Transports : de plus en plus de solutions durables pour les étudiants



Vélos en libre-service, covoiturage, autocars connectés, autopartage, applis pour géolocaliser son bus... Les étudiants ont désormais un large choix de moyens de transport. Avec des solutions de plus en plus économiques et durables.




Transports : de plus en plus de solutions durables pour les étudiants
A l'université de Haute-Alsace (UHA), les transports sont stratégiques. Avec 8000 étudiants répartis sur cinq campus entre Colmar et Mulhouse, il fallait multiplier les solutions de mobilité.

Sur Mulhouse, plus de 300 vélos en libre-service du réseau Vélocité permettent de relier les deux campus au centre ville. Et les étudiants bénéficient aussi du tram et d'un bon réseau de bus.

Sur Colmar, ils doivent se contenter des bus. Alors l'UHA a aussi développé le covoiturage et une solution d'autopartage pour les étudiants habitant des communes rurales et pour faciliter les déplacements loisirs.

Mais l'Alsace n'est qu'un exemple parmi d'autres. Pour faciliter la mobilité étudiante, les régions, les villes, les universités et les startups rivalisent d'imagination.

L'autopartage, pour prendre le volant quelques heures

Un système en développement pour les destinations isolées, l'autopartage : grâce à un abonnement, on peut louer une voiture pour une heure ou quelques heures, à des tarifs bien plus intéressants que ceux des réseaux de location classiques.

Le site drivy.com propose des voitures appartenant à des particuliers. Mais d'autres réseaux ont leur parc de voitures, en général peu polluantes.
Ainsi, en Ile-de-France, six réseaux d'autopartage ont le label environnemental Paris Autopartage. Parmi eux, Key'lib est une startup créée en 2009 pour les étudiants du plateau (très isolé) de Saclay qui abrite notamment les campus de plusieurs grandes écoles (comme HEC ou Polytechnique). Le succès a été tel que le service a été ouvert au grand public francilien en 2011.

Et si vous vendiez votre voiture ?

Vous avez une voiture mais vous songez à la revendre pour adopter une solution moins onéreuse et surtout plus écologique ?

Vous pouvez profiter de nouveaux services en ligne offerts par des sites comme vendezvotrevoiture.fr qui facilitent la transparence sur le prix et les démarches administratives.

A moins que vous ne préfériez donner votre voiture à un garage solidaire comme par exemple les garages Solidarauto du Secours catholique ou de l'association Les Autos du coeur : les voitures sont retapées par des personnes en insertion et revendues à bas prix à ceux qui sont en situation précaire. Vous recevez un reçu fiscal donnant droit à une réduction d'impôt de 66% de la valeur de votre voiture.

Dis-moi où tu veux aller...

Mais les nouveautés ne s'arrêtent pas là. De nombreuses plateformes numériques basées sur l'économie du partage incitent également à se tourner vers tous les autres modes de transport.

A tel point que pour aller d'un lieu à un autre en France, au quotidien ou pour voyager, vous pouvez maintenant comparer toutes les solutions transport, par exemple sur wehicles.com une plateforme communautaire spécialisée dans la mobilité.

L'occasion de découvrir des solutions nouvelles auxquelles vous n'avez peut-être pas pensé.

Des vélos en libre-service mais aussi des vélos électriques

Le vélo en libre-service, on connaît et on aime. Mais pour rejoindre les campus éloignés des centres villes et gravir des pentes escarpées, le vélo électrique pourrait bien devenir l'une des solutions durables les plus adaptées aux étudiants.

Perché sur les calanques qui dominent la mer de Marseille à Cassis, le campus de Luminy a créé en 2015 un parc à vélos électriques pour les étudiants. La ville a aidé à financer les premiers engins mais une trentaine de parcs doivent ouvrir à travers la ville. A la station (qui permettra aussi de recharger des voitures électriques), une carte permet de récupérer une batterie qu'on place dans son vélo.

La location de vélos électriques est aussi proposée aux étudiants par la métropole de Poitiers. Prix au mois en 2015 : 30 euros. Mais les prix devraient baisser si les solutions de vélos électriques en libre service se multiplient.

Je covoiture, tu covoitures, nous covoiturons

Transports : de plus en plus de solutions durables pour les étudiants
Pour ceux qui restent dépendants de la voiture, de nombreuses universités ou écoles ont lancé des réseaux de covoiturage spécialisés dans les trajets quotidiens domicile-campus. Mais la formule reste limitée aux gros campus.

Alors à Rouen, deux jeunes diplômés ont lancé à la rentrée 2015 tatacaisse.com uniquement pour les étudiants. Les tarifs (0,80 euros pour un trajet de moins de 15 km) défient toute concurrence. Et le service veut se déployer sur d'autres villes. On peut aussi tester covoiturage-etudiants.com ou trajetalacarte.com pour tous les trajets domicile-travail des étudiants et professionnels.

Pensez aux autocars

Pour les voyages entre régions, si vous cherchez moins cher que le train, pensez aussi aux nouvelles offres de transport par autocar qui desservent maintenant toutes les villes.

Le réseau Ouibus de la SNCF a délibérément visé les étudiants en proposant des autocars grand confort avec prises électriques et wifi gratuit. En semaine, les Paris-Lyon à 15 euros vous offrent plusieurs départs par jour.

Bien sûr, il faut 6 heures au lieu de 2 h en TGV et 5 h en voiture, mais n'est-ce pas l'occasion de travailler votre rapport de stage ou votre mémoire ? Et puis, êtes-vous si pressé ? Ne payons-nous pas un peu cher la quête de tant de vitesse ? Posez-vous la question quand vous choisissez une solution transport.

Vous attendez le bus ? Restez zen !

De même, pour ceux qui n'ont pas d'autres solutions que d'attendre le bus, courage, restez zen ! A Nantes et à Issy-les-moulineaux, une startup a d'ailleurs lancé l'application mobile Zenbus. Elle vous permet de savoir où est le bus que vous attendez grâce à la géolocalisation du portable du conducteur...

Idem à Amiens où la société de transport Ametis qui exploite des bus sur la métropole vient de lancer son application. Résultat : sur le plan des transports, Amiens - qui a aussi son réseau de vélos en libre-service - est bien placé dans le classement des villes étudiantes que vous aimez.

Comme quoi le gigantisme et la vitesse ne sont pas synonymes de bonheur. Pour une vie étudiante plus paisible, place aux transports doux et durables.

Lundi 30 Novembre 2015
la rédaction

Orientation | Méthodes de travail | Vie étudiante | Paroles d'étudiant | Partir à l'étranger












S'abonner à la newsletter gratuite