Réussir sa vie : des pistes de réflexion pour construire son projet de vie
Suivez-nous sur
Facebook
Twitter
RSS


Bien utiliser sa mémoire pour étudier avec facilité



Dans son livre "Objectif Mémoire", l'enseignante en méthodologie Hélène Weber ne se contente pas d'exposer tous les procédés mnémotechniques pour bien mémoriser. Elle explique surtout comment articuler mémoire et capacité à réfléchir pour apprendre plus vite et plus efficacement. De quoi retrouver le goût de travailler avec plaisir au lycée et à l'université.




Cliquer sur la couverture pour acheter le livre.
Cliquer sur la couverture pour acheter le livre.
Une étudiante vient un jour demander conseil à notre auteur, enseignante en méthodologie dans une école d'ingénieurs. La jeune fille passe beaucoup de temps à apprendre ses cours qu'elle connaît parfaitement... mais se retrouve toujours démunie et incapable de résoudre les exercices le jour de l'examen.

"Cette étudiante passait beaucoup de temps à travailller, mais ne mettait pas ses capacités à mémoriser au service de ses capacités à comprendre et à réfléchir", explique Hélène Weber à l'entrée de son livre Objectif mémoire.

L'objectif de l'élève doit donc être de comprendre ce qu'il apprend : il pourra alors plus facilement mémoriser. Une mise en mémoire qui lui permettra d'ailleurs de mieux classer, analyser, synthétiser ses connaissances et de comprendre encore mieux. Mémoriser et comprendre sont donc les deux étapes d'un même geste, comme l'inspiration et l'expiration permettent de respirer. Prêts à plonger ?

Trouver son profil pédagogique

Etes-vous auditif ou visuel ? (Dessin : Dominique Donckels dans "Objectif Mémoire")).
Etes-vous auditif ou visuel ? (Dessin : Dominique Donckels dans "Objectif Mémoire")).
Pour comprendre ce que nous apprenons, il nous faut commencer par nous représenter les choses mentalement. Or nous n'avons pas tous la même stratégie, explique Hélène Weber, qui fait référence aux travaux du grand pédagogue Antoine de la Garanderie. Celui-ci avait repéré qu'il existe plusieurs profils :

- certains sont plutôt visuels : ils comprennent et retiennent mieux ce qu'ils peuvent visualiser sous forme d'images, de photos, de schémas...
- d'autres sont plutôt auditifs : ils comprennent et retiennent mieux ce qu'ils entendent à travers des mots, des phrases, des histoires, des comptines, des chansons...
- d'autres enfin sont plutôt kinesthésiques : ils comprennent et retiennent mieux ce qu'ils expérimentent dans le mouvement, notamment de leur corps...

Vous avez donc intérêt à utiliser la stratégie de mémorisation qui vous est la plus naturelle, d'abord pour comprendre vos cours avant de les apprendre. Le visuel pourra s'appuyer sur des notes aérées et claires qui font bien ressortir le plan et les grandes idées grâce à des couleurs. Des petits symboles lui indiqueront les points difficiles, les définitions importantes. L'auditif, lui, aura intérêt à se remémorer le son de la voix de l'enseignant, à reformuler lui-même à haute voix ce qu'il comprend.

Mais avant de mémoriser, vous pouvez aussi tenir compte de votre profil pour comprendre ce que vous apprenez. Un point vous reste obscur ? Tâchez de l'éclairer en utilisant votre stratégie favorite. Le kinesthésique comprend mieux avec une expérience. Le visuel avec un schéma. Ne restez donc pas passivement devant votre cours à essayer d'ingurgiter votre dose de mots ou de formules. Essayez de rendre tout cela comestible en le transformant en quelque chose "qui vous parle" à vous. Soyez créatif ! C'est ainsi que l'on prend peu à peu plaisir à étudier.

Des procédés mnémotechniques bien amusants

Ces préalables posés, Hélène Weber décrit en détail quelques grands procédés mnémotechniques.

- De façon générale, il est bon d'associer un indice évocateur à la chose que vous voulez retenir. Ainsi Hélène Weber raconte-t-elle comment elle essaie chaque année de retenir le prénom de ses 250 étudiants. Pour une Jeanne à longs cheveux blonds, elle imagine la chevelure de l'étudiante en train de brûler... pour faire resurgir l'image de Jeanne d'Arc.
Plus votre indice est coloré, insolite, concret, fort émotionnellement et simple, mieux vous le retiendrez.

- La méthode du "palais romain" ou des "loci" (lieux) consiste à partir d'un lieu (par exemple votre chambre) ou d'un trajet dont vous connaissez parfaitement les divers éléments. Vous avez une liste à retenir ? Associez chaque objet de la liste (que vous avez du mal à retenir) à un endroit précis de la chambre (que vous connaissez par coeur). L'idéal est de trouver un lien entre l'objet et le lieu. Par exemple si je veux retenir les parties du corps humain, je mets l'os de la jambe sur le lit, la main sur la souris d'ordinateur, etc. ¨Plus vos associations sont logiques ou naturelles, mieux vous les retiendrez, explique l'auteur.

Le procédé mnémotechnique du Palais romain en vidéo

A terme, vous arriverez peut-être même à prendre des notes sous forme de mind map, sorte de méga-plan qui permet à la fois de schématiser visuellement tout un problème avec des flèches, des mots-clés, des questions, des couleurs.

Mettre sa mémoire en action

Compréhension, mémorisation, action ! Il ne vous reste plus qu'à mettre en pratique dans une vraie vie d'étudiant. De ce point de vue, Hélène Weber aborde dans son livre d'autres précieux conseils de méthodes de travail :

- La nécessité de réactiver ce qui a été mis en mémoire. Pour être ancré dans la mémoire de long terme, un cours doit être appris, puis réappris, puis revu.. A chaque étape, la digestion progresse, les notions difficiles passent mieux et l'on arrive même à prendre de la hauteur. On comprend mieux l'intérêt du fameux "travail régulier" tant réclamé des enseignants.

- Pour réussir, il ne faut pas seulement engranger des connaissances, mais comprendre pour quoi l'on travaille, dans quel objectif, et pour quel type d'évaluation : QCM, problème, dissertation ? Il vous faut alors maîtriser aussi la méthodologie de l'exercice pour bien présentez ce que vous savez. Pour réussir, travaillez le fond et la forme.

- Pour faire de bonnes révisions, Hélène Weber conseille donc de faire trois catégories de fiches : des fiches "contenu" qui contiendront un plan et des informations-clés bien articulées entre elles, des fiches "méthode" pour vous aider à maîtriser un outil (un théorème, une technique d'argumentation, de démonstration), et des fiches "problème" qui sont des exemples de traitement de sujets à l'aide des connaissances et des outils.

Si tout ceci vous paraît encore flou, procurez-vous vite le livre "Objectif Mémoire" qui, lui, regorge d'exemples, de tests, et de fiches récapitulatives. On avance ainsi pas à pas à travers une foule d'exemples concrets éclairés de petits dessins amusants... De quoi se persuader qu'on peut vraiment apprendre avec plaisir et efficacité.

Bien utiliser sa mémoire pour étudier avec facilité
Psychologue et docteur en sociologie, Hélène Weber est enseignante à l'Université de technologie de Troyes (UTT). Elle est plus particulièrement chargée d'aider les étudiants de premières années à acquérir une méthode de travail adaptée aux études supérieures.

Elle offre aussi ses précieux conseils méthodologiques à tous sur le blog Donnez du sens à vos études

Enfin, elle est l'auteur de deux articles sur le site reussirmavie.net :

Du lycée à la fac, les nouvelles méthodes à acquérir
Ne plus vivre chez ses parents, ça change la vie



Orientation | Méthodes de travail | Vie étudiante | Paroles d'étudiant | Partir à l'étranger










S'abonner à la newsletter gratuite