Reussir ma vie

 
Suivez-nous sur
Facebook
Twitter
RSS






Perdus dans la vie ? Une psy éclaire les jeunes



Comment trouver goût à la vie et oser être soi-même ? Ne plus se laisser paralyser par les regards négatifs, les fausses culpabilités, les souffrances familiales ? Dans un livre, une psychothérapeute donne des pistes aux jeunes. Du concret pour mieux se connaître, se déployer et pouvoir vivre sa vie à plein.




Perdus dans la vie ? Une psy éclaire les jeunes
Il ne suffit pas d'être vivant pour être en vie. Ce constat, Sophie Braun le fait tous les jours lorsqu'elle reçoit des jeunes dans son cabinet de psy. Il y a Alice, frêle et fragile, qui cherche tant à être aimée des autres qu'elle ne décide jamais rien. Paul, qui craint de devenir alcoolique comme son père et porte cela comme une fatalité. Arthur, débordé par une violence intérieure qu'il n'arrive pas à canaliser. Et bien d'autres...

La psychothérapeute a aidé chacun à mieux se connaître, à comprendre ses émotions pour dénouer les angoisses, à retrouver le goût de la vie.

Cliquez sur la couverture pour accéder à la librairie.
Cliquez sur la couverture pour accéder à la librairie.
Forte de cette expérience, elle a voulu aider bien d'autres jeunes à travers un livre (C'est quand la vie ? Paroles de jeunes, éclairage de psy, aux éditions du Mauconduit).

Un livre facile à lire parce qu'il part de situations bien réelles ("Je n'ai pas ma place", "Je ne vis pas ma vie, je fais semblant", "Je ne sers à rien",  "Je ne peux pas quitter ma mère, elle est seule")… A chaque fois, Sophie Braun explique : "il suffit souvent de comprendre ce qui se passe en nous pour se sentir moins seul, moins étrange, et pour dénouer les angoisses", dit-elle. Quelques pistes concrètes sont alors suggérées pour se rééquilibrer.

Si cela vous arrive de douter de vous, de vous sentir nul(e) ou pas à la hauteur, ou bien d'avoir honte, de ne pas oser être vous-même ou d'en vouloir à tout le monde... Alors ce livre vous aidera beaucoup.

'Je n'ai pas confiance en moi'

Très souvent, explique Sophie Braun en parlant à son lecteur, "vous ne vous aimez pas, alors vous avez 'trop besoin' du regard des autres". Ou bien "une mauvaise image de vous-même vous enferme dans une rumination et une comparaison permanentes".

Certains se sentent honteux, d'autres se renferment en invoquant la timidité, ou bien ils se noient dans  la jalousie. Ce manque de confiance en soi (souvent évoqué sur le forum de reussirmavie) est un classique de l'adolescence, période où l'on se perçoit souvent comme le "vilain petit canard" du conte : beaucoup moins beau que les canards de notre espèce.
"Créez-vous un ami intérieur : imaginez que vous êtes un copain ou une copine. Quels conseils vous donneriez-vous ?"

"Ces jugements négatifs étouffent, explique la psy. Mais on peut leur faire barrage par une force contraire". Il suffit déjà d'un peu d'attention à soi-même : "On peut commencer par repérer ces jugements négatifs, dit-elle. Car souvent on ne les voit plus tellement on baigne dedans". Repérez aussi les moments où vous vous partez battu d'avance, et la façon dont vous êtes sévère avec vous-même. Puis remplacez la sévérité par de la douceur...

Pour aider à changer de regard sur soi-même, Sophie Braun donne un "truc" : "Imaginez que vous êtes une copine ou un copain. Que lui diriez-vous ?" Créez-vous ainsi un ami intérieur, une bonne fée qui vous veut du bien.

Ne pas tenter d'être parfait, mais devenir soi-même

Perdus dans la vie ? Une psy éclaire les jeunes
 La psy invite ensuite à repérer ses propres talents, à être soi-même. Il ne s'agit pas de chercher à "être génial" ou de se mettre dans une case... mais d'avancer par paliers, de se donner le droit à l'erreur.

"Sortez du grand "tout ou rien". Ne tentez pas d'être parfait, tentez déjà de vous élargir, d'explorer des zones surprenantes de vous-même", écrit-elle. Ainsi le "vilain petit canard" découvrit-il un jour qu'il était un cygne. Pas si moche finalement.

Au total, "vous gagnerez en confiance, non pas en vous trouvant génial, mais en expérimentant suffisamment votre capacité à retrouver un équilibre quand la vie vous déséquilibre". Comme dans les culbutos : "Vous avez un culbuto intérieur, faites-lui un peu confiance".

'J'ai des problèmes familiaux, je n'arrive pas à en sortir'

Perdus dans la vie ? Une psy éclaire les jeunes
Parce que les familles d'aujourd'hui ne sont pas toujours simples, on peut se sentir étouffé par les fragilités de ses proches.

"Très souvent aujourd'hui, les rôles sont inversés : on voit des jeunes qui veulent prendre soin de leur parents", dit Sophie Braun qui évoque dans le livre diverses situations : Paul dit qu'il ne pourra jamais quitter sa famille car son père est trop mal. Elodie est paralysée par l'inquiétude de sa mère.

Or non seulement cela ne règle pas le problème des parents, mais cela vous empêche d'aller de l'avant : "Si ce soutien absorbe trop votre énergie vitale, prévient la psy, il vous conduit à une sorte de fatalisme, néfaste à la construction de votre vie".
"Votre histoire et vos racines ne doivent pas devenir vos bourreaux !"
Un chapitre entier du livre explique d'ailleurs comment dans une famille, "chacun a sa place". La respecter permet d'être soi-même et d'avoir son espace de liberté. Ainsi, "vous avez le droit d'avoir des goûts différents de ceux de votre famille et des opinions différentes", écrit l'auteur.

Ce qui n'empêche pas d'aimer ses parents et n'a rien à voir avec l'égoïsme ! "j'explique souvent aux jeunes que ce n'est pas de l'égoïsme de s'occuper de soi et de chercher à aller bien. C'est d'ailleurs ce qui aidera le plus vos parents !"

A plus forte raison si votre famille porte de grandes souffrances (dépression, alcoolisme) : "Protégez-vous, ne vous laissez pas aimanter par cette souffrance. Si les autres vont mal, aller mal avec eux ne sert à rien. Votre histoire et vos racines ne doivent pas devenir vos bourreaux !"

'Je suis dans une prison invisible, j'ai envie de mourir pour en sortir'

Parfois hélas, les souffrances et les conflits intérieurs peuvent être si forts, que l'on ne voit qu'une seule solution pour en sortir : quitter cette vie.

Là encore, la psy aide à comprendre : "Votre envie de mourir révèle - paradoxalement ! - une immense envie de vivre ! Complètement étouffée. Une envie de vivre une autre vie, plus proche de vos aspirations."

On peut en effet s'être laissé enfermé dans une prison aux barreaux invisibles, avoir renoncé à être soi, à aller de l'avant. Pourtant, l'élan vital est toujours là. "Parmi les jeunes que je reçois, certains vont très mal, raconte Sophie Braun. Mais je vois qu'ils ont encore beaucoup d'aspirations, beaucoup d'envies !".
 
"Il faut prendre des risques, mais de bons risques,
pas ceux qui vous font côtoyer la mort"

Comment faire alors pour ne pas faire exploser en soi toute cette énergie, pour se faire du bien et pas du mal ? "Il faut certainement apprendre à mieux se connaître, à canaliser ses émotions pour contenir tout cela à l'intérieur de soi, explique la psy. Mais il faut aussi trouver des façons d'exprimer son sentiment d'exister : prendre des risques par exemple, mais de bons risques, pas ceux qui vous font côtoyer la mort mais ceux qui rendent la vie intense"...

'C'est quand la vie ?" : maintenant !

Perdus dans la vie ? Une psy éclaire les jeunes
Faire du sport, découvrir le monde, aider les autres, être amoureux... Voilà ce qui vous redonnera le goût de vivre, assure Sophie Braun, qui transmet dans le livre une belle confiance, taclant au passage le "monde adulte" qui transmet tant de peurs et d'angoisses.

Elle aussi a eu une adolescence difficile. "Mais le gout de la vie m'a sauvée", dit-elle dans l'introduction du livre. Et "j'aimerais vous transmettre cette confiance tissée de la patience et de l'espoir insensé des chercheurs d'or. Susciter l'envie de creuser pour dénicher vos ressources."

Certes, le monde est dangereux, mais faut-il renoncer à vivre avant d'avoir vécu et se demander éternellement (comme le disait une jeune) : "C'est quand la vie ?".
D'autant, écrit Sophie Braun, que "le monde vous attend ! Votre génération a tout à créer, moins soumise que la nôtre aux pensées collectives. Vous êtes plus lucides, différenciés, plus mûrs en somme !". Alors, "n'ayez pas peur, osez vivre, développer vos espaces de liberté".

Et si vous trébuchez, comptez sur votre "culbuto intérieur" pour retrouver l'équilibre. Comme l'écrivait le poète René Char cité par Sophie Braun : "Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront."

Perdus dans la vie ? Une psy éclaire les jeunes
Pour aller plus loin :
"C'est quand la vie ?" Paroles de jeunes, éclairage d'une psy", par Sophie Braun, éditions du Mauconduit.

Sophie Braun est psychanalyste et psychothérapeute. Elle exerce à Montélimar et à Paris. Elle est membre associé de la Société française de psychologie analytique (SFPA)
Vous pouvez lui poser vos questions dans les commentaires.

Mardi 6 Juin 2017

Psycho | Corps et sexualité | Amour | Couple | Un bébé ? | Addictions















S'abonner à la newsletter gratuite