focalise sur le côté négatif des choses, il va nous arriver que du négatif. Par contre, si nos pensées sont tournées vers des choses positives, il nous arrivera des choses positives. Nos pensées font de nous ce que nous sommes.
Et il y a plein de techniques pour se débarrasser des pensées négatives et les remplacer des pensées positives.

J'espère que ce commentaire aidera les personnes concernées.
Au plaisir d'échanger. Jamal

53.Posté par besoin de conseils le 03/05/2015 18:45
comment faire de l'alternance passé 26 ans ? je n'arrive pas à trouver de patron. Ils me disent non à cause de l'age et car je suis atypique.


52.Posté par Michèle Longour le 21/04/2015 14:42
@question

Je vous propose d'aller poser la question à notre partenaire Guylaine Amiot, française installée en Grande-Bretagne qui a monté un blog pour aider les jeunes Français qui veulent faire des études en Angleterre à s'y retrouver.

Nous l'avons interviewée sur ce site dans l'article http://www.reussirmavie.net/Partir-etudier-en-Grande-Bretagne_a1110.html

et autrement son blog est à l'adresse :
http://orientationgb.com/



51.Posté par question le 20/04/2015 19:52
bonjour

J'aimerai savoir. D'après vous quelle formation puis je superposer à une L3 de droit pour partir en angleterre (je cherche un autre secteur le droit je supporte plus).

Les diplomes français sont non reconnues là-bas et ma licence est théorique donc je fais comment ? on dit que les anglais sont + ouverts pour les atypiques (pas comme ici où personne ne vous laisse débuter si vous vous êtes trompée de voie).

Où aller quand on est un pauvre littéraire.
Merci.

50.Posté par en dépression le 06/04/2015 06:07
En clair le statut social je m'en moque. Je voudrai un métier où je n'ai pas à supporter une hiérarchie avec mentalité mauvaise.

quoi faire ? prof particulier ? J'ai une licence de droit. Dans quel job puis je m'orienter ? sachant que j'ai la 30aine ?

En fait mon erreur a été de refaire des études sans but précis et je me rends compte que j'aurai du changer et quitter le droit qui est une branche remplie de gens malsains et malveillants.

49.Posté par fanny le 24/02/2015 12:26
Bonjour

Je voudrai savoir dans quel métier me reconvertir . Je cherche un job pour solitaire (je n'aime plus les travaux d'équipe suite à 2 mauvaises expériences)

je suis introvertie et les gens m'agressaient au bureau j'ai démissionné il y a 2 ans et j'ai fait un CDD ensuite. je veux refaire des études pour changer.

Comment faire pour me reconvertir à 30 ans ? Je n'ai plus de métier actuellement.

Je déteste les jobs d'assistant et ne veux plus être assistante. Dans quel domaine aller pour avoir un job autonome.

et vous quel est votre job ?

merci de vos conseils.


1 2 3
Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Psycho | Corps et sexualité | Amour | Couple | Un bébé ? | Addictions






S'abonner à la newsletter gratuite