Assistant de français : un bon plan pour travailler un an à l’étranger



C’est un des meilleurs filons pour les étudiants qui souhaitent partir un an à l’étranger. Assister un enseignant de français dans un établissement scolaire vous permet d’être rémunéré, de découvrir un pays et sa langue et d'acquérir une expérience pédagogique.




Extrait d'affiche du CIEP sur les assistants de français.
Extrait d'affiche du CIEP sur les assistants de français.
On l'oublie mais c’est un des plus anciens programmes d’échanges pour les étudiants européens puisque le premier accord pour les assistants de langues a été conclu entre la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne (alors la Prusse) en 1905.
Aujourd’hui, 60 pays sont partenaires mais le principe est resté le même : de jeunes étudiants sont envoyés dans un pays partenaire pour assister un professeur qui enseigne leur langue maternelle. 

En tant qu'élève, vous avez sans doute eu vous-même au collège ou au lycée des assistants qui vous proposaient des cours de conversation anglaise ou espagnole. Eh bien si vous êtes maintenant étudiant et avez réalisé toutes vos études secondaires dans un établissement français, vous pouvez vous-aussi devenir "assistant de français" dans un des 21 pays partenaires de la France : Allemagne, Royaume-Uni, Suisse, mais aussi Colombie, Chine, Mexique, Canada…  

L’expérience est d'autant plus intéressante que le job est rémunéré et que certaines universités accordent même des crédits universitaires (ECTS) pour cette expérience.

Quelles conditions faut-il remplir ?

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, l'expérience n'est pas réservée aux étudiants en langues, excepté dans quelques pays partenaires.

Certes, il faut parler un minimum la langue du pays d’accueil : on vous demande d’avoir au moins un niveau B1 (sur l’échelle ) et cela dans l’une de ces huit langues : anglais, allemand, chinois, espagnol, italien, néerlandais, portugais ou russe (toutefois en Chine, Pays-Bas et Russie, le niveau B1 n’est pas requis).
 
Il faut également avoir déjà validé au moins une L1 (1ère année de licence), ou parfois une L2 ou une L3 pour postuler. Et dans quelles filières ? Cela dépend des pays d'accueil, chacun faisant sa liste des disciplines admises. Quelques pays ne prennent donc que des étudiants en langues (Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande) ou en Sciences de l'éducation ou Français langue étrangère (FLE) comme les Etats-Unis qui réservent l’assistanat aux futurs enseignants, mais la plupart des autres pays admettent des étudiants de toute filière, du moment qu'ils sont motivés et ont un bon dossier.
 
Chaque pays détermine aussi l'âge limite des assistants : en général, il faut avoir moins de 30 ans, parfois 35 ans, ce qui vous laisse tout votre temps pour tenter l’expérience.

Si vous remplissez tous ces critères, et que vous avez fait toutes vos études secondaires dans un établissement français (en France ou à l'étranger), vous pouvez postuler auprès du CIEP, l'organisme qui gère pour l’Etat français le programme des assistants.

Dans quel pays puis-je partir ?

Pour savoir dans quels pays vous pouvez postuler en fonction de votre niveau d'étude et votre filière, vous pouvez faire le test d’éligibilité du CIEP : ce test en ligne vous pose six questions et en fonction de vos réponses, vous obtenez la liste des pays pouvant vous accepter.

Les mentions de licence mais aussi le niveau peut jouer. Les Etats-Unis ne prennent que des étudiants ayant validé une L3, le Royaume-Uni une L2.

Pour choisir la destination en connaissance de cause, on peut aussi consulter la fiche de chaque pays sur le site du CIEP où sont précisés les profils éligibles, la durée, les conditions de travail et aussi les régions où sont proposés les postes.

Etre assistant de français, ça consiste en quoi ?

C'est d'abord assister un enseignant de français auprès de ses élèves. Votre rôle est complémentaire du sien : on ne vous demande pas d'enseigner votre langue de façon systématique, mais d'apporter votre aisance à l’oral et votre connaissance de la culture française par des activités moins scolaires.

On vous demande souvent d'assurer des cours de conversation ou de créer des activités pédagogiques pour permettre la pratique du français, que ce soit en classe entière ou en petits groupes.
Vous n'avez pas d’expérience ? Pas de panique ! L'équipe de l’établissement et l’enseignant que vous assistez va vous guider, ce qui est d’ailleurs formateur. Une fois en poste, vous bénéficiez aussi du soutien du grand réseau des assistants de français. La page Facebook est une vraie mine où l’on peut demander conseils et tuyaux.


– Le temps de travail varie d’un pays à l’autre : 12 heures par semaine en Allemagne, en Espagne, au Mexique, 15 heures au Royaume-Uni, 16-2O heures en Chine, 32 heures aux Etats-Unis.
En général, cela vous laisse du temps pour découvrir le pays, vivre d’autres activités ou pour prendre vous-même des cours dans la langue du pays d’accueil.

– La rémunération aussi varie selon le pays : 390 euros nets au Mexique, 486 à 625 euros en Chine, 700 euros nets en Espagne, 800 euros en Allemagne, 300 dollars aux Etats-Unis, 1267 euros en Nouvelle-Zélande. Souvent, en plus, vous êtes logé dans l’établissement scolaire.

– Le job dure 7 à 12 mois, la durée d’une année scolaire, souvent entre fin août et mai-juin. .

Témoignage

Kévin, assistant de français en Nouvelle-Zélande  
 
"Après ma licence de littérature et civilisation anglaises à l’université de Lorient, j’ai fait une demande de poste d’assistant de français en Nouvelle-Zélande par le biais du CIEP. Il y avait moins de postes qu’en Angleterre, mais j’ai décroché le job. (…) On m’a donc envoyé à Masterton, capitale mondiale de la tonte de moutons. Il m’a fallu un peu de temps pour trouver la ville sur la carte et puis j’ai pris mon billet !

Je suis arrivé quelques semaines avant ma prise de poste pour découvrir l’école et la région. Je n’ai pas vraiment eu de problème avec la langue puisque je parlais déjà anglais grâce à mes études. Mon logement était prévu dans mon collège de rattachement et je travaillais en tout dans trois établissements. Je n’avais jamais été assistant mais l’équipe pédagogique m’a bien bien accompagné. 
C’est une super expérience car tu n’es pas lâché dans la nature, tu es plutôt bien encadré dans ton travail. Je me suis senti intégré car je participais à la vie pédagogique au même titre que les professeurs. 

J’aurais pu me limiter à mon rôle d’assistant mais j’ai choisi de participer au maximum à la vie de l’école : en plus de mes cours, j’étais pion le soir et entraineur de foot le week-end. Pendant cette année, j’ai aussi pu découvrir un peu le pays, notamment avec d’autres assistants de langues que j’avais rencontrés par le biais de relations professionnelles. 
Ma copine m’a rejoint en milieu de séjour. On est rentrés en France à la fin de l’année pour terminer nos études".
 
Extrait du Guide de l’expatriation. Le Petit Fûté (p. 111)
www.petitfute.com

Comment postuler ?

– Tout se fait en ligne, sur le site du CIEP. Les dossiers sont à remplir entre fin octobre et mars. On vous demande de préciser votre niveau de langue, de rédiger une lettre de motivation, de décrire votre itinéraire

– Vous passez ensuite un entretien avec un professeur de langue qui évalue votre niveau linguistique et vos aptitudes pour un poste d’assistant de français.

– Les résultats vous sont communiqués en avril-mai pour la rentrée suivante. Bien sûr, tous les dossiers ne sont pas acceptés : même si les critères se veulent très ouverts, les établissements recherchent des étudiants motivés par l’envie de transmettre la culture française, à la fois dynamiques et curieux sur le plan culturel.

Les dossiers sont donc épluchés de très près et devinez ce qui prime : l’expression écrite du français bien sûr ! Mieux vaut donc éviter les fautes d’orthographe. Les expériences professionnelles sont aussi prises en compte et les talents sportifs ou artistiques appréciés : comme sur un CV, il faut donc savoir vous "vendre".

Une expérience marquante

L’expérience est doublement enrichissante : non seulement vous découvrez la culture d’un pays, vous pratiquez sa langue au quotidien, mais vous mettez les pieds dans un établissement scolaire, vous pouvez nouer des liens avec des adolescents, des enseignants du pays d’accueil, découvrir les particularités du système d’enseignement…

Des témoignages vidéos d'anciens assistants :


Un + et parfois un tournant pour le projet professionnel

Pour certains assistants, c’est le début d’une nouvelle vocation : certains décident d’opter pour l’enseignement, d’autres restent vivre dans le pays d’accueil. La plupart repartent en France poursuivre leur cursus mais quelles que soient leurs études, cette première expérience à l’étranger donne à leur projet d’avenir une couleur très internationale.

"Je travaille maintenant au bureau des relations internationales d’une grande école d’ingénieurs en France, où je gère personnellement la mobilité de 120 étudiants sortants et 35 étudiants entrants", témoigne Vianney qui a été assistant de français durant un an à Sheffield en Angleterre. 
 
Romain a aussi été assistant de français en Angleterre et l’expérience a pour lui été un atout sur son CV d’enseignant "français langue étrangère" : "c’est  certainement en partie grâce à cette expérience que j’ai été choisi pour être tuteur de français à l'université de Delhi en Inde, sous l’égide de l’ambassade de France". Un témoignage parmi des dizaines d'autres à découvrir sur le site du CIEP.

Pour en savoir plus et postuler :
Centre international d’études pédagogiques (CIEP)
1, avenue Léon Journault, Sèvres 
www.ciep.fr  
tél. : 0145 07 60 00

 


Comment enseigner le français à l’étranger ?
 
Pour pouvoir enseigner de façon permanente le français à l’étranger, il faut avoir un diplôme de Français Langue Etrangère (FLE); 
 
Il existe deux voies pour le préparer :
- A l’université : il n’existe pas de licence FLE, mais cet enseignement peut être choisi sous forme d’option durant les trois années de licence dans différents cursus : en lettres modernes, langues, sciences du langage, littérature et civilisations étrangères. On obtient le diplôme FLE au niveau master (bac+5)
 
- A distance, par le Cned, via l'Alliance française. Vous pouvez préparer le Diplôme d'aptitude à l'enseignement du français langue étrangère (DAEFLE) après une formation de 5OO heures. 

Un assistant français vu par de jeunes Mexicains


Samedi 17 Juin 2017

Nouveau commentaire :

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Orientation | Méthodes de travail | Vie étudiante | Paroles d'étudiant | Partir à l'étranger













S'abonner à la newsletter gratuite




Guides à télécharger








Stagevoyage
Spécialistes des stages en entreprises et séjours linguistiques à l’étranger