Réussir ma Vie ...
Suivez-nous sur
Facebook
Twitter
Rss


Partir étudier en Turquie



La Turquie a adopté le système des crédits universitaires ECTS, fait partie du programme Erasmus, et ses universités accueillent volontiers les étudiants étrangers. Une destination de plus en plus intéressante pour un séjour d'études.




Antoine, un étudiant français, sur les bords de l'Euphrate.
Antoine, un étudiant français, sur les bords de l'Euphrate.
Si elle ne fait pas (encore) partie de l'Union européenne, la Turquie était pourtant "l'invitée d'honneur" du salon européen de l'Education 2009 à Paris. Avec ses 53 universités publiques et ses 24 privées, le pays ouvre en effet grand ses portes aux  étudiants étrangers et de plus en plus d'établissements français ont des partenariats avec certaines d'entre elles.

Istanbul, Izmir, Ankara, Marmara... Entre Bosphore, mer Noire et mer Egée, le choix des destinations est vaste et fait rêver, mais comment choisir ?

Antoine, un an à Istanbul : ''J'ai adoré''

Antoine, à Ankara : ''J'ai énormément voyagé''.
Antoine, à Ankara : ''J'ai énormément voyagé''.
Antoine, 21 ans, étudiant en école de commerce à l'IESEG Lille, s'est laissé tenter par une université privée d'Istanbul (Beykent) où il a passé l'année 2008-2009. "J'ai préféré Istanbul à Ankara, car c'est une ville plus mêlée, plus intéressante culturellement et plus dynamique sur le plan économique. Istanbul est une métropole mondiale de 18 millions d'habitants alors qu'Ankara, la capitale administrative, est surtout une ville de fonctionnaires".

Son bilan ? "J'ai adoré découvrir le pays, sa culture, j'y ai énormément voyagé et j'ai aussi été en Syrie, à Chypre, en Bulgarie et en Pologne, car la Turquie rayonne sur une partie de l'Asie et de l'Europe, c'est tout son charme". Mais le meilleur selon lui, ce sont les Turcs eux-mêmes : "Ils sont très accueillants et incroyablement tolérants". Au point qu'il se verrait bien plus tard s'installer en Turquie.
Seul bémol pour Antoine, l'université qui l'a accueilli : "le niveau d'anglais des étudiants comme des enseignants était faible, et l'on repassait sans cesse au turc."  Depuis, l'IESEG a cessé ce partenariat. "Il existe en effet d'excellentes universités turques, assure Antoine, il faut se renseigner avant de partir".

Economie, commerce, ingénierie, histoire

L'université Galatasaray à Istanbul
L'université Galatasaray à Istanbul
Pour faire votre choix, vous pouvez consulter la liste de toutes les universités turques sur le site de l'ambassade de France en Turquie. Prenez aussi en compte le classement international de l'université, le nombre d'étudiants étrangers accueillis, les partenariats éventuels avec des universités étrangères. Ainsi l'université d'économie d'Izmir www.iue.edu.tr est-elle liée à la State University of New York avec qui elle délivre un double diplôme.

Excellents commerçants, les Turcs ont de très bons cursus de gestion et d'économie, mais également d'informatique et d'ingénierie : l'industrie turque est puissante et s'impose mondialement par exemple dans la construction des autobus et autocars d'où la renommée scientifique de l'université de Nigde située en Cappadoce, célèbre pour ses recherches sur la pile à hydrogène et les véhicules propres www.nigde.edu.tr.


Incontournable, le site archéologique de la légendaire ville de Troie et son cheval.
Incontournable, le site archéologique de la légendaire ville de Troie et son cheval.
Mais le top du top pour un séjour en Turquie, c'est bien sûr d'étudier l'histoire ancienne, la linguistique, la géographie, l'art ou l'archéologie : la visite des sites et des fabuleux musées du pays viendra alors parfaitement enrichir vos études et leur donner un sel incomparable. L'Institut français d'études anatoliennes (IFEA ) Georges Dumézil (lié au ministère des Affaires étrangères) accueille d'ailleurs de jeunes chercheurs français et européens qui travaillent sur la Turquie et peut accorder des bourses.

Le problème de la langue : turc, anglais ou français ?

Pour les contacts quotidiens, le turc s'impose.
Pour les contacts quotidiens, le turc s'impose.
Que ceux qui seraient rebutés par la langue se rassurent : la plupart des universités offrent un cursus en anglais, parallèlement au turc. Vérifiez simplement que le nombre d'étudiants étrangers est suffisant pour assurer un bon niveau.
Pour la vie quotidienne cependant, l'apprentissage du turc sera bien sûr un plus pour communiquer avec les habitants qui ne parlent pas tous un bon anglais : "Ce n'est pas une langue difficile, assure Antoine, en quelques semaines, si vous êtes motivé, vous vous en tirez déjà bien".
Le centre Tömer propose des cours dans plusieurs villes, au mois ou à l’année. Egalement : www.dilmer.com un centre de langues à Istanbul.
En France, trois cursus universitaires vous permettent d'apprendre le turc : l'Inalco à Paris, l'université Marc Bloch à Strasbourg (LLCE) et celle d'Aix-en-provence. Le CNED offre aussi un cours par correspondance.

Enfin, sachez qu'il existe en Turquie plusieurs bonnes universités francophones comme la très réputée université Galatasaray ou l'université Marmara (marmara.edu.tr ), toutes deux à Istanbul. Ces cursus témoignent des liens anciens qui unissent la France et la Turquie depuis la fin du 19ème siècle, et vous rencontrerez assez souvent des étudiants turcs pratiquant le français.

Questions-réponses et idées fausses

Les Turcs parlent-ils arabe ?
Non, la langue turque, utilisée dans l'ancien territoire de l'empire ottoman (Turquie mais aussi Grèce occidentale, Bulgarie, Bosnie...) a été romanisée et utilise l'alphabet latin, avec quelques variantes, depuis 1928.

Quel est le coût de la vie pour un étudiant en Turquie ?
Comptez 300 à 400 euros par mois, sans compter les frais de scolarité de votre université.

Peut-on travailler en faisant des études ?
Non, les étudiants étrangers n'ont pas le droit de travailler.

Peut-on démarrer des études en Turquie directement après le bac ?
Oui, tous les étudiants étrangers le peuvent à condition d'être en dernière année de secondaire (en terminale). Pour être admis, il faut passer un examen appelé YÖS organisé en avril à Ankara et dans quelques pays d'Asie et d'Afrique (pas en France). Les bacheliers français ayant eu plus de 12 de moyenne au bac sont admis d'emblée. Une fois obtenu le YÖS, il vous faut postuler directement auprès de l'université de votre choix qui examinera votre dossier.
Rens. : Öðrenci Seçme ve Yerleþtirme Merkezi, ÖSYM-YÖS, 06538 Ankara, TURKEY

Les étudiantes rencontrent-elles des problèmes particuliers liés à la culture musulmane ?
La république turque est strictement laïque et le code civil échappe à la loi coranique (le divorce est admis). Toutefois, le port du foulard a récemment eu tendance à se répandre chez les femmes turques.
Pour les étudiantes étrangères, il n'y a aucune prescription particulière : mieux vaut toutefois éviter les tenues trop dénudées pour ne pas choquer.

Le saviez-vous ?
En 2010, Istanbul est la capitale européenne de la culture. www.istanbul2010.org

Mercredi 24 Mai 2017

Orientation | Méthodes de travail | Vie étudiante | Paroles d'étudiant | Partir à l'étranger















S'abonner à la newsletter gratuite




Guides à télécharger








Stagevoyage
Spécialistes des stages en entreprises et séjours linguistiques à l’étranger