Dès le lycée, vivre une année scolaire à l'étranger



Plusieurs organismes de séjours linguistiques proposent au lycéens d'aller passer passer 3, 5 ou 10 mois dans une famille et un lycée à l'étranger. Excellente sur le plan linguistique, l'expérience est surtout géniale pour découvrir une autre culture, une autre famille, un autre système scolaire et d'autres amitiés. Un grand bond en avant pour tous ceux qui l'ont tentée.




Photos : PIE (Programmes internationaux d'échanges).
Photos : PIE (Programmes internationaux d'échanges).
"Au lycée, en première, mes résultats étaient moyens et j'étais très mauvais en anglais, raconte Marc. Je manquais de confiance en moi alors ma mère m'a proposé d'aller passer une année dans un lycée aux Etats-Unis. Je n'y avais pensé mais ça m'a emballé et cette année-là a complètement changé mon orientation".

Si les séjours linguistiques de courte durée sont très connus, les lycéens pensent beaucoup moins à aller ainsi passer une longue période, un trimestre, un semestre ou même une année scolaire dans un autre pays. La formule, qui consiste à être scolarisé dans un lycée du pays d'accueil et à vivre en famille, présente pourtant bien des avantages : elle permet de découvrir une culture, d'acquérir une langue au quotidien, de gagner en indépendance et en maturité.

Pas évident cela dit d'abandonner copains, copines, famille, et tous ses repères quand on a entre 15 et 18 ans, pour partir ainsi vers une nouvelle vie ! Manon en sait quelque chose, elle qui était en larmes le jour de son départ... pour la Nouvelle-Zélande. "Une fois assise dans l’avion (un A380, s'il-vous-plaît), je ne savais plus vraiment quoi penser. Pour dire la vérité, je n'avais qu’une envie: partir en courant rejoindre ma petite maman que j'avais laissée en larmes!"

Comment préparer son départ ?

Voilà pourquoi un tel séjour ne s'improvise pas au dernier moment et demande une bonne préparation. Il est recommandé de commencer ses démarches un an quasiment avant la date du départ. Cela permet de mûrir votre projet, et aussi d'optimiser vos chances d'être accepté pour les destinations les plus demandées.

Il  faut donc vous inscrire entre septembre et mars de l'année précédant le séjour auprès d'un organisme linguistique proposant cette formule (voir par exemple la liste des organismes agréés par L'Office pour les séjours de longue durée )

Serais-je prêt à vivre une telle expérience ? Pour vous aider à le savoir, l'organisme va vous demander :
- de remplir un dossier complet sur votre personnalité, vos goûts, vos activités de loisirs, vos motivations, votre santé, vos bulletins scolaires…,
- de passer un entretien durant lequel vous devrez exposer vos motivations et où on va évaluer votre maturité,

Il faut aussi, bien sûr, l'autorisation de vos deux parents. Mieux vaut ne pas partir pour fuir un conflit ou un mal-être personnel : le séjour ne le règlerait pas et votre malaise pourrait s'amplifier.

Le choc de l'arrivée : un temps d'adaptation pas toujours facile

Car à l'arrivée, même si les familles sont très accueillantes, le dépaysement est total et vous n'avez pas le choix : il faut s'adapter ! "Après deux jours de voyage, se souvient Manon, quatre avions et de longues heures d’attente, me voilà à Napier (Nouvelle-Zélande). Et bientôt, je découvre ma nouvelle maison et mon «immense-super-huge family»: quatre «host-sisters» (et leurs boy friends), deux «hostparents», deux «Exchange students», deux chiens et cinq chats! Rien que ça. Pour être honnête, la première semaine fut rude, très rude. Je me suis posée toutes les questions possibles et imaginables. Je n'avais qu'une idée en tête: rentrer!

Les trois premiers mois ont été une sacrée étape

"Et puis j’ai commencé le lycée, poursuit la jeune fille. Et j'ai oublié mon idée. En fait, elle s'est estompée assez rapidement et de plus en plus nettement. Et j'ai commencé alors à profiter vraiment de cette amazing adventure. Les trois premiers mois ont été une sacrée étape : devoir me concentrer sur mon anglais, prendre sur moi, devenir complètement autonome, gérer mes petits coup de blues, me faire des amis, prendre mes repères. Mais finalement, je me suis habituée assez vite".

C'est pour vous aider à réussir cet "atterrissage" que les organismes proposent en général avant le départ un "séminaire de préparation" de quelques jours. Plusieurs futurs participants sont rassemblés, avec leurs parents, pour une formation sur la culture et le système éducatif du pays d'accueil. D'anciens participants français, et des étrangers du pays de destination apportent aussi leurs témoignages. Des jeux de rôles aident même à se mettre "en situation" et à réaliser ce que représente un séjour de plusieurs mois loin de sa famille.

Comment sont choisies les familles d'accueil

Un jeune Français et sa mère d'accueil américaine en 2012 (Photo : PIE)
Un jeune Français et sa mère d'accueil américaine en 2012 (Photo : PIE)
Les familles, justement, sont sollicitées par le correspondant local de l'organisme, en fonction du dossier rempli par le participant. Il s'appuie normalement sur un réseau tissé auprès de familles "ayant fait leurs preuves". Sur place, ce correspondant reste en contact avec vous et en cas de problème, peut vous aider si nécessaire à changer de famille.

 Sachez toutefois que c'est la famille qui choisit le participant qui devient membre à part entière de sa "tribu" pendant plusieurs mois. Vous n'avez donc pas à avoir peur de "décevoir" ou de déranger. Vous n'avez pas été imposé. Les familles s'engagent à s'occuper de vous comme si vous étiez un de leurs enfants. Précision importante : elles ne sont pas payées pour cet accueil. Quant à vous, vous vous engagez à participer à la vie familiale quotidienne.

Le séjour approchant, il est bon de commencer à nouer des liens avec votre famille d'accueil, par mail ou par Skype. Ainsi démarre souvent une belle aventure humaine. "J’ai trouvé une certaine routine, témoigne Manon, pris de petites habitudes, tissé des liens très forts avec ma famille d’accueil autant qu'avec mes amis. Maintenant, je me sens chez moi. J'ai ici, ma deuxième maison, ma deuxième famille".

La découverte d'un autre système éducatif

C'est aussi la famille qui se charge de vous inscrire dans un établissement scolaire près de son domicile. C'est le deuxième grand atout de ces séjours de "longue durée". Dans ce bain en lycée étranger, vous rencontrez d'autres jeunes, vous progressez énormément en langue, vous découvrez aussi un autre univers éducatif.
L'école américaine ne te rabaisse pas, chacun y trouve sa place

"L'école américaine, contrairement à l’école française, met en avant tes points forts, s'étonne Léonard, parti aux Etats-Unis. Elle appuie toujours sur tes compétences plutôt que sur tes incompétences. J'ai remarqué qu'au niveau de la sélection - pour entrer en université, par exemple - elle va mettre en avant les matières où tu es bon et ne pas tenir compte de celles où tu n'es pas bon. Au lycée en France, on entend souvent dire qu'on est «nul» ou qu’on est «dans la classe la plus mauvaise qui soit»… Ici, on n’entend jamais ça. L'école américaine ne te rabaisse pas. Il est plus facile à chacun de s'y faire une place".

"Ici l'école est vraiment différente de la nôtre en France, raconte Amaury, parti en Afrique du Sud. Le fait de porter un uniforme est un peu bizarre. Les élèves sont gentils; ils m'aident à comprendre les cours".

Pas une année ''perdue'' mais une année de "super bonus"

Le long séjour permet de découvrir tout une culture, ici en Argentine (photo : PIE)
Le long séjour permet de découvrir tout une culture, ici en Argentine (photo : PIE)
Car vous êtes soumis aux mêmes obligations scolaires que les autres élèves durant votre séjour. Pas de panique cependant : on vous demande surtout de la bonne volonté et de l'assiduité.

Vous revenez bien dans votre lycée un an plus tard avec un bulletin indiquant vos résultats. Cependant dans le cas d'un séjour ayant duré une année scolaire, vous devrez reprendre votre scolarité en France là où vous l'avez laissée. Si vous êtes par exemple parti à la fin de la seconde, vous faites votre première à votre retour. Il n'y a hélas pas encore d'équivalence entre une année en lycée étranger et une année en France.

Alors, est-ce une année de perdue ? Non si l'on voit les progrès accomplis en langue et surtout en maturité ! Une année entière vécue à l'étranger est aussi un vrai "plus" à indiquer sur votre CV qui pourra vous aider à donner une orientation internationale à vos études ou à vos stages.

D'autre part il est aussi possible de partir seulement un trimestre ou un semestre. Dans ce cas, le départ se fait en hiver (et non en été comme pour une année complète) et l'on peut négocier éventuellement avec son proviseur une équivalence.
Au Canada, la formule "3 mois" devient automatiquement un échange. Le jeune français suit les cours pendant 3 mois en lycée au Canada avec un jeune de son âge, qui vient à son tour dans son établissement scolaire les 3 mois suivants.

Un bond énorme en langue et en maturité

Une chose est sûre : ces quelques mois passés au contact d’une autre culture sont extrêmement fructueux. En langues, les progrès effectués sont énormes : "Au niveau de l’anglais? Eh bien les deux premières semaines, ce n’était pas ça, raconte Syliane, partie au Nouveau Mexique. j’avais pourtant un bon niveau d’anglais avant de partir, mais arrivée là-bas, je me suis rendue compte que je ne savais rien! Aujourd’hui, je me surprends: je regarde des films et séries en version originale non sous-titrée, et ça me plait; c’est un phénomène étrange, mais, maintenant, quand on me parle anglais, j’ai vraiment l’impression d’entendre du français!"

Je vis une super complicité avec ma famille

Et puis, il y a ce grand plaisir de goûter à tous les parfums d'une autre culture : "Il a d'abord fallu se résoudre à ne pas porter de ceinture en voiture; se résoudre à aller au lycée en pyjama; se résoudre à manger des pizzas à 9h du matin, raconte Claire, partie en Italie. Découvrir que les trois-quarts de la population circulent en scooter et que certains magasins ferment si tard. Je pourrais énumérer pas mal de choses comme ça. Mais tout cela aujourd’hui fait partie de mon quotidien.
Hier, nous sommes allés à un mariage. Un vrai, un grand mariage. Villa magnifique avec vue sur la mer, sept plats différents, Pecorino et Montepulcian, feu d'artifice, tout le monde sur son 31… la grande classe. On a trop mangé, bien rigolé et pas mal dansé.
Je vis une super complicité avec ma famille; je m'approprie la culture italienne avec grand plaisir; j'ai plein d’amis et mon langage est déjà plus fluide. C'est positif et ça devrait durer. Il ne me manque que le beurre salé !".

Combien ça coûte ?

Le coût va environ de 4000 à 15 000 euros, les USA tournant autour de 10 000 euros. Ce prix comprend le voyage bien sûr. La somme paraît élevée mais elle ne l'est pas tant que ça en comparaison d'un séjour linguistique de trois semaines à 1500 ou 2000 euros.

D'autres part certains organismes peuvent proposer des bourses aux bons candidats qui auraient des difficultés financières, et l'on peut aussi solliciter une aide de ses collectivités locales (mairie, région ou département).

Quant aux destinations, elles font toutes rêver : USA, Australie, Nouvelle-Zélande, Brésil, Allemagne, Japon, Mexique, Canada, Afrique du sud, Suède et même la Chine avec certains organismes... De quoi mettre du piquant dans la vie d'un lycéen français.

la rédaction
Mardi 1 Octobre 2013

Qu'en pensez-vous ?
Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Orientation | Méthodes de travail | Vie étudiante | Paroles d'étudiant | Partir à l'étranger







S'abonner à la newsletter gratuite




Guides à télécharger










Stagevoyage
Spécialistes des stages en entreprises et séjours linguistiques à l’étranger